vendredi 1 janvier 2010

1 - Raphaël Zacharie de IZARRA - Farrah Fawcett - http://fawcettizarra.blogspot.com/




http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra

Raphaël Zacharie de IZARRA



ÉDITEUR DE PIGEONS

A travers ces 28 commentaires postés sur un forum littéraire j'ai abordé l'épineuse question de l'édition à compte d'auteur. Je réponds à JM, victime consentante de l'édition à compte d'auteur, à son éditeur GB qui entre temps est intervenu ainsi qu'à quelques détracteurs.

Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

1 - LE PROBLÈME DE L'ÉDITION À COMPTE D'AUTEUR

Je vais vous dire ce que j'ai sur le coeur au sujet de JM, victime de l'arnaque de GB, un de ces nombreux éditeurs qui publient des livres aux frais de leurs auteurs... Ce sont les profiteurs de la sottise humaine comme GB, "éditeur" officiel de JM (GB que je cherche à contacter pour lui dire ce que je pense de ses bienfaisances hautement tarifées) qui sont à blâmer et non pas moi qui dénonce ce genre de crapules !

Honteux !

Ce sale type tire profit sans aucun scrupule de la naïveté de JM pour lui faire payer l'édition de ses bluettes dignes d'un élève de CE 1 !

Certes JM est contente de payer pour avoir l'illusion d'être une poétesse, elle y trouve son compte je ne le nie pas. Est-ce une raison suffisante pour exploiter financièrement sa crédulité de dinde sans défense ?

Jamais je n'oserais exploiter de la sorte l'ignorance et la faiblesse de gens comme JM pour leur soutirer de l'argent, comme le fait cet odieux personnage qu'est GB ! Les vrais ignobles, ce sont les gens comme eux !

Raphaël Zacharie de IZARRA

2 - JM, OUVREZ LES YEUX !

Évidemment votre éditeur-humaniste si aimable GB trouve "merveilleux" tous vos poèmes, je n'en doute pas un seul instant. Il est chaleureux avec vous, attentif... De cela j'en suis également persuadé. Pensez ! C'est tout bénéfice pour lui...

Son intérêt est de trouver ce que vous écrivez superbe. Il attend même avec impatience votre prochaine publication : normal il prend son pourcentage en bénéfices. Bénéfices tirés non pas des ventes de vos oeuvres mais de leur "droits d'inscription" chez lui ou du moins assimilés comme tels.

Jamais GB, éditeur si gentil, ne vous critiquera JM. Au contraire il sera toujours à vos petits soins. Il défendra bec et ongles vos si "jolis" poèmes... L'exploitation de la crédulité, c'est son fond de commerce. Le plus fort c'est qu'il parvient à vous arnaquer en vous facturant vos sourires de béatitude. Il vous plume et vous êtes ravie de l'être ! GB est un escroc de salon. Bien vêtu, toujours aimable, il berne les pigeons de votre espèce.

GB sait pertinemment que vos oeuvres c'est de la guimauve insipide, illisible, risible. Son filon c'est l'illusion. Alors je vous rassure, GB sera toujours chaleureusement présent pour défendre votre cause, autrement dit SA cause : le fric.

Je vous souhaite de demeurer sur votre petit nuage rose JM car apparemment c'est encore là que vous semblez la plus heureuse. Vous ne semblez pas avoir envie d'ouvrir les yeux sur GB alors restez dans vos doux rêves, au moins vous contribuez à enrichir un homme heureux. Et puis après tout l'argent est fait pour circuler, alors continuez à publier vos merveilleux poèmes chez GB moyennant finances !

Raphaël Zacharie de IZARRA

3 - LÉGAL MAIS MALHONNÊTE

Certes GB ne fait rien d'illégal mais ce n'est pas parce que son entreprise de promotion des pigeons est légale que ce personnage est honnête pour autant.

C'est vrai que chacun a le droit de se payer du vent au prix fort, mais à condition d'avoir toute sa lucidité. Après tout chacun est libre de se faire plumer avec son propre consentement, et avec le sourire en plus ! Mais dans le cas de JM, poétesse-guimauveuse sans défense psychologique, c'est de la pure exploitation financière de personne fragile car JM est victime de sa propre naïveté. Et GB exploite sa naïveté sans aucun scrupule !

JM n'a pas assez de discernement pour prendre conscience de l'arnaque morale que constitue l'entreprise de GB.

Laisser faire, c'est de la non-assistance à personne vulnérable exploitée éhontément par un requin. JM doit être avertie de deux choses :

- Ses écrits sont sans aucune valeur littéraire et aucun éditeur sérieux n'accepterait d'éditer ces niaiseries

- Elle est incapable de se rendre compte que GB n'est pas un vrai éditeur soucieux de littérature de qualité mais un pur commerçant

GB incarne la misère de l'édition, le pire qui puisse se faire dans ce domaine. Il "aide" les pires écrivassiers qui soient, moyennant finances indues.

Même chez Gallimard il y a des mises au pilon d'invendus.

Lui faire croire que ses guimauves vont se vendre, même se lire gratuitement est lui faire un énorme mensonge. Certes ses amies mémères lui achèteront quelques ouvrages qu'elles trouveront "merveilleux".

Ce ne seront que des achats affectifs primaires. Avez-vous déjà vu une mère critiquer le collier de nouilles que lui offre son enfant pour la Fête des Mères ? Bien sûr le collier de nouilles est une horreur et pourtant la mère fait mine de s'émerveiller devant cette misérable création de sa progéniture toute engluée dans son insupportable puérilité. En ce qui concerne les oeuvres de JM, c'est dans le même ordre d'idée : quelle mémère parmi ses lectrices serait assez cruelle -et assez lucide car j'imagine que le lectorat de JM est essentiellement constitué de gens séniles- pour assurer que ses vers sont de la confiture de framboise à dégueuler de la première à la dernière gorgée ?

Nul ne conçoit bien évidement qu'une mémé sénile vienne critiquer les écrits de JM...

C'est sur ce registre que joue GB : le cercle privé des flatteurs-nés, uniques lecteurs et uniques "critiques" des oeuvres de JM.

Cette démonstration que je viens de faire à propos de l'entreprise malhonnête de GB est d'ailleurs inutile puisque ce que je dis est évident pour le commun des esprits.

Mais pas pour JM, hélas !

Raphaël Zacharie de IZARRA

4 - ÉDITEUR DE GOGOS

GB est un escroc de l'édition, je persiste et signe. Il abuse de la faiblesse psychologique de JM pour s'enrichir éhontément. Il a certes la loi avec lui mais pas la morale.

Il fait partie de ces requins sans scrupule de l'édition, la honte du métier. Je le mets au même rang que les escrocs de la "Pensée Universelle".

Raphaël Zacharie de IZARRA

5 - RÉPONSE À JM

Bien sûr que votre "bienfaiteur" va trouver plein de qualités à votre naïve personne et à vos ineptes écrits ! Il ne va pas tuer la poule aux oeuf d'or comme ça... Pas si bête.

Il a tout intérêt à être votre "bienfaiteur" puisqu'il prend sa part de bénéfices. Vous pensez réellement qu'il va critiquer vos écrits au prix où il vous vend ses "services" ?

Il a tout à gagner à "donner leur chance" aux perdants de votre espèce... Son fond de commerce c'est la crédulité des imbéciles !

Il est exactement comme les directeurs de casinos : lui seul est sûr de gagner dans cette affaire !

Aucun éditeur digne de ce nom de demande de l'argent à un auteur, c'est une règle d'or qui vaut pour toutes les entreprises de ce genre ! Ce sont les éditeurs qui devraient payer les auteurs en les remerciant et non l'inverse ! C'est une HONTE de voir que ces arnaqueurs sévissent encore de nos jours ! Ce que les gens peuvent être imbéciles pour se faire avoir de la sorte ! L'arnaque que pratique GB est aussi vieille que le monde.

Vous pensez vraiment que c'est une chance de se faire éditer au prix fort chez ce vendeur de vent ? Il incarne l'image même de la calamité éditoriale ! Vous faire connaître ? Mais on se fout de votre gueule ! Vous vous faites une célébrité de pauvre cloche en passant par les "services" de ce malfaiteur en col blanc !

Jamais un éditeur sérieux ne demandera la moindre contribution financière pour publier un auteur ! GB le sait bien et il profite du filon constitué par ces cohortes d'auteurs crédules, plumes sans talent qui croient encore au Père Noël et qui comme vous ne seront jamais édités dans des maisons d'édition traditionnelles (qui elles sont honnêtes), pour leur proposer ses services dûment tarifés !

Vous êtes la victime consentante de cet arnaqueur mais après tout puisque vous insistez pour être plumée en beauté cela vous regarde et c'est tant pis pour vous. Ou tant mieux, si cela vous rend plus heureuse... GB peut augmenter ses tarifs à ce compte-là : il est certain que les pigeons pris dans ses filets le suivront pendant encore des années...

Raphaël Zacharie de IZARRA

6 - RÉPONSE À GB (qui m'envoie un texte de loi traitant de l'injure et la diffamation publique)

Je n'ai pas lu votre pavé indigeste mais j'en devine les iniques rigueurs : la loi devrait protéger les gens honnêtes comme moi, les êtres vulnérables comme JM et non les escrocs de votre genre qui abusent de la crédulité des imbéciles pour les plumer. En toute légalité, malheureusement.

Hélas ! La loi des hommes n'est pas systématiquement calquée sur la morale et parfois la loi des hommes défend et protège les minables de votre espèce.

Heureusement il existe quand même des procédures pour contrer les profiteurs et parasites qui comme vous s'enrichissent sur la faiblesse psychologique de leurs concitoyens. Vous êtes la face noire de l'édition.

Vous devriez vous cacher de honte au lieu de faire appel à la loi pour tenter de vous défendre. JM n'a AUCUNE chance de récolter la moindre palme pour l'ensemble de son "oeuvre" et vous le savez aussi bien que moi. Lui faire miroiter de telles chimères tarifées à 70 euros annuels est de l'abus de personne vulnérable pur et simple. Et cela est passible de poursuites judiciaires en France.

Raphaël Zacharie de IZARRA

7 - RÉPONSE À GB

Quand on pratique l'escroquerie éditoriale, et en plus avec l'assentiment de la loi, on doit en assumer les risques sociaux.

Les malfaiteurs de votre espèce doivent recevoir le salaire qui leur est dû et ce, à hauteur de leur vilenie.

Et je ne manquerai pas de continuer de dénoncer publiquement haut et fort et nommément vos pratiques certes parfaitement légales mais moralement condamnables.

Je me contrefous de la loi des hommes à partir du moment où elle est inique. Seule la loi morale guide mes actes et inspire mes écrits et c'est ce qui fait d'ailleurs ma force. Pour moi vous êtes un pornocrate de l'édition. Vous faites payer à des auteurs sans talent leur imbécillité et cela est moralement répréhensible.

Raphaël Zacharie de IZARRA

8 - RÉPONSE À UN DÉTRACTEUR

Dans ce cas du site de GB l'escroquerie à proprement parler n'est pas sur le plan légal mais sur le plan moral.

Je sais pertinemment que cet éditeur n'arnaque pas les gens au sens strictement légal du terme puisque ceux-si savent pertinemment qu'ils payent pour être publiés et que nul ne les force à payer leur éditeur. L'arnaque est beaucoup plus subtile. Les auteurs sont certes parfaitement libres de choisir un éditeur qui leur facturera ou non leurs publications...

L'arnaque, insidieuse, est dans le fait que ces auteurs dénués de talent voire parfaitement ineptes n'ont pas d'autre choix que de passer par la filière des "charognards de l'édition".

Chassés des maisons d'éditions traditionnelles, ils se tournent vers... Leur sauveur. Qui au passage leur facturera ses services.

A défaut de publication officielle rémunérée, ces auteurs que personne ne lira jamais se contentent de publication officieuse. A leurs frais.

Elle est là l'arnaque.

J'assimile ces éditeurs à des falsificateurs. Ils vendent de faux espoirs, du vent en jouant à fond sur la démagogie. C'est moralement malhonnête, même si sur le plan légal ils ne franchissent pas les bornes.

Dans le cas de JM c'est carrément écoeurant. Cette personne n'a pas les moyens intellectuels de se défendre contre un tel "éditeur". N'importe quel éditeur de sous-préfecture dirait à JM que ses poèmes ne valent rien sur le plan littéraire.

Raphaël Zacharie de IZARRA

9 - JE MODÈRE MON PROPOS MAIS RESTE FERME

Après réflexion et examen des écrits de certains d'entre vous, je modère mon propos au sujet de GB.

Il n'y a certes pas arnaque au sens légal du terme ni même entre la personne de l'éditeur et la personne de l'auteur à proprement parler.

L'arnaque existe bel et bien cela dit : elle est dans la structure de l'entreprise éditoriale consistant à faire payer à un auteur son prétendu talent.

Ce mode éditorial facturé à l'auteur (qui est complice lui aussi de cette escroquerie morale non par vénalité mais par pure bêtise, par vanité) ne correspond en aucun cas à l'étique de la profession. Je le répète : aucun éditeur digne de ce nom ne facturera à un auteur ses écrits !

L'éditeur escroque l'auteur non directement de personne à personne mais indirectement, par contrat implicite interposé.

Entre la victime consentante et son "sauveur", il y a la structure rassurante d'une entreprise aux apparences honorables mais intérieurement pourrie. Les termes du contrat suspect sont définis non par GB lui-même mais par un système vieux comme le monde (l'exploitation de la vanité) dont GB se sert, et c'est derrière cet écran que se protège l'éditeur douteux...

Étant donné qu'il est en effet fort possible que je me trompe sur la personne de GB, ne connaissant ni les secrets de sa pensée ni de son coeur, je vais ôter son nom ainsi que le nom de son site dans mes prochains commentaires que je publierai sur INTERNET.

Je souhaite empêcher les gens vulnérables comme JM de se faire plumer par ce genre d'éditeurs tout en préférant demeurer équitable envers une personne que je ne connais finalement pas, il est vrai.

Raphaël Zacharie de IZARRA

10 - RÉPONSE A UN DÉTRACTEUR

Les poèmes niaiseux de JM ne me dérangent nullement. Il m'arrive même d'en lire un ou deux pour rire car en fait ils sont très drôles. Les écrits de JM sont la caricature de la poésie. Liquoreux à souhait, parfaitement insipides et ineptes.

C'est la démarche consistant à lui faire payer ses bluettes qui m'ennuie vraiment. Cela s'appelle de l'abus de faiblesse. Lui faire croire que ses poèmes ont une quelconque valeur littéraire et quelque chance de postérité au-delà du cercle privé de son auteur tient de la pure escroquerie !

J'apprécie beaucoup JM, indépendamment de ses écrits. Je sais que c'est une femme qui a souffert dans sa vie et je respecte la souffrance de ce genre de victimes de l'existence comme l'est JM. C'est justement parce que JM a souffert et qu'elle est vulnérable que je me scandalise de voir que des gens peu scrupuleux exploitent sa misère.

En plus elle me fait rire avec ses poèmes invariablement "guimauveux". Et même derrière ses poèmes sans aucune valeur littéraire, à travers les thèmes récurrents qu'elle traite je discerne sa souffrance. Il faudrait être parfaitement insensible pour ne pas voir sa souffrance derrière les apparences comiques de ses vers de mirliton.

JM écrit car pour elle c'est une thérapie. Je trouve honteux de lui facturer ses écrits sans intérêt (autre que pour elle-même) alors qu'elle peut parfaitement les publier gratuitement sur INTERNET et ainsi être potentiellement lue par beaucoup plus de personnes qu'à travers ses ouvrages papiers facturés par son éditeur !

Raphaël Zacharie de IZARRA

11 - L'AVANTAGE D'ÊTRE PUBLIÉ CHEZ GB...

Se faire publier chez GB est quand même une bonne garantie pour un auteur jaloux de ses écrits.

La meilleure protection des oeuvres : les faire publier chez la Pensée Universelle ou chez GB.

C'est l'assurance de ne jamais avoir de problème de plagiat. Chez ce genre d'éditeur le Copyright est superflu.

Quel auteur sérieux aurait l'idée de s'inspirer des écrits parus chez la Pensée Universelle ou chez GB ?

Moi si j'étais un voleur de textes, je piocherais directement chez "Gallimard" ou chez "LE SEUIL"...

L'idée ne me viendrait vraiment pas d'aller récupérer des auteurs anonymes dans les poubelles de la "Pensée Universelle"...

Raphaël Zacharie de IZARRA

12 - POUR JM

La démarche consistant à faire payer à un auteur ses mauvais écrits est foncièrement malhonnête, même si l'auteur accepte ce principe odieux qui le plume.

On dit parfois : "Cocu mais content !"

C'est votre cas JM.

Raphaël Zacharie de IZARRA

13 - QUESTIONS POUR JM

Ce n'est pas vous salir que de dire que vos poèmes sont nuls sur le plan littéraire.

Celui qui vous salit, c'est celui qui vous fait croire le contraire juste pour pouvoir toucher son "salaire" indu... Ce n'est pas lui qui vous aide dans la vie, c'est vous qui l'aidez à se faire du fric facile.

Vous croyez avoir besoin de cet éditeur alors que c'est lui qui a besoin non de vos poèmes mais de votre... argent.

Combien avez-vous vendu d'ouvrages ? Êtes-vous rentrée dans vos frais ? Voilà des questions bien embarrassantes, n'est-ce pas ?

Et à part moi qui critique vos "merveilleux" poèmes ? Certainement pas votre éditeur !

Raphaël Zacharie de IZARRA

14 - POUR GB

L'escroquerie n'est pas précisément personnelle mais plutôt structurelle : vous adoptez un système douteux pour gagner de l'argent en exploitant une faille humaine : la bêtise de vos semblables.

Vous êtes moralement un arnaqueur qui a la loi avec lui.

Ou alors un profiteur de l'imbécillité de ses concitoyens.

Enfin exploiteur de la sottise de gens sans défense intellectuelle, profiteur de la faiblesse de certaines personnes ou arnaqueur, la justice tranchera sur le terme exact, si vous voulez bien prendre le risque de lui demander son avis sur la question...

Raphaël Zacharie de IZARRA

15 - POUR JM

Si vous prétendez que l'argent ne vous intéresse pas et que ce que vous souhaitez c'est être lue, pourquoi faire appel à un éditeur-papier qui vous fait payer un service au résultat ultra confidentiel (très peu de lecteurs) alors que vous pouvez être lue (du moins potentiellement car le lectorat adepte de niaiseries est assez limité même sur INTERNET) par des milliers de gens dans le monde francophone sans que vous déboursiez un seul centime ? Sachez tout de même que ceux qui "apprécient" vos textes publiés gratuitement en ligne, autrement dit ceux qui lisent vos textes ne les admirent pas au point d'aller en acheter des versions papier...

N'allez pas croire qu'ils seraient prêts à payer pour en lire davantage sur support papier. Si ces lecteurs lisent vos poèmes, c'est disons à 5 pour 100 pour leur "qualité" intrinsèque et à 95 pour 100 parce qu'ils sont accessibles gratuitement.

De même qu'il y a des soupes aux navets que l'on avale non parce qu'elles sont spécialement savoureuses mais parce qu'elles nous sont tombées sous la cuiller à moindre frais, il y a des mets littéraires que l'on accepte d'ingérer non parce qu'ils sont bons mais parce qu'ils flattent notre paresse intellectuelle.

Que cherchez-vous ? Être lue ou vendre des livres ? Si vous souhaitez être lue, alors publiez sur INTERNET sans passer par l'édition papier, chère, fastidieuse, lente et très peu efficace en terme de lectorat.

Mais si vous cherchez à vendre, c'est à dire à faire du profit avec vos poèmes, alors arrêtez tout immédiatement car vous courez à la catastrophe financière.

Raphaël Zacharie de IZARRA

16 - RÉPONSE À GB

Comment appelez-vous la démarche consistant à faire payer aux auteurs la publication de leurs écrits ? Moi j'appelle cela de l'arnaque pure et simple, même si les auteurs acceptent le principe et viennent d'eux-mêmes se jeter dans la gueule du loup.

Ce que vous pratiquez est aux antipodes de l'éthique de la profession.

Vous savez pertinemment que les auteurs à qui vous faites payer la publication sur papier de leurs ouvrages ne seront ni pris au sérieux ni lus en se faisant publier chez vous (à part leur cercle restreint d'amis très proches, disons une quinzaine de personnes en étant optimiste).

Vous ne pouvez ignorer, vous qui vous prétendez éditeur, que les écrits de JM sont d'une parfaite nullité et par conséquent invendables.

Raphaël Zacharie de IZARRA

17 - POUR GB

J'ajoute que si vous deviez dire la vérité à tous ces auteurs qui librement font le choix de se faire publier à compte d'auteur par vos soins, vous n'auriez aucun client ! Sachant au fond de vous-même qu'aucun de ces auteurs n'amortira ses frais (ou alors exceptionnellement et à hauteur de quelques dizaines d'euros, guère plus) je suppose que vous vous gardez bien de freiner leur sotte ardeur à se faire publier chez vous...

En cela vous pratiquez ce qu'on appelle le mensonge professionnel. On peut d'ailleurs l'assimiler à la publicité mensongère. Vous encouragez, du moins ne découragez pas les auteurs suicidaires qui frappent à votre porte. C'est cela qui est condamnable, malhonnête.

Certes ils sont parfaitement libres de se faire éditer chez vous comme ils sont libres d'aller dépenser leur argent au casino ou dans le tabagisme. Sauf que dans les casinos il y a des affiches qui avertissent les joueurs sur les dangers potentiels qui les guettent. Sur les paquets de cigarettes il y a également des avertissement très clairs sur les risques de cancers auxquels s'exposent les fumeurs.

Et vous, avertissez-vous vos "victimes consentantes de l'illusion éditoriale" sur les déceptions auxquelles elles s'exposent ? Leur annoncez-vous au départ que leur démarche égocentrique à toutes les chances d'échouer en termes de rentabilité financière et de reconnaissance littéraire ?

Permettez-moi de douter sérieusement sur le fait que vous prenez de telles précautions morales avec vos auteurs...

Raphaël Zacharie de IZARRA

18 - RÉPONSE À LA POÉTESSE JM

Faites comme vous voulez. Moi j'ai fait mon devoir consistant à mettre en garde le faible qui se met de lui-même dans la gueule du requin.

Je vous ai prévenue, maintenant vous êtes libre. On ne peut empêcher un âne de braire.

Vous dites que GB est votre ami... Bien évidemment qu'il est votre ami ! De cela je n'en doute pas un instant... Vous avez déjà vu un flatteur voler dans les plumes de ses protégés ? GB a tout intérêt à trouver vos écrits dignes d'êtres publiés sur des livres-papier, il a tout intérêt à être toujours bien gentil avec vous et à se faire aimer puisque c'est vous qui le payez et non l'inverse !

Dormez bien et surtout ne vous réveillez jamais de votre léthargie intellectuelle car la chute risque d'être trop dure pour vous. GB a reçu une bonne raclée verbale et il l'a bien méritée.

Que cela serve de leçon aux auteurs crédules !

Raphaël Zacharie de IZARRA

19 - RÉPONSE À UN DÉTRACTEUR

Je n'ai jamais découragé JM d'écrire, je l'ai simplement mise en garde contre les exploiteurs de sa naïveté.

Je lui ai également dit en toute honnêteté ce que je pensais de ses poèmes. Je les trouve nuls, comme tous les membres du FORUM LITTÉRAIRE d'ailleurs. Nuls mais amusants néanmoins, si on les lit à partir du deuxième degré.

Critiquer des écrits ce n'est pas vouloir empêcher son auteur de les publier.

Que JM continue d'écrire de "merveilleux" poèmes à la sauce guimauve si cela la rend heureuse ! Pourquoi lui contesterais-je ce droit ? Qu'elle ne conteste pas de son côté mon droit de critiquer les écrits que je veux, comme je veux et sur la liste, le forum ou le site que je veux.

JM fait ce qu'elle veut. Elle a le droit de me critiquer, de me railler, de m'encenser. De mon côté j'exerce mon droit inaliénable de critiquer ses textes et même de m'en moquer ouvertement. Critiquer un auteur, se moquer de ses écrits n'est pas l'insulter.

Je n'ai jamais injurié ni JM ni qui que ce soit.

Raphaël Zacharie de IZARRA

20 - RÉPONSE À UN ADEPTE DES PRATIQUES ÉDITORIALES DE GB

GB fait tout non pour la promotion de la poésie mais pour celle de son compte en banque.

La réserve de gogos rimailleurs prêts à débourser un certain nombre d'euros pour se faire éditer à compte d'auteur étant vaste de nos jours où l'écrit a gagné en prestige, il a fait de cette réserve de naïfs son filon privilégié en bon vendeur de vent qu'il est.

En ce sens il a tout intérêt à passer pour un bienfaiteur. Je comprends parfaitement que vous réagissiez ainsi, il n'est jamais agréable de voir son idole se faire déboulonner aussi radicalement par une personne étrangère à la "secte des rimailleurs qui se font éditer à compte d'auteur".

Défendre la littérature ce n'est pas promouvoir ses pires inepties mais la sélectionner avec rigueur. GB tire l'écrit vers le bas et c'est tout bénéfice pour lui puisqu'il donne leur chance aux perdants de la cause littéraire... GB ratisse large en récupérant tous les damnés des maisons d'édition traditionnelles -et honnêtes- qui refusent, on les comprend, tous les JM en mal d'écriture.

Le principe de l'édition à compte d'auteur est une arnaque, même si l'auteur est pleinement consentant. Vous me direz que le principe des machines-à-sous en est une également... Certes. Sauf que quand vous entrez dans un casino vous êtes clairement prévenu que vous risquez de vous faire plumer en toute légalité et vous pouvez même vous faire protéger de votre vice en vous faisant interdire.

Or GB en bon éditeur de gogos qu'il est laisse croire à ses clients à des merveilles qui jamais ne se réaliseront. S'il disait la vérité aux auteurs, pas un ne ferait la démarche de se faire éditer à compte d'auteur. En effet, qui a envie de se retrouver avec des cartons d'ouvrages invendus sur les bras ?

Défendre la littérature, je le répète, ne consiste pas à éditer des perdants mais au contraire à leur dire la vérité. GB est un opportuniste, pas un défenseur de la littérature. Très révélateur : pour prendre contact avec lui il faut passer par un ALLOPASS.

Rien que ce détail en dit long sur les motivations du personnage...

Mais bref, je vous laisse continuer de croire à vos chimères puisque vous y tenez tant. Dormez bien sur vos certitudes de naïf.

Raphaël Zacharie de IZARRA

21 - QUELLE IMPORTANCE ?

Personnellement je me garderai bien d'aller payer pour me faire éditer ! Mes textes sont accessibles GRATUITEMENT sur INTERNET.

Et puis être lu ou non après tout est-ce vraiment si important ? Faut-il se prendre maladivement au sérieux pour ne pas rire de cette vanité !

Je me moque volontiers de tous ces auteurs qui écrivent avec gravité, rimaillant avec des airs de paon comme si leur plumage -imaginaire- en dépendait... Je me moque d'ailleurs de moi-même dans certains de mes textes ! Tout cela n'est la plupart du temps que vanité, inconsistance, légèreté.

Cessons de prendre au sérieux ce qui ne l'est pas ! Écrire n'est une douleur ou une entreprise sacrée que pour les dindons. Ce caractère sacré de l'écriture n'est entretenu que par ceux qui ont tout intérêt à faire rêver les pigeons : les éditeurs genre GB.

Là où ça commence à devenir vraiment sérieux c'est quand des naïfs se font arnaquer financièrement parlant, et c'est ce que je dénonce. Le reste... Chacun est libre de croire en son talent, qu'il soit imaginaire ou non.

Raphaël Zacharie de IZARRA

22 - LE COMPTE D'AUTEUR EST RÉVÉLATEUR D'UN MALAISE DANS LA LITTÉRATURE

Dans 98 pour 100 des cas un auteur se faisant éditer à son compte est un mauvais auteur.

Les éditeurs traditionnels refusent les mauvais auteurs et là encore dans la même proportion, dans 98 pour 100 des cas ils refusent de mauvais auteurs.

Certes cela n'est pas systématique et on peut toujours discuter de la validité de la remarque. Bien entendu un auteur de génie peut parfaitement être édité chez la "Pensée Universelle". Affirmer que se faire éditer à compte d'auteur, cela n'est pas un raisonnement. C'est juste une remarque. Mais une remarque pleine de justesse dans 98 pour 100 des cas. En effet, il y a de très fortes chances de tomber sur de la mauvaise littérature en achetant un ouvrage édité à compte d'auteur.

Se faire éditer à compte d'auteur est un signe de mauvaise qualité littéraire. Certes des chanteurs populaires se font éditer chez des éditeurs traditionnels, hé bien justement ils font partie des 2 pour 100 de mauvais auteurs qui se font publier chez des éditeurs traditionnels... Il reste donc 98 pour 100 de bons auteurs se faisant publier à compte d'éditeur.

Raphaël Zacharie de IZARRA

23 - RÉPONSE A UN DÉTRACTEUR

Être lu en payant ses lecteurs c'est très discutable, je suis bien obligé de vous le dire. Même si chacun est libre de faire comme il l'entend dans ce domaine.

Entre lu sans rien payer et même recevoir en retour flatteries, railleries, insultes, éloges, coups de fils anonymes vengeurs ou encenseurs de la part de lecteurs révoltés ou enchantés par ses textes (et c'est mon cas), voilà qui est beaucoup mieux ! Mais me direz-vous, en ce cas ce n'est qu'une affaire de point de vue personnel... Certains préfèrent payer pour être lus et ainsi recevoir de la part de leurs lecteurs de polis et systématiques éloges de circonstances, d'autre font le choix de recevoir des éloges sincères en ne payant pas pour être lu, ce qui est exactement mon cas.

Se prendre au sérieux dans son entreprise littéraire au point d'aller se jeter dans la gueule du loup de l'éditeur à l'affût du gogo, c'est assez pathétique.

Raphaël Zacharie de IZARRA

24 - MALENTENDU FRANCO-QUÉBECOIS

Pour être honnête dans cette affaire concernant GB, je dois ajouter ceci :Depuis déjà longtemps j'ai constaté qu'un océan d'incompréhension mutuelle, un gouffre de sensibilité nous séparait des "lettrés" et artistes du Québec.Les Québécois subissant depuis toujours l'influence délétère de leur voisins Yankees sont des gens parfaitement hermétiques aux raffinement des êtres civilisés que nous sommes nous français. Ce sont de gros patauds, de fiers lourdauds à la sensibilité primaire.

Bref, un peuple obèse du cerveau.Il suffit d'écouter leurs chanteurs à voix, de voir leurs spectacles grossiers et populaires : rien que de la soupe épaisse pour teutons, de la grosse espagnolade pour touristes danois !Linda Lemay, exception culturelle du Canada, interprète talentueuse de texte pleins de sensibilité, véritable Brassens du Québec, passe pour une nullité dans son pays ! C'est dire l'ampleur du désastre culturel de ce pays de bouseux.Par conséquent chez ce peuple de gens grossiers le moindre mirliton passe nécessairement pour un poète... Chez eux tout étant grossier, primaire, sans raffinement, depuis la culture jusqu'à la cuisine en passant bien entendu par le cinéma, un peu comme chez les Allemands en fait, dès qu'un rimailleur pond un poème narrant ses états d'âmes de grand enfant il fait exception, attirant à lui de sincères mais naïfs admirateurs, qui sont également ses concitoyens. La qualité moyenne de la poésie des sites de poètes adultes du Québec correspond à celle de nos adolescents français. Allez vérifier, vous serez édifiés !De là vient le grand malentendu entre poètes du Québec et auteurs français. Tout est dans la différence de niveaux, de sensibilités, tout simplement. Les québécois étant de grands enfants à la sensibilité grossière, il est naturel qu'il y ait cette "incompréhension poétique" entre eux et nous. C'est comme si on tentait d'établir des liens culturels entre des italiens, peuple raffiné, avec des Australiens blancs, peuple de gens assez grossiers très proches des Canadiens par la sensibilité.

Il suffit de visiter les sites de poésie amateurs, de se frotter au peuple canadien, d'avoir un aperçu de leurs spectacles. L'intuition n'est pas une vaine chose vous savez...

Les italiens sont des gens raffinés et les Allemands d'épais buveurs de bière, ce ne sont pas que des clichés, c'est une réalité. Les Canadiens sont des gens moins fins, moins élégants, moins sensibles, moins éduqués d'un point de vue culturel que nous français. Certes mon affirmation est purement empirique, intuitive mais juste je crois.Le niveau calamiteux de la poésie au Québec expliquerait ce malentendu.
Raphaël Zacharie de IZARRA

25 - RÉPONSE A UN DÉTRACTEUR

Les pornocrates en général, les souilleurs de beauté, les maquereaux, les exploiteurs de la bêtise, les escrocs, les vendeurs d'illusions, charlatans sans scrupules, menteurs professionnels, publicitaires vulgaires : tous ces gens me répugnent.

Nous sommes dans une société de fric et ici-bas les requins sont rois. Pour eux tout est bon pour s'enrichir même et surtout les moyens les plus douteux...

Un vrai professionnel de l'édition ne demande pas d'argent aux auteurs ! C'est une règle de base, tellement évidente qu'elle ne devrait même pas être rappelée.

Un vrai professionnel de l'édition dirait à JM que ses poèmes sont d'une totale nullité, impubliables.

Je suis là pour mettre en garde les naïfs de votre espèce qui payent un éditeur pour se retrouver ensuite avec des cartons d'ouvrages invendus sur les bras et qui finiront soit au grenier soit à la poubelle. GB est comme tous les éditeurs qui font payer aux auteurs leurs ouvrages : il ratisse large, accepte tous les manuscrits. La preuve, même les écrits de JM -nullité parmi toutes les nullités littéraires- ont été acceptés ! Si ce n'est pas la preuve de la malhonnêteté professionnelle de GB, ou alors de l'incompétence crasse, qu'est-ce que c'est ?

Ha ! oui mais bien sûr c'est de la philanthropie... Facturée 50 ou 70 euros annuels.

Cocus et contents de l'être, voilà comment on appelle ces gogos qui défendent leur arnaqueur.

Avez-vous déjà vu un flatteur dire la vérité à ceux qui l'écoutent et surtout qui payent pour entendre ses violons ? Vous croyez vraiment que GB va dire à un écrivailleur qui vient le voir que ses écrits sont nullissimes ? Son intérêt à lui c'est d'avoir un maximum de clients. Chez lui la poésie ne rime pas avec sélection mais avec rabattage.

Tout le contraire du travail d'un éditeur honnête et compétent !

Mais je le répète, libre à chacun de se faire cocufier en beauté par son éditeur. Libre également à moi de dénoncer ce genre de pratique et leurs instigateurs.

Raphaël Zacharie de IZARRA

26 - JE SUIS CERTES NARCISSIQUE MAIS SINCÈRE

L'argent ne me manque pas, je ne vis pas au-dessus de mes moyens comme la plupart de ceux qui se plaignent de n'en avoir jamais assez.

Mes textes sont accessibles à tous gratuitement et c'est mon intérêt qu'ils soient lisibles gratuitement. Ma motivation n'est pas l'argent mais l'ego, le narcissisme. Mais pas seulement. Il y aussi le sincère désir chez moi de promotion de la Beauté, de la Poésie, de l'esprit de gratuité, de fraternité, de défense de la vérité. Et de la liberté d'expression. Dénoncer le mensonge, la bêtise, les noirceurs de ce monde, cela fait aussi partie de ma démarche izarrienne.

D'ailleurs lorsque je pose le problème de l'argent dans cette affaire de l'édition à compte d'auteur, j'en parle surtout du point de vue de l'éditeur, pas de celui des auteurs. Les auteurs font ce qu'ils veulent de leur argent. Moi je dénonce les charlatans qui prétendent trouver bons des poèmes comme ceux de JM et les publient de tout coeur, chaleureusement.. moyennant finances.

Ca c'est de la malhonnêteté éditoriale pure et simple. Au mieux, de l'incompétence professionnelle totale.

Si j'étais éditeur HONNÊTE publiant des ouvrages aux frais des auteurs, voilà ce que je dirais à un auteur comme JM :

"Vos poèmes sont nuls, invendables, risibles, ridicules, mais puisque vous y tenez tellement, je vais vous les imprimer. Mais je vous préviens, jamais vous ne rentrerez dans vos frais ! Ce sera une pure perte pour vous d'un point de vue financier et tous bénéfices pour moi car je vous le répète, vos poèmes c'est zéro d'un point de vue littéraire."

Raphaël Zacharie de IZARRA

27 - DÉFENDRE LA LITTÉRATURE ET NON LA SACRIFIER

Je me prends pour un authentique défenseur de la littérature. Moi je ne suis pas un charlatan qui va inciter des gens comme JM à publier à leurs frais sur des livres-papier leurs poèmes grotesques.

La littérature, la vraie, ce n'est pas une "activité rigolote" ou "sympa" à la portée du premier mirliton venu, contrairement à ce qu'aimeraient laisser croire certains éditeurs-profiteurs...

La littérature c'est une chose rare, difficile, âpre qui requiert travail, inspiration, technique, maîtrise, expérience. Et même dans ce cas, la littérature n'est pas une chose vraiment sérieuse. Elle n'est sérieuse que pour ceux qui ont des intérêts financiers dans l'affaire.

Pour tout auteur digne de ce nom la littérature, la vraie, n'est pas une chose très sérieuse. Et c'est cela qui fait la qualité de la littérature, la vraie.

Vous confondez liberté d'édition et exploitation du gogo... Votre manière de concevoir la chose revient à dire que par exemple la pornographie tient plus de la liberté d'édition que de l'exploitation par des mafias de la misère de certaines femmes en détresse économique.

Éditer à frais d'auteurs des niaiseries qui ne seront jamais lues tient plus de l'arnaque éditoriale que de l'exercice de la liberté d'expression des auteurs...

Raphaël Zacharie de IZARRA

28 - ÉDITEUR DES RATÉS DE LA LITTÉRATURE

En tant que défenseur des Lettres mon rôle n'est pas de faire du fric ni d'encourager la bêtise, l'échec, les vils compromis littéraires mais de les dénoncer. Ce que je fais précisément en ce qui concerne cette histoire d'édition à compte d'auteur.

Je n'ai rien à gagner financièrement parlant dans cette affaire, GB si. Sa parole est nécessairement muselée, prostituée à la cause à laquelle il est enchaînée : le pognon. Il ne peut par conséquent dire ce qu'il pense, contrairement à moi.

S'il affirme que les poèmes de JM sont bons, c'est soit un menteur soit un immense incompétent. Je penche pour la première solution.

D'ailleurs si les écrits de tous ces auteurs étaient aussi bons que GB leur laisse croire, pourquoi ne sont-ils pas édités à compte d'éditeurs dans les grandes maisons d'éditions ? Étrange, non ?

GB est un arnaqueur dans le sens où il s'est mis à publier tous les perdants de la littérature Il s'est engouffré dans le filon des ratés littéraires. Exactement comme les charognards du marché de l'emploi ou de l'habitat qui récupèrent les exclus n'ayant pas eu accès au "pactole social" (et qui n'ont plus d'autre choix que de se tourner vers eux) pour leur louer au prix fort des appartements insalubres ou pour les employer dans des chantiers au noir pour des salaires de misère.

La démarche est exactement la même, avec les courbettes et autres civilités de salon en plus pour mieux faire passer la pilule.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Des mots funèbres en vingt-trois textes pour rire et pleurer au bras de la Camarde.

=======

1- Macabre baiser

Vous m'avez tué.

Mon cadavre étendu sur les dalles froides de la cathédrale s'est vidé de sa chaleur. La lame assassine gît non loin de mon corps. Mes yeux ouverts et inexpressifs fixent les voûtes plongées dans la pénombre. Il s'agit bien de mon cadavre. Ce sont bien mes yeux qui sont ouverts sur le néant, c'est bien mon sang qui tache mon flanc, c'est bien ma plaie qui bée. Vous m'avez tué.

Vous avez plongé la lame profondément dans mon corps, et mon coeur déchiré s'est tu pour toujours. Jamais plus il ne battra. Vous m'avez tué. Je suis mort. Je n'existe plus.

Que vous reste-t-il, meurtrière que vous êtes ? Que vous reste-t-il à aimer à présent que je suis mort, à présent que vous avez tué le cher objet de votre amour ?

Je vous ai tendu l'arme dans un ultime geste de provocation et vous avez été jusqu'au bout de votre logique. La lame du poignard a servi votre cause désespérée et me voilà mort. Jamais plus je ne vous dirai des mots d'amour. Il ne vous reste plus rien que des souvenirs.

Alors, criminelle impie, vous commettez l'odieux blasphème, au nom de l'amour. Vous vous approchez de mon corps, de mon cadavre, de ma dépouille, de ce macchabée déjà froid qui me ressemble tellement... Mes lèvres bleuies par le masque glacial de la MORT sont rigides. Vous approchez votre visage de mon visage de pierre. Pas un souffle ne sort de ma bouche. Vous approchez encore...

Vos lèvres chaudes effleurent mes lèvres mortes.

Puis imperceptiblement elles se referment sur ma bouche à jamais close. Vous venez de m'embrasser. Vous venez de voler un baiser à un mort, ce mort qui de son vivant n'avait jamais voulu vous accorder ce baiser.

Et j'emporte la caresse de vos lèvres dans la tombe.

+++++++

2 - La grande Crâneuse

Monsieur,

Aujourd'hui c'est votre fête. Peu habitué à recevoir des hommages, vous voilà servi : c'est aujourd'hui qu'on vous enterre. Rassurez-vous, vous n'aurez aucun discours à prononcer. C'est vous le héros.

Aujourd'hui vous êtes grand, solennel. Et assez crédible. Etendu dans votre linceul, vous avez les allures d'un digne pontife de l'administration. Un vrai notable ! Ha ! cet homme quasi homérique que vous n'avez jamais été dans votre vie... Ce front de chef de rayon, de responsable syndical, de gagnant du loto, vous l'avez enfin hérité. Pour une fois la bière vous donne de la prestance. Quel panache vous confère votre nouvel état ! Recte, hautain, indifférent... Un vrai seigneur.

Vous êtes presque impressionnant dans votre soudaine immobilité. Méconnaissable.

On fait silence autour de vous. On s'abstient même de fumer. Vous voyez, il suffit de pas grand-chose pour que l'on vous respecte : de la rigidité, un peu de pâleur, ce je-ne sais-quoi de formel, de formolé, de naturel. Vos proches, hérétiques, s'imaginent que vous irez directement au trou, que tout est fini pour vous. Vous le pensiez aussi, Monsieur.

Moi je vous dis que ce n'est que le commencement pour vous. Le plus dur, c'est qu'il faudra vous habituer à avoir de l'esprit. Beaucoup d'esprit. Rien que de l'esprit : vous ne vivrez désormais qu'à travers cette constante essentielle qui faisait si cruellement défaut à votre existence terrestre.

Aussi, je vous souhaite vraiment bon courage, Monsieur le mort.

+++++++

3 - Le convoi

L'humble convoi s'ébranle dans la brume. Un vent d'automne soulève quelques feuilles mortes qui tourbillonnent autour des visages, puis retombent aux pieds des marcheurs, dont je fais partie. Le ciel est gris, plombé, le froid pénètre les coeurs en deuil. Les pas sont lents, pesants, feutrés. Le silence de la troupe est inhabituel. Eloquent, il dit l'essentiel.

Les regards sont pénétrés, les fronts baissés, les mines affligées. De temps à autre des sourires dignes s'échangent entre deux murmures. La scène est pénible, désagréable, douloureuse. Et puis, après quelques minutes sombres et solennelles, un ange passe.

Un moment de pure poésie, un instant de grâce. Le tableau pathétique se transforme et m'apparaît sous une lumière inattendue. Tout semble irréel, doux et lointain, idéal et serein. Comme si les suiveurs du convoi étaient désincarnés, hors du temps et du monde matériel, évoluant dans un univers de mystère et de beautés étranges. Je vois une troupe d'êtres célestes escorter une étoile jusqu'au seuil du firmament pour lui dire adieu. Les visages qui m'entourent n'ont plus de nom. La poésie universelle a transfiguré les êtres et les choses. Et à travers les larmes j'entrevois le pur cristal d'une vérité poétique révélée.

Le gouffre ouvert à mes pieds ne m'effraie pas, et la vue de cette chose qui gît au fond n'a point ce goût amer que j'avais tant redouté. J'y lance quelques chrysanthèmes séchés, étonné par la sérénité de mon geste. Au passage d'un vol d'oiseaux au-dessus cette assemblée recueillie, quelques têtes se lèvent au ciel. Tout est fini.

On vient de mettre un ami en terre.

+++++++

4 - Une visite à la morgue

Ca y est, maintenant tu es mort Raphaël. Bel et bien mort, et plutôt deux fois qu'une. Regarde-toi une dernière fois, ou plutôt regarde ton cadavre pour la première fois. Il est là, sous toi. Tu as vu, c'est le tien, c'est ton cadavre. Et il est déjà froid. Tu es mort Raphaël.

Regarde, tes yeux sont clos pour l'éternité. Ton visage impassible, bientôt voué à la poussière, est le visage d'un mort. De la Mort aussi. Sur tes lèvres muettes on dirait un sourire. Mais non, c'est le rictus de la mort. Tu n'es plus, ta dépouille est étendue. Tu es devenu un gisant. Et comme tous les gisants, la terre sera ton lit de mort. Tu es comme un roi aussi. Comme eux tu gis, pauvre mortel que tu es... C'est vrai que tous les cadavres sont égaux. Es-tu heureux ? Regarde ta bien aimée qui se penche sur ton visage sans vie, elle fixe tes yeux morts. Elle s'imagine peut-être que tu vas les ouvrir juste pour elle... Mais non, tu ne bouges pas, tu n'es plus qu'un cadavre.

Tu es devenu un mort maintenant, tu es content ? Tu vas être célèbre un jour durant. Ce sera ton heure de gloire en somme. Ils seront tous là pour toi. Tes amantes te pleureront. On regardera ce macchabée qui porte le nom de Raphaël, et on le chérira mieux que le corps d'un vivant. Tu seras touché une dernière fois par des mains de femmes. Témoins de tes amours révolues ou en cours, ces maîtresses d'un jour ou d'une éternité te rendront hommage. Évidemment ta mie officielle sera aux premières loges. Elle sera l'invitée d'honneur en quelque sorte.

Mais pour l'instant tu es dans la chambre froide. On va préparer ton cadavre pour les noces : tu viens de te marier avec la Camarde. Pas très jolie ni toute jeune ta dernière amante, il faut le reconnaître. Ca ne sera pas ta plus glorieuse conquête, c'est vrai. Mais tu n'as pas le choix Raphaël. Il faudra désormais partager ta couche avec cette éternelle ricaneuse, piètre épouse pour les plaisirs mais infiniment fidèle envers ses élus : elle n'abandonne jamais ceux qu'elle prend dans ses bras. Au moins tu ne pourras pas te plaindre qu'elle te dise adieu un jour. Avec elle c'est pour toujours.

Sens-tu la main de ta chère éplorée sur ton corps inerte ? Non bien sûr, mais tu la vois d'ici. Elle devait t'aimer beaucoup pour ainsi baiser ta chair froide. Les lieux sont plutôt sinistres pour ce genre de débordement amoureux... En retour tu lui témoignes d'ailleurs toute ta froideur. C'est dire la mesure de ton flegme. Jusqu'au bout tu auras été un imperturbable amant. Aristocrate, hautain, plein de morgue. Mais attachant.

Ta vie est maintenant terminée Raphaël. Ton cadavre est bien rangé dans le tiroir blanc de la morgue, aligné comme un soldat. Tu as presque fière allure dans ton irréprochable rigidité. D'ailleurs ton costume te va à ravir : il n'y a pas un pli. Pour une fois tu es élégant : tu te tiens bien. Ta fiancée te regarde dans la fraîcheur de ta mort. Tu as encore bonne mine. Mais elle te reverra aux funérailles. Espérons que tu feras aussi bonne figure.

Une main vient de pousser le tiroir frigorifique.

On ferme !

+++++++

5 - Le fossoyeur et l'éplorée

- Qui donc gît dans cette tombe, elle n'a pas de nom ?

- Cette tombe n'a pas de nom en effet. Elle est vide.

- Vide ? Elle m'a l'air bien apprêtée cependant.

- Madame, qui que vous soyez, sachez que cette tombe est bel et bien vide. Le mort se fait désirer. Il traîne en chemin.

- Ne serait-ce pas Raphaël, ce mort qui fait des siennes ?

- C'est bien lui, effectivement.

- Alors sachez que c'était mon amant et que ça ne m'étonne pas de lui. Cela dit en tant qu'amante du défunt, je suis en droit de m'étonner de ne pas voir son nom gravé au haut de cette tombe.

- Madame, qui que vous soyez, amante d'un vivant ou d'un cadavre, souffrez que le défunt ait désiré faire graver les noms de ses aimées au sommet de sa pierre tombale. Par ailleurs le mort est tout frais, en général on s'occupe de l'épitaphe une fois le cadavre installé dans sa résidence, clé en main si je puis dire.

- Et quels étaient les noms de ses amantes, vil fossoyeur ?

- Attendez voir que je regarde les archives... Pour les noms à faire graver sur cette tombe vierge, il y avait Elodie, Christine, Isabelle, Ophélie, Kristel, Chantou, Marie...

- Avez-vous une Marianne dans votre liste ?

- Une comment dites-vous ?

- Marianne. M comme Mort, A comme Agonie, R comme Rigidité cadavérique, I comme Inhumation...

- Marianne... Attendez voir... Marie... Marie-Ange... Marie-Anne... Non, Marianne j'ai pas.

- Stupide manoeuvre, auriez-vous omis de noter le nom de sa dernière aimée ?

- Madame, je ne suis pas graveur sur marbre, mais fossoyeur. Ca n'est pas moi qui m'occupe de ce genre de détail. Je ne fais que vous lire les archives. Adressez-vous à qui de droit pour votre réclamation. De toute façon les archives seules font autorité. Si "Marianne" n'est pas dans le registre officiel, c'est que le défunt n'a pas émis la volonté de faire graver ce nom. C'est clair. A mon avis il ne vous aimait pas tant que ça.

- Le ferme, imbécile de manuel ! En fait c'est parce que je fus justement sa dernière amante. Mon nom n'est pas dans vos archives parce que le défunt n'a jamais su que je l'avais embrassé. Je n'avais même pas songé à ce détail stupide... A la minute où je fus son amante, il était déjà mort. Tué par ma propre main. Tant pis pour moi, je ne connaîtrai pas la gloire tombale. Allons, hâtez-vous dans votre tâche fossoyeur, on ne saurait faire attendre les morts.

- Madame, permettez-moi de vous rappeler que pour le moment c'est le mort qui se fait attendre.

+++++++

6 - Une visiteuse

Un soir on a frappé à ma porte. J'ai ouvert en hésitant un peu car les douze coups de minuit venaient juste de sonner. Une étrangère au teint blafard et au sourire ravageur est entrée. Elle s'est invitée d'elle-même non sans une certaine désinvolture. A peine passée le seuil de ma porte, l'hôte indésirable m'a aussitôt tenu un discours sans ambages :


- Raphaël, je suis venue te chercher. Le glas a sonné pour toi. Viens donc contre moi que je t'enlace, t'embrasse, te serre dans mes bras d'airain, avant de me suivre jusqu'au fond des ténèbres.

- Madame, qui que vous soyez, souffrez qu'à une heure aussi indue je n'aie pas l'intention de suivre la première mendiante venue. Passez votre chemin, vile séductrice, et ne vous avisez plus de m'importuner. Adieu !

Mais elle a tant et si bien insisté qu'elle est restée. Et nous avons passé ensemble la nuit. Ricanante, laide et perfide, mais d'un charme venimeux, elle m'a tenu tête, tentant obstinément de m'attirer à elle.

- Raphaël, vois mes belles dents blanches. On m'appelle la Ricaneuse et ça n'est pas pour rien. Ne les trouves-tu pas à ton goût, mes belles dents blanches ? Mon sourire est irrésistible, inextinguible, éternel.

- Et mortel !

- Certes.

- Madame, s'il est vrai que l'on vous appelle habituellement la Ricaneuse, permettez que je vous nomme à mon tour la Crâneuse car il me semble que vous avez bien des atouts de ce côté-là.

- Raphaël, si tu ne veux pas de moi, moi je veux absolument de toi. Et il faudra bien que tu finisses par agréer à mes vues, aussi austères soient-elles. Je sais que je ne te plais pas. Mais toi tu me plais. Tu seras à moi cette nuit-même, et je t'emporterai dans mon royaume.

- Vous êtes bien laide Madame, mais il est vrai que votre laideur est belle à regarder. Eh bien soit ! Je consens donc à partager avec vous ma couche, puisque vous êtes si persuasive. Mais je vous préviens, demain dès l'aube je ne veux plus vous revoir. Vous repartirez sans faire d'histoire, ni sans rien me demander. Faites-m'en la promesse ici.

- Je puis te faire cette promesse maintenant Raphaël, car avant l'aube je sais que tu seras à moi pour toujours. La question ne se posera donc plus.

- C'est ce que nous verrons, amoureuse maudite !

- Tu seras à moi te dis-je. Le risque est nul pour moi en te faisant une si ridicule promesse, puisque je serai de façon certaine la gagnante et tu seras le perdant. Ignorerais-tu donc mon pouvoir ? Ceux qui s'étendent en ma compagnie ne se relèvent en général jamais. Cette nuit tu t'endormiras dans mes bras sans même t'en rendre compte. Ton dernier sommeil sera doux : ma caresse fatale sur ton coeur sera insidieuse, imperceptible. N'oublie pas que j'agis toujours à la manière d'un voleur. Sans jamais avertir, sans un bruit, sans un mot. A pas de velours.

- Et moi je vous dis que vous ne m'emporterez pas cependant.

- Tais-toi donc pauvre prétentieux, et fais-moi une place dans ton lit.

Nous avons donc froissé les draps ensemble, la Camarde et moi. Mon amante était décharnée de la tête aux pieds et sa chair était sèche et froide. Ses doigts osseux étaient un supplice sur mon corps. Son haleine sentait le caveau et ses gémissements de plaisirs étaient rauques comme les soupirs d'un moribond. Mais je suis resté jusqu'au bout avec l'odieuse maîtresse. Son étreinte était dure et glacée comme le marbre, ses caresses étaient âpres et aiguës comme les cailloux, ses baisers étaient lugubres et morbides comme un chant sépulcral.

Les ébats nuptiaux furent affreux.

Mais je lui avais donné tant et tant de plaisir, à cette catin du diable, qu'elle en avait redemandé toute la nuit durant. Encore et encore. Et bien que l'aube arrivât déjà, ivre de voluptés et avide de nouveaux plaisirs, la sinistre amante m'enlaçait encore, oubliant la raison primordiale de sa visite.

Ma ruse avait réussi.

- Le soleil s'est levé, partez maintenant, puisque vous me l'avez si bien promis. Et que je ne vous revoie plus avant longtemps !

Et la Mort dut tenir sa promesse.

+++++++

7- Lettre à un défunt

Lettre à un défunt.

Vous voilà donc mort Monsieur X.

Laissez-moi d'abord vous apprendre, si vous ne l'aviez pas encore compris, admis, intégré, que la cigarette tue. A petit feu certes, mais elle tue. Soyez-en persuadé. Mais aujourd'hui il me semble que vous avez enfin compris la leçon, et réussi par la même occasion à cesser de fumer. Mieux vaut tard que jamais dit-on. Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses. Puisque apparemment vous avez pris de bonnes résolutions, c'est le bon moment pour moi de vous expliquer certaines choses.

Vous ne m'aimiez guère, ça je le sais. Ca va certainement vous étonner, mais moi je vous supportais avec condescendance, avec un authentique sentiment de supériorité. Vous ne vous en étiez jamais douté ? J'étais toujours très sincère avec vous dans ce genre de rapports. C'était un honneur que je vous faisais là, vous savez. Vous ignoriez totalement quelle image vous offriez de vous à ceux qui, comme moi, vous jaugeaient de si haut... J'avais pitié de cet éternel manuel incapable de la moindre profondeur de vue, de grandeur de sentiments, de noblesse d'âme. Pitié de votre infirmité cérébrale, pitié de vos manières sans nuance, pitié de vos poumons enfumés. J'avais pitié, et c'est pour cela que je ne vous haïssais point. Vous étiez un brave type au fond. Un travailleur honnête et ponctuel. Moutonnier et apolitique. Enfin un peu de droite quand même. Et plutôt à l'extrême droite. Vous étiez légèrement raciste aussi. Et même carrément, avouons-le.

Et puis vous étiez un fin épicurien aussi. Enfin ivrogne pour nous comprendre. Mais c'est vrai, maintenant que vous êtes mort, il ne faut pas dire ivrogne... On dira donc épicurien.

Jusqu'au bout vous avez incarné la médiocrité. Vous n'aspiriez qu'à de modestes choses en ce bas monde : juste au confort et aux biens matériels. Rien de plus. Vous aspiriez à des choses à votre portée. Vous n'étiez vraiment pas exigeant... Aujourd'hui vous êtes servi, vous avez le Ciel devant vous. Ca va sacrément vous changer de vos petits meubles et de votre télé. En fait vous étiez humain. Oui, finalement je crois que je vous aimais bien Monsieur X. En fait non, je ne vous aimais pas.

Ne m'en veuillez pas Monsieur X, c'est juste pour rire. Vous comprenez, rire ? Le sens de l'humour, vous connaissez ? Non pas le vôtre, pas votre humour à vous. Je veux parler des gens qui savent rire sans pour
autant montrer les dents. En finesse, en subtilité, en délicatesse. C'est ce qu'on appelle l'esprit.

Votre meilleure réussite, c'est encore lorsque vous avez conçu votre fille. Vous savez, votre fille que j'ai rencontrée un jour, que j'ai sortie de son milieu pitoyable... Votre fille qui ne vous ressemble décidément pas. Intelligente, fine, cultivée, pleine d'esprit, diplômée. Tout le contraire de vous. A se demander si vous êtes bien son père. Bon, il y a quand même cet air de famille... Vous avez bien réussi votre coup. Mais même là, vous y êtes un peu pour rien, n'est-ce pas ? Il n'est pas besoin de beaucoup de mérite, encore moins d'esprit, pour une semblable affaire. C'est généralement à la portée du premier imbécile venu.

Vous étiez là, vous avez fait l'affaire.

Vous êtes mort, et je me devais d'attendre ce moment crucial pour vous dire tout ça. Vous comprenez, vous m'auriez interrompu dès le début si j'étais venu vous raconter toutes ces choses sur votre lit d'hôpital. Ca n'aurait jamais marché avec toutes les infirmières. On m'aurait dit de partir. Et ça vous aurait tellement fatigué... Et puis surtout ça ne se fait pas. Mais maintenant que vous êtes mort, quelle importance ? Ca ne vous fera pas plus de mal. Et ça me soulage tellement de pouvoir vous dire toutes ces choses bien en face...

Allez, cette fois je vous laisse Monsieur X. Je vous souhaite tout de même un bon voyage vers l'infini. Adieu donc. Adieu et sans rancune. Je vous laisse à votre destin, voguez donc en paix dans votre éternité. Je vous pardonne. Pardonnez-moi vous aussi. Pardonnons-nous. Je vous donne ma paix. Ma paix.

Adieu.

+++++++

8 - Une dépouille ambiguë

Ca y est, je suis mort.

Etendu dans mon linceul, drapé d'ombre et de mystère, de grandeur et de misère, je suis pâle comme un prince, fier comme un pendu, beau comme un Judas. On se penche avec curiosité et dégoût sur ce spectre au rictus figé. Mes bras sont des ailes noires, mes lèvres des écailles bleues, et mon front est un mur d'insolence. On va ensevelir en vertes pompes ce diable d'ange.

On me trouve une mine superbe. Enfin, celle des jours ordinaires : une morgue tout aristocratique. Un je-ne-sais-quoi de repoussant et de charmant. On cracherait presque sur ce trépassé odieux, avec son air de vivant. C'est que je n'ai guère changé, avec mes allures de châtelain sans château, de gallinacé trop fier d'être coq, d'équidé heureux de n'être pas âne.

Mort ou vif, on me trouve plein d'esprit, insupportable, irrésistible, arrogant. On me déteste et on me vénère.

Même là, j'ai l'impression de faire des jaloux et des émules. La froide dépouille que je suis devenu est très persuasive dans son attitude d'indifférence mondaine et laisse un sérieux doute parmi ses hôtes.

Une dernière fois, on se demande si je ne me moque pas du monde.

+++++++

9 - Un verre

Dès la première gorgée, il avait senti sa caresse glacée dans la gorge. La bière qu'il était en train de déguster, c'était aussi le pressentiment de sa mort imminente.

Ce verre d'aspect si anodin était pour lui l'annonce intime d'un événement capital, la voie mystérieuse qu'avait prise le Ciel pour l'avertir. Il devait se préparer à la mort, le temps d'une dernière ivresse. Le processus était enclenché, irréversible. Il buvait à petites gorgées ses derniers instants, savourant la délicieuse amertume sous son palais.

Il se voyait quitter ce monde sur les ailes de Bacchus, sans effroi ni peine, bercé par les chaudes, molles vapeurs... Ce départ indolent semblait lui avoir été accordé comme une grâce.

A la moitié du verre, il devint solennel, leva son verre à l'ange de la Mort et fit ses adieux au barman. Les clients du bar ne lui prêtèrent guère attention. Propos d'ivrogne... Quelques gorgées plus tard, il chanta bruyamment, puis psalmodia lentement quelque cantique d'éthylique.

A la dernière gorgée, dans un geste dérisoire et sublime il fracassa son verre contre le miroir d'en face avant de s'écrouler parmi les bris de verre, yeux ouverts, lèvres décloses, coeur arrêté.

+++++++

10 - Le testament d'un amant moribond

Le tourbillon des jours qui passent s'achève. Je vais mourir. J'emporte avec moi des pierres millénaires et la pluie du ciel, le reste de mes rêves et encore la musique du vent jouant dans vos cheveux : tout l'héritage de mon passage sur Terre, le seul or qui vaille d'être emporté.

Avec vous j'ai porté le regard jusqu'aux étoiles, et j'ai frémi en approchant l'infini : à deux pas de vos salons. J'ai atteint quelque mémorable sommet, et je me suis ému au bord du vide : celui de vos conversations. Je vous ai aimée et j'en ai éprouvé quelque vertige : emporté par l'ennui.

Maintenant je vais mourir.

J'ai construit avec vous un édifice dédié autant à l'éternité qu'aux tasses de thé, l'oeuvre indestructible qui survivra à tout sur cette Terre et qui perdurera plus loin que mes os jaunis. L'Amour ma bien-aimée, l'Amour est bien la cause de tous nos soucis, de tous nos transports. J'aurais connu les vicissitudes qu'il draine ordinairement avec lui. A vos côtés j'ai appris la souffrance mondaine, les us de vos amies lettrées, les chapeaux à plumes. Et le pardon véritable.

Je vais partir. Ne pleurez pas, parce qu'au long de toutes ces années qui vous restent à vivre sans moi, mon banquier vous tiendra compagnie. Prenez soin de vous, puisque c'est vous la vivante et moi le moribond. En attendant de venir me rejoindre.

Lorsque votre tasse de thé sera définitivement refroidie.

+++++++

11- Une farce cadavérique

Etendu dans mon beau linceul doré, je souffre sans broncher les sourires et les haut-le-coeur que l'on m'adresse, imperturbable devant les chapeaux chics et les mines douteuses qui se penchent sur moi. Je me plie de bonne grâce à mes dernières obligations mondaines, et les hôtes qui défilent dans le salon mortuaire sont sensibles à mon aimable rigidité. Certes on me trouve un peu plus froid que d'habitude, mais c'est un peu normal étant donné que je suis quand même un peu mort.

De temps à autre je reconnais des invités plus ou moins aimés, plus ou moins amis, qui se pressent à mon chevet funèbre, et j'entends des bribes de commentaires :

- Ne trouvez-vous pas chère, que même dans cette posture définitive notre regretté ami garde ce je ne-sais-quoi d'izarresque assez insupportable ?

Ce "je-ne-sais-quoi" que l'on m'attribue habille à merveille ma roide dépouille. C'est très "monde", très proustien, voire assez flatteur pour un cadavre qui n'est déjà plus très frais. Je trouve que je ne m'en sors pas trop mal dans mon immobilité forcée, faisant bonne figure bien malgré moi. Ce "je-ne-sais-quoi" accompagne avec une distinction toute parisienne la pâleur de mon visage.

J'entends encore :

- Dire qu'il se prenait pour un des nôtres. Pensez donc ! Ce provincial invétéré avait de ces prétentions...

Certes, cependant force est de constater que ce cher Monsieur est quand même venu à cette "provinciale" réjouissance. Mais comme je suis un cadavre bien élevé, je me tais.

Avec stoïcisme j'essuie ce genre de commentaires, et bien d'autres encore, jusqu'à mon entrée glorieuse au cimetière. Pour l'occasion j'essai tant bien que mal de faire une "descente d'escalier" digne de mon beau nom à rallonge. Les cadavres ont aussi leurs petites vanités. Mais j'avoue cependant que l'affaire est assez difficile à réussir comme on le voudrait quand on est quelque peu trépassé. Aussi je me contente d'une prestation plus modeste.

Ca y est. Les formalités religieuses ont été expédiées et maintenant tout est fini. La mise en terre s'est bien passée, tout le monde est content, surtout le premier intéressé qu'on laisse officiellement reposer en paix dans le soulagement général. Les hôtes peuvent retourner à leurs salons boulevardiers et autres habitudes "biscuitières".

Mais la farce là-dedans, où est-elle me direz-vous ? Elle est dans le cadavre que les invités n'ont pas cessé d'asticoter.

+++++++

12 - Torpeur cadavérique

Je n'entendrai pas sonner le glas. Et pour cause : c'est pour moi qu'il résonnera dans la campagne affligée, par une triste journée de pluie. Vous serez là, recueillie auprès de ma dépouille déposée dans l'humble église. Un cierge brûlera à ma droite. L'odeur d'encens embaumera les lieux. Vos larmes claires se répandront au bord du linceul tandis que la fumée s'élèvera dans la fraîcheur de l'édifice. Le silence sera la musique mortuaire de ce deuil et votre chagrin, infini mais pudique, sera l'hymne que vous me dédierez.

Mon corps étendu narguera votre inutile amour. Cet amour impuissant à me faire revenir à la vie. Mon visage émacié par le masque étrangement serein de la Mort interrogera les fresques décrépites et sans valeur du plafond de l'église. Vous serez là, questionnant en vain ce cadavre glacé, pétrifié. Vous me prendrez la main, et vous étonnerez qu'elle soit froide dans votre main chaude. Elle demeurera sans réponse à votre étreinte, si peu accoutumée que vous serez à l'idée de la mort, de MA mort...

Oui, ce sera mon corps, mon cadavre, ma dépouille. Je serai là, gisant. Sans me plaindre, sans révolte, sans peur, sans plus de haine ni d'amour. Vous chercherez à comprendre, mais il n'y aura rien à comprendre. Rien que le fait de ma mort. Je serai effectivement mort, bel et bien mort. Aussi mort que le sont les pierres, les tombes et les ruines. Vous pourrez pleurer, prier, défier le Ciel et tous ses anges, rien n'y pourra faire : mon corps s'en ira en poussière et nul ne le verra plus jamais. Il sera déjà sur le chemin d'un irréversible anéantissement.

En signe d'adieu, vous passerez vos doigts contre mon visage de pierre. Il demeurera impassible, indifférent à votre caresse. Mort. Je serai mort, mon cadavre en sera la preuve. Je serai dans le même état que les statues de plâtre peintes de cette modeste église de campagne. Inerte comme un objet, comme un caillou, comme du sable anonyme. Sans vie, sans nom, sans chaleur.

Le cierge continuera à brûler en silence dans l'église devenue sombre vers le soir. Dehors la pluie de mars, triste, lente, lancinante, tombera d'un ciel plombé. Nulle âme ne s'attardera dans les rues en ce jour de deuil, en cette saison de mort. Vous serez seule dans l'église avec cette chose vidée de vie. Parfois le cierge jettera de pâles lueurs contre mon visage endormi, et ces reflets de flamme lui donneront l'illusion d'être en vie.

Vous vous attarderez un peu sur ces éclairs dérisoires, cherchant un réconfort, un signe, un sens, une explication. Mais la flamme mouvante du cierge continuera à brûler en vain et son humble clarté, dénuée de sens, glissera sur mon visage avant d'aller s'accrocher ailleurs.

Vous finirez par comprendre que je suis réellement mort. Vous sortirez de l'église, un cercueil dans l'âme. Vous vous retrouverez seule dehors sous une pluie maussade. Et je ne serai plus là pour vous aimer. Je ne serais plus avec vous. Plus jamais. Et vous serez seule, seule. Et vous me chercherez. Et vous ne me trouverez pas. Jamais. Parce que je serai mort. Mort. Mort. Définitivement. A tout jamais.

+++++++

13 - Deuil

Aujourd'hui est un grand jour. Raphaël est mort. Il est là, étendu dans son linceul morbide composé de draps douteux, les yeux clos, les traits pacifiés, les mains crispées, les cheveux sales. C'est un cadavre un peu bizarre. Il est mort après bien des souffrances. Il s'est débattu jusqu'au dernier souffle contre tous ses démons réels et imaginaires. Et il pue déjà, ce cadavre contorsionné !

On va inhumer cette dérangeante dépouille. Mais avant on va la contempler. Se repaître du spectacle morbide, pathétique de ses contorsions figées dans la glace de la Mort. C'est toujours fascinant à voir un macchabée : ça nous renvoie en pleine figure l'image de notre état de futur macchabée.

Sa peau a pris le teint blafard caractéristique de la mort. Il faut se rendre à l'évidence, il est bel et bien mort le bouffon. La Mort a fini par lui clouer le bec. Définitivement.

Regardez-le comme il fait piètre figure à présent qu'il est passé de l'autre côté... Finies les fanfaronnades, finies les hâbleries, les grosses farces, les bravades, les joyeuses railleries... Il est mort le bouffon. Bel et bien mort. Maintenant c'est lui qu'on plaint. Il fait pitié à voir en cadavre échevelé, déguenillé, tordu comme un pantin brisé. Pas très joli à regarder. Il n'aura pas eu le dernier mot cette fois : il avait la Camarde pour détractrice.

Maintenant on va le mettre en terre. La cérémonie est vite expédiée. Ca y est, sa dépouille est dans les entrailles de la terre.

On va pouvoir continuer à se lancer en paix des fleurs et des roses guimauves à la figure. Parler entre nous de tout et de rien, de la météo ou de Tartempion... Mais plus de ce diable d'Izarra !

Sans lui on va peut-être s'ennuyer. Quand même, il risque de nous manquer le bougre... Allez, adieu Raphaël. On t'aimait bien tu sais... Tu es parti rejoindre tes chères étoiles, alors bon voyage dans ton éternité.

Adieu et bon débarras !

+++++++

14- Au jour glorieux de mes funérailles

Je veux être inhumé en grande pompe et en petits souliers. En bonne compagnie j'espère franchir la jolie porte du cimetière, entendre autour de mon linceul les médisances chuchotées. Pour ce grand jour de ma vie je veux des larmes. J'en veux des chaudes, des tièdes et des glacées. Des pleurs sincères et des sanglots hypocrites. J'attends pour ce grand rendez-vous des mines affligées, des faces de rat et des amantes franchement éplorées.

J'aimerais qu'un public admirable et douteux à la fois fait de femmes et d'amis, d'ennemis et de bêtes m'accompagne jusqu'à la tombe. Je veux pour mon enterrement rien que du beau monde : des saints et des salopards. Une assemblée composée d'amis fidèles et de Judas, de vierges timorées et de dévoyées, d'aristocrates et de chiens galeux. Et que chacun me rende hommage, m'ignore ou me maudisse à sa manière.

Il faut qu'au jour de mes funérailles ça sente la rose et la graille, l'encens et le mauvais cigare. Je veux une tragi-comédie, une fête ratée, une farce tournant court, du beau temps alterné avec de la pluie maussade. Que l'on rie et que l'on se désole, que l'on boive à ma santé et que l'on rende tout sur mon tombeau ! Que l'on banquète comme des paillards après le spectacle et que l'on vienne me demander pardon sous les étoiles.

Vous viendrez cracher sur ma bière, vous mes ennemis. Vous serez les hôtes de choix, la fête sera belle. Vous apporterez cet indispensable piment qui réchauffera un peu la viande froide. Quant à vous mes amis, vous serez là pour donner de la dignité aux réjouissances. Vous suivrez au premier rang le convoi funéraire : rôles secondaires qui ont toujours été les vôtres. Vous serez présents pour donner une bonne figure à cette pénible et joyeuse affaire. Et aussi pour abandonner quelques sous au curé.

Vous mes femmes, mes bien-aimées, mes mal-aimées, mes hochets, mes ardentes soumises, mes tièdes insoumises, mes fausses compagnies et mes chères fuyantes, je vous ferai un grand honneur ce jour-là. Bien mis et roide comme un soldat de plomb, j'écouterai vos doléances sans mot dire, sans broncher et sans nulle amertume. Vous pourrez vider vos besaces : je serai parfaitement pacifié, loin des passions terrestres. Vos charmants discours ne me feront plus aucun effet. Je serai roide, vous dis-je. Froid comme un glaçon, dur comme un coeur de pierre, d'une inébranlable rectitude. Une correction parfaite, un maintien irréprochable. Mais définitivement inerte.

Curé, vous m'enterrerez pas sans une dernière faveur : à ceux qui seront réunis autour de ma dépouille vous lirez cette plaisante histoire que je viens de leur écrire.

+++++++

15 - Un cadeau pour la Camarde

Madame la Mort aux beaux yeux noirs m'a prêté sa faux, sa belle faux sonore qui crisse quand elle tranche. Avec cet instrument jardinier magistral, j'ai eu l'idée de raser les herbes folles qui s'élèvent hardiment de mes terres : ronces des concessions, chaînes du quotidien, épines du prosaïsme, vanité du paraître. Je dois couper tout cela. Rien ne doit dépasser ma cheville.

Il faut que je sois le maître chez moi. Il me faut soumettre à ma loi la flore que je foule. Du matin au soir, tout doit donner l'impression que je domine. Sous le poids inconsidéré de mon ombre qui passe, la tige pimpante ploie jusque dans la poussière. Si elle a l'audace, la folle, d'ériger la tête, impitoyablement je la lui ôte.

Madame la Mort m'a prêté sa belle faux qui crisse, et j'ai mis un peu d'ordre sur mes terres. Toute la sainte journée mon bras a fait sa besogne. Arpentant des heures durant les étendues de mon domaine, j'ai amassé l'herbe rebelle vaincue par le fer justicier. De ce foin de géhenne j'ai fait une meule. Puis j'ai engrangé.

Et le jour ou légitimement Madame la Mort est venue reprendre son outil, me demandant au passage de prendre ma vie, au lieu de lui remettre cette dernière, trop chère à mes yeux, je lui ai fait don de mon ivraie. J'ai côtoyé la grande Dame et me suis montré plus rusé qu'elle : je l'ai regardé repartir croulant sous le poids de mon offrande.

Depuis ce jour Madame la Mort aux yeux si noirs, si profonds ne m'a jamais plus importuné. Je ne songe plus aux ronces : emportées par la Faucheuse ! Exorcisées !

Voilà pourquoi aujourd'hui je suis encore de ce monde, plus vivant que jamais, le coeur léger. Plus fort que la mort, plus fort que les rêves qui se brisent contre la dureté du quotidien, c'est l'amour que je porte aux étoiles.

+++++++

16 - Je suis mort

Vous m'aimez, mais c'est un triste cadavre que vous aimez en vérité aujourd'hui. Regardez-moi donc d'un peu plus près. Voyez ce corps étendu, ce visage sans expression, ces mains inertes : ce sont ceux d'un mort. Réveillez-vous ma bien-aimée, et laissez partir en paix cette chair muette vers le néant de la terre. Laissez-moi, ne regardez plus cette jeune dépouille, tout cela est vain à présent. N'espérez plus entendre à nouveau ces mots d'amour sortir de mes lèvres figées : elles sont mortes elles aussi. Et pour toujours.

Retournez-vous en au monde des vivants et abandonnez vos rêves qui ne sont plus que des cadavres encombrants. Maintenant que je suis mort, il faut que vous partiez. Quittez-moi, quittez ce visage sans vie, quittez cette chambre froide et sa lumière crue. Vivez donc et laissez mourir les autres tant que brille pour vous le soleil. Cessez d'embrasser cet amant indifférent qui gît sous vos yeux : son coeur vidé de chaleur est devenu insensible à vos baisers. Vos lèvres se posent vainement sur mes lèvres. A quoi bon embrasser un mort ? Vous n'aurez que le silence et l'immobilité en retour. Les morts sont de bien piètres amants, croyez-moi.

Partez à présent, partez. Le silence de ce mort est plus éloquent que les cris d'un vivant. Ne comprenez-vous pas que ce cadavre n'a plus rien à vous dire ? Je n'ai rien d'autre à vous chanter que ce silence, en guise d'adieu. Je n'ai plus de souffle pour vous dire autre chose, plus de vie pour animer mes lèvres, plus d'oreille pour entendre vos sanglots, plus de coeur pour vous aimer. Il me reste seulement cette morte chair pour vous témoigner toute ma froideur.

Votre amour est infini, votre coeur inconsolable, votre chagrin incommensurable, certes. Mais ma mort est définitive, mon coeur à jamais éteint, et ma peine inexistante... Je ne suis plus. Et cette vérité est infiniment plus durable que vos larmes éphémères.

+++++++

17 - Un froid mortel
- Te souviens-tu lorsque nous chevauchions dans la steppe, fiers, les cheveux au vent, l'âme légère ? Te souviens-tu de nos cris dans le glacial azur ? Entends-tu l’écho de nos rires de jadis ? Sauvages et doux, nos chants rauques résonnaient jusqu’au soir dans les plaines givrées. Nous dévalions de blancs espaces, emportés par nos chevaux... T’en souviens-tu ? J’entends encore hennir nos montures.

Nous filions côte à côte à folle allure, rênes en mains, essoufflés, heureux. Dans un geste précis et périlleux, nos lèvres se rencontraient en plein galop : penchés l’un vers l’autre à la vitesse du vent, nous échangions un baiser dans le bruit des sabots. Statufiés en pleine course.

- A quoi sert de rappeler ces jours révolus ? Il nous faut oublier et avancer. Les regrets sont des herbes vaines, progressons plutôt.

- Ces jours ne furent-ils pas les seuls qui méritent que les siècles s’en souviennent ? Passagers de la toundra, maîtres des grands froids, seigneurs des neiges, nous sillonnions des terres vierges, insolites. Devant nous, toujours, l’écume. A l’infini.

Rien n’entravait nos cavalcades. L’horizon seul bornait notre vue. L’immensité était notre couche. Nous avions la Lune pour oreiller, des champs d’étoiles en guise de toit. Nous respirions le vent, humions les nues, transpirions corps et âme, allions nous abreuver directement au ciel. Des flots d’azur nous coulaient dans les veines. Notre pain quotidien s’appelait chants, amour, liberté.

Je me souviens du vent qui chantait entre les rochers et dans le lointain, plaintif.

Le soir, le violon d’Eole se taisait. Alors on entendait la musique des étoiles. Un silence grandiose. Parfois la blonde Flâneuse veillait sur les étendues gelées. Tout se figeait sous son éclat follet : la nuit devenait mystère.

Enroulés dans nos fourrures, t’en souviens-tu ?, un feu couvait près de nous, tel un ami vigilant. Nous refermions sur notre sommeil la tente de peaux. Autour de nous, un froid mortel.

Epuisés, nous sombrions dans un sommeil profond, enlacés jusqu’au petit jour. Nos galopades se poursuivaient dans nos songes, fabuleuses. N’aimes-tu pas te remémorer ces souvenirs heureux ?

- L'aventure est finie. Nous ne chevaucherons plus à travers la steppe que tu aimais tant, plus jamais. Et tu le sais. Oublie ces années heureuses et regarde plutôt devant toi. Une autre aventure nous attend. Rappelle-toi, un matin nous ne nous étions pas réveillés. Le froid nous avait ensevelis sous son manteau fatal.

Car tu sais bien que depuis des siècles nous sommes morts.

+++++++

18 - Un couple sans histoire

L'homme et la femme se réveillent sous une clarté inédite. Ils sont nus mais ne ressentent pas de froid. Ils sont juste étonnés de se retrouver sans mémoire en ce lieu étrange et solennel car ils ne savent pas d'où ils viennent, ni comment ils sont arrivés là. Un silence grandiose règne autour d'eux. Un brouillard blanc, doux, légèrement lumineux s'étend de toutes parts, recouvrant un sol uni, cachant l'horizon, le ciel, l'espace.

Un peu effrayés en dépit de l'aspect paisible des lieux, l'homme et la femme se prennent par la main pour se réconforter. Ils se regardent, surpris de se découvrir nus, si jeunes, avec des traits clairs inhabituels. Ils ont la profonde impression de naître à l'instant même, d'être en train de s'éveiller au monde tel un papillon qui s'extrait de sa chrysalide. Leur esprit est léger, frais, régénéré comme après un profond, long, interminable sommeil. Aucun souvenir n'encombre leurs pensées. Instinctivement ils se dirigent dans une direction, toujours main dans la main. La femme, plus décidée, entraîne l'homme un peu craintif. Elle le tire légèrement par la main parce qu'il hésite à avancer dans ce monde inconnu. Cet univers serein et cérémonieux le déconcerte.

L'homme n'ose pas avancer, il a peur. Maintenant il pleure. Il est jeune, nu, il n'a pas froid, ses traits sont clairs. Il n'a pas de souvenirs, il ne comprend pas et il a peur. La femme ne craint pas. Lui, il pleure. C'est un homme. Il pleure et elle le réconforte. Elle est plus forte, plus intuitive, plus confiante. Elle sent qu'il faut marcher, aller à la rencontre de l'inconnu. Elle encourage l'homme à faire ces quelques pas qui l'effrayent tant.

Maintenant elle le tient par la main comme on tient un enfant. Il pleure toujours, tandis qu'elle a de plus en plus confiance. Ils avancent pas à pas, et progressivement une ouverture diffuse se présente face à eux sous forme de halo gris nébuleux. Ils savent qu'il leur faut entrer, passer par cette porte. Ils le savent intimement. C'est le passage obligé de leur marche. L'homme a de plus en plus peur. Il ne veut pas entrer. Alors la femme le tire un peu plus fort par la main. Il pleure comme un enfant, bien qu'il sache qu'il lui faudra de toute façon passer par la porte. Tous les deux savent d'instinct qu'il est inutile de se retourner, que leur sort est là, devant eux.

La femme exhorte l'homme à le suivre, lui demande de ne pas avoir peur, d'avoir confiance. Mais il supplie, redouble ses pleurs, s'agenouille, enlace la femme. Maintenant il faut y aller. Il faut avancer, passer la porte, entrer dans l'inconnu. La femme entre la première, tirant l'homme par la main. Il la suit résigné, l'autre main cachant son visage. Il faut entrer, passer la porte.

Une lumière radieuse, fulgurante, pacifiante inonde les lieux, envahit leur être, sèche les larmes de l'homme. Ils comprennent tout : la porte est passée, les vieux époux viennent de quitter le monde intermédiaire si bref séparant la poussière de l'infini.

Le couple de vieillards s'est réveillé de son sommeil funèbre. L'homme et la femme se reconnaissent aussitôt dans leur jeunesse rétablie et s'enlacent, émerveillés de se revoir en ce lieu. Ce sont comme des retrouvailles après une longue séparation. Maintenant qu'ils sont arrivés à bon port, ils peuvent se retourner : derrière eux gisent deux tombes.

Sur l'une on peut lire "MARCEL DUPONT". Sur l'autre, "GERMAINE DUPONT".

+++++++

19 - Un songe déroutant

Je n'ai plus rien à attendre de cette existence. J'ai vécu. Je dois partir maintenant. Je suis lasse. Plus rien ne me retient en cette vie. Que pourrais-je espérer en ce monde où déjà je n'existe plus, trop vieille, trop laide, trop fatiguée ? Il n'y a rien non plus à espérer de l'autre côté : personne ne m'y attend. Ce serait trop beau. Là où je vais aller il n'y a rien d'autre que de la pourriture et du noir. Il n'y a même pas de place pour le désespoir. On ne désespère pas quand on est mort. On se tait, on s'enfouit, on est muet, on n'y pense même pas... En un mot, on est mort !

Le temps semble venu. Mes forces m'abandonnent. Je tombe. Je vois tout noir. Je pars déjà... Je quitte cette vie. Mais non je ne rêve pas : je suis en train de mourir. Je vais au néant...

Ca y est, je suis morte.

Morte ? Mais où suis-je donc ? Ce visage radieux reflété dans l'onde n'est pas celui de la vieille hideuse que j'ai été. Et puis cette onde limpide où je me mire, cette lumière qui m'entoure, ce paysage magnifique... Serait-ce ça la mort ? Mais non, je ne rêve pas pourtant.

Je comprends maintenant. L'histoire de ma mort, ça n'est qu'un songe. Je dors et je rêve que je suis en train de mourir.

A moins que...

Pauvre vieille que je suis ! Je suis réellement morte. Ce reflet flatteur que je vois dans l'eau, c'est mon nouveau visage. Cette lumière dans laquelle je baigne n'est pas un mirage onirique. Ce paysage n'est pas une chimère issue de mon sommeil. A présent je sais que je ne suis plus dans un rêve. Je suis vraiment morte. Seul le début de cette histoire fut un rêve, mon dernier rêve. Celui qui m'a conduite jusqu'ici.

Je suis partie en dormant : Morphée m'a prise dans ses bras pour me déposer en douceur sur les rives de la Mort.

+++++++

20 - Têtes d'enterrement

La Mort a déposé sa couronne funèbre sur mon front. Sans fioriture. Me voilà étendu dans un linceul. Des larmes sont versées. Bien inutilement, puisque je suis mort.

La Mort ne m'a pas demandé mon avis, elle m'a élu sans me prévenir. Me voilà roi parmi les vivants : j'ai accédé à la dignité de cadavre. Je suis devenu une curiosité, une statue qui impressionne, même si je n'ai plus l'air de rien.

La Mort m'a emporté, je laisse au monde le souvenir insignifiant de mon passage. La Mort vous emportera vous aussi, d'un formidable coup de faux et avec un grand rire cynique. De manière si réelle, que dans votre prison de bois se brisera toute vanité. Regardez-moi, regardez mon visage impassible. C'est votre propre reflet que vous voyez. Ce mort exposé dans un linceul sophistiqué, c'est vous. Vous le savez, et vous avez peur.

C'est moi qui suis mort, c'est vous qu'on enterre : vous êtes blêmes, solennels, affligés. Vous redoutez ce moment où ce sera votre tour. Vous n'y voulez pas songer, mais cela vous obsède. Son rire cynique vous obsède, sa faux vous obsède...

Votre tour arrivera, patience.

En attendant vous faites comme si. Vous feignez de ne pas entendre l'écho de son rire aigu. Vous faites semblant d'ignorer que vous êtes en sursis, vous aussi. Et vous jouez à m'ensevelir. Sans oser vous l'avouer, vous vous voyez à travers ce cadavre qui n'est pas le vôtre.

Chacun de vous voit sa tête à la place de ma tête.

+++++++

21 - Au Père Lachaise

En septembre j'aime à errer entre les tombes illustres du Père Lachaise. Je vais y chercher le parfum subtil que dégagent les défunts distingués. Là-bas les marbres ont des allures de Trianon. Un charme désuet hante les lieux. Baroques, exotiques ou d'un classicisme formel, bien des sépultures invitent à la rêverie. Ainsi celle de Chopin avec sa pleureuse taillée dans la pierre blanche, celle de Musset et son saule rachitique, celle de Balzac comme un trophée de chevreuil...

Là, règne la Mélancolie.

Dans les passages étroits, sinueux, on se perd avec délices. Avec parfois une surprise au détour du chemin, une rencontre inespérée. Sur une stèle, on déchiffre un nom depuis longtemps sorti de la mémoire. Un spectre apparaît : poète, grammairien ou historien du temps de nos manuels scolaires. Souvenir de classe de notre enfance, héros poussiéreux de nos lointaines aventures d'écoliers, émouvant insecte desséché des livres d'antan... Sur lequel, à défaut de mettre un visage, on met une pierre brisée, une croix couverte de mousse ou une dalle rongée par le temps.

Les hôtes augustes du cimetière semblent avoir imposé leur temps aux vivants. Car le temps au Père Lachaise s'est figé. Il s'est arrêté au XIXième siècle. Là-bas les morts ont des moeurs surannées. Ils portent encore des cols blancs, lisent des poèmes en alexandrins et pleurent d'amour pour des femmes en robes longues.

+++++++

22 - Au cimetière

En passant le portail rouillé du vieux cimetière, la petite troupe des endeuillés pris des allures charmantes et pittoresques. Le cheval trottinait dans l'allée étroite, ouvrant la marche à l'humble convoi mortuaire. Derrière lui, le corbillard bringuebalait mollement dans des grincements de bois sec. Il n'y avait que des vieilles croix rouillées couvertes de mousse dans ce petit cimetière de province. Des antiques tombes patinées par les lunes, les vents, les siècles. Certaines, très érodées, étaient devenues anonymes.

Le cortège funèbre était chamarré, hétéroclite, baroque. Il y avait une petite vieille, vive, avec des rides comme des sillons dans la terre, portant avec grande dignité une coiffe traditionnelle. A ses côtés, un homme corpulent arborant de superbes moustaches en virgules, tenant dans ses mains épaisses un petit chapeau anguleux avec des motifs écossais... Une mise d'une autre époque. Il y avait surtout des vieilles gens endimanchés : les bruits de cannes, les murmures grasseyants, les chants psalmodiés s'ajoutaient au joyeux concert de l'attelage.

On allait inhumer un pauvre diable.

La procession avait quelque chose de suranné, d'irréel, de fantasque. En fait ces funérailles étaient éminemment poétiques. Il y avait de la grâce dans cette escorte claudicante, une fraîcheur inattendue dans ce corbillard qui cahotait entre les tombes, de la beauté dans ces anciennes croix en fer forgé, vétustes, décrépites, mais toujours dressées.

A un moment donné de la cérémonie, au signe du prêtre l'assemblée fit le silence devant la sépulture. Il se passa alors une chose mystérieuse : on eût dit qu'à cet instant même, dans ce silence humble et solennel, l'Univers entier s'était ramassé. En ce lieu insignifiant il semblait que le Ciel était venu s'agenouiller, conviant tous ses anges pour accueillir le défunt. Ce fut juste une impression, fugace mais partagée.

L'assistance se dispersa sans mot dire. La vieille à la coiffe désuète s'en fut d'un pas alerte, la mine gaillarde. Le gros homme avec son air bon enfant lissa ses moustaches, remit son petit chapeau sur la tête. Les petits vieux firent cliqueter leur canne. Certains tirèrent sur leur pipe.

Ce fut un bel enterrement.

+++++++

23 - Mon épitaphe

En cette terre repose celui par qui les muses s'exprimèrent de la plus belle des façons. Il fut leur porte-parole, le confident des anges, l'ami des astres. Il rêvait de chevauchées célestes, d'essor cosmique, poursuivant sans cesse les étoiles, épris des hauteurs incorrompues.

Et d'amour pur.

Il aimait la compagnie des femmes, chantant les vierges beautés, fut aimé de ses pires ennemies les laides, les acariâtres et les déflorées qu'il raillait sans remord.

Il fut proche de Vertu, fuyant vice, gueusaille, mollesse.

Il éprouva des passions charnelles pour des bonnes soeurs, des naïves fortunées, des servantes de sa maison qui lui en furent toutes reconnaissantes.

Il n'aimait pas les enfants, ni les chiens, ni les engrossées. Narcisse fut son frère d'arme. Harpagon son conseiller financier. La Camarde sa hantise pour laquelle il succomba finalement, cédant vers la fin de sa vie à ses avances, toujours en quête d'aventures inédites...

TEXTES DE RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA



- 40 TEXTES SUR LA LAIDEUR -

Je propose à qui voudra les lire ces 40 textes cruels, rarement tendres (parfois) mais toujours issus d'une plume soucieuse de froid esthétisme, d'âpre vérité.

Bonne lecture !

Raphaël Zacharie de Izarra

+++++++

1 - La ronce et la plume

Je ne vous oublie pas, laide chartraine. Vous demeurez chère à mon coeur, vous qui avez si bien su me faire aimer les faces de gargouilles. Et les larmes des poupées de chiffon. J’aime vos yeux, beaux comme des étangs. Vos lèvres closes sont comme la rose sous le givre : sanguines, glacées.

Amante onirique, vous le visage sans beauté, vous le front de misère, votre couronne d’épines m’agrée. Vous plaisez à mon coeur, adorable victime. Si frêle, si pâle… Je célèbre vos grâces arides. Vous êtes un cantique, une arène, un tombeau. Cristal et austérité se mêlent en vous.

Je vous préfère aux fatales créatures à l’oeil cerclé de noir : votre sècheresse vous confère une authentique beauté. Vous portez un deuil radieux. Votre mélancolie met du feu dans vos prunelles. Belle vous êtes, vous la contadine, vous la misérable, vous l’éplorée. Que ne vous ai-je proposé un amour pervers et beau jadis, sous le ciel chartrain ?

Affligé je suis, moi l’esthète, moi le cruel, moi la plume.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

2 - Les vieilles filles

J'aime les vieilles filles. Et lorsqu'elles sont laides, c'est encore mieux.

Les vieilles filles laides, acariâtre, bigotes ont les charmes baroques et amers des bières irlandaises. Ces amantes sauvages sont des crabes difficiles à consommer : il faut savoir se frayer un chemin âpre et divin entre leurs pinces osseuses. Quand les vieilles filles sourient, elles grimacent. Quand elles prient, elles blasphèment. Quand elles aiment, elles maudissent. Elles considèrent leurs plaisirs comme une soupe vengeresse qui les maintient en vie. Elles raffolent de leur potage de fiel et d'épines. Tantôt glacé, tantôt brûlant, elles avalent d'un trait leur bol de passions fermentées. Les vieilles filles sont perverses. C'est leur jardin secret à elles, bien que nul n'ignore leurs vices.

Les vieilles filles sont des amantes recherchées : les esthètes savent apprécier ces sorcières d'alcôve. Comme des champignons vénéneux, elles anesthésient les coeurs, enchantent les pensées, remuent les âmes, troublent les sangs. Leur poison est un régal pour le sybarite.

L'hypocrisie, c'est leur vertu. La médisance leur tient lieu de bénédiction. La méchanceté est leur coquetterie la plus naturelle. Le mensonge, c'est leur parole donnée. Elles ne rateraient pour rien au monde une messe, leur cher curé étant leur pire ennemi. Le Diable n'est jamais loin d'elles, qui prend les traits de leur jolie voisine de palier, du simple passant ou de l'authentique Vertu (celle qui les effraie tant). Elles épient le monde derrière leurs petits carreaux impeccablement lustrés. Elles adorent les enfants, se délectant à l'idée d'étouffer leurs rires. Elles aiment aussi beaucoup faire la conversation avec les belles femmes : c'est pour elles une vengeance subtile que de s'afficher en flatteuse compagnie tout en se sachant fielleuses, sèches, austères. Elles portent le chignon comme une couronne. C'est là tout leur orgueil de frustrées.

Oui, j'aime les vieilles filles laides et méchantes. A l'opposé des belles femmes heureuses et épanouies, les vieilles filles laides et méchantes portent en elles des rêves désespérés, et leurs cauchemars ressemblent à des cris de chouette dans la nuit. Trésors dérisoires et magnifiques, à la mesure de leur infinie détresse. Contrairement aux femmes belles et heureuses, elles ont bien plus de raisons de m'aimer et de me haïr, de m'adorer et de me maudire, de lire et de relire ces mots en forme d'hommage, inlassablement, désespérément, infiniment.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

3 - Une froide beauté

Mademoiselle,

Ce soir la Lune est grise, je n'ai plus de chandelle et je trempe ma plume dans la nuit. Mademoiselle, vous êtes ma morte aimée et votre beauté blême flatte mon âme esthète. Ma tête est vide, mon coeur éprouvé, mon corps las, cependant c'est pour vous que sont ces mots, témoignage de ma détresse de sybarite. Ou de l'effet de votre charme cadavérique.

J'aimais vos yeux de noyée, vos joues d'affamée, vos lèvres de vestale, vos questions de femme. J'aimais la pierre gothique de votre coeur chartrain. Enfin j'admirais cette statue inquiète qui me faisait face, médiocre et superbe, modeste et admirable, humble et luxueuse. Comme une poupée de chiffon aux allures de reine, aux haillons de soie.

Votre pauvreté était belle à regarder, et moi je vous contemplais comme une poterie funéraire. Votre visage était tout un musée. Vous étiez une statuette antique, une stèle mortuaire, une figure étrusque. Funèbre et digne. Vous ressembliez indistinctement à une terre cuite ou à une pièce d'argent. Le deuil de vos cheveux blonds, de vos yeux clairs, de votre front impénétrable produisait un effet sépulcral, poétique et pétrifiant, exhumant de vos traits un charme de pietà qui me réchauffait le coeur.

Votre face de momie était vraiment adorable.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

4 - Leçon de choses

L'une était laide, sotte, méchante. L'autre était belle, espiègle, aimable. Cependant la première était très chaste et fort pieuse, la seconde frivole et passablement impie.

Par jeu je tins ce pieux discours à la dévote aux traits ingrats :

- Mademoiselle, votre laideur est le garant de votre vertu. Vos moeurs austères plaisent à Monsieur le curé qui vous voit à vêpres chaque jour. Votre vie de misère fait plaisir à voir, au moins vu du presbytère. Votre laideur est maudite mais votre vertu est estimable. La décence est chose encore assez rare chez les jeunes filles pour qu'elle vaille quelque prix aux yeux des honnêtes gens. Acceptez donc aujourd'hui qu'un galant achète votre hymen au prix fort.

La chaste me répondit :

- Certes, je suis laide. Cependant je suis une fille pieuse et honnête, amie des araignées d'église et des soutanes. En ce bas monde seules la solitude et la poussière me sont chères. Sachez que mon hymen est consacré au silence, mon coeur au démon de l'ennui et mon âme aux cloches de l'église.

A l'entendre ainsi parler, elle était effectivement bien sotte.

A la jolie libertine je m'adressai en ces termes :

- Mademoiselle, votre charme est le garant de votre bonheur. Vos moeurs joyeuses plaisent à Dieu qui se réjouit d'avoir fait une si belle oeuvre. Votre légèreté ensoleille les coeurs ternes qui vous approchent. Votre beauté est bénie, ainsi que votre âme. La vénusté est chose trop précieuse pour qu'on omette de lui rendre hommage. Acceptez donc aujourd'hui qu'un galant achète votre hymen au prix fort.

Sur quoi l'aimable créature me répondit :

- Parce que je me voue sans compter aux causes de l'amour, je vous accorde sans compter l'accès aux merveilles que vous convoitez. Je suis l'amie des joyeuses gens, de la danse et du vent dans les herbes folles. Ma beauté est consacrée à la Beauté, mon coeur à la joie et mon âme à qui la méritera.

Après l'avoir dûment corrigée et humiliée je laissai tomber la laide, bigote et imbécile demoiselle au bénéfice de la belle, épanouie et spirituelle amante.

Moralité : châtiez, raillez puis fuyez les laiderons sans esprit ni envergure !

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

5 - La beauté d'une gargouille

Mademoiselle,

Ainsi comme vous me l'avouez, il est flatteur pour vous d’être ma muse et vous voulez que je rende un juste et mérité hommage à votre beauté absente, à la pauvreté de votre éclat, à la tristesse de votre face plus humaine qu’angélique… Eh bien soit ! Point de vaines séductions stylistiques, pas d’artifices malvenus ni de mensongers violons au bout de ma plume pour vous honorer.

Pour vous plaire, je vais donc mettre un peu de ces réalistes arabesques autour de mes propos. Si vous êtes laide, alors votre laideur est toute gothique. Telle une cathédrale ornée de gargouilles, votre séduction est dans les grimaces de votre féminité. Et c’est là que vous m'êtes aimable : avec ce voile d’ombre et de pierre sur le front. Le bleu de Chartres est dans vos pupilles, et je crois voir dans votre regard cérulescent cette Vierge affligée déjà aperçue dans quelque vitrail. Votre mystère est austère, certes. Mais c’est précisément cette humilité qui fait chanter les poètes.

Vous n'êtes pas vraiment belle Mademoiselle, mais c'est en cela que vous brillez.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

6 - Le vice mal vêtu

La vieille fille dont je vais conter l'histoire et que l'on surnommait "Mademoiselle la Diablesse" était non seulement fort laide mais encore très méchante, sotte, cruelle. Voire ignoble. Elle n'aimait absolument personne, frustrée de n'être point née du flanc de Vénus.

Elle battait son chien à heures fixes, médisait sur ses voisins, crachait dans la sébile des mendiants, maudissait son curé, insultait même le Bon Dieu le dimanche à l'église. Parce qu'en plus d'être parfaitement impie dans ses actes, elle était particulièrement assidue aux messes. Fausse dévotion destinée au dieu Hypocrisie...

Rien ne l'amusait tant que d'aiguiser son coeur de silex. Elle était insensible à la souffrance des enfants qu'elle détestait, mais éprouvait une étrange pitié pour les asticots que les pêcheurs utilisaient comme appâts. Elle se réjouissait du malheur de ses semblables, seule consolation à sa misère. Bref, c'était un monstre de vieille fille.

Notons que sa laideur ne l'empêchait nullement d'éprouver les nécessités de la chair qu'une abstinence prolongée et forcée rendait plus vives encore. Mais tout chez elle était décidément corrompu : ses désirs charnels n'étaient que perversités, honte, bassesses... Ses féminins vertiges consistaient en la perspective de saillies brutales et abjectes, exemptes de toute tendresse.

Elle se mit en tête d'attirer de mâles débauchés avec les seuls artifices à sa portée : la cosmétique bon marché. Elle se farda outrageusement. Loin de masquer sa laideur, ce maquillage eut pour effet de la décupler.

Elle se crut désirable et acheva de se dégrader en s'affublant de noires dentelles et de verts souliers. Ainsi parée, son dessein premier fut de faire des avances au bedeau du village qui outre de n'avoir pas son pareil pour faire sonner l'airain, avait surtout la réputation de manier avec art un certain battant...

Elle frémissait à l'idée d'ajouter un son fêlé au concert de cet expert en cloches.

Avec sa tête affreuse, ses membres osseux, ses côtes apparentes, son corps anguleux, elle ressemblait à une longue araignée attendant sa proie. Dès qu'elle vit l'oiseau sortir de son clocher, elle exerça sur lui ses viles séductions.

Mais le brave bedeau qui n'avait de goût ni pour la chair triste ni pour les créatures contrefaites, encore moins pour les épouvantails harnachés de broderies, répondit à ses avances par une paire de gifles magistrales, agrémentées d'un crachat bien ajusté entre ses pommettes ingrates.

La gueuse s'en fut, plus fielleuse que jamais, jurant par tous les diables que la prochaine fois elle dissimulerait ses intentions libidineuses derrière le masque permanent et authentique de sa naturelle laideur plutôt que sous celui d'une mensongère beauté.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

7 - Abstinences et châtiments

Sa vertu consistait en des puérilités de vieille fille. Elle fréquentait avec assiduité les lieux austères, sombres, humides : caveaux, chapelles décrépites, presbytères aux relents d'hospice. Elle consultait des livres poussiéreux sans intérêt, s'abîmait dans la lecture frénétique de vieux missels, assistait à toutes les messes.

Son honnêteté était légendaire. Elle ne sortait jamais le soir, ne portait que des vêtements de deuil, se détournait naturellement des hommes tant elle avait pris l'habitude de les mépriser depuis ses premières règles. Si bien qu'à quarante ans elle était devenue laide et acariâtre.

Un jour cependant, prise d'une sorte de fureur utérine sans précédent propre aux femelles de son espèce, elle alla exhiber sa nudité sur une plage où nul ne la connaissait, loin de son village natal. Elle se délectait à l'idée d'éveiller de mâles ardeurs au-delà de son clocher.

Elle fit l'effet d'un repoussoir : elle était sèche, osseuse, sans forme. Elle n'avait que de la peau et des épines. C'était une rose sans pétale, une longue tige couverte de piquants, une femme flétrie et anguleuse. Son corps sans appas provoquait le dégoût, la pitié, voire les quolibets. De cette créature accoutumée à l'abstinence, aux concerts des cloches d'églises, au silence des cimetières et aux murmures des confessionnaux, on ne voyait que les côtes qui ressortaient, la peau trop pâle, l'allure étriquée. Cette femme était un squelette, un corps décharné. Même le Diable n'aurait pas voulu d'une si piètre compagne d'alcôve. Elle exposait ridiculement sa poitrine plate aux regards, se déhanchait maladroitement sur le sable, s'ébattait stérilement dans les flots comme si elle voulait rivaliser avec les beautés charnelles qui l'entouraient... Le spectre dansait, tandis que les Vénus doraient au soleil.

Elle retourna dans son village plus fielleuse que jamais, maudissant les hommes parce qu'ils n'avaient pas daigné poser leurs regards concupiscents sur ce qu'elle pensait être un "trésor préservé". Elle se consola en se plongeant de plus belle dans la lecture de ses missels, en usant entre ses doigts de momie ses sempiternels chapelets, en multipliant ses promenades morbides au bord des tombes. Ce qui la rendit encore plus laide, plus honnête, plus vertueuse, plus infréquentable.

Son existence fut un grand désert. La chasteté, la solitude, l'ennui furent ses compagnons de route, les seuls qu'elle admît. Elle mourut dans le plus parfait anonymat sans que son irréductible vertu ait reçu la moindre récompense. On l'inhuma en modestes pompes. Elle fut vite oubliée.

Ainsi en est-il du destin des vieilles filles laides et acariâtres.

Sur sa tombe nul n'alla jamais se recueillir. Sauf moi : je suis allé la visiter un jour. J'ai éprouvé le désir de laisser sur sa sépulture la trace éphémère de mon passage. Je me suis penché sur le marbre médiocre, lentement, solennellement.

Pour y déposer un crachat.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

8 - La morale amoureuse

J'aimais les rires stridents de la méchante fille, et fuyais les sourires onctueux de l'aimable couturière. Il faut dire que la pimbêche était belle comme une catin, alors que la chiffonnière était d'une repoussante banalité. La première était une vraie pie jacassière, la seconde une carpe parfaitement dévote. La chipie avait un coeur venimeux qui était loin de me déplaire, alors que l'ouvrière était d'une honnêteté dégoûtante : un vrai tue l'amour.

Je n'avais de cesse d'admirer la blonde vipère qui s'ébattait joyeusement sous le soleil. Et je maudissais tout haut la terne fileuse chaque fois que je la voyais sortir de son antre. La méchante fille s'amusait parfois à lui cracher au visage. Ce spectacle me réjouissait : c'était la beauté piétinant la laideur. Le triomphe de la joie sur la tristesse.

Le plus comique de l'histoire, c'est que la gueuse avait des vues sur moi. Je lui fis comprendre non sans cruauté que c'était son ennemie, la blonde mijaurée, que je préférais. Je lui expliquai que ses rires aigus, ses éclats de voix fielleux, son front haineux, ses dentelles recherchées, sa toilette osée, sa gorge aérée, sa cuisse dévoilée étaient choses adorables à mes yeux et que je ne voyais rien d'aussi aimable chez celle qui pensait me séduire avec ses chapelets et ses doigts desséchés de laborieuse... Je lui démontrai la vanité de la moralité, de la modestie, de la décence, lui prouvai la supériorité des rires perçants des blondes impertinentes sur les sombres sourires des vierges de son espèce.

Je lui expliquai tout cela en présence de la scélérate beauté qui n'en perdit pas une miette. Pour finir je lui crachai au visage au moment où je sentis poindre ses premières larmes. Je n'eus même pas à inviter la jolie hyène à m'imiter : elle me devança et ses crachats recouvrirent les miens sur le visage en pleur de l'offensée. C'était odieux et délectable, ignoble et exquis, infâme et jouissif.

Amants et esthètes, mes frères, récompensons sans compter le vice et la beauté, châtions sévèrement la laideur et la vertu.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

9 - L’infortune de la laideur, les avantages de la fortune

- Mademoiselle, vous allez être bien étonnée : vous êtes laide, cependant je convoite avec feux votre modeste hymen. En vertu de cette loi mondaine qui sur l’échiquier de l’amour fait passer au second plan le visage contrefait de l’amante lorsque cette dernière à l’avantage de posséder une jolie dot, je brûle en votre nom. Déplaisants sont vos traits pour le premier venu. Ravissants je les trouve : Monsieur votre père en m’accordant votre main me lègue sa fortune.

Réjouissez-vous car vous auriez pu naître laide et pauvre. Le sort a voulu que vous naissiez laide et riche.

Vos mille écus vous confèrent mille grâces. Ce que la beauté seule peut s’acheter passagèrement sans le secours d’un héritage, la laideur couverte d’or peut se l’approprier durablement. Quand une femme a l’heur de posséder soit la beauté soit la fortune, elle doit en user sans entrave ni honte à dessein de jouir au mieux de l’existence.

Ce que la naissance accorde aux êtres, beauté ou argent, les êtres doivent en user sans scrupule. Armes légitimes de la vie de salon... Soyez certaine qu’en maintes occasions, ici et ailleurs, aujourd’hui et de tout temps, à l’insu des bonnes consciences et sous couvert de vertu, la beauté a toujours exercé ses droits autant que la richesse. Qu’une femme laide comme vous use de ses biens pour s’acheter un durable hyménée est aussi judicieux et pas plus déshonorant qu’une femme usant de sa beauté à des fins personnelles, qu’elle soit en quête d'émois charnels furtifs ou de romanesques enchantements de l’âme.

Vous n’avez pas la beauté mais vous avez l’or. D’autres ont la beauté mais point l’or. La justice est de ce monde Mademoiselle, en vertu de la loi universelle des équilibres : mes ardeurs contre vos écus, et tout s’arrange, tout s’harmonise, bref tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

- Monsieur, pour cynique qu’il soit votre discours est cependant plaisant et aimable. Vous disposez avec outrance, désinvolture et grande liberté des mots autant que des coeurs, et vos arguments éhontés me montent à la tête. Je suis d’autant plus sensible à vos raisons que je suis effectivement bien laide, et fort riche. J’ai tout à gagner à partager la fortune de mon père avec un compagnon aussi conciliant. Je vous accorde le droit d’accéder à ma dot en échange de votre fidélité à cet hymen si peu accoutumé aux courtisans. Flattez-le bien Monsieur, et vous n’aurez point à le regretter puisque j’acquiesce de tout cœur à vos avances : ma dot contre votre flamme.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

10 - Le plaisir des bigotes

Plus que toutes autres femmes, les bigotes abstinentes aiment se donner du plaisir. Enhardies par la honte, excitées par l'effroi des feux infernaux, elles s'adonnent sans retenue à d'inavouables passions charnelles. Entre les bigotes et la vertu, c'est une grande, une brûlante, une pitoyable histoire : la haine.

Les bigotes décaties portent des masques de toute beauté, des dessous honnêtes, chastes, s'enroulent des chapelets rutilants autour de leurs doigts gracieux. Elles sont laides dans leurs églises, laides dans leurs maisons. Les curés peuplent leur imaginaire érotique, et les vierges en plâtre des églises sont leurs derniers garde-fou. Quant aux vierges en plastique ramenées de Lourdes, ce sont leurs petits diablotins. Indulgentes envers le péché, le Mal, les concessions et la licence la plus éhontée, elles ne supportent pas la pleine lumière.

Chez elles la pénombre est propice aux confessions des pires péchés. Leur sexualité portée en sacrifice est leur passion, un calvaire délicieux. Digne d'une procession, pensent-elles... Ce sont des vestales à la flamme absente, au coeur décharné, à la voix suraiguë qui les fait chanter si bien à la messe. Leur hypocrisie jacassière est une sorte de chef-d'oeuvre balzacien. On pourra trouver délectable leur satané chignon, désirables leurs courbes diaboliques, charmants leurs crucifix comme des petits amants d'acier... Leur âme cependant brille comme une éclipse de soleil. Leur toilette est provinciale, leur coeur sec, leur chair maudite. Et leurs moeurs sont dissolues, ne nous leurrons pas.

Bref, ces misérables qui hantent les églises sont les pires dépravées de notre société.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

11 - La plume et le laideron

Elle était laide, veule, riche, aimable, cruelle et rusée. Un jour je la frappais de bois vert, le lendemain je goûtais l'absinthe en sa compagnie. J'aimais sa laideur, sa lâcheté qui me la rendaient à la fois proche et détestable, franche et insidieuse. Toutefois, soucieux de préserver ma réputation de collectionneur de papillons, j'évitais de m'afficher en public avec ce cafard.

Femelle elle était, sans finesse ni artifices. Laideron à l'état brut. Riche, elle pouvait théoriquement se permettre maintes dentelles et autres fanfreluches. Avaricieuse, elle s'interdisait cependant ces dépenses futiles... En outre elle avait conscience que l'excès d'apparats n'embellirait pas davantage ses traits ingrats ni ne redresserait son dos difforme, et que cela risquerait au contraire de la ridiculiser.

Je la détestais le lundi, l'adorais le mardi, la reniais le mercredi, la suppliais le jeudi, l'ignorais le vendredi, lui crachais au visage le samedi, allais à la messe avec elle le dimanche, à bonne distance de ses omoplates tordues. Question de pudeur.

Un jour au sortir de la messe je tentai de la soudoyer, à l'abri des regards : l'agrément de ma plume contre l'argent de la quête (précisons qu'elle était responsable de la corbeille sacerdotale...). N'étant point insensible à l'honneur littéraire, elle céda.

C'est la raison pour laquelle sous l'effet de mon art je fis de ce laideron corrompu l'héroïne de cette histoire.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

12 - La belle ambiguë

Ses cheveux clairs cascadent le long de ses épaules et font autour de son visage une parure solaire. Son teint est frais, sa joue plate, son front lisse. Sur ses lèvres, un sourire de femme : cosmétique de luxe et dentition éclatante. De la dentelle habille son épaule, de la soie couvre son sein, des diamants pendent à son cou.

Elle est jeune, fine, blonde.

Mais fort laide.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

13 - Le sort et la fortune

L'aristocrate était marié à une sorcière.

Il était jeune, beau, galant. Elle était vieille, laide, méchante. C'était un mariage de raison : l'or avait présidé à leur hyménée. Une fortune pour tout dire.

Elle passait ses journées à maudire ses semblables, à cuisiner des recettes horribles dans son chaudron, à étriper des poulets. Lui, lisait des vers, rêvait dans les chemins, déflorait des pucelles.

L'épouse si joliment dotée valait bien quelque sacrifice, se disait le hobereau. Aussi le soir s'acquittait-il consciencieusement de son devoir conjugal, bien qu'il fermât les yeux pour ne point voir la grimace de l'amante qui lui tenait lieu de visage. Il l'aimait cependant beaucoup : durant l'acte il songeait aux tintements argentins des écus, ce qui lui donnait des ardeurs nouvelles. Des mots d'amour sortaient de sa bouche : il parlait pourcentages, taux d'intérêt, rentes...

La chambre nuptiale résonnait de chiffres tendrement soupirés. Dans le noir les rêves bancaires du hobereau conféraient beauté à l'épousée. Alors l'aristocrate rouvrait les yeux, les plongeait dans ceux de sa femme et y trouvait des diamants qu'il convertissait aussitôt en écus, mentalement.

Ainsi les jours du jeune homme furent heureux, lui qui porta le doux fardeau de l'or. Ceux de sa femme furent affreux : elle perdit un poumon lors d'une maladie héréditaire. Puis un cancer la rongea par le bas. Elle s'en sortit après d'atroces douleurs. N'importe ! Le sort lui fut autrement fatal : elle chuta d'un cheval lancé au galop, lui-même renversé par un bourgeois ivre qui traversait la route avec son gros âne. La tête de la rescapée du cancer cogna contre le coin d'une statue antique qui traînait sur le bord du trottoir. Son crâne ne résista pas au choc contre l'objet d'art.

Elle mourut après 33 jours d'agonie.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

14 - Laide et débauchée

J'aimais la regarder passer sous ma fenêtre : sa laideur était un vrai spectacle. J'avais sur elle le regard féroce et cynique du collectionneur blasé. La beauté ayant fini par me rendre indifférent, il me fallait un autre passe-temps pour satisfaire mes sens émoussés.

Je ne manquais jamais une occasion de faire battre mon coeur carnassier sur le dos de cette bossue dépravée. Précisons que cette gueuse était incroyablement stupide et foncièrement méchante, ce qui me dédouanait complaisamment. Les rires cruels que je lui destinais, moi seul pouvait les savourer. Oisif insolent et dandy rompu aux vices mondains, j'avais besoin d'exotisme, de piment pour mon âme en quête de nouvelles ivresses.

Discrètement je la regardais passer sous ma fenêtre avec sa bosse sur le dos. A travers les rideaux de soie qui me préservaient de la vulgarité du dehors, elle paraissait comme un suaire : affreuse et morbide. Maquillée de manière outrageuse, une cigarette bon marché entre les lèvres, elle était plus laide que jamais. Sa toilette d'un goût douteux trahissait des moeurs éhontées. Je l'entendais maudire les hommes, les femmes et les chiens errants. Elle insultait, crachait, aboyait.

Entouré des lambris recherchés de ma demeure, la contemplation de sa laideur me comblait de satisfaction. Cette femelle déchue réunissait en elle toutes les infirmités humaines : c'était un chef-d'oeuvre de désolation, comme un champ de bataille après le combat.

La défaite, l'ombre et l'abîme peuvent être choses émouvantes, belles à mettre en scène sous forme de musique, de mots, d'images... L'évocation de la mort n'est-elle pas exquise lorsque l'artiste en fait un requiem ? La misère n'inspire-t-elle point les peintres ? Le "Radeau de la Méduse" peint par Géricault finirait de convaincre mes détracteurs, si j'en avais encore. De même la tristesse inspire l'archet du violoniste mieux que ne saurait le faire la plus sincère allégresse.

Bref, j'avais trouvé là la muse hideuse nécessaire à mon inspiration d'esthète. Et je chantais, chantais, chantais à n'en plus finir sa laideur, ses vices et sa sottise ...

Et mon chant de sybarite prenait la forme de railleries, de quolibets, de sarcasmes, de traits d'esprit fins, joyeux, redoutables... Et infiniment divertissants.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======
15 - La beauté déchue

Autrefois c'était une créature. Jeune, grande, blonde, belle, radieuse.

C'était il y a très longtemps. Elle se remémore le temps béni de sa jeunesse où le Ciel venait lui baiser les pieds. Elle se revoit au temps où elle était cette femme : une princesse, un astre, un cygne... Elle a un sourire désabusé en se regardant dans le miroir, pleurant sa beauté perdue, maudissant son reflet. Des rides profondes marquent sa face. Son visage est une grimace hideuse. Son sourire une plaie. Sa silhouette un spectre.

La fleur est fanée. Son éclat l'a quittée depuis plus de cinquante ans. Ce qui équivaut à un siècle pour une femme qui fut si belle. Aujourd'hui elle a quatre-vingt dix ans et elle est laide malgré son maquillage. C'est son miroir qui le lui crie, le lui répète à chaque seconde. Elle est vieille et laide, c'est une évidence. Nul besoin de se farder pour en être convaincu.

L'astre éblouissant qui a fait les beaux jours de l'amour est mort. L'étoile qui a brillé si fort s'est éteinte. Le soleil qui fut jadis splendide s'est définitivement couché. Il ne réapparaîtra plus. Dans un geste héroïque et pathétique, dérisoire et beau, la vieille femme fixant éperdument son visage dans la glace lève son verre avec un air plein de défi... Ses doigts osseux étreignent avec rage la coupe exhalant des parfums de ciguë.

Elle lève son verre à sa mort prochaine.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

16 - Quand le chardon se fane

Elle était aimable, vertueuse, fort intelligente, cultivée, douée pour les Arts, les sciences, et même pour la cuisine, mais affligée d'une rare laideur. Nul ne la courtisait, à part ses précepteurs et son curé car, rappelons-le, c'était une femme éprise de connaissances et de religion. De plus ces commerces étaient assez chastes, on le conçoit.

Il ne lui restait que le bedeau pour satisfaire ses aspirations amoureuses. Lui-même, bien qu'il fût l'idiot incontesté du village, n'en était pas moins agrégé de philosophie, pédant à l'envi, hérétique faute de mieux et foncièrement mauvais. Mais surtout, aussi contrefait qu'elle était repoussante.

Elle lui offrit son coeur. Il le refusa, préférant prendre son hymen. Après moult hésitations elle finit par accepter de se faire déflorer les voies vaginales par l'agrégé moyennant la conversion de ce dernier à la cause pie. Le marché ne déplut point au paillard. Après un mariage sans faste ni dépens, elle devint acariâtre, sotte et fielleuse, délaissant Arts et sciences, et même religion.

Au bedeau mariée, de ses livres séparée, de son amabilité débarrassée, mais toujours aussi laide elle était.

Raphaël Zacharie de Izarra


=======

17 - Lyre des mots

Du jour au lendemain, je m'épris de la fille du maire. Non qu'elle fût particulièrement jolie, vertueuse, spirituelle ou aimable... Bien au contraire. Elle était à l'extrême opposé de telles qualités. Elle était surtout une source inépuisable d'explorations littéraires pour moi. Une muse maudite en quelque sorte. Elle savait m'inspirer les plus beaux textes.

A ses côtés, ma plume s'éveillait comme par enchantement, plongeant avec une insatiable frénésie dans quelque abîme fécond de son être. Je devenais papillon aux ailes vénéneuses, puisant chez cette créature trouble mon suc quotidien. Je m'abreuvais de sa fange, et lui restituais une exquise pourriture. Elle lisait avec délectation et sotte gravité mes textes, flattée de se savoir l'égérie d'un si estimable peintre des âmes.

Sous ma plume odieuse, j'accentuais ses défauts, lui faisais endosser les pires forfaits, la grimais de mille façons infâmes. Elle était ravie : c'était la première fois qu'on lui parlait d'amour.

Je finis par l'aimer avec une sincère cruauté : sa laideur, sa stupidité, sa méchanceté, ses vices m'étaient trop chers pour que j'acceptasse de voir un jour fleurir ce chardon. Il fallait que j'entretienne la friche, sous peine de stérilité littéraire.

En faisant de la fille du maire la plus grosse cloche de la contrée, mes mots pour la raconter n'avaient jamais aussi bien sonné.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

18 - Le vice et la laideur

Marguerite était une jeune femme prétendument sage, aimable, sérieuse. Et fort laide. Marguerite se croyait belle parce qu'elle se vêtait de soie cousue d'or. Laide mais luxueusement accoutrée, elle s'admirait sincèrement dans le miroir, s'imaginant un avenir radieux.

Marguerite était riche. Elle avait accumulé tant d'artifices qu'elle en avait fini par oublier, peut-être pire encore, par ignorer en toute bonne foi son authentique et définitive laideur. Ce qui lui permettait d'exercer sans pudeur ses charmes hideux sur la gent ecclésiastique. Marguerite avait en effet un fâcheux penchant pour la soutane. Non contente d'être laide, Marguerite se permettait le luxe d'être une femme dénaturée.

A force de vils harcèlements, de chantages et menaces divers, allant même jusqu'à soudoyer l'évêque en personne (ce que lui permettait sans grande difficulté sa fortune mal acquise) elle parvint à se faire déchirer l'hymen par Monsieur l'abbé de la Coutencière, prêtre éminent et respectable d'une paroisse intégriste de la petite province...

Le scandale fut énorme, si bien que Marguerite dû s'exiler loin de son évêché natal. Son vice semble n'avoir pas de limite puisque, installée dans une autre petite ville de province, elle travaille bénévolement dans un hospice qui accueille de vieux prêtres grabataires.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

19 - Belle et macabre crucifiée

Mademoiselle,

Un fantôme me poursuit. Votre visage de verre et de larmes me hante. La Lune est sur mes pas. Je vous aime Mademoiselle avec un silex dans le coeur, une épine sur le front, une chandelle dans l'oeil. Je ne songe qu'aux statues décrépies qui vous ressemblent, ne vois que votre ombre qui m'est lumière, n'aspire qu'à rejoindre l'astre mort où vous m'attendrez peut-être.

Votre beauté funèbre enchante mon coeur lugubre et esthète. Votre regard grand ouvert est un cercueil de cristal. Votre sourire est un linceul où toute joie s'est éteinte. Votre visage entier est une tombe adorable. Vous êtes une esthétique ensevelie, une exquise gisante, un irrésistible cadavre. Vous êtes belle comme une stèle mortuaire.

Blonde comme l'astre blafard, sublime et pathétique ainsi qu'une mare reflétant le firmament, dérisoire et superbe telle la vase où viennent s'abreuver les étoiles, avec votre regard éthéré de spectre, vos doigts de fée et votre charme cadavéreux, vous rivalisez de misère et de grandeur, de détresse et de gloire, de grâce et de désolation avec les monstres de pierre perchés sur les flancs des cathédrales.

J'aime votre beauté de paille, votre âme de feu, votre charme de cendres. J'aime vos yeux de corbeau, vos lèvres de glace, vos cheveux sous la pluie, votre coeur dans les ténèbres. Le gel vous drape de blanc, le vent vous cingle la face et le chant des oiseaux est votre baume.

Vous êtes un bel, un troublant, un émouvant épouvantail.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

20 - Laide et luxurieuse

(Conte cruel de la Saint-Valentin)

Je connus une authentique vieille fille. Laide, acariâtre, avaricieuse, hypocrite, pieuse comme une pierre ponce. Un vrai rabat-joie, un cafard portant chignon, un coeur et un hymen rigides. Bref, une femme comme une figue séchée. Et bien entendu, vicieuse à faire tressaillir le Diable, en bon laideron qu'elle était.

Je la déflorai. Autant par défi à ses moeurs que par amusement d'esthète. Durant l'acte la puritaine se comporta en putain. C'est ainsi qu'après le procès charnel, l'apôtre de la fausse vertu devint enfin femme. Mais seulement sur le plan clinique, car le silex qui lui tenait lieu de coeur était toujours aussi aiguisé.

Se désolant de la perte de sa chère virginité, elle se répandait en fiel, semant sa haine stupide sur le monde et les amants qui le peuplent, tout en maudissant la faiblesse de ses sens, allant même jusqu'à insulter sans remord ce Ciel qu'elle chérissait tant en temps ordinaire ! Cependant elle se délectait secrètement à l'évocation du sceptre profanateur qui avait si délicieusement exploré ses terres vierges... En se logeant dans son temple féminin, le mâle poignard avait définitivement atteint son âme de damnée.

L'écume du plaisir lui avait laissé un goût immodéré dans le coeur.

Elle était déjà laide, sèche, sotte et méchante. Au contact de la chair virile elle était devenue perverse, insatiable, avide de stupre.

En l'espace d'une heure, elle changea radicalement. Ses habituels chapelets ne meublaient plus son coeur aride. Il lui fallait à tout prix boire à la coupe du mâle. L'ivresse des sens était devenue sa seule quête : elle avait une éternité d'abstinences à rattraper.

C'est ainsi que la bigote devint la plus fameuse catin de toute la contrée, la pire traînée de la paroisse. Mais seulement en réputation et non dans les faits car nul amant ne voulait perdre haleine entre des bras aussi osseux, contre des flancs aussi atrophiés, en face de traits aussi ingrats. Si bien que je fus son seul et unique amant une heure durant.

Elle mourut inassouvie et fielleuse, seule et laide.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

21 - Laide et appréciée

Depuis le temps que je vous promène de salon en salon, je peux vous avouer que votre face de chèvre m'agrée singulièrement. En vérité vous êtes le plus beau laideron de toute la contrée. Et si vous humiliez les garçons que vous approchez, lesquels vous fuient invariablement, vous n'êtes pas pour me faire plus honneur, soyez-en persuadée. C'est que je suis comme les autres : je vous trouve laide moi aussi.

Mais votre laideur a cela de nécessaire à ma gloire, c'est qu'elle fait converger tous les regards vers moi. Je m'affiche tel jour en public en votre piètre compagnie et aussitôt je me mets à dos les rieurs pour les mieux contredire le lendemain. C'est que je remporte tous les suffrages lorsque je vous remplace par une plus flatteuse conquête ! Et les rieurs de la veille d'applaudir le joli tour de passe-passe... Un jour je sors avec la poupée de chiffon, le lendemain avec la poupée de porcelaine. On me raille lorsque j'ai le torchon à mon bras, on se rallie chaudement à ma cause quand la serviette est pendue au cou.

En votre compagnie, que d'heureuses je fais ! Je brille et fais briller à bon compte, mettant en valeur des femmes qui sans votre voisinage se seraient senties bien médiocres. Votre présence accentue les contrastes. Tout votre art est là. Une vierge commune devient princesse à vos côtés. Elle se sent belle comparée à vos traits caprins, à votre silhouette bovine, à vos charmes de camélidé. Son hymen en devient plus accessible, considérant elle-même sa déchirure non plus comme une infamie mais ainsi qu'un authentique honneur.

Vous êtes un chef-d'oeuvre de laideur. Votre tête terne fait devenir soleil la simple provinciale. Votre disgrâce fait rayonner la commune lessiveuse. Votre naissance de misère donne aussitôt du prix à l'ordinaire courtisée. Bref, votre difformité fait plaisir à voir.

Sortez toujours plus de l'ombre. Continuez à me servir de faire-valoir, à être celle qui fait jaser. Soyez fière de m'accompagner.

Ne maudissez pas votre sort surtout : votre laideur est pour les autres un cadeau.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

22 - Laide et méchante

Mademoiselle Dulcinée était une jeune fille fort laide, paysanne de son état qui vivait seule dans sa ferme. Et comme si cela ne suffisait pas, son coeur était rongé par les vers de la haine. La médisance était son pain quotidien, le fiel son vin du matin, l'amertume sa soupe du soir. Son âme venimeuse se nourrissait de la boue et des crapauds qui s'y vautrent. Nul ne l'aimait. Pas même ses cochons qu'elle martyrisait pour son plaisir odieux.

Un jour un galant de passage, qui devait avoir des goûts douteux quant aux femmes, fit irruption dans la vie misérable de Dulcinée. Peut-être un esthète dégénéré, à moins que ce ne fût un pauvre diable ivre mort... Bref, ils passèrent la nuit ensemble dans le fumier de l'étable. Ce qui était d'ailleurs là bien le genre de Dulcinée.

Le laideron perdit donc sa virginité entre l'âne et le boeuf. L'on aurait put s'attendre à ce que cette initiation aux émois de l'âme et de la chair adoucisse les moeurs de l'infâme... Il n'en fut rien. Curieusement, ni les tendresses de l'amour ni les vertus séminales n'opérèrent de miracle dans l'étable. Au contraire, après cette nuit passée dans les bras de son amant Dulcinée était devenue encore plus méchante qu'à l'accoutumée.

Après cela, allez donc comprendre les vieilles filles laides et méchantes !

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

23 - La défaite de la laideur

Il était une fois deux soeurs, Cunégonde et Julie. Cunégonde était la fille la plus laide du canton, tandis que sa soeur Julie était belle comme le jour. Monsieur de la Tricouille, qui était le garçon le plus charmant de la contrée, convoitait la main de la belle Julie. Les choses étaient décidément bien faites car Julie aimait secrètement le jeune hobereau. Précisons que le jeune Monsieur de la Tricouille était monté comme un âne.

Cunégonde savait pertinemment que sa soeur était l'objet des feux du jeune homme, cependant elle avait elle aussi des vues sur le bel arrogant, bien que sa cause fût désespérée. Elle savait également par ouïe dire que Monsieur de la Tricouille était monté comme un âne. D'ailleurs tout le canton le savait. Un jour Cunégonde interrogea sa soeur, la belle Julie :

- Ma soeur, vous qui êtes belle à faire pâlir l'astre du jour, vous l'élue d'entre toutes les grâces, savez-vous que j'espère goûter à la trique de Monsieur de la Tricouille, bien que je sache que son coeur ne m'est hélas ! pas destiné ? Pour une fois, il ne sera pas dit qu'en amour la beauté remportera les suffrages. Le combat injuste et inégal qu'elle mène depuis toujours pour défendre sa cause a assez duré. A travers moi, la laideur doit prendre sa revanche. Moi aussi j'ai besoin de me faire agrandir le fond de la culasse par le chibre d'âne de Monsieur de la Tricouille.

- Cunégonde ma pauvre soeur, vous êtes vraiment bien trop laide pour que Monsieur de la Tricouille daigne vous foutre sa grosse triquapute dans le fond des tripes. Il a du goût ce joli, et je gage qu'il vous rira au nez sans autre forme de procès dès que vous lui dévoilerez vos desseins.

- Julie, vous êtes bien belle et c'est vrai que tous les garçons du pays brûlent de vous perforer l'hymen avec leur braquemart, cependant serez-vous à même de recevoir l'énorme triquaille de Monsieur de la Tricouille soit dans la culasse soit dans la tripaille ? Je vous rappelle que ce sacré foutu couillu est le garçon le mieux monté de toute la contrée. Quand on a affaire à un âne comme Monsieur de la Tricouille, apprenez que la beauté seule ne peut suffire à le contenter ma soeur. Encore faut-il avoir le coeur disposé ainsi que les trous à baisaille adéquats.

- Et vous estimez peut-être que je n'ai point ce qu'il faut de ce côté-là, Cunégonde ma soeur ?

- Parfaitement, belle Julie. Je vous juge incapable de recevoir dignement la grosse triquaille de Monsieur de la Tricouille dans le fond de la tripe, encore moins dans le trou à purin étant donné que vous avez le cul bien trop serré ma jolie. Bref, vous êtes bien trop prude pour vous faire arranger les trous à baisaille par Monsieur de la Tricouille, le beau couillu doté d'un braquemart du diable.

- Cunégonde, vous êtes non seulement laide, mais encore fort vile.

- Julie ma soeur vous êtes certes belle, mais infoutue de vous faire arranger les tripes par Monsieur votre aimé, alors que moi je le puis.

- Et qu'en savez-vous ma soeur ?

- J'en sais que Monsieur de la Tricouille qui est monté comme un âne en a plus dans la frocaille que vous n'en avez dans les jupons. Monsieur de la Tricouille me baisera moi plutôt que vous. Foi de Cunégonde !

La morale de cette histoire est sauve puisque Cunégonde ne fut jamais baisée par Monsieur de la Tricouille qui préféra encore offenser la beauté et l'innocence avec son énorme chibre d'âne plutôt que de rendre hommage à la laideur.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

24 - Le laideron et le gant blanc

Elle était laide et perverse, pauvre et vicieuse, propre sur elle et méticuleuse. Elle n'aimait personne et était cruelle envers les animaux. Surtout envers ses cochons qu'elle engraissait avec rage et vanité. Du matin au soir elle épiait ses voisins, sans cesse en quête de ragots à colporter dans le village. Ou de médisances à semer dans les coeurs...

Un jour elle tomba amoureuse d'un aristocrate tout de blanc ganté, au teint blafard, à la mine hautaine et qui parlait avec l'élégance des gens nés dans l'opulence et la religion. Mais le hobereau qui ne manquait pas de cruauté lui non plus, l'ignorait parfaitement et s'amusait même de ce chiffon humain tentant de faire la poupée. C'était pitoyable et ridicule, pathétique et vain. Enfin, le spectacle était particulièrement savoureux pour l'oisif blanc-ganté.

Elle était si éprise de ce beau sang désoeuvré et arrogant qu'elle lui déclara un jour sa flamme en pleine face, droit dans les yeux. Le jeune et beau seigneur offensé par tant d'insolence lui répondit par une gifle assénée du bout de son gant blanc. La gueuse s'en retourna à ses cochons, piteuse, le coeur plein de fiel, jurant qu'on ne la reprendrait plus à succomber aux charmes des gens de château.

Au moins aura-t-elle appris que dans ce monde on ne mélange pas les torchons avec les serviettes.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

25 - Lettre d'amour à une jeune et laide bigote

Mademoiselle,

Permettez qu'un prétendant digne de votre chaste hymen se manifeste enfin. J'aime singulièrement vos grâces d'oiseau dépourvu d'ailes, vos airs d'ange déchu, votre vol de papillon sans mystère. Vous êtes un joli caillou, une sorte de diamant obscur au prix indéfini. Votre front dénué de lauriers vaut votre regard sans fard. Vous êtes d'ailleurs si vraie que l'artifice serait une offense à votre nature.

Votre authenticité inédite a les charmes bruts de l'amertume.

Vous êtes belle comme un rêve dont on ne se rappelle plus.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

26 - Les misères de la laideur

Mademoiselle,

Votre hymen intact ayant traversé les ans avec gloire et trompettes, vous n'en êtes pas plus honnête pour autant. Le vice masqué vous plaît. La fange, pourvu qu'elle se voile de chastes atours, vous agrée.

Vous êtes laide. Laide et corrompue. Méchante et perverse. Les âmes naïves vous aiment et les coeurs puérils vous encensent sans compter pour les dignes apparences que vous arborez. Moi je vois non seulement les traits de votre visage ingrat, mais encore la noirceur de votre âme aigrie. Si vous étiez belle, vous seriez une sainte. Mais vous êtes laide, et vous êtes un démon.

Les bigotes vous prennent pour un modèle de vertu. Le bon prêtre auprès de qui vous faites si bonne figure, dupé par votre piété mensongère, vous croit pleine de valeur. Comme si votre absence de joliesse conférait quelque beauté à votre âme... A la beauté va la vertu, à la laideur va le vice. Vous êtes née laide, vous mourrez damnée. Vous avez beaucoup reçu en disgrâce, il vous est donc beaucoup demandé en échange.

Mais vous êtes faible, et vous préférez la facilité. Votre malheur était pourtant prometteur. Vous l'avez gâché. Vous n'avez pas su contrer le vice. Le combattre vous aurait grandi. Mais vous l'avez adopté.

Vous êtes laide en dehors, laide en dedans.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

27 - Procès de la laideur

Les femmes laides ne valent rien. Ce sont de ridicules amantes, de désagréables compagnes, de risibles faire-valoir. Les femmes laides ont cet inconvénient majeur par rapport aux belles femmes, c'est précisément qu'elles sont laides. D'où la supériorité de la beauté sur la laideur chez la femme.

Si les femmes laides sont délaissées, c'est qu'elles le méritent pour la bonne raison que leur laideur est un naturel repoussoir. Ce qui fait la valeur de la beauté, c'est qu'elle répond à des lois injustes qui échappent à notre volonté égalitaire, à notre souci de nivellement, à la standardisation de notre société. Cela fonctionne exactement comme la grâce : elle peut tomber du ciel sur n'importe quelle tête. La beauté d'une femme ne dépend nullement de son bon vouloir mais des coups de dés du Ciel. Ou si on préfère, de la Nature. Et c'est très bien ainsi. Que les ennemis de l'injustice naturelle fassent donc le procès de la Nature et qu'ils rendent d'un coup de baguette magique la justice selon les références humaines... Toutes les femmes seraient belles, hélas ! Et la beauté perdrait du même coup tout ce qui fait son charme.

Ce serait la dictature de la monotonie.

Vivent les femmes laides et tant pis pour elles ! Grâce à leur laideur l'on mesure la valeur inestimable de la beauté.

Raphaël zacharie de Izarra

P.S.

Que les femmes laides se rassurent, j'ai par ailleurs maintes fois fait l'éloge de leur laideur.

=======

28 - Hommage à la laideur

Je sais que vous n'êtes pas celle dont on dit qu'elle est jolie. Votre visage, si dur et si doux à la fois, ce visage-là, si triste et si plein d'éclat, n'a point la beauté facile de ces pucelles de dix-huit ans fraîches et gaies qui font si souvent se retourner dans la rue les hommes mariés et qui leur font oublier un instant la pesanteur d'un trop long et trop fade hyménée. Vous, vous n'inspirez que vide et ennui à ces coeurs frivoles.

Vous n'êtes pas belle, certes. Vous ne faites rêver personne. Je vous aime moi, pourtant... Vous ne serez jamais celle qui fera pâlir les blondes de la terre, jamais celle dont on chantera les grâces au son de la viole, au clair de Lune, mais vous serez pour toujours ma pauvre chandelle.

Vierge parmi les vierges, jeune parmi les jeunes, vous êtes la dernière toutefois. Morte en ce monde, vous êtes ma lumière.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

29 - Lettre d'amour pour une femme laide

Mademoiselle,

Cette lettre vous étonnera. Elle vous choquera peut-être, vous irritera possiblement, vous ôtera sans doute le sommeil. Ce que je souhaite surtout, c'est qu'elle vous fasse pleurer. Soit à cause de son inutile cruauté, soit à cause de la joie qu'elle saura inspirer à votre coeur délaissé. Ce qui revient au même, le prix de vos larmes n'étant pas différent pour la flèche de l'aveugle Cupidon ou pour l'éprouvette du distingué, calculateur, aimable corrupteur que je suis. Que vos larmes soient amères ou bien douces, aucune importance, pourvu que l'Amour en soit la cause.

La façon d'extraire vos larmes futures importe peu. Le résultat seul compte, non les moyens déployés pour l'obtenir. Finalement cette lettre vous agréera : étant laide vous ne devez pas avoir l'habitude de recevoir des lettres d'amour.

Votre laideur est loin de me déplaire. Sincère soupirant, je n'hésite pas pour vous mieux séduire à faire fi des moindres lâchetés, hypocrisies, vilenies et mensonges si coutumiers aux vils et ordinaires séducteurs. Je ne suis certes point de cette espèce commune. Ma quête est plus digne : je flatte votre laideur non dans le but d'entretenir ma mâle vigueur (ce qui serait un simple, banal, peu glorieux exercice amoureux de routine), mais dans le but de gagner votre coeur, votre hymen, votre main envisagés comme de véritables trophées.

Je veux faire de ces conquêtes si peu enviées une espèce d'exploit dont je me glorifierai. La laideur des femmes en ce monde étant une chose fort peu cotée chez les esthètes, pour ma gloire, et accessoirement pour la vôtre, je désire être un Don Juan maudit.

Je veux briller parmi les astres citadins grâce à la terne étoile que vous êtes. Soyez ma curiosité mondaine, mon nouvel objet de snobisme, mon sujet de scandale, mon triomphe de salon, mon faire-valoir paradoxal : soyez à moi. Je ne vous trouve vraiment pas belle. Mes mots ne sont nullement mensongers puisque belle vous ne l'êtes assurément, irrémédiablement pas.

Je ne vous aime certes pas pour votre beauté, celle-ci vous faisant définitivement défaut. Je vous aime bien plutôt pour votre laideur, qui elle est réelle, authentique, évidente.

Presque insolente.

Cette permanente laideur est votre durable parure, votre fard naturel, votre habit de sortie, votre indélébile grimage qui vous interdit tout espoir d'être aimée. Voilà précisément un motif de vous aimer. Je veux être votre étrange accident, la bizarrerie qui fera mentir le sort, l'anomalie terrestre qui rendra perplexe le Ciel. En pur esthète, je désire vous contempler dans votre pure laideur.

Pleurez maintenant, de peine ou de joie, mais de grâce versez vos larmes en mon nom puisque vous vous savez enfin aimée. Non pour votre beauté absente, mais pour votre laideur omniprésente.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

30 - Éloge et défense de la laideur

(Voici, fidèlement rapportés par mon imagination, quelques propos échangés entre une femme laide et son amant.)

- Je me sais laide, et cette laideur est une offense à l'amour. Vous ne pouvez m'aimer. Votre regard doux sur moi me rend honteuse. Votre tendresse a quelque chose de malsain. Il n'est pas séant de se faire l'amant de la laideur. Vous choquez la morale, l'honnêteté, le ciel et tous ses anges. Vous me faites rougir, et j'ai envie de pleurer. Je suis laide, je le sais, vous le savez, et c'est un crime de m'aimer ainsi que vous le faites. Le monde est plein de filles jolies qui ne demandent qu'à être chantées, louées, honorées selon les lois ordinaires de l'amour, ne perdez donc pas votre temps et votre jeunesse avec celles qui, comme moi, ne méritent de recevoir aucune fleur de la Terre. Je suis laide, laide, laide, et je vous vous interdis de m'aimer ! Cet amour que vous m'avouez m'est une douleur, une peine, non un bien. Ne m'aimez pas, laissez-moi en paix, seule avec ma laideur comme avant, seule comme je l'ai toujours été. Voilà mon sort, ma juste condition, la volonté du ciel et des hommes. Ne troublez pas l'ordre naturel des choses. Vous faites mal, lors même que vous croyez bien faire.

- Vous êtes laide et je vous aime. En esthète j'admire vos traits ingrats. Mon coeur a choisi pour battre, enfin, le paysage austère de votre physionomie. Lassé des molles merveilles qui ont fini par émousser sa sensibilité, il a élu votre tête déchue qui pleure aujourd'hui de se savoir aimée. Il s'est soudainement ému pour votre front sans éclat qui n'est qu'un désert de pierres, de roc, de cailloux. Et ce désert a séché votre regard, durci vos lèvres, tari vos sourires : votre face est un mets bien amer, mais c'est pour moi un miel nouveau. Je goûte comme un Christ au vin âpre de la misère, et une étrange ivresse me gagne. Votre détresse est une croix qu'il m'est doux de porter. Votre disgrâce a aussi la saveur de la brume, la dureté des glaces, la sévérité du gel. Votre visage est pareil à une montagne rude et magnifique, froide et chaste, lointaine et silencieuse : je le contemple et je m'élève.

- Vous êtes fou. Ma pauvre couronne ne mérite pas d'être si bien servie. Je ne suis que la reine des servantes, la princesse de la poussière, l'aimée des cailloux. Mon pouvoir ne s'étend point au-delà des ronces et des orties qui m'entourent. Je me sais si laide que je n'accepte de compliments que de la part des pierres. Elles sont muettes et leur éloquence me va toujours droit au cœur. Je sais qu'elles disent vrai. Tandis que vous, vous me dites des choses que je ne puis croire. Vous mentez. Allez plutôt rejoindre vos jolies donzelles, au moins elles vous croiront quand vous leur chanterez leurs grâces si sûres. Vous ne mentirez pas lorsque vous leur tiendrez galant discours. Je suis laide, oubliez-moi.

- Vous êtes laide, et vos traits rendent votre coeur humble, fragile, sensible. Vous le briser est chose si aisée qu'il me faut prendre mille précautions pour le manier, de crainte de le blesser sans le vouloir. Vos sœurs plus jolies sont armées de cuirasses, et je n'ai pas besoin de tant de manières pour les convaincre de servir la cause amoureuse : vite conquises, elles ne laissent pas le temps au cœur de s'épancher comme il le faudrait. Sur quelques accords de musique, sur quelques pas de danse l'affaire est entendue. Et la chose est si commune à leurs yeux, que l'hyménée qui s'ensuit est vidé d'émoi. Pour ces filles jolies l'amour est une chose bien banale. On les séduit sans manière, sans dentelle ni beaux discours. On les aime avec des piètres sentiments qui s'évanouissent dès l'aube. Ce ne sont que des étoiles filantes. Elles ont l'éclat de la beauté, mais de racines point. Leur beauté leur confère une futilité toute particulière. Et s'il est vrai que les attraits ostensibles d'une vierge facile sont toujours flatteurs pour l'heureux amant qui les conquiert, il est également vrai que les fleurs les plus belles paraissent aussi les plus superficielles. Sachez donc que la vanité sied mieux à la beauté plutôt qu'à la modestie.

- Ainsi je trouve grâce à vos yeux aujourd'hui, parce que je n'ai pas l'heur d'être de cette race des beautés radieuses que vantent tellement les hommes de votre espèce, ordinairement. Je veux bien croire à la ferveur de votre prière, au singulier émoi de votre cœur, puisque vous voulez tant que j'en sois convaincue. Je ne sais pourtant si votre galante dévotion est une insulte ou un réel éloge. A moins que cela ne soit que pure folie, mon ami.

- Croyez plutôt en la sincérité, l'honnêteté, l'humilité de mon cœur aimant. Et oubliez donc au nom de cet amour -si particulier j'en conviens- les rigueurs de la simple raison. Je vous aime ainsi que vous êtes, parce que vous êtes ainsi.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

31 - L'ange des laides

Esthète maudit, je cherche la laideur chez les femmes afin d'accéder à une émotion de prix. J'aime les filles laides au nom de l'amour. Je suis ému à cause de leur maladresse, de leur détresse, de leur fragilité, décuplés chez elles. J'aime leur caractère renfermé, secret. J'aime les filles laides non pour leur visage, mais pour leur âme blessée, pour leurs ailes brisées. Le sommet de l'art amoureux n'est point dans le fait de s'émouvoir de la beauté d'une femme, mais de sa laideur. Voici le genre d'annonce que je passe dans certains journaux :

"Fleurs que l'on dit ingrates, visages maudits par les esthètes de la norme, femmes offensées par votre propre reflet, jeunes filles pour qui les vingt ans n'ont pas tenu leurs promesses, enfin créatures inéligibles au trône de la beauté, vous les naufragées de l'amour, la tristesse et la solitude sont les derniers outrages que vous vous infligez. Votre beauté n'est pas dans l’oeil infernal du mâle mortel qui n'est qu'un miroir éphémère, mais dans les mots que vous me destinerez. Ils resteront gravés pour un siècle dans le granit sensible de ma mémoire, dans la pierre vive de mon coeur, dans le marbre de ma tombe future.

Je suis un rêveur éclairé et mes rêves ont l'éclat des mythes. Mon coeur est noble, mon âme est douce, et je pars à la découverte de jolies plumes exercées, ardente et virtuoses, intrépides et fécondes, afin d'entreprendre une correspondance de choix où il sera question de l'éternel amour. J'ai l'imaginaire bohème, le goût du romanesque, le pouvoir des mots. Je suis un guerrier partant à la conquête des exclues de l'amour. Lassé des jolies filles, je choisis la société des humbles demoiselles, trop souvent dédaignées.

Sensible à vos traits modestes, je vous invite à partager le frisson intime, vous les esseulées qui découvrez aujourd'hui mon nom. Croisons nos plumes, échangeons les mots jamais osés, et le miracle épistolaire naîtra. Pour les causes que vous croyez perdues, je suis prêt à plaider, convaincu par vos charmes austères. Par la force des mots vous apprendrez l'amour, et goûterez à son mystère."

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

32 - L'amant des laides

Je suis le refuge des esseulées, le souffle des vies en deuil, le feu des âmes refroidies, l'asile des délaissées, l'espoir des affligées.

J'apporte la flamme qui d'habitude n'échoit jamais aux humbles. J'élis les non-élues, j'aime les mal-aimées. Je suis le chantre des éternelles éconduites, des recluses, des cloîtrées, des timides, des égarées, des invisibles, enfin de toutes ces misérables enfants de la solitude, de ces créatures inéligibles au trône de la beauté.

Je suis l'étoile fidèle, l'épée loyale, la prière inextinguible. Je règne dans le coeur des désespérées de l'amour.

Je suis l'Amant des laides, agenouillé à leur chevet de douleur.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

33 - L'oeuvre du temps

Elle avait un nom unique : Rosemonde-Aimée.

L'image de mon premier amour me revenait en mémoire, tandis que je flânais sur le port. L'air doux du printemps, l'écume, la brise m'amenaient naturellement au souvenir de Rosemonde-Aimée, la seule étoile de ma vie. Rosemonde-Aimée, joyau pur de ma jeunesse, ange descendu sur Terre, Amour virginal...

On s'était juré mille sornettes sur la plage. Serments ingénus de l'âge pubère... Nous nous perdîmes de vue, elle m'oublia, se maria sans doute. Trente années s'étaient écoulées. Je ne l'avais plus jamais revue. Dieu seul sait ce qu'elle est devenue aujourd'hui.

Je me remémorais avec tendresse nos étreintes sous les étoiles. Chastes, exaltées. Rosemonde-Aimée avait toujours représenté pour moi l'Amante. C'était une gazelle, une créature linéale, éthéréenne, évanescente. La grâce incarnée. Elle avait une voix comme le chant de la mer, des flots d'or pour toute chevelure, de l'azur dans le regard. Une écume sur les lèvres aussi : promesse d'un baiser qu'elle ne me donna jamais.

Des cris stridents me sortirent de ma rêverie : une espèce de monstre femelle s'agitait à quelques mètres de moi. Enorme, rougeaude, hideuse. La vendeuse de poisson penchée sur ses cageots extirpait les viscères de sa marchandise tout en hurlant sur son mari ivre qui tentait maladroitement de justifier son état.
Négation parfaite de l'Amour, la femme m'inspirait dégoût, pitié. Le spectacle était pittoresque, affligeant, grotesque. L'hystérique agonisait d'injures son mari penaud, minuscule à côté d'elle. Elle avait une cigarette jaune aux lèvres, des mains d'ogresse, une poitrine titanesque. Une vraie caricature "cunégondesque". Le tue l'amour par excellence.

Comment cette femme avait-elle pu inspirer de l'amour à cet homme, me demandais-je ? Elle fut donc jeune et attirante elle aussi ? En voyant ce mastodonte, j'avais peine à m'imaginer la chose ! Comment en était-elle arrivée à ce degré de déchéance ? Quelle dégradation s'étalait devant moi ! Après m'avoir amusé trente secondes, la vue de cette vendeuse de poissons me fit ardemment désirer me replonger dans ma quiète rêverie...

Le souvenir de Rosemonde-Aimée agissait comme un antidote face à ce spectacle, un baume contre l'horreur de cette scène.

Je poursuivis mon chemin le long du port, faisant semblant d'ignorer la mégère lorsque je passai à sa hauteur. Je hâtai le pas. Derrière moi j'entendais de loin en loin les éclats de voix du phénomène.

Soudain, je blêmis.

Son mari, après avoir lâché quelques jurons, nomma l'acariâtre épouse. Cette femme, était-ce possible que... Il la nomma distinctement, et c'était inconcevable à entendre. A chaque fois que je repense à ce nom prononcé par l'ivrogne s'adressant à sa femme, un frisson terrible m'envahit. Je l'entends encore :

- Ben moué je vais te dire ! Tu vaudras jamais l'vin que j'déglutis tous les jours pour mieux oublier ta face de beuglante, tu m'entends la Rosemonde-Aimée ?

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

34 - Rose-Alberte et ses lapins

Ce qui m'agréait le plus chez elle, ça n'était point sa laideur pourtant remarquable, ni sa profonde sottise, pas même son extrême gentillesse, mais sa cruauté.

Aimable avec les humains, Rose-Alberte déployait un étonnant potentiel de tyrannie en présence et à l'endroit de ses lapins. Les enfants pourtant l'adoraient, et elle ne manquait jamais une occasion pour les gâter. Mais c'était différent avec les lagomorphes. Elle les affamait plusieurs jours durant pour s'amuser à les voir dévorer les épluchures les plus immondes. Elle crachait toujours dans leur eau et y ajoutait parfois du vinaigre : à la bêtise la plus primaire s'ajoutait une haine imbécile. Elle invitait souvent les enfants à partager ses cruautés, ce qui les ravissait.

Rose-Alberte n'avait pas d'amant, aussi se vengeait-elle comme elle pouvait. La nuit on entendait des plaintes dans le clapier. A quelle expérience odieuse se livrait la sorcière ? Au matin on trouvait des boîtes de médicaments périmés au pied des clapiers, des ampoules vides dans la paille, et les lapins vous regardaient avec des yeux globuleux...

Je commençais à apprécier cette ortie humaine qui savait si bien se faire aimer de ses semblables tout en inspirant la terreur chez les léporidés. J'étais curieux de voir comment la scélérate se comporterait sous les avances d'un benêt. Ou d'un satyre. Je lui fis une cour à l'eau de rose mais, comme je m'y attendis, elle fut insensible à mes arguments. Aussi optai-je pour des hommages plus crapuleux. Là, la "belle" s'éveilla. Tout son mauvais fond ressortit : elle me proposa d'aller sur-le-champ préparer avec elle des civets de lapin.

Le charme était rompu. Rose-Alberte qui n'avait guère que sa laideur pour unique atout venait de perdre sa dernière chance, se montrant décidément trop stupide ! Avec ses inepties, elle m'inspira soudain une vive répulsion. Je préférai laisser là le laideron avec le secret dessein d'aller libérer ses oreillards otages, car nul jusqu'alors n'avait eu l'idée saugrenue de me proposer de déguster des recettes de lapins drogués.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

35 - Berthe a manqué sa chance

Le baron s'ennuyait avec ses sempiternelles conquêtes, toutes créatures de choix. Blasé de ces mornes vénustés, il décida de séduire un laideron : la repoussante Berthe constitua sa plus odieuse idylle.

Elle le charmait avec ses maladresses, sa physionomie simiesque, ses allures grotesques, ses disgrâces divertissantes, sa sottise congénitale, son hymen sans intérêt.

Elle devint sa favorite. Le baron aimait s'afficher au château en si haïssable compagnie. Berthe était son bouffon. Jusqu'au jour où une fée aimable transforma le petit canard en cygne.

Berthe pris son envol, quitta le baron pour aller pondre un oeuf dans un nid autrement plus douillet. L'oiseau élu fut Monsieur le curé tout de noir vêtu. Un pieux bossu qui aima avec charité la belle Berthe, ex laideron.

Entre temps l'oeuf avait éclos. En sorti un baronnet à clochettes. On accusa le curé d'avoir engrossé la belle, anciennement laide. Il nia mollement, adopta le morveux à sonnettes et vécu longtemps avec l'argent des quêtes, la Berthe -qui avait été si peu plaisante jadis- , sa bosse et le bâtard à grelots qui fut finalement appelé "Gaspard".

Ce dernier devint bouffon officiel du roi vers l'âge de 47 ans.

La morale de cette histoire, c'est que les fées aimables devraient s'occuper du suivi de leurs protégés qui ne savent pas toujours tirer les meilleurs profits de leurs coups de baguettes.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

36 - Deux amoureux

Elle lui sourit. Il lui répondit par un regard étonné. A son tour il lui sourit avec une contenance de circonstance : le port altier, la tête légèrement de côté, le regard sûr. Geste maladroit mais sincère. C'était la première fois qu'ils se rencontraient. Le hasard venait de les réunir dans un jardin public, par un après-midi de printemps.

Réservés, ils se tenaient l'un à côté de l'autre à distance formelle : c'étaient des honnêtes gens.

Une brise souleva mollement les longs cheveux de la femme. Une mèche vint s'enfouir dans le creux de ses seins à demi dévoilés. Du coin de l'oeil, l'homme esquissa un léger signe d'intérêt. La gorge était profonde, le décolleté osé. Se sentant désirée, la belle appuya son sourire. Le vent chassa la mèche indiscrète qui alla s'enrouler dans le vide. Et tantôt ses longs cheveux flottaient devant son visage, tantôt son front se dégageait avec grâce au gré de la brise... La scène était impromptue, charmante. Leurs regards se croisaient, se décroisaient, se cherchaient, se trouvaient. Le jeu se prolongea assez longtemps. Ils n'avaient pas prononcé le moindre mot. C'était adorable et puéril, tendre et émouvant.

Ces deux-là se plaisaient, c'était évident.

Les tourtereaux s'étaient rapprochés l'un de l'autre. Alors l'homme prit la main de son élue. Tacitement elle passa son bras sous le bras du galant. Il n'y avait pas d'hésitation dans leur étreinte, les deux amants s'étaient reconnus comme des semblables.

Enfin ils s'en furent, tendrement enlacés parmi les roseraies, confusément émus, l'allure lente mais sûre, à petits pas vers un avenir plein de promesses... Deux silhouettes attendrissantes dans le parc qu'accompagnait le chant des oiseaux.

La femme déplaçait avec difficulté ses cent-quarante kilos. Lui, claudiquait nerveusement avec sa bosse sur le dos.

Raphaël Zacharie de Izarra

======

37 - Une idylle

Elle était jeune, grande, blonde, fine. Belle.

En fait non, elle n'était pas belle. Elle était laide.

Elle n'était pas fine, mais sèche. Pas grande, mais osseuse. Pas blonde, mais artificielle. Ceci dit, elle était jeune, bien qu'elle fût déjà vieille dans sa tête : c'était une authentique vieille fille. Un vrai épouvantail. Personne ne la courtisait. Sauf la pluie, le vent et le chiendent. Elle n'avait vraiment rien pour elle parce qu'en plus d'être laide, elle était pauvre, orpheline, sans avenir. Née sous une bien triste étoile.

Sa vie n'était que déceptions, tristesse, amertume. Cette pauvre femme avait cependant un jardin secret comme tout un chacun. L'on aurait pu s'attendre de sa part à quelque beau rêve consolateur... En fait elle était perverse, vicieuse, scélérate. Elle ne cultivait que vengeance, haine, médisances, maudissant autant son infortune que ses voisins.

Un jour elle fut condamnée par un tribunal pour l'envoi de lettres anonymes calomnieuses. Lors du procès, elle trouva vite le parfait écho de sa perversité en la personne du greffier. C'est pourquoi elle fut enfin aimée, la plus aimée des femmes.

Par le préposé au greffe.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

38 - Le vice masqué

Miss Gulch,

J'aime vos airs d'hypocrite, votre col étriqué, votre maintien ridicule, votre voix stridente de vieille fille abstinente. Votre méchanceté est un vrai théâtre. Je ris de vos malheurs. Votre hymen irrémédiablement clos fait la joie des railleurs. Il est le frisson délicieux des enfants qui vous croient sorcière. Il est la rumeur tapageuse des soirs d'hiver...

Votre voile intact Miss Gulch est un hymne à la littérature.

J'aime vos moeurs désuètes, votre missel poussiéreux, votre morale irréprochable. Votre personnage est d'autant plus savoureux que je devine vos désirs inavouables. Je sais ce que dissimulent vos artifices. Je connais la valeur de votre moralité. Je n'imagine que trop les secrets de votre coeur frustré....

Vous êtes une vraie bigote ainsi que je les aime : derrière votre livre de messe vous frémissez d'aise en songeant à ces lurons musculeux entr'aperçus à l'entrée de l'église, hache à la main, l'oeil canaille. Vous rosissez parfois devant votre jeune curé que vous trouvez tellement efféminé... Vous n'osez pas toujours regarder le corps de votre cher Christ étendu sur la croix : sa nudité offense votre chapeau si chaste. A moins qu'elle n'en fasse sortir de drôles d'idées...

Vieille chouette décatie, caqueteuse au plumage terne, glaneuse de mauvaises nouvelles, vous ne rêvez en réalité que d'étreintes impies, de corps à corps endiablés, d'ébats charnels éhontés. Vous aimeriez tant goûter à cette ivresse amoureuse que vous honnissez si furieusement, tout haut...

Mais vous êtes laide Miss Gulch, laide et déjà trop vieille. Continuez plutôt à égayer nos conversations au coin du feu, continuez à chanter sous la lune vos cantiques avec cette voix suraiguë qui fait frémir les enfants, fuir les amants.

Et leur fait aimer encore plus les jolies femmes.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

39 - Un beau spécimen

Mademoiselle,

Vous avez les grâces douteuses des létales amantes. Votre visage est celui d’une vipère, avec des mèches de feu, du poison dans l’oeil et des lèvres de roc. Votre éclat cruel et macabre enchante mon cœur malade. Je suis l’esthète des causes désespérées, vous êtes mon égérie.

J’aime votre regard de sorcière, vos mains de fillette, votre air de menteuse. J’aime vos prunelles de silex, votre vertu de catin, votre voix de flûte. Vous êtes la plus précieuse ivraie de mon harem.

Votre corps de diablesse m’effraie, votre visage de désincarnée me plaît. Votre charme verdâtre fait honneur aux fantômes des cimetières, rend jalouse la Lune, assoiffe les dieux sanguinaires.

Vous êtes belle à regarder, comme un noir scorpion sur le sable. Votre face osseuse, votre allure éthérée, votre joue pâle me font songer à une inhumée. La dentelle vous pare comme un linceul, les soupirs sont vos sourires, et vos sourires ressemblent à un tombeau.

Je vous aime en véritable collectionneur : avec du formol dans le coeur, un précis de grammaire à la main, de la poussière dans le sang. Permettez que, tout de blanc ganté, un lorgnon à l’oeil, je vous contemple derrière une vitre, tel un insecte vénéneux que crève une épingle.

Raphaël Zacharie de Izarra

=======

40 - La beauté d'une affligée

Vos traits mélancoliques, nébuleuse enfant, évoquent le chant triste de l’automne : ils m’inspirent une profonde, authentique langueur. Vos yeux d’azur ont la grâce des vénus de glace, et votre regard de statue est plus austère que le marbre. Votre beauté est de pierre, et votre charme a l’extrême rudesse du roc. Vous êtes un silex et sur ce silex j’élèverai mes plus doux sentiments.

Votre visage est une poignée de sable. Votre front une grave, âpre, puritaine façade hellène : des lois sévères y sont gravées. Vos lèvres sont une indélébile tache de sang et les mots qui en sortent sont des ronces qui écorchent les coeurs. Votre chevelure est un foin ardent qui se consume bien vite : c’est que ses mèches trop sèches et trop strictes n’alimentent pas longtemps les rêves. Cependant dans ce désert aride vos pupilles sont comme deux saphirs. Mais sachez que les véritables perles de ce trésor maudit, ce sont vos larmes.

Elles seules brillent.

C’est votre tristesse qui vous confère beauté, émotion, prestige et vous donne finalement un prix infini. Elle seule compte. Votre souffrance exclusivement agrée aux dieux. Je suis un de ces dieux cruels et esthètes qui vous contemplent d’en haut. Je fais partie de l’Olympe des beaux esprits aimant misère et douleur pourvu qu’elles soient esthétiques, académiques, remarquables. Comme lorsque le pissenlit se pare de l’épine pour donner une grimace belle à regarder, ainsi que les gargouilles et les calvaires. Mademoiselle, vous êtes une vivante pièce de musée, une durable oeuvre d’art animée, le trophée favori de mon âme collectionneuse.

Je vous aime, chandelle de misère.

Raphaël Zacharie de Izarra

L'AFFAIRE DU FAUX RIMBAUD : DOCUMENTS COMPLETS (Partie I)

1 - APRES VERIFICATIONS ET CONFIRMATION, L'INEDIT DE RIMBAUD ETAIT BIEN UN FAUX !
Portrait complet de l'imposteur :

http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article1129

Un premier article suspect mais assez intriguant (reproduit ci-après) était apparu sur le NET à l'annonce de la découverte d'un texte inédit de Rimbaud :

L'auteur d'un des coups montés les plus audacieux de ces dernières décennies s'est manifesté sous le nom d'emprunt "Jean Daube Rit" (presque anagramme douteux du pseudonyme adopté par le jeune Rimbaud lui-même "Jean Baudry"). De source indiscutable, l'imposture a été prouvée auprès d'un certain journaliste parisien collaborant à la rédaction d'une célèbre revue littéraire (et qui a préféré -on le comprend- garder l'anonymat). Le faux a été effectué grâce à la recomposition frauduleuse d'archives anciennes à l'aide de vieilles feuilles vierges (authentiques celles-là) ajoutées à la revue en question qui aurait été ensuite "retrouvée" chez un bouquiniste de Charleville-Mézières. Affaire à suivre...

Piégé comme les autres, Nabe hier soir dans l'émission de Taddéi sur France 3 (le 19 mai 2008) a pour la première fois lu ce faux à l'adresse de millions de crédules !

Cet article publié sur plusieurs sites officiels était demeuré anonyme. Puis dans un second temps le falsificateur -ou prétendu tel- s'est dévoilé dans les termes suivants à travers un autre article, dûment signé cette fois :

Voilà : je suis l'auteur de cette imposture qui est en train de prendre des proportions énormes. J'en frémis d'horreur. Et d'aise. Je n'en suis pas à mon coup d'essai il est vrai : j'avais déjà fabriqué des faux documents littéraires à propos de Maupassant et de Hugo, pour ne parler que des plaisanteries un peu consistantes (publiées sur support papier "authentique", donc)... Bien entendu mes potacheries n'avaient jamais marché, du moins pas au point de déranger les cercles officiels. Jusqu'à ce que je m'essaye à un "faux Rimbaud". Cette fois la supercherie a été prise au sérieux, trop. Beaucoup trop, à hauteur inconsidérée de la folie furieuse des médias souvent prompts à s'emballer à la moindre alarme littéraire !

Les seuls responsables sont les "spécialistes" crédules relayés par les journalistes pressés de vendre de l'information et non l'auteur de cette malicieuse falsification. Je ne me considère pas comme un faussaire au sens judiciaire du terme mais comme un aimable gredin qui a ouvert sa cage à plumes que le vent médiatique a emporté plus haut que prévu. La blague sera de toute façon utile : elle permettra de remettre les pendules à l'heure chez les prétendus spécialistes de Rimbaud.

Pour la partie strictement littéraire la rédaction du texte "à la Rimbaud" fut l'étape la plus facile et la plus plaisante de l'entreprise. Un peu plus complexe -mais à la portée de tout bon faussaire un peu habile- fut de confectionner un faux matériel sur vieux papier. Le faire entrer ensuite dans un circuit classique afin de lui donner la "patine onirique" nécessaire à sa crédibilité (grenier de particulier, bouquiniste, antiquaires) à travers un protocole plausible ne demande pas une grande imagination, au contraire ! Découvert par un cinéaste sur les traces de Rimbaud (comme le hasard fait bien les choses, n'est-ce pas ?) le document fut fatalement récupéré "dans les règles de l'art". La presse n'avait plus qu'à prendre le relais.

Et voilà comment un gentil farceur se retrouve avec une méchante affaire sur les bras !

Raphaël Zacharie de Izarra
raphael.de-izarra@wanadoo.fr
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans FRANCE
Téléphone : 02 43 80 42 98
Freebox : 08 70 35 86 22

2 - IZARRA : FAUX NOM, VRAI FAUSSAIRE ?

L'auteur est un habitué des coups montés littéraires, il semblerait qu'avec des moyens chimiques, techniques mais surtout informatiques il soit parvenu à tromper la vigilance des plus rusés ! A partir de vieilles archives vierges authentiques il aurait fabriqué ce faux. Les naïfs s'y seraient laissé prendre.

Rien que les circonstances de cette trouvaille devraient inciter à la plus extrême prudence... Comme par hasard un cinéaste justement en train de faire un documentaire sur Rimbaud entre dans une bouquinerie (une librairie de quelle ville donc se demandera le péquin ? Mais oui bien-sûr de Charleville-Mézières voyons !) et là, hop ! comme par enchantement il trouve le fameux trésor littéraire qu'on recherchait depuis 1945 ! Bref, un mauvais scénario de Indiana Jones qui semble passer comme une lettre à la poste ! Sans parler des détails tellement "beaux et évidents" qu'il sont invraisemblables quand y réfléchit bien. Un romancier qui aurait écrit cette histoire aurait été taxé d'écrivain sans imagination. La vérité est que, comme l'avoue avec complaisance l'auteur de cet étrange message, le faux après avoir circulé un certain temps dans un circuit "traditionnel" pour accréditer son authenticité aurait finalement été dirigé vers cette boutique de Charleville dans l'attente de sa "découverte".

D'ailleurs trouver un tel document là où précisément dans l'imaginaire collectif on est censé le trouver, c'est plus fort que fort ! Et c'est pour cela que c'est aussi un peu faible quand on commence à se poser quelques questions... Des faux littéraires ont déjà été fabriqués, cela ne serait pas la première fois (récemment il y eut les faux carnets d'Hitler pour ne citer qu'un cas célèbre). Pour ce qui est des parties manquantes du document, les détériorations "naturelles" ont été machiavéliquement confectionnées à des endroits stratégiques du texte : il fallait que cela fasse vrai. Mais pas trop non plus quand même car on se doute bien que l'auteur de la farce n'aurait pas masqué, même en partie, la signature "Jean Baudry" ! C'était la seule chose importante, la signature. Il fallait même que ça fasse plus vrai que vrai. C'est réussi...

Signé : un complice impliqué qui n'aura pas l'inconscience, lui, d'en dire plus sur son identité...

(Article attribué à un anonyme complice ou plus vraisemblablement à Raphaël Zacharie de Izarra lui-même se faisant passer pour un anonyme...)

3 - PIEGE POUR SOTS ADMIRATEURS D'AUTEURS CONNUS

Certains spécialistes et profanes ne se ridiculisent-ils pas superbement en admirant avec des airs béats des écrits signés "Jean Baudry" ?

Ce canular, si c'en est un selon les sceptiques, a un but : dénoncer l'imposture d'une certaine littérature. Imposture orchestrée par des éditeurs opportunistes aux dépens d'esprits faibles se croyant épris de belles lettres dans le dessein que l'on devine : fabriquer des mythes rentables. Plus grave : elle est relayée de manière insidieuse par l'Éducation Nationale à travers ses manuels scolaires étatiques, sans aucune place pour la réflexion critique, et ce dans l'intention inique et faussement démocratique de fabriquer de futurs bacheliers au rabais. Tout lecteur, averti ou non, sera influencé par la signature des textes qu'on lui soumettra officiellement sous noble reliure. Une nouvelle preuve éclatante avec l'affaire de l'inédit de Rimbaud ? Aux esprits sagaces de trancher. Les imbéciles qui se seront trompés, eux, mériteront le blâme littéraire. Surtout si ce sont des spécialistes.

Une simple signature -certes illustre mais une signature n'est pas une oeuvre- apparaissant au bas d'un texte médiocre (pseudonyme authentifié, agréé par les cercles littéraires officiels nécessairement infaillibles...) suffit pour que des lettrés tombent en pâmoison. Avec n'importe quel texte, pourvu qu'il soit sur un support "authentique" et signé d'une plume illustre, il est possible de faire passer un potache -ou pour être plus précis un IZARRA- pour un Rimbaud.

Ho ! Cette divine ponctuation ! Ha ! Quel esprit ce Baudry ! Avez-vous vu madame cette pénétration dans l'ironie ! Ho ! Le nez de Bismarck ! Oh la la ! La moustache du teuton qui sert de virgule dans cette phrase-ci, quel génie ce Baudry, ne trouvez-vous pas ?

Le test est concluant : lorsque l'on signe du nom d'un bel auteur connu n'importe quel mauvais texte écrit en cinq minutes, pourvu que le lectorat soit déjà bien conditionné par cette imposture que je dénonce, il applaudit. A l'inverse, lorsque l'on signe avec des noms d'inconnus des textes authentiques pris dans la Pléiade, ce même lectorat raille, peu conditionné qu'il est pour s'extasier devant des écrits d'auteurs non appris à l'école, donc parfaitement inconnus...

Pour résumer, prenez des textes classiques peu connus du grand public, signez-les "Marcel Dupond", soumettez-les à des prétendus beaux esprits et écoutez les commentaires pleins d'âneries qu'ils ne manqueront pas de sortir...

Dans le cas concret qui nous préoccupe, parce qu'un texte classique est signé du nom de votre "ennemi" (Izarra pour bien nommer celui qui vous ridiculise), cela suffit pour que vous perdiez subitement tout jugement esthétique : vous devenez curieusement incapables d'apprécier le texte en lui-même...

Je suis heureux de prouver une nouvelle fois (de manière concrète et non théorique) que la sottise ambiante est à nos portes. La supercherie grandira certains esprits qui auront su rester critiques et ridiculisera les autres. Il est tout de même décevant de constater que mes contemporains sont d'incorrigibles naïfs, et en même temps je suis très satisfait que ma thèse sur l'imposture de la littérature tienne à ce point la route.

Que le document soit un faux ou un vrai, le fait est anecdotique. Je suis là pour une affaire plus essentielle : ébranler certaines certitudes littéraires.

Raphaël Zacharie de Izarra

4 - Ma principale utilité : éprouver la sagacité des prétendus beaux esprits de toutes espèces. Et des spécialistes de la question rimbaldienne. Je suis le trublion des Lettres, c'est de bonne guerre. Et finalement très sain. Les impostures ont toujours existé dans l'histoire de la littérature et certains imposteurs furent aussi de grands auteurs plus facétieux que d'autres. Je fais éternuer messieurs les grands professeurs de littérature, enrager les sots convaincus. Rien que des choses fort salutaires !

Raphaël Zacharie de Izarra

5 - Je souhaite demeurer le maître du jeu le plus longtemps possible. Ce n'est pas à moi de prouver l'authenticité de ce texte mais aux spécialistes de la question littéraire. C'est à eux d'asséner vérités immortelles et écrasantes, de répandre affirmations lumineuses et sereines -bref de convaincre l'incrédule- et non à moi d'abréger les doutes. Mon rôle consiste à faire accoucher la vérité littéraire aux prétendus spécialistes de Rimbaud, non à servir sur un plateau le sujet cuit de leurs actuels tourments. Seul celui qui a les bonnes cartes en main aura le dernier mot. Celui-là peut se permettre toutes les licences et fantaisies. Chacune de mes provocations à l'adresse de mes détracteurs doit être considérée comme une salutaire incitation à percer le mystère de ce texte par des moyens strictement artistiques, littéraires, intellectuels et non vulgairement matériels. On devrait au contraire me rendre grâces d'inviter les admirateurs de Rimbaud à la critique honnête au lieu de me condamner de la sorte !

En attendant je laisse à mes détracteurs le temps de se ridiculiser dans toutes les directions. Ou de faire triompher la vérité, s'ils la détiennent.

Raphaël Zacharie de Izarra

6 - Je n'ai pas abattu toutes mes cartes. Une mystification consistante se fait nécessairement sur le long terme. Donc, pas de précipitation ! D'ailleurs je ne sais pas encore s'il sera finalement indispensable de donner des preuves : la régénérescence des esprits corrompus par le snobisme rimbaldien se fera peut-être sans ce concours matériel que réclament les admirateurs et fins connaisseurs de Rimbaud... Le miracle de l'Intelligence peut fort bien s'opérer indépendamment de toute preuve tangible. Quoi qu'il en soit, ces éventuelles preuves matérielles pourront toujours être mises en doute car il y aura toujours des saint Thomas pour douter de l'évidence, aussi ces preuves palpables sont-elles vaines. La seule véritable preuve -irréfutable- que ce document est un vrai, ou un faux, c'est de le confronter audacieusement aux jolies sensibilités pénétrées de vérités rimbaldiennes promptes à tomber en pâmoison à la moindre prose signée "Rimbaud".

Raphaël Zacharie de Izarra

7 - REPONSE A JEAN-JACQUES LEFRERE

Monsieur l'éminent spécialiste de Rimbaud Jean-Jacques Lefrère me taxe d'hurluberlu dans le "Figaro Littéraire". C'est de bonne guerre. Il défend sa cause, n'est-ce pas légitime ? J'assume totalement les volées de bois vert que l'on me destine. Je m'expose au feu, il est naturel que j'en endure les effets. En outre le qualificatif "hurluberlu" est plutôt aimable. Bien entendu, pas question de m'attaquer aux personnes dans cette affaire. Le débat doit porter sur l'objet du délit littéraire, non sur les protagonistes. Chacun a le choix de ses armes : la vérité pour moi, la mauvaise foi pour les autres.

Il va de soi que je respecte tous mes détracteurs, quels qu'ils soient. Avec férocité certes je continuerai à défendre ma version, mais dans les règles strictes de la courtoisie.

Glorieux ou vaincu, déchu ou grandi, je saluerai avec la même flamme mes adversaires.

L'esprit chevaleresque imprègnera toujours mon glaive izarrien.

Raphaël Zacharie de Izarra

8 - REPONSE AUX JOURNALISTES

Les journalistes ne cessent de me réclamer des preuves palpables accréditant la version "littérairement impopulaire" selon laquelle l'inédit de Rimbaud serait un faux. Mais quel genre de certitudes matérielles ? Les journalistes sont-ils des experts en vrais et faux documents ? Si des experts -des vrais- en analyse de feuillets on pu se laisser berner par un faux document, les pauvres journalistes y verront-ils plus clair du haut de leur courte plume ?

D'ailleurs le document en question n'est plus en ma possession puisqu'il est actuellement entre les mains expertes des "experts", précisément...

L'unique preuve concrète que ce document est un faux -ou un vrai- est à chercher... dans le document lui-même !

Et pas ailleurs.

Après, si des techniciens du papier ancien et des spécialistes de Rimbaud incompétents se font berner par ledit document et sont incapables de persuader définitivement et les journalistes et le grand public de leur unique, exclusive, étroite, obtuse vérité d'experts et d'exégètes, alors le doute qui nécessairement se renforce devient de plus en plus légitime.

Tout expert devrait d'un docte mot, d'un seul, parvenir à imposer son incontestable vérité d'expert au profane désarmé... Sinon il est tout sauf un expert.

Bref, si les tenants de la vérité tangible sont absolument certains de l'authenticité de ce prétendu trésor rimbaldien, pourquoi cette soudaine prudence dans les médias ? A cause certainement de la précédente affaire des faux carnets d'Hitler...

Les savants pétris de certitudes rimbaldiennes ne devraient même pas se donner la peine de répondre à "l'hurluberlu" du Mans qui ose se dresser contre un mythe... Répondre, c'est alimenter la rumeur.

Alors qu'ils se taisent !

Et pendant ce temps, qu'on me laisse chanter ma version. Elle a au moins l'avantage d'élargir la vue des brebis pensantes qui préfèrent -saine attitude- prendre le risque d'écouter un son différent au lieu de bêler sottement avec le reste du troupeau.

Raphaël Zacharie de Izarra

9 - Certaines personnes indélicates m'accusent de vouloir me faire de la publicité pour mon blog, ce qui bien évidemment ne me ressemble pas à un esthète de mon envergure.

Par conséquent dans un second temps du débat j'ai choisi de ne plus indiquer le lien de mon blog afin d'éviter de provoquer les croassements de certains volatiles...

Pour en revenir au sujet, je répète que la véritable imposture n'est pas dans le support matériel lui-même, qui est un faux, mais dans les têtes. Je dénonce la corruption des esprits (esprits visiblement affaiblis dès qu'il s'agit d'admirer béatement les "merveilleux écrits" de Rimbaud) enclins à prendre comme parole d'évangile tout baratin d'expert doctement émis. La masse bêlante et profane, la pauvre, l'ignare, en est réduite à chanter sous la baguette du chef-d'orchestre-grand-schtroumf-expert détenteur de la "vérité littéraire"

Je répète encore que les preuves matérielles que ce faux est bien un faux se trouvent dans le document lui-même et pas ailleurs. Or ce document n'est plus entre mes mains puisqu'il a été "lâché" dans le "circuit fatal" qui l'a porté à la postérité.

En outre je ne suis guère pressé d'apporter les preuves que l'on me demande. Ou de les nier. Je n'agis pas dans la précipitation, ce serait bien vulgaire pour un esthète de ma qualité... Je ne cours pas plus après les médias. J'ai tout mon temps, les arguments qu'il faut, ma vérité à moi. J'abattrai mes cartes quand je le jugerai nécessaire. Je ne suis pas à la botte des journalistes. Et puis surtout...

Surtout ne nous prenons pas trop au sérieux dans cette histoire.

Ce serait bien triste si ces messieurs les exégètes ne s'amusaient pas autant que moi ! Rimbaud et tout le tintouin, les haleurs et les poches trouées, tout cela c'est bien joli mais la poésie devrait-elle donc rester purement intellectuelle, essentiellement livresque, simplement théorique ?

J'offre aux exégètes une leçon de littérature grandeur nature, un cour vivant de sagesse rimbaldienne : d'abord savoir rire des choses les plus "importantissimes", comme par exemple cette affaire mondaine et finalement assez futile à propos du faux texte de Rimbaud.

Ensuite et par-dessus tout je leur apprends à ne pas oublier l'essentiel : lâcher le lest académique et avec courage, fièvre, hauteur, entrer dans l'arène pour vivre la poésie, la vivre. La vivre et non l'intellectualiser sans cesse et ainsi la rapetisser jusqu'à la rendre ridicule, mesquine, sèche.

Ce que je leur propose finalement, c'est de vivre la grande aventure izarrienne.

Raphaël Zacharie de Izarra

10 - LA SCIENCE AU SECOURS DES LETTRES !

(J'ai appris que le document en question devra être analysé afin de déterminer avec certitude si c'est un faux ou au vrai...)

J'ai déjà répondu aux questions de mes détracteurs à maintes reprises et ma réponse ne varie pas : la preuve de ce que j'avance est au fond des éprouvettes des chimistes actuellement affairés autour de la "géniale trouvaille".

Tout de même... Chercher la paternité d'un texte littéraire à l'aide d'un scalpel de technicien, d'un double-décimètres de matheux et de gants de chirurgien, quelle tristesse ! A quelle lamentable pitrerie les exégètes de Rimbaud se livrent-ils ? Pour en arriver là, faut-il qu'ils soient bien ignorants de la littérature !

Incapables de trancher une bonne fois pour toutes grâce à leur seul jugement esthétique, ils en sont réduits à recourir à des analyses scientifiques pour déterminer si ce texte est d'origine rimbaldienne ou izarrienne !

Rimbalesquement vôtre.

Raphaël Zacharie de Izarra

11 - LA PLUME RIMBALDIENNE : CAUTION IMMUNITAIRE...

Rimbaud aujourd'hui serait un vulgaire délinquant de la banlieue de Charleville-Mézières, rappeur, slameur, poète doué et précoce il est vrai, mais encore sodomite dégénéré, personnage douteux, drogué, buveur, paresseux qui aurait d'abord été une petite crapule avant de devenir gros trafiquant de drogue entre la France et le Maroc... Voilà ce qui me semble le mieux correspondre si on transpose avec réalisme la "légende Rimbaud" dans notre époque. Ma vue est honnête, pleine de justesse : nulle illusion romantique ne déforme mon jugement.

Cessons de lustrer les semelles sales d'un versificateur certes hors du commun quant à la qualité de la plume (lorsqu'il ne délire pas avec des poèmes "charabiatisants") mais qui pour autant ne mérite pas que l'on en fasse ce mythe nourrit d'artifices plus grotesques les uns que les autres.

Comment peut-on admirer un trafiquant d'armes sans état d'âme qui prône les égarements d'une vie dissolue, les délices de la perdition, l'enrichissement crapuleux ?

Prôner les hauteurs poétiques, jouer au troubadour éthéré, au rêveur enivré d'éclairs radieux, de fulgurances idéales, voilà pour la théorie chez Rimbaud. Le passage à la pratique est beaucoup plus décevant...

Quelle incohérence ! Quelle noirceur d'âme ! Évidemment le trafic d'armes, les sordides amours, la fuite en Afrique en quête d'histoires glauques, chez un type comme Rimbaud ça passe pour être d'une grande classe ! Aux yeux de ses sinistres laudateurs cela s'appelle l'aventure, cela s'appelle la noblesse, cela s'appelle le mépris pour le monde bourgeois. Quelle complaisance !

Ainsi la rime justifierait le crime...

Ha ! Comme c'est facile d'embellir une biographie quand on a la vue bornée par des fadaises poétiques, quand on est ébloui par de flatteurs apparats !

Bref, le sexe, l'argent sale, la descente progressive dans les bas-fonds de l'âme, l'hypocrisie, Rimbaud n'échappe pas aux règles du genre crapuleux. Il avait vraiment tout ce qu'il faut pour que des esprits faibles d'un siècle dégénéré lui fabriquent une légende frelatée.

Raphaël Zacharie de Izarra

12 - LES VERTUS PEDAGOGIQUES DU FAUX TEXTE DE RIMBAUD

L'enjeu de cette affaire dépasse l'anecdote de savoir si ce document est un faux ou un vrai. La vraie question est : que vaut la vérité d'un docte pitre face à un Izarra farceur qui fait le choix de penser plutôt que de braire ?

Certains qui ont des chapeaux pointus prétendent que le réchauffement climatique est dû à l'activité humaine, d'autres qui portent des lunettes performantes mais qui ont la vue intérieure lamentablement brève assènent aux masses bêlantes toutes des vérités tordues, comiques, grotesques.

Moi je prétends que "Le Bateau Ivre" et "Une saison en Enfer" sont des oeuvres purement facétieuses pondues par le plaisantin de Charleville, sans doute dans le but de rire des faux esthètes et snobs érudits de son époque. Ce qui ne signifie pas que par ailleurs Rimbaud faisait de la bonne poésie, l'acidité de la farce ne s'opposant nullement au feu de la lyre.

Ma vérité izarrienne, qui a la suprême particularité d'être joyeusement fantaisiste, pleine d'une rassurante, pédagogique, libératrice souplesse -et qui est hautement rimbaldienne dans le fond- vaut bien celle, figée, étroite, austère, voire franchement bête et méchante des exégètes s'accrochant désespérément, académiquement, mesquinement à leurs bornes.

Raphaël Zacharie de Izarra

PRECISION FINALE POUR LES MAUVAISES LANGUES :

Enfin pour répondre avec hauteur et concision à ces vils détracteurs m'accusant de vouloir me faire de la publicité à bon compte pour mon blog, qu'ils sachent que seule la qualité de mes textes doit séduire sans l'aide d'une vulgaire publicité basée sur le scandale. Je n'ai nul besoin de faire la promotion de mon blog étant donné qu'il a toujours été très visité et ne pratique par conséquent pas ce genre de racolage crapuleux.

Raphaël Zacharie de Izarra

SECONDE PARTIE DE L'AFFAIRE DU FAUX INÉDIT DE RIMBAUD

(RÉACTIONS)

Un dandy revendique la paternité de l'inédit de Rimbaud

Raphaël Zacharie de Izarra le crie à qui veut bien l'entendre : «Le Rêve de Bismarck» n'est pas de de l'illustre poète. C'est un faux que cet auteur contemporain aurait monté de toute pièce...

Depuis quelques jours, la communauté des gens de lettres est quelque peu en effervescence. Il est vrai que ce n'est pas tous les matins que l'on découvre un texte inédit d'Arthur Rimbaud, le Mozart de la poésie française.

Le récit de cette découverte tient plus du roman que de la réalité. Un cinéaste est en repérage à Charleville-Mézières, Patrick Taliercio (32 ans), pour les besoins d'un prochain film traitant d'une des célèbres fugues de Rimbaud. Se promenant comme monsieur tout le monde dans la petite ville du Nord, il s'arrête chez un bouquiniste.

Et là, il découvre des numéros (quatre précisément) du Progrès des Ardennes : intéressant puisque Rimbaud a toujours souhaité y être publié. On sait de source sûre qu'il avait fait parvenir à ce journal différents textes signés du pseudonyme de Jean Baudry. Un notamment dont il avait parlé à son ami Ernest Delahaye : « Le rêve de Bizmarck ». Voilà que le numéro acheté par le cinéaste contient précisément un texte portant ce titre et signé de Jean Baudry...

Il n'en fallait pas plus pour que presse, experts et littérateurs en tout genre se mêlent de l'affaire. Et dans tout le nombre de ceux qui veulent faire entendre leur voix sur ce sujet brûlant, il y a un maniaque du commentaire : Raphaël Zacharie de Izarra. A la suite de chaque article traitant de cet inédit de Rimbaud, Raphaël, écrivain contemporain habitué de la polémique, affirme être le seul et unique auteur de ce qui est pour lui un canular plutôt réussi... Vous voulez en savoir plus sur ce mystère...

Lisez notre dossier Polémique : le texte de Rimbaud, Imposture ou véritable inédit ?

« Voilà : je suis l'auteur de cette imposture qui est en train de prendre des proportions énormes. J'en frémis d'horreur. Et d'aise. Je n'en suis pas à mon coup d'essai il est vrai : j'avais déjà fabriqué des faux documents littéraires à propos de Maupassant et de Hugo, pour ne parler que des plaisanteries un peu consistantes (publiées sur support papier "authentique", donc) ...

Bien entendu mes potacheries n'avaient jamais marché, du moins pas au point de déranger les cercles officiels. Jusqu'à ce que je m'essaye à un "faux Rimbaud". Cette fois la supercherie a été prise au sérieux, trop. Beaucoup trop, à hauteur inconsidérée de la folie furieuse des médias souvent prompts à s'emballer à la moindre alarme littéraire ! »

Le dandy venu pas tout à fait de nulle part

Ce message est publié sur différents sites d'information traitant du texte inédit attribué après examen et rapidement à Rimbaud. Cet inédit donc, écrit par le jeune auteur qui souhaitait devenir journaliste pourrait être le fruit d'une imposture, orchestrée par un certain Raphaël Zacharie de Izarra, citoyen du Mans. L'homme est connu et pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur cet écrivain du net, une interview du Mague vous décrira « le dandy des dandys ». Vous trouverez la trace de ses interventions dans nos colonnes, et dans celles de notre confrères de BibliObs. ou encore chez CanalBlog, mais on en trouvera d'autres exemples. Ce dernier clame un peu partout sur le net qu'il est l'auteur dudit papier et que le poète n'y est pour rien.

La télévision s'est également empressée de raconter l'affaire de ce cinéaste marseillais, qui a découvert l'article, mais a « la frousse de la télé » et ne souhaite pas se présenter publiquement. Dans Ce soir ou jamais, Marc-Edouard Nabe voit dans ce texte « une pièce essentielle de l'architecture rimbaldienne » et n'hésite pas à le considérer comme « la découverte littéraire du début du siècle ». Car depuis 60 ans, on n'avait rien trouvé de nouveau de Rimbaud.

« la souplesse de style de Rimbaud »

Qu'en penser alors lorsqu'un spécialiste de l'affaire rimbaldienne comme Jean-Jacques Lefrère s'étonne et apprécie « la souplesse de style de Rimbaud » dans une interview publiée par nos confrères de BibliObs ? Car de fait le sieur de Izarra semble détailler un processus de fabrication digne d'un faussaire de haute voltige... ou d'un adepte de films d'espionnages... « L'imposture se trouve non dans le texte, mais dans les esprits », nous confie-t-il par téléphone. Qu'est-ce à dire ? Eh bien justement, si « la réalité dépasse la fiction », c'est parce que Raphaël entretient « la prétention de dénoncer l'imposture qui tourne autour de Rimbaud », et qu'il s'afflige de « la crédulité, la sottise, la naïveté » des gens qui reconnaissent à ce texte une filiation rimbaldienne. « La blague sera de toute façon utile : elle permettra de remettre les pendules à l'heure chez les prétendus spécialistes de Rimbaud », conclut-il.

Voilà qui est troublant et rappellerait sans peine le paradoxe du menteur crétois que l'on ne peut croire sous peine de tomber dans un cercle sans fin.

Authenticité peu ou pas discutée, parce qu'exceptionnelle

M. Lefrère estime pourtant que « la question de l'authenticité est précisément à mettre sur le compte du caractère tout à fait inattendu de cette découverte. » Mais elle ne se pose pas dans les termes qu'entend Raphaël Zacharie. « Cela paraît tellement peu croyable qu'en 2008 on puisse découvrir une prose inédite de Rimbaud, dont on a traqué pendant plus d'un siècle le moindre griffonnage, que certains vont croire à la mystification », poursuit J.-J. Lefrère. D'autant que toujours selon le spécialiste, « l'existence de cet écrit était connu par le témoignage d'Ernest Delahaye, camarade de Rimbaud à Charleville, mais on pensait qu'il n'avait jamais été publié dans ce «Progrès des Ardennes» auquel Rimbaud l'avait envoyé en dissimulant son identité sous le pseudonyme de Jean Baudry, qui est presque son patronyme inversé ». Fort de cet élément, on n'attendait finalement que de le trouver pour confirmer les paroles de Delahay...

« plus la corde est grosse, plus elle a des chances de passer »

« Justement, plus la corde est grosse, plus elle a des chances de passer. L'affirmation est énorme, les circonstances sont exceptionnellement bien réunies, aussi mon entreprise a toutes les chances de réussir », nous explique le faussaire prétendu. « D'ailleurs trouver un tel document là où précisément dans l'imaginaire collectif on est censé le trouver, c'est plus fort que fort ! » Et le doute se prolonge lorsqu'un commentaire publié sur l'Union, un internaute affirme posséder l'exemplaire du journal en question, sans parvenir à mettre la main sur « ni Bismarck ni Baudry ». Troublant, définitivement. Mais dans l'anonymat du net, comment se fier à telle ou telle parole ?

Pourtant, « je ne me considère pas comme un faussaire au sens judiciaire du terme mais comme un aimable gredin qui a ouvert sa cage à plumes que le vent médiatique a emporté plus haut que prévu ». Ce ne serait pas la première fois que le sieur Rimbaud serait le complice involontaire d'impostures ; certaines sont recensées sur ce site. Et si l'on souhaite approfondir les récriminations de Raphaël, on se penchera sur l'une de ses analyses, à cette adresse. « Il suffit qu'un recueil de baragouinages soit signé "RIMBAUD" pour que d'éminents spécialistes se persuadent de sa très haute valeur littéraire. L'auto-suggestion fonctionne à merveille. N'ayant rien à dire sur le fond, ils rédigent d'élogieuses pirouettes contribuant à donner encore plus de lustre aux "pages immortelles" qui décidément, ne les inspirent pas plus que ça... Au vide rimbaldien ils répondent par le vide de l'exégète » conclut Raphaël.

Et demain, Rimbaud...

La maison d'édition Agone annonce également qu'elle publiera dans son prochain numéro 38 et 39. Décidé à ridiculiser les critiques et les spécialistes auxquels il n'accorde aucun crédit : « Que le document soit un faux ou un vrai, le fait est anecdotique. Je suis là pour une affaire plus essentielle : ébranler certaines certitudes littéraires. » Si le Zacharie biblique resta muet pour son incrédulité devant la parole de Dieu, celui qui fait bouillir le net actuellement semble bien se jouer de la crédulité pour laisser plus tard tout le monde muet... Mais arriviste, joyeux farfelu ou authentique imposteur, rien ne permet pour le moment de trancher...

On redoutera peut-être l'appel lancé aux Ardennais à fouiller dans les greniers pour trouver d'autres textes, qui risquerait de multiplier les apparitions de textes fantômes.

Rédigé par Clément S., le mercredi 21 mai 2008

+++++++

REPORTAGE DU SITE « AGORAVOX »

"A la recherche du Rimbaud perdu", c'est le film dont on parle abondamment en ce moment : hors festival de Cannes ! Tandis que la presse parle de découverte d'un écrit inédit du poète et que le journal Le Figaro confirme l'information dans son édition du 22 mai, un rédacteur d'Agoravox a réussi à se faire un coup de pub incroyable en répandant dans toute la blogosphère l'idée que cet écrit est un faux. Il a même rédigé un article sur Wikipédia. Mais d'abord qui est ce rédacteur ?

Raphaël Zacharie de Izarra est un rédacteur d'Agoravox.

C'est un personnage exubérant et particulièrement original. Pour vous faire une idée de son style, lisez son dernier article paru samedi "La contamination des sexes" qui a suscité une foule de commentaires. Voici également un extrait de son CV :

"Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l'auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j'ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon cœur, un diamant indestructible d'un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes œuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous ? Osons le croire."

Qu'a-t-il fait pour mériter que ce papier lui soit consacré ? Il est allé très loin dans son art de la provocation...

L'objet du litige :

En avril 2008, est découvert un texte inédit attribué à Rimbaud. Il s'agirait d'un article paru dans le journal Le Progrès des Ardennes en novembre 1870. Intitulé "Le Rêve de Bismarck", le texte s'en prend au chancelier prussien. Le journal Le Figaro consacre un article à cette affaire sous le titre "Rimbaud : l'incroyable découverte".

Pour le spécialiste de Rimbaud, Jean-Jacques Lefrère, la question d'un faux ne se pose pas et il déclare : "D'autres textes en prose ou en vers de Rimbaud attendent peut-être d'être exhumés dans ce périodique."

Seulement un rédacteur coutumier des coups d'éclat et insatiable de reconnaissance, Raphaël Zacharie de Izarra, par ailleurs journaliste citoyen sur Agoravox, s'est pris l'envie de faire parler de lui sur la blogosphère, de faire du buzz comme on dit. Et cela a marché ! Son nom et sa théorie du canular se propagent à une vitesse folle sur la blogosphère.

Certes, on savait ses écrits flamboyants et exagérément excessifs, d'ailleurs non dénués d'humour décalé. Mais dernièrement, il a poussé son sens de la dérision et

du spectacle encore plus loin qu'à l'accoutumée en publiant sous chacun de ses derniers articles un commentaire affirmant la fausseté de l'article découvert récemment et attribué à Arthur Rimbaud par les spécialistes éminents du poète. Il a reproduit sa théorie sur de nombreux blogs si bien que ses allégations sont maintenant reprises de blog en blog. Mais Raphaël Zacharie de Izarra ne s'est pas arrêté là : il a rédigé un papier sur Wikipédia pour donner plus de crédit à ses allégations fantaisistes.

Sur canalblog, un internaute prudent s'interroge : "Ceci dit, ce jeudi 22 mai 2008, je m'aperçois que ce texte retrouvé de Rimbaud est toujours présenté comme authentique par une partie de la presse. Du coup, je me demande si le dénommé Zaccharie de Izarra ne serait pas un plaisantin, ou un auteur en mal de reconnaissance..." (http://290364.canalblog.com/)


Il n'a pas tort car entre ce rédacteur ultra fantaisiste et Le Figaro, qui serait le plus crédible selon vous ?

J'invite Raphaël Zacharie de Izarra à venir s'exprimer sous cet article afin d'apporter des arguments crédibles à l'appui de sa thèse du canular. Car ses développements sur Wikipédia ne m'ont guère convaincu, pour les raisons suivantes :

Il est notoire que Rimbaud a publié dans le journal Bosphore égyptien un long papier relatant son voyage dans le Choa et critiquant les affaires françaises dans la corne de l'Afrique, dans les éditions datées des 25 et 27 août 1887. Il manifestait par là des velléités à devenir journaliste. Ernest Delahaye, son camarade de collège et biographe, révéla que Rimbaud avait envoyé des textes au directeur du Progrès des Ardennes en utilisant le pseudonyme de Jean Baudry. Il semblerait que Rimbaud ait caressé, dès l'adolescence, le rêve de devenir journaliste. Le pseudonyme de Jean Baudry n'a rien de farfelu. Baudry c'est Rimbaud, syllabes inversées. Quant au prénom Jean, c'est son premier prénom d'état-civil et celui de son grand-père.


Il ne saurait s'agir ici d'affirmer avec certitude absolue que le document découvert est vrai, mais de pointer du doigt l'attitude facile qui consiste à propager des bruits sur internet en étayant peu ses thèses. Le débat est ouvert !

(Suite page suivante)
Publié par izarra à 21:37:03 dans Raphaël Zacharie de IZARRA Commentaires (0) Permaliens

L'AFFAIRE DU FAUX RIMBAUD : DOCUMENTS COMPLETS (Partie II) 29 janvier 2009
Article de la « Tribune de Genêve »

Un Rimbaud inédit : info ou intox ?

Un cinéaste a découvert un article inédit du poète. Certains évoquent un faux.

Elle est retrouvée ! Quoi ? Pas l'Eternité, hélas. Non, l'unique collaboration - à ce jour - d'Arthur Rimbaud à un quotidien.

On savait que le poète avait des velléités journalistiques. Jusqu'à maintenant, on croyait qu'aucun de ses articles, envoyés alors qu'il était encore lycéen au directeur du Progrès des Ardennes, n'avaient été publiés. L'étonnante découverte, en avril dernier, du cinéaste Patrick Talierco, vient infirmer cette certitude.

En repérage à Charleville-Mézières, lieu de naissance de l'auteur des Illuminations, le réalisateur est tombé chez un bouquiniste sur de vieux exemplaires du journal. En parcourant l'un d'entre eux paru en novembre 1870, il a découvert un article titré Le rêve de Bismarck signé par un certain Jean Baudry. C'est justement le nom de plume que s'était choisi le poète, alors âgé de 16 ans, pour écrire dans la presse.

Des doutes sur le Net

«On savait, par son ami Delahaye, que Rimbaud avait écrit un texte sur Bismarck sous ce pseudonyme et qu'il l'avait proposé au Progrès, explique Patrick Talierco dans un entretien accordé à L'Ardennais. «Mais a priori personne ne savait qu'il avait effectivement été publié». Le poète lui-même n'aurait pas été averti de cette publication.

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe dans les rangs des rimbaldistes. Elle augure de prestes remaniements de biographie. Depuis 1940, en effet, aucun inédit du poète aux semelles de vent n'avait refait surface.

Sur la Toile, l'heure est plutôt au doute: certains remettent en cause l'authenticité du texte. Un dénommé Raphaël Zacharie de Izarra, déjà auteur de faux littéraires, se répand sur de nombreux blogs pour revendiquer la paternité de ce Bismarck. «La rédaction du texte «à la Rimbaud» fut l'étape la plus facile et la plus plaisante de l'entreprise», assure le prétendu faussaire.

Preuve de ce scepticisme: aucune agence de presse n'a pour l'instant relayé l'information. Les spécialistes, eux, se montrent très discrets. Seul Jean-Jacques Lefrère, l'un des plus fameux biographes «rimbaldien», s'est déclaré convaincu que d'autres oeuvres de Rimbaud pourraient figurer dans les rares exemplaires encore intacts du Progrès.

Valeur psychologique

«La question de l'authenticité est précisément à mettre sur le compte du caractère tout à fait inattendu de cette découverte», souligne-t-il sur le site du Nouvel Observateur. En précisant que ce texte ne devrait toutefois pas bouleverser «la connaissance que l'on a aujourd'hui de l'oeuvre littéraire de Rimbaud. Il a avant tout une valeur biographique et psychologique».

L'article du poète, qui ironise sur l'ennemi prussien, témoigne quoi qu'il en soit d'un art subtil de la caricature. «Triomphant, Bismarck a couvert de son index l'Alsace et la Lorraine! - Oh! sous son crâne jaune, quels délires d'avare! Quels délicieux nuages de fumée répand sa pipe bienheureuse!». Pas de doute: ça ressemble à du Rimbaud, ça en a le souffle et la musique. Comme en avait aussi La chasse spirituelle, un texte retrouvé en 1949.

Et qui s'avéra être un faux.

LIONEL CHIUCH - 22 Mai 2008

+++++++

Texte inédit de Rimbaud : Izarra expert en troll ?

Suite à la découverte d'un écrit poétique de Rimbaud, un blogueur nommé Raphaël Zacharie de Izarra est arrivé, à lui tout seul, à ébranler les certitudes des hautes sphères médiatiques. Dans un long article à teneur mégalomaniaque, l'individu avoue être l'auteur de ce qui s'avérerait être un pur canular ayant pris de colossales proportions. Il relaie abondamment son argumentaire sur internet au point que certains médias institutionnels, mal-à-l'aise dans la gestion des trolls, évoquent la possibilité d'une manipulation. En outre, de nombreux blogueurs relaient cet « aveu » de canular sans prendre le temps d'analyser l'information produite.

La démarche est diabolique puisque, quel que soit le dénouement, le blogueur aura atteint son objectif : se hisser au devant de la scène en valorisant sa prose. Si l'écrit est réellement un canular, tous les experts criant au génie de ce texte pourront creuser un trou et y mettre leur tête. Mais cette fin semble peu probable. La verve de l'article a en effet bien du mal à compenser les explications douteuses fournies par le blogueur connu pour ces excentricités. Celui-ci conclut d'ailleurs son billet en rappelant : « Que le document soit un faux ou un vrai, le fait est anecdotique. Je suis là pour une affaire plus essentielle : ébranler certaines certitudes ». Tout est dit.

On retiendra surtout de cette affaire que tous les moyens sont bons pour se faire connaître dans un paysage médiatique profondément bouleversé. Pour reprendre la théorie des netocrates, on pourrait même assimiler la démarche à un véritable coup d'état informationnel qui a pour objet de modifier en profondeur le statut "médiatique" du trublion.

Un article d'AgoraVox ici.

Le Figaro évoque la possibilité d'un canular.

+++++++

Article du Figaro

Pour Jean-Jacques Lefrère, la question d'un faux ne se pose pas.

Propos recueillis par Mohammed Aïssaoui

22/05/2008

Le grand spécialiste de Rimbaud n'a aucun doute sur l'authenticité du texte.

Il a consacréde nombreux ouvrages au poète dont une édition de sa correspondance et une biographie qui fait référence. Sa connaissance de l'œuvre et du personnage lui permet de certifier cette découverte.

LE FIGARO LITTÉRAIRE. Sur le plan strictement littéraire, ce texte a-t-il une valeur importante ?

JEAN-JACQUES LEFRÈRE. Pas vraiment. C'est avant tout un écrit de circonstance, un texte polémique destiné aux lecteurs d'un quotidien ardennais, sur fond de guerre franco-prussienne (nous sommes en novembre 1870). Rimbaud lui-même ne paraît pas y avoir attaché une grande importance, puisqu'il s'est contenté de le signer d'un pseudonyme. Il est probable que, dans les futures Œuvres complètes du poète, ce « Rêve de Bismarck » rejoindra plutôt les « Pièces annexes ». Pour ma part, je n'avais pas besoin de cet article de journal pour lire Une saison en enfer et les Illuminations, mais je suis très reconnaissant à Patrick Taliercio de m'avoir permis de lire ce texte de 1870 dont on ne connaissait la trame que par le témoignage d'Ernest Delahaye.

Êtes-vous sûr de l'authenticité de ce document ?

On s'attendait tellement peu à une telle découverte que la question d'un faux s'est posée dans quelques cerveaux tortueux. Il y a même un hurluberlu qui s'est manifesté sur Internet en clamant qu'il était l'auteur de ce « faux », manière assez tragicomique de se faire un peu de publicité à peu de frais. Outre l'impossibilité matérielle (fabriquer un faux exemplaire du Progrès des Ardennes de novembre 1870 ne doit pas être aisé), on connaissait l'existence de cet article par le souvenir d'Ernest Delahaye, camarade d'enfance de Rimbaud. La découverte faite par Patrick Taliercio n'en est pas moins extraordinaire. Je l'ai rencontré et puis vous certifier qu'il n'a vraiment rien d'un faussaire. On peut le regretter d'ailleurs, car un faussaire capable de produire des textes aussi peu banals, il faudrait le mettre à l'œuvre régulièrement.

L'article possède des accents patriotiques, or, même adolescent, Rimbaud n'avait pas précisément cette réputation-là...

Dans une lettre écrite exactement trois mois plus tôt, le 25 août 1870, et adressée à Georges Izambard, son professeur de rhétorique, Rimbaud parle de « patrouillotisme » et juge sa ville natale « supérieurement idiote entre les petites villes de province » devant le spectacle d'une population « prudhommesquement spadassine ». Et le futur auteur du « Rêve de Bismarck » ajoute : « Ma patrie se lève ! Moi, j'aime mieux la voir assise. » Mais Baudelaire ne demandait-il pas que soient inscrits au fronton des Droits de l'homme deux droits supplémentaires : celui de se contredire et celui de s'en aller. Rimbaud a largement usé de ces deux droits oubliés, son existence le prouve.

Qu'apporte-t-il de plus à ce que l'on connaît de Rimbaud ?

Les écrits littéraires du Rimbaud de cette époque sont si rares que l'article du Progrès des Ardennes n'est pas à dédaigner. Quelques semaines plus tôt, Rimbaud s'était rendu à Charleroi pour se proposer comme journaliste. Il avait seize ans à peine. Il avait été éconduit par le directeur du journal et était revenu, sans doute déconfit, à Charleville. On pouvait penser que sa carrière de journaliste s'était arrêtée là. La découverte du « Rêve de Bismarck » indique qu'il avait tout de même réussi à collaborer à un journal de sa ville natale.

En quoi ce texte écrit à l'âge de seize ans révèle-t-il le futur auteur du Bateau ivre ?

Ce n'est pas un chef-d'œuvre, mais c'est un beau texte métaphorique, très maîtrisé, avec un sens de la mise en scène. Mais ne voyons pas dans cet article plus qu'il ne contient. Il ne manque ni de verve, ni de vigueur, mais de là à y chercher les prémices de ce qui va permettre à Rimbaud de composer, moins d'un an plus tard, le Bateau ivre, il y a loin. À seize ans, Rimbaud possède déjà une extraordinaire maturité. À vrai dire, si l'on devait rapprocher ce texte en prose d'un de ses poèmes, ce serait plutôt Le Dormeur du val, qui est presque contemporain et dénonce l'horreur de la guerre en lui opposant la beauté et la douceur de la nature. « Le rêve de Bismarck » fustige aussi l'ardeur guerrière, mais, alors que Le Dormeur du val n'a pas de nationalité, l'article du Progrès des Ardennes désigne sa cible : le chancelier de l'Allemagne. Rimbaud prend le parti de sa patrie. Au demeurant, Rimbaud patriote, cela manquait à la panoplie que la postérité lui a faite.

Est-il possible que l'on découvre d'autres inédits du poète ?

La découverte de l'article du Progrès des Ardennes fait aussi renaître l'espoir de retrouver, dans un autre exemplaire du journal, d'autres textes du poète. Une tradition veut que ce Dormeur du val dont je parlais ait été aussi publié dans Le Progrès, mais la collection du journal est si lacunaire qu'on n'a jamais pu l'établir. Ardennais, fouillez vos malles !

+++++++

Inédit de Rimbaud : vrai ou faux ?

Publiée il y a quelques jours dans une relative indifférence par L'Express et La Quinzaine littéraire, reprise par Le Figaro, France 3, Le Nouvel Obs et aujourd'hui par l'AFP, la nouvelle met le feu sur Internet : un texte inédit d'Arthur Rimbaud écrit sous pseudonyme à l'âge de 16 ans, vient d'être découvert 138 ans après sa publication dans un ancien journal de Charleville-Mézières.

Ce texte en prose, intitulé Le rêve de Bismarck, d'une cinquantaine de lignes, avait été publié sous la signature de Jean Baudry dans le numéro du 25 novembre 1870 du journal Le Progrès des Ardennes. Un bouquiniste de la ville, François Quinart, détenait sans le savoir le précieux document jusqu'à ce qu'il lui soit acheté pour quelques euros, en avril dernier, par un jeune cinéaste, Patrick Taliercio, qui tourne actuellement un film sur Rimbaud. Deux jours plus tard, le jeune homme est revenu chez le bouquiniste en lui disant : « Vous avez vu l'article, c'est du Rimbaud ! »

Interrogé par le Figaro, Jean-Jacques Lefrère, grand spécialiste du poète, a confirmé la découverte. « C'est un beau texte métaphorique, très maîtrisé », dit-il, ajoutant que cette découverte « fait renaître l'espoir de retrouver, dans d'autres exemplaires du journal, d'autres textes du poète ». L'histoire aurait pu en rester là si un certain Raphaël Zacharie de Izarra ne lui avait donné un tour polémique en lui apportant un démenti :

« Voilà : je suis l'auteur de cette imposture qui est en train de prendre des proportions énormes. J'en frémis d'horreur. Et d'aise. Je n'en suis pas à mon coup d'essai il est vrai : j'avais déjà fabriqué des faux documents littéraires à propos de Maupassant et de Hugo, pour ne parler que des plaisanteries un peu consistantes (publiées sur support papier « authentique », donc) ... Bien entendu mes potacheries n'avaient jamais marché, du moins pas au point de déranger les cercles officiels. Jusqu'à ce que je m'essaye à un « faux Rimbaud » . Cette fois la supercherie a été prise au sérieux, trop. Beaucoup trop, à hauteur inconsidérée de la folie furieuse des médias souvent prompts à s'emballer à la moindre alarme littéraire ! »

Quel crédit apporter aux assertions du personnage, qui se défend d'être en mal de publicité ? Comment a-t-il procédé techniquement pour réaliser son canular ? Est-il conscient que celui-ci aurait pu rester dans l'ombre longtemps, voire très longtemps, si le jeune cinéaste n'avait un jour franchi la porte du bouquiniste ? Dès lors, on comprend mal l'intérêt d'une “potacherie” qui risquait d'être ignorée de tous. Bref, on attend la preuve qu'il s'agit bien d'un faux et que ce monsieur de Izarra en est l'auteur.

RAYON SUD

+++++++

Un inédit de Rimbaud découvert ?

(Article du Magazine Littéraire)

Le réalisateur Patrick Taliercio a-t-il récemment découvert un inédit de Rimbaud ? En repérage à Charleville-Mézières pour préparer un documentaire sur la seconde fugue du poète, ce dernier a acquis, chez un bouquiniste, plusieurs exemplaires du Progrès des Ardennes datant de 1870... et a repéré, dans le numéro du 25 novembre, un article intitulé Le Rêve de Bismarck et signé Jean Baudry, pseudonyme que Rimbaud, coutumier du fait, aurait tiré d'une pièce de Vacquerie. Une trouvaille qu'il convient de prendre avec la plus grande prudence, si l'on considère les nombreux textes qui furent faussement attribués à Rimbaud (Le poème La Chasse Spirituelle, La lettre du baron de Petdechèvre... ), et les affirmations d'un certain Raphaël Zacharie de Izarra, qui clame être l'auteur de ce faux. Joint par téléphone, ce dernier déclare « avoir falsifié ce texte pour révéler la vraie imposture : les Illumination et Le Bateau Ivre, que l'on prend aujourd'hui si au sérieux, sont des potacheries. » Cependant, pour le spécialiste de Rimbaud Jean-Jacques Lefrère, sûr de l'authenticité du document, le faussaire revendiqué serait un « hurluberlu » cherchant à se faire « de la publicité à peu de frais », ainsi qu'il l'a décrit dans les colonnes du Figaro Littéraire.
___________________________________
Réactions diverses et réponse de l'auteur
___________________________________

Rimbaud et ses faux embrouillages

L'histoire pourrait sembler très complexe.

Elle est simple. Absurdement simple. On avait découvert en avril 2008 un joli texte inédit de Rimbaud dans une bouquinerie de Charleville-Mézières publié sous le pseudonyme de Jean Baudry (presque anagramme de Rimbaud). "On", c'est à dire le cinéaste Patrick Taliercio qui était justement en repérage sur les lieux où avait grandi Rimbaud pour un projet de long métrage consacré au poète. Un témoin clé que personne n'a jamais vraiment entendu puisqu'il a "une frousse bleue de la télévision"... On a donc laissé ses intermédiaires s'émerveiller de la trouvaille.

Là où l'affaire devient complexe, ou plutôt limpide, c'est lorsque dans la foulée est apparu le nom d'un certain Raphaël Zacharie de Izarra...

Qui ne connaît pas ce faussaire hors pair au culot monstre ? Dans le cercle des collectionneurs, on fuit comme la peste ce roi de l'entourloupe littéraire.

Capable du pire en allant jusqu'à élaborer des mises en scène très sophistiquées parfois préparées des années à l'avance (ce qui fut le cas pour cet inédit de Rimbaud) grâce à des complicités toujours discrètes, ce Narcisse invétéré affectionne les feux médiatiques.

Sa spécialité : ridiculiser ceux qu'il aime à définir comme les "exégètes de la cause littéraire". C'est son credo, son délire, sa folie furieuse. Chacun ses obsessions... Bref, dès que les vrais amateurs ont su qu'il était mêlé à la découverte, les enthousiasmes les plus vifs sont retombés dans des bruits d'enclumes. La "Plume" avait fait son oeuvre.

(Une "Plume" avec une majuscule, c'est ainsi que s'est auto proclamé notre Machiavel des bibliothèques).

Il faut au moins lui reconnaître ce talent inné pour débusquer les imposteurs. Mais à quel prix ?

Le personnage ne fait jamais dans la demi-mesure et même plutôt dans le char d'assaut. C'est ce que je lui reproche.

Raphaël Zacharie de Izarra a poussé la (mauvaise) plaisanterie jusqu'à laisser s'auto gonfler la baudruche médiatique, décidément très extensible, sans qu'elle n'éclate jamais.

Du moins pas encore.

Le plaisantin est si redoutable qu'entendre ne serait-ce que l'écho de son nom devant une montagne de lingots d'or, c'est l'assurance de trouver du plomb derrière une pellicule dorée. Amateur de trésors retrouvés, si vous oyez le nom de ce faussaire ou simplement entrapercevez l'ombre de ses initiales, le reflet de sa particule -dont il est particulièrement fier-, les contours de sa plume suspecte, perdez toute illusion ! Il est mouillé dans tant de tentatives ratées mais surtout d'entreprises réussies de fabrications de faux, et non des moindres, que vous pouvez êtres certains d'avoir été bernés.

Le spécialiste français de Rimbaud Jean-Jacques Lefrère qui, comme beaucoup de ses confrères a foncé tête baissé aurait dû faire preuve de plus de prudence et de professionnalisme dès lors que le nom de Raphaël Zacharie de Izarra a commencé à circuler.

L'inédit de Rimbaud est un faux. Vous voilà prévenus. Je ne m'ingénierai pas comme certains à rendre complexes des choses simples. Le faussaire est si pernicieux dans sa volonté d'embrouiller les esprits que ce serait lui faire trop d'honneur que de tenter de dénouer à grands cris ce qui s'avère n'être que du vent.

Les naïfs qui pour toute caution se réfugient derrière les ors d'une "académie verveuse" relayée par la télévision dans des émissions littéraires et adoptent encore la version rassurante pleine d'érudition d'un Jean-Jacques Lefrère imperturbable s'en mordront les doigts.

Jacques Quentin pour "Ouest France"

+++++++

COMMENT J'AI FAIT LE FAUX "INEDIT DE RIMBAUD"

(Le rêve de Bismarck)

A propos de l'affaire de l'inédit de RIMBAUD, certains "spécialistes" pensent que je suis incapable de faire un faux sur le plan technique.

Justement, si.

Toute la question avec mes détracteurs était là, sur le plan strictement technique. J'avais déjà expliqué ma méthode et mon mode opératoire. Tactique, technique bien sûr mais surtout stratégie. Avec ma patience, mon réseau de complices, il n'a pas été insurmontable de monter ce fameux coup au sujet de RIMBAUD.

Je ne travaille pas, j'ai tout le temps pour élaborer des impostures de ce genre.

J'ai beaucoup de pouvoir de persuasion, un vrai sens de la psychologie, des relations dans divers domaines comme dans l'infographie et la sérigraphie, ce qui m'a été d'une aide précieuse. J'ai également des contacts avec des étudiants en chimie de l'Université du Mans qui me conseillent et m'aident (les étudiants ayant le sens de la potacherie plus développé que leurs professeurs).

Si vous saviez tout ce qu'on peut faire quand on a de l'audace...

Ce que vous avez vu c'est le côté éclatant de l'affaire. Mais pour qu'une imposture de cette envergure sorte, il faut s'y prendre avec méthode et ambition. Plusieurs sont tombées à l'eau et cela nul ne le sait. Il n'y avait pas que RIMBAUD qui était sur la "liste d'attente". J'ai fait des faux concernant plusieurs auteurs, sachant pertinemment que sur une quinzaine de fusées médiatiques une seule parviendrait à décoller, voire deux peut-être. Ce qui permet de réussir une telle imposture, c'est la multiplication des "rampes de lancements". Les autres impostures que j'ai entreprises n'ont pas été jusqu'à leur terme mais peu importe : le but n'était pas que les 15 coups réussissent, le but était de multiplier les "mises à feu" pour que l'une des 15 impostures au moins aboutisse.

Au départ je ne savais pas laquelle des 15 impostures allaient aboutir, bien entendu. J'ignorais quel texte issu des huit auteurs célèbres choisis (j'ai lancé une quinzaine de textes izarriens signés de huit auteurs célèbres différents) allait être "exhumé de l'oubli"... Au départ je ne savais pas quels "inédits" allaient être "découverts" dans un des endroits fixes ou réseaux de circulations stratégiques où je les avais placés (bibliothèques, bouquinistes et même dans un endroit que je ne peux révéler ici). L'important était qu'au moins un de ces textes sorte de "l'oubli".

En ce qui concerne le support, j'ajoute que chez n'importe quel bon bouquiniste même de province, pour peu que vous payiez le prix vous pouvez obtenir des feuilles vierges de différents formats et plus ou moins jaunies datant du XIX, voire du XVIIIème siècle (entre 100 et 200 euros la dizaine ou vingtaine de feuilles). Chez le bouquiniste au Mans, l'Athanor, je les ai eues pour un peu plus de cent euros.

Les "spécialistes" du vieux document sont des ânes. Bernés avec une centaine d'euros !

Bref, tout cela mes détracteurs ne le savent pas et c'est ce qui fait ma force : on croit impossible qu'une telle entreprise réussisse car on pense en terme de coup unique. Comme si j'avais lancé cette affaire de manière unique et ponctuelle, hasardeuse, presque irréfléchie...

Or le nombre "d'inédits" mis dans des circuits privés et publics est supérieur à ce qu'on imagine. Et la laborieuse, minutieuse mise oeuvre de ces affaires, parfois simultanément, parfois successivement (pour finalement n'en faire triompher qu'une seule -voire deux-), n'est qu'une simple, banale affaire de temps et d'obstination. D'ailleurs on n'imagine rien de tout cela. On pense d'emblée, sans même se poser plus de question, que celui qu'on qualifie de "prétendu faussaire" -moi donc- aurait lancé sa petite pierre comme cela, de façon unique et aléatoire... Et donc cela semble improbable.

Sauf que quand on a le temps, la motivation, l'audace, TOUT DEVIENT POSSIBLE. Ce qui paraît irréalisable est parfaitement réalisable et même dans les faits la réalisation de ce genre de chose est souvent plus facile qu'en théorie.

Je le sais par expérience personnelle...

Aucun spécialiste ne croit possible une telle entreprise. Certes, mais c'est parce que ces grands érudits pleins de certitudes techniques et littéraires pensent en termes non-izarriens.

Seul JEAN TEULÉ est resté prudent et à mis en doute l'inédit de RIMBAUD.

Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

Raphaël Zacharie de Izarra l'imposteur

Il se fait pompeusement appeler "Raphaël Zacharie de Izarra".

Les plus naïfs de ses admirateurs prétendent que c'est son nom de naissance. Enfin ceux qui se font passer pour ses admirateurs, c'est à dire lui-même ! Malin le singe de la toile : il s'est même inventé des admirateurs pour épater la galerie ! Au fait, quelle galerie ? Il semble être seul, auteur et public chez lui ne font qu'un.

"Raphaël Zacharie de Izarra"... Il n'a décidément pas peur du ridicule.

Je pense que ce pauvre pitre s'est inventé ce nom interminable pour se donner un genre et qu'en réalité sur sa carte d'identité il doit être écrit "Jean Duval" ou quelque chose dans le genre. En tout cas pas ce nom improbable ! Mais peu importe, ce menteur-né ne dévoilera jamais son véritable nom. C'est le propre des rigolos de service que de tourner en rond dans le cirque des illusions. Il faut vraiment être le dernier des imbéciles pour croire que cet imposteur s'appelle réellement "Raphaël Zacharie de Izarra". Des noms pareils, ça n'existe pas. Pas dans la vie vraie.

Le public voit bien le trucage, il n'y a que les clowns qui croient en leur propres tours.

Il est tout de même persuasif car malheureusement il y a un paquet de crétins qui le croient. Mais bon, rassurons-nous : il s'agit sûrement des faux témoins évoqués plus haut...

Ce monsieur écrit des textes sur INTERNET. La preuve, et cette fois c'est vrai, ce pauvre type a créé son blog à sa gloire : http://izarralune.blogspot.com

Plus de 800 textes ! Faut le faire. Plus vaniteux, je ne connais pas. Jean Duval a des choses à dire on dirait... Mais pour qui ?

Etaler 800 textes comme ça sur un blog... Le pauvre... C'est quand même significatif de l'ampleur de son problème. Ses visiteurs se comptent parmi les fantômes, les simples d'esprits, les neuneus, les ivrognes... Allez savoir.

Grincheux, médisant, jaloux, il n'arrête pas de cracher sur les femmes, les gosses, les malades mentaux, les patriotes, les vieilles dames, les bossus, les laiderons et j'en passe... Ses textes à ce sujet sont édifiants. Il vit du RMI, ou alors au crochet de pauvres gens qu'il maltraite du matin au soir. Il frappe des handicapés ou les menace pour qu'ils leur donne leur maigre pension, enfin quelque chose comme ça. Je n'ai pas bien compris comment il vit mais je sais qu'il est fier de faire travailler une certaine catégorie sociale très défavorisée. C'est un profiteur de la pire espèce qui aime vivre avec l'argent des pauvres. Enfin bref il gagne son pain de façon abjecte. Il n'y a qu'à lire quelques-uns de ses textes. En plus ils sont autobiographiques, il l'a dit. Donc tout ce qu'il écrit, c'est vrai. Même si c'est un menteur, il écrit des choses qui lui sont arrivées et après il raconte des sornettes pour faire croire que c'est faux quand ça l'arrange parce que ce qu'il raconte dans ses textes, souvent c'est à donner la nausée... Un truc de malade. C'est un déséquilibré qui tire sur tout ce qui bouge : politique, science, écologie, et même les étoiles ! Pour les conneries, il est fort.

Très fort.

Le gars en tient une sacrée couche. C'est un coriace, il ne lâche rien. Les femmes surtout, il les déteste, comme les chiens et les enfants. Il ne se prive pas de le dire en long et en large. Malade mental, fou furieux, échappé d'asile d'aliénés...

Il est tous les trois à la fois.

Aux dernières nouvelles il paraîtrait qu'il a piqué ses textes à des auteurs célèbres. Si c'est vrai, c'est le bouquet ! Finalement ses textes à la con ne seraient même pas de lui. Il piocherait beaucoup chez Hugo dit-on. Victor je veux dire, le grand Hugo. Des textes qu'il trafiquerait à sa sauce pour que personne ne reconnaisse les écrits originels de Hugo. Et tous les autres qu'il plagie.

Si c'est pas un coup tordu ça, qu'est-ce que c'est alors ? Le dénommé "Raphaël Zacharie de Izarra" ou prétendu tel n'est même pas un vrai auteur, c'est juste un copieur de textes. Enfin je ne sais plus moi-même parce que sincèrement quand je lis les horreurs qu'il écrit, je me demande si c'est bien du Hugo... Il a l'art d'embrouiller les gens ce Jean Duval. C'est un petit, ça se voit et même si ça se trouve c'est carrément un nain qui se venge du monde au fond de son HLM pourri de province !

Je me demande même si ça vaut encore la peine que je parle de lui... Je lui ai déjà fait trop d'honneur.

J'arrête.

"Raphaël Zacharie de Izarra" n'existe pas, c'est un de ces nombreux fantômes du NET qui ne font peur qu'aux caniches, c'est un mirage, une chiure de mouche informatique. De la fumée. Du vent.

Je n'irai plus jamais sur son blog. Oublions-le mes amis, ce trou du cul qui insulte les femmes ne vaut pas la peine que je lui consacre une ligne de plus.

Vincent Oullet-Quenac

(Suite et fin page suivante)
Publié par izarra à 21:28:47 dans Raphaël Zacharie de IZARRA Commentaires (0) Permaliens

L'AFFAIRE DU FAUX RIMBAUD : DOCUMENTS COMPLETS (Partie III) 29 janvier 2009
L'article du Monde

Paris est venu au Mans. Ce qui équivaut, en terme professionnel, à un scoop. Du moins dans le cercle restreint des journalistes littéraires, appelés aussi dans notre jargon « mondains du livre ». Depuis là-haut, c'est un événement, une prouesse. Rappel d'une épopée locale qui avait fait deux ou trois vagues dans nos salons : quelques heures à peine après la révélation au grand public d'un inédit de Rimbaud (Le rêve de Bismarck) retrouvé chez un bouquiniste de Charleville-Mézières, un énergumène manceau revendiqua non sans fracas la paternité du document qui serait donc... Un faux ! Info ou intox ?

A la rédaction les collègues ont bien ri. Il y avait de quoi, avec ma mission d'« envoyé spécial en province »... La décision résonnait désagréablement comme le coup de «sifflet de Jéricho» de l'officier de police plein d'avenir du Quai des Orfèvres rétrogradé du jour au lendemain à la circulation de la Place Clichy. Et j'ai effectivement été envoyé au Mans afin de tenter d'éclaircir ce mystère d'arrière pays. Merci le TGV. Bref, de retour avec mon papier, ils ne riaient plus du tout à la rédaction. Enquête.

AUTEUR PROLIFIQUE
Raphaël Zacharie de Izarra est un farceur.

Un auteur prolifique aussi. Avec plein d'imagination.

Un simple hurluberlu en mal de notoriété comme l'affirmait, un peu énervé, le plus grand spécialiste de Rimbaud Jean-Jacques Lefrère dans les pages du « Figaro Littéraire » ? Pas si sûr... Dès qu'on approche le phénomène, les certitudes toutes faites s'éloignent. Il y a fort à parier qu'au contact de ce fou follet, plus d'un routard de la presse reverrait son jugement. Un poids-plume de l'auto édition (il se répand sur Internet) capable d'ébranler des maisons : Izarra a du souffle, il faut lui reconnaître ce précieux avantage.

FRISSONS

Personnage machiavélique diraient certains... Angelot d'une désarmante naïveté pour d'autres. Prince cynique ou entité ailée, peu importe : le plaisantin ne manque pas d'atouts. S'il est vrai que le diable a plus d'un tour dans son sac, les anges n'en ont pas moins de la plume. Celui qui veut défier les exégètes de la littérature, pardon de la Littérature comme il le précise, est bien outillé. Ce maître du verbe joue de son art oratoire jusqu'à l'énième degré, là où commencent les premiers frissons. Déstabilisant.

Le « clown à particule » s'avère être un morceau de choix pour tigres de rédactions, un cas d'école comme on en rencontre rarement dans une carrière de reporter. Un pigiste averti y regarderait à deux fois.

Izarra, ça à l'apparence de l'ersatz, de loin ça n'a l'air de rien, de Paris on croit que c'est du toc... Et quand on vient chez lui au Mans pour une interview de près, pour de vrai, alors l'Izarra c'est de l'or en barre ! Foi de journaliste.

L'animal est prêt. De mon côté, je fourbis mes armes. Ambiance règlement de compte à l'oral. L'interview commence mais c'est lui qui tient la baguette.

Quand je l'interroge au sujet de cette affaire grotesque du « vrai-faux-Rimbaud » il ne se démonte pas. Ses yeux s'éclairent. Le masque de la sincérité l'habille tout de blanc. Et il a des arguments le renard ! Répondant point par point aux objections émanant de ses détracteurs, il se défend. Avec foi, panache, consistance. De telle façon qu'à mi-parcours de l'interview il est déjà permis de douter de la version officielle. Question de choix. En l'écoutant, intarissable, virtuose, charmeur, parfois excessif, toujours percutant, on se sent plus léger, libre de balancer entre vérité médiatique et doute « izarrien », qualificatif dont il abuse avec jubilation. C'est le cadeau qu'il nous fait : penser par soi-même. Raphaël Zacharie de Izarra est persuasif, il a l'art de soulever des questions que nul n'oserait effleurer.

POLEMIQUE

Ses arguments ? Contestables, soyons honnêtes. Contestables et pourtant... Pas tant que cela. Et c'est étrange, et c'est puissant, et c'est passionnant. C'est oui ou c'est non, c'est vrai ou c'est faux. Entre les deux, une infinité de nuances. Toutes déroutantes.

Izarra a sa place dans la polémique et il tient tête. Il a pris le rôle du bouffon, qui n'est pas le plus facile. Rappelons que le pitre officiel du royaume assénait des vérités cinglantes au roi. Izarra se paye la tête du roi et c'est bien le seul : il n'y a qu'un bouffon dans tout le royaume pour user de ce droit. Les autres se taisent. Lui, il la ramène. Il fabrique du faux pour « mieux dénoncer une autre imposture : celle d'une certaine littérature » dit-il.

Dans le détail son discours ressemble un peu à cette histoire de fous où l'un soutient que la bouteille est à moitié pleine pendant que l'autre s'évertue à démontrer qu'elle est à demi vide. L'un a tort, les deux ont raison et personne ne peut trancher. Ensuite c'est une question de crédibilité vestimentaire. La « vérité » du porteur de cravate sera toujours un peu plus « vraie » que celle de l'adepte de la chemise à carreaux. Izarra ne porte ni cravate ni chemise à carreaux, il arbore un front vaillant dénué d'artifice, affrontant nu les « cohortes de Bêtise parées de flatteurs, mensongers atours ».

Même pour un reporter qui a de la bouteille, il serait trop facile de prendre à la légère l'édifice de papier de monsieur Izarra. Pour l'heure tout est théorie, démonstration intellectuelle, preuve par la dialectique et conviction intime. Le sieur Izarra est redoutable quand il s'agit de semer le doute. Et ça prend. A faire trembler les bases du plus orthodoxe des convaincus. Ca prend tellement bien que, séduit par le brillant discours, déjà convaincu mais pas tout à fait prêt à mettre la main au feu tout de même, on ne demande plus qu'à voir.


ROCAMBOLESQUE

Voir, c'est ce qu'il nous promet depuis le début de cette affaire décidément rocambolesque... Mais il n'est pas pressé d'apporter de la matière à son moulin à paroles. Izarra brille tant qu'il reste dans ses « hauteurs » abstraites, position stratégique bien commode dans laquelle il a tendance à s'éterniser... Sur la terre ferme son pied est plus glissant.

Il a le temps pour lui, répète-t-il. «Je n'agis pas dans la précipitation, mon dessein est de plus grande envergure que de nourrir ces poussins de journalistes. Patience ! Au lieu de petit grain sans lendemain vous aurez la grosse pâtée pour l'hiver» confie-t-il, un brin malicieux.

C'est vrai qu'il cause bien le contradicteur et qu'on serait prêt à se convertir à sa « vérité », à deux doigts du gouffre séparant « l'hérésie médiatique du ciel izarrien »... A condition de donner corps au discours. Bluffant pour ceux qui l'approchent, l'écoutent, le « sentent », simple zozo pour les autres qui n'ont pas eu le privilège d'un tête-à-tête, le personnage a de quoi faire peur.

La première fois il avait même fait très peur : l'AFP lui reproche un séisme d'ampleur nationale provoqué par ses simples assertions. Pas si zozo qu'il en a l'air le «Zaza» !

DU TEMPS

Raphaël Zacharie de Izarra nous demande du temps, encore du temps pour prouver qu'il est l'auteur de cette farce. Mais où est la vraie farce ? Dans le document lui-même qui serait un « authentique faux » ou dans le formidable pouvoir de persuasion d'un mythomane de premier ordre ?
Sa démarche, se justifie-t-il, est une oeuvre « de long terme, dense, complexe, nécessairement lente ».

A la lumière de ses propos pour le moins convaincants, irritants, intrigants, presque fascinants, on lui laissera le bénéfice du doute. Mais pas trop longtemps. Pas trop longtemps monsieur Izarra : à la rédaction ils ne rient plus, mais alors plus du tout.

R.S.
(Le Monde)


▼ octobre 2009 (4)
856 - L'hystérie autour de la prétendue pollution ...
Esthétique subversive et vues olympiennes - Raphaë...
855 - Editions à comptes de gogos
FREDERIC MITTERRAND N'EST PAS HORS-LA-LOI !
▼ septembre 2009 (2)
854 - Médias de l'insignifiance
853 - Mademoiselle Léontine
▼ août 2009 (1)
852 - Les vacances : décadence des masses
▼ juillet 2009 (6)
851 - A Ostende
850 - Voyage dans l'étrange
POUR CONCURRENCER MEETIC
849 - Juan Asensio
848 - Publicité : danger !
LE BULLETIN METEO DES ABRUTIS
▼ juin 2009 (6)
847 - Farrah Fawcett
846 - Abrutissement généralisé
845 - Mickael Jackson : le saut de l'ange
844 - Lettre à mon frère qui me reproche de ne pas...
DECES DE FARRAH FAWCETT : DE LA BEAUTE A LA POURRI...
843 - La sous-préfète et le dandy
▼ mai 2009 (5)
842 - La vérité izarrienne
841 - Aristocrate
Nick Vujicic : infirmité-spectacle ou leçon de vie...
840 - Pauvre comme un roi !
839 - Ouvriers-voyous, patrons opprimés !
▼ avril 2009 (1)
ODIEUSE EXPLOITATION DE LA MISERE SEXUELLE ET AFFE...
▼ mars 2009 (8)
838 - Tante Marie-Taure
837 - Défi aux catcheurs
836 - Je ne suis pas un provocateur !
REPONSE AUX MINEURS DE FOND
835 - Izarra légèrement dévoilé
834 - Vive le Tibet chinois !
833 - Tibet des imbéciles
832- Lettre au maire de Coulaines
▼ février 2009 (3)
831 - La crise n'existe pas
830 - Souffrance et beauté
829 - Promouvoir la beauté : une vraie justice soc...
▼ janvier 2009 (4)
8 - Qui je suis
828 - IZARRA : coq ou toc ?
ÉDITEUR DE PIGEONS
827 - Bleu
▼ 2008 (63)
▼ décembre 2008 (10)
826 - La vieille
825 - L'écologie et ses abus de langage
824 - Troublant trou blanc
823 - La gloire de la beauté
822 - Qu'est-ce que la littérature (izarrienne) ?
821 - La fête des porcs
820 - Ma muse
819 - Le mot traître
818 - Les mots m'appartiennent
817 - Les journalistes sont des canards
▼ novembre 2008 (5)
816 - Je suis un prince
815 - À Cayeux-sur-Mer
814 - Deux oraisons funèbres
813 - La paix des burnes
812 - Le génie izarrien
▼ octobre 2008 (6)
811 - Société d'eunuques
810 - Le glaive de l'esthète
809 - Le procès fait contre Eric Zemmour à propos ...
808 - D'un lobe à l'autre
807 - A ceux qui me reprochent de détourner le reg...
806 - Le rêve d'Eugène
▼ septembre 2008 (8)
FUNERAILLES DE ROBERT JARRY, ANCIEN MAIRE DU MANS
805 - L'usine foraine
804 - Berthe et Lalloche
803 - Un amour de chien
802 - Comment je vis sans travailler
801 - Soutien aux patrons fortunés
L'AFFAIRE GAUTIER-SAUVAGNAC EN TROIS TEXTES IZARRI...
800 - Olivier, cette âme
▼ août 2008 (5)
799 - L'hystérie écologique
798 - Les souillards de la Toile
UN ARTICLE DU "MONDE" SUR MOI !
797 - Mangeurs de porcs
796 - Lettre aux mineurs de fond
▼ juillet 2008 (4)
795 - Richesses et misères du travail
794 - L'éclair originel
INGRID BETANCOURT : UN SUCCES MEDIATICO-COMMERCIAL...
793 - Lettre aux publicitaires
▼ juin 2008 (4)
792 - Marie-Josette et Arthur
791 - Le citoyen de base est un minable
790 - Morphéose et Ophyngiée
789 - Tante Jeni
▼ mai 2008 (5)
788 - Le miracle de la Beauté
L'affaire du faux Rimbaud : documents complets
787 - Différences fondamentales entre l'homme et l...
786 - La contamination des sexes
785 - La soumission naturelle de la femme
▼ avril 2008 (3)
784 - L'homme vieillit comme un chêne
783 - Les silhouettes
MAX MOSLEY : LE SCANDALE !
▼ mars 2008 (4)
782 - L'étable des morts-vivants
781 - L'androgyne
780 - Les sites payants de rencontres, mirages pou...
779 - La société d'abrutissement
▼ février 2008 (3)
778 - Jean-Louis Costes
777 - Buvez !
776 - Prise de bière
▼ janvier 2008 (6)
775 - L'effet bière
774 - La Beauté universelle
773 - La vie
772 - La bêtise canine
771 - Vue perçante sur mon psychiatre
770 - Rue de Pologne
▼ 2007 (768)
▼ décembre 2007 (4)
769 - 11 septembre 2001 : le règne du mensonge
768 - Ce siècle de minables
767 - Réactions étranges lors de licenciements éco...
766 - Neige de minuit
▼ novembre 2007 (4)
765 - L'inégalité des sexes et des âges
764 - Les économes
763 - L'écologie en question
762 - Les Beaux Assassins
▼ octobre 2007 (1)
761 - La déchéance du beau sexe
▼ septembre 2007 (3)
760 - Le cirque
759 - Vue sur les étoiles
758 - Le journalisme sans envergure
▼ août 2007 (2)
757 - Le baiser de la lune
756 - Les mâles honnêtes
▼ juillet 2007 (6)
755 - Le discours autour de l'art
754 - Le talent
753 - Le poison de la publicité
752 - Les mystères de l'infortune
751 - La magistrature
750 - Abattoirs : lettre à Sarkozi
▼ juin 2007 (4)
749 - Le travail sarkozien, l'allié des masses bêl...
748 - La femme du mort
747 - La beauté est un silex
746 - La balle
▼ mai 2007 (744)
745 - Rimbaud à l’examen
744 - Farrebique face à TF1
743 - Ecran plat
742 - Télédégénérée
741 - Pour combattre l’infamie télévisuelle de TF1...
740 - TF1, petit père du peuple
739 - Un petit
738 - La puissance de la beauté
737 - La femme de cinquante ans
736 - Interview d'un damné
734 - Les feux interdits
735 - Dieu n'est pas bête du tout !
733 - La pierre pulvérisée
732 - Pantin public
731 - Le chantre de la pierre
730 - Pillage glorieux de mes textes
729 - L'esprit de la loi
728 - Les notes perdues
727 - L'or du peintre
726 - Au fond des couleurs
725 - De l'oeuf à l'art
724 - Les miroirs de Mourre
723 - Le germe divin
722 - Un trait de lucidité
721 - Leçon de séduction
720 - Souffrir pour être laide
719 - Anti-pédophilie : excès et chasse aux sorciè...
718 - Les nuisances de la publicité
717 - De la confiture d'Abbé Pierre
716 - Courageux comme un chien féroce
715 - La marche sur le feu
714 - Les bécasses osseuses
713 - L'état de notre police
712 - Nos magistrats ripoux
711 - La justice des ânes
709 - J'accorde une interview à Marie-Joséphine Ha...
710 - L'homme qui vole
708 - Présence dans la plaine
707 - L'art du kitsch
706 - L'Univers et l'esprit
705 - Un grand timide
704 - Ma vie d'avare
703 - A Sillé-le-Guillaume
702 - Pesanteur du coeur, légèreté de l'âme
701 - Tout service ne mérite pas salaire
700 - Le fantôme des bibliothèques
699 - Homosexuel
698 - Les petits cafards de la Toile
697 - La "Mère Denis"
696 - Une idéale conception
695 - Les mots denses
694 - Les ailes de la Plume
693 - La grande chiasse nationale
692 - Bal du 14 juillet
691 - Un cri vers le ciel
690 - Alphonse Trapu
689 - Les abrutis de base
688 - Le mollusque venimeux de Hollywood
687 - La perversité de certains anti-pédophiles
686 - Interview d'un esthète
685 - La Beauté
684 - Déclaration d'amour à Mireille Mathieu
683 - Les feux couchants
682 - La bêtise du Téléthon
681 - Dans la ville lumière
680 - Les tourments de la chair
679 - Une vie pleine de surprises
678 - Triste commémoration de la guerre
677 - Appel à l'insurrection des banlieues !
676 - Les flammes de la raison
675 - Drame au collège
674 - L'ours contre-nature
673 - La mort de l'ourse Cannelle
672 - Notre jeunesse, notre non avenir
671 - Les bienfaits du bagne
670 - La République des plus forts
669 - Les larmes des nantis
668 - TF1, chaîne des minus
667 - Le vent des élections américaines
666 - Faiblesse d'esprit
665 - Le SIDA, maladie de l'âme
664 - Nouvelle tentative d'explication aux SPAMS c...
663 - Tentatives d'explications sur l'origine des ...
662 - Aux pornocrates du NET et à leurs associés
661 - Le "JT"
660 - Débilités cacaotées
659 - Terrorisme étatique
658 - Pourquoi je méprise les Napoléon
657 - L'élite des journalistes
656 - La mère Chapogne
655 - Théâtre amoureux
654 - Un message de l'au-delà
653 - Eloge de l'insignifiance
652 - Rock'n'imbécile
651 - Visite au Louvre
650 - La "Mère Vieille"
649 - La mort
648 - Face effacée
647 - L'âme de l'amant
646 - Education religieuse
645 - La poésie des réacteurs
644 - Le roi des avares
643 - Les imbécillités du NET
642 - La faiblesse de l'esthète
641 - Terroriste
640 - Rimbaud pot-au-feu
639 - L'imposture des toges
638 - Bonheur tranquille au village
636 - Ivresse d'esthète
637 - Le naïf
635 - Châtier les laides
634 - La bêtise ordinaire des gens bien intentionn...
633 - La vieille Albertine
632 - Les abattoirs industriels
631 - Le lait de Junon
630 - Lettre à Chirac
629 - Moi, Raphaël...
628 - La Dame Blanche
627 - L'habit du mort
626 - Les mystères de Marie-Vertu
625 - Etés meurtriers
624 - Chute d'un Titan
623 - L'éclat de la Vertu
622 - Tristes médiocres
621 - Sainte bière
620 - L'archevêque est généreux avec sa bonne
619 - Notre belle jeunesse
618 - Misanthrope
617 - Le yaourt dans tous ses états
616 - Lettre à l'amante envolée
615 - Funèbres funérailles
614 - L'éclat des blés
613 - La passion : le grand malentendu
612 - Albert Figuetorack
611 - Torpeur dominicale
610 - L'iniquité du COPYRIGHT
609 - L'haleine solaire
608 - L'Art ridicule
607 - L'étincelle humaine
605 - Course vélocipédique à Conlie
606 - La vanité du COPYRIGHT
604 - Les feux de mars
603 - De l'enclume à la plume
602 - Vive le piratage des oeuvres !
601 - Une miette de Réalité
600 - Six-cents raisons d'écrire ce texte
599 - L'Amour
598 - Le son de la lune
595 - Les mots piégés
596 - Cosmos
597 - Epris d'esprit
594 - Passager nocturne
593 - Des funérailles bien réglées
592 - Mensonges à durée indéterminée
591 - A tous les pauvres types
590 - Dogmes et faits
589 - Les aires de repos
588 - L’ombre des choses
587 - La hauteur du monde
586 - Repas entre amis
585 - Les poireaux
584 - La moribonde
583 - La rayure
582 - Les cloches du bedeau
581 - Tête de paon
580 - Un pied dans l'infini
579 - La gloire du quincaillier
576 - Mal-aimé
578 - Les cruautés de l'amour, les inconvénients d...
577 - Entre pierre et ciel
575 - Conte de Noël
574 - Le berger
573 - L'immortel
570 - La Poésie
572 - La déchéance poétique d'une jeune mère
571 - Dandy
569 - Une amoureuse éconduite
568 - La dictature de la norme
567 - L'éveil
566 - Eloge de la médiocrité
564 - Vieille stèle
565 - Le buveur
563 - L'hôte du marécage
562 - L'arrosoir
561 - L'incroyable consistance de la particule
560 - Les mots de l'amour
559 - Gloire et misère à la ferme
558 - Les conséquences de la naphtaline
557 - Retour sur Terre
556 - Les avantages inouïs de la particule
555 - Ché picards des camps
554 - Le champ des mots
553 - L'insignifiance de la pierre
552 - Rimbaud déréglé
551 - Le superstitieux
550 - L'esprit des arbres
549 - Auto-interview
548 - Echanges entre un bambin et ses parents
547 - Le poison de la passion
546 - Quand tu seras mort
545 - La Vierge sylvestre
544 - Un vrai seigneur
543 - Dans le charbon
542 - L'araignée
541 - Le Cimetière de l'Ouest
540 - La réalité est plus riche que votre imaginai...
539 - Le statut d'auteur
538 - Elle reviendra
537 - Ma détresse glorieuse
536 - L'abbé Grosfoutu
535 - Les tripes
534 - Duel d'abbés
532 - La belle et l'abbé
533 - Les frasques de l'abbé Bourgeois
531 - Le choriste
530 - Du côté de Warloy-Baillon
529 - La petite bossue
528 - Une vie
527 - L'essentiel pour vivre
526 - L'eau tiède qui tue
525 - Un fol esprit
524 - Le destin étrange de Marie-Thérèse
523 - Aux infernaux
522 - Un poilu sans fard
521 - Préludes à l'amour
520 - Faits triangulaires dans la Sarthe
519 - Une chambre d'enfant
518 - Une ferme en mars
517 - A l'aimée
516 - Buvons !
515 - La vieille chouette
514 - Les couilles de l'abbé
513 - La poule et le coq
512 - La conversion de la dévote
511 - Merci Nestor !
510 - Des pensées secrètes
509 - Vignale me pose vingt questions
508 - Une belle cause
507 - Avarice extrême
506 - Le papy fumeur
505 - Choc des cultures
504 - Aux patrons de bistrots louches et jet-seteu...
503 - Parler creux pour tester mes interlocuteurs
502 - Incursion dans l'au-delà
501 - L'auteur par lui-même
500 - Le chapeau de l'abbé
499 - Le silence est d'or
498 - Une folie d'amour
497 - L'intrus
496 - Un amour de femme
495 - Le castrat
494 - Une piété de plâtre
493 - La sorcière
492 - L'incroyable Gertrude
491 - Delphine
489 - L'abbé "Queue-de-Boeuf"
490 - Nouvelles de l'invisible
488 - L'abbé Bichart
487 - Entretien avec le Diable
486 - Entretien avec le Christ
485 - Préceptes pieux
484 - Enfantement guindé
483 - Lettre d'amour
482 - Hasards gratuits et faits anonymes amusants ...
481 - Les humains du cirque
480 - Le mythe rimbalesque
479 - La preuve par l'ange
478 - Un bon gardien
477 - Alphonse
476 - Le braquemart de l'abbé Benoît
475 - Un réveillon réussi !
474 - Réveillon de pingres
473 - Passions pâtissières
472 - Au piano
471 - Un retraité actif
470 - De haut en bas
469 - Le bossu méchant
468 - Avarice sordide
467 - Dialogue avec mon ego
466 - J'accorde une interview à une jeune journali...
465 - Le quincaillier
464 - Monsieur Leblanc
463 - Le curé Descouilles
462 - Mauvaise fille
461 - Une apparition
460 - Virtus !
459 - La face cachée de la Lune
458 - L'air des poètes
457 - Rêverie
456 - La conformation physique d'un héros
455 - A Farrebique
454 - Réponse au directeur de mon agence ANPE
453 - A mes bienfaiteurs
452 - Les affres de la condition humaine
451 - Un grand homme
449 - Un honnête homme
450 - Emoi au village
448 - Trésor d'avare
447 - Le triomphe de l'esthète
446 - Fini de rire !
445 - Monde de chiens
444 - Déclaration d'amour
443 - La tombe
442 - Un homme honnête
441 - Jésus de Vire
440 - Ernestin ou le sexe fort
439 - Miracle dominical
438 - L'autorité du chapeau
437 - Septembre
436 - Petites terreurs du dimanche
435 - Oiseau drosophile
434 - Mélancol
433 - Défense de la sottise
432 - Les saintes gens
431 - Gueuvers
430 - Fleur de Patate
429 - La régression du beau sexe
428 - Un retraité honnête
427 - Le casino
426 - La pleine lune
425 - Un abruti fini
424 - La tendresse
423 - La crémière phallocrate
422 - Jean-Eugène
421 - Un nouveau riche
420 - Naissance d'une star
419 - Le nain crapuleux
418 - Les ordures du village
417 - Le moine et la pucelle
416 - Un bon rustre
415 - Evénement dominical
414 - Un étrange autochtone
413 - L'apparition
412 - Elle tourne !
411 - Les deux pauvresses
410 - La roture
409 - Le visiteur
408 - Vieille tante
407 - Fait de guerre
406 - Prêtre homosexuel
405 - Une fin sans pompe
404 - L'Homme
403 - Petit poisson deviendra grand
402 - La soupe est prête !
401 - L'âne à la calotte
400 - Les vérités cachées
399 - Les vents de l'Histoire
398 - Les deux erreurs
396 - Rose-Alberte et ses lapins
397 - Berthe-la-patte-folle
395 - Charles-Théodore
394 - La violoniste
393 - La Gisèle
392 - Sous les glycines
391 - Une tête dure
390 - La raison du plus léger
389 - Un coeur increvable
388 - Du presbytère au monastère
387 - La plume et le laideron
386 - La verrière
385 - Un banquet en juin
384 - Le destin de Patatin
383 - Le père Mesnier
382 - L'abbé Borel
381 - Le pot-au-feu
380 - Vieille chamelle !
379 - Le mauvais augure
378 - Un drôle de personnage
377 - 14 juillet
376 - Les casinos
375 - Dimanche de mort
374 - Vieille chouette !
373 - L'escarpolette
372 - Une vie sans histoire
371 - Deux ordures
369 - L'abreuvoir
370 - Un dimanche en province
368 - La porteuse de cierge
367 - La belle ambiguë
365 - L'oeuvre du temps
366 - Vieille vipère
364 - De fer et de soie
363 - Le fossoyeur et l'éplorée
362 - Le sort et la fortune
361 - Amantes et soumises
360 - Les ravages de la ferme
359 - Mirage anachronique
358 - La ronce et la plume
357 - Parole vibrante
356 - Quand le chardon se fane
355 - Une vision des choses
354 - Les poètes
353 - Berthe a manqué sa chance
352 - De belle société
351 - La rue Bruyère
350 - L'effet cloches
349 - Recyclage
348 - Un verre d'eau à Verdun
347 - Rencontre au sommet
346 - Une catin pieuse
345 - L'envers de Verdun
344 - Le vice masqué
343 - Lyre des mots
342 - Le zoo de Montmartre
341 - Vieille rosse
340 - Crimes imaginaires et réels
339 - Mademoiselle Alphonsine
337 - Heure exquise
338 - La femme
336 - Le vice mal vêtu
335 - Un verre
334 - Le Manouche
333 - Conceptions dogmatiques
332 - Multipliez-vous !
331 - Mon épitaphe
330 - Sermon d'un curé couillu
329 - Misère
328 - Hauteur de vue
327 - Clôtures d'esprits
326 - Une âme vagabonde
325 - La maison de l'écrivain
324 - Au cimetière
323 - Alfredo Gaspard Charlus de la Campos
322 - Au Père Lachaise
321 - L'odeur des champs
320 - Les prétentions d'un seul
319 - Têtes d'enterrement
318 - Les fagots
317 - Les estivants
316 - Une femme pieuse
315 - De lierre et de bière
314 - Obséquiosités
311 - Un couple sans histoire
313 - Un humble clocher
312 - Cruautés d'esthète
310 - La masse molle
309 - Les fruits de la discorde
308 - Vos chères ordures
307 - Le Marquis de la Brettancière
306 - Un adorable tueur
305 - Le petit Théodule
304 - Oiseau d'envergure
303 - Vive la tricherie !
302 - Les secrets de l'atome
301 - Un émoi mystique
300 - Déviation
299 - De l'importance de la particule
298 - Dans la savane
297 - Une jeune fille honnête
296 - Lettre à une effarouchée
295 - A la cathédrale de Chartres
294 - Une jeune fille à la ferme
293 - La belle Berthe
292 - Du trottoir au couvent
291 - Laide et débauchée
290 - Belle et chaste
289 - Abstinences et châtiments
288 - Les rites ridicules
287 - La vieille crogne
286 - Un monde d'abrutis
285 - La morale amoureuse
284 - La matière et la réflexion
283 - Un beau spécimen
282 - La pucelle et le bossu
281 - Le chant des ânes
280 - Une ascension fulgurante
279 - Les yeux clairs
278 - Une histoire
277 - Le Père Gauthier
276 - Le vice et la laideur
275 - L'abbé Pérrin
274 - Les leçons de frère Vertu
273 - Un songe déroutant
272 - Nestor le mal-aimé
271 - Joie d'être ivre
270 - Mauvais cygne
269 - Deux amoureux
268 - La plume d'un paon
267 - Un froid mortel
266 - Les minables
265 - Le grand Mystère
264 - Laide et luxurieuse
263 - Laide et appréciée
262 - L'amant des ailées
261 - Amoureux et mystique
260 - Jour de vent
259 - Pauvre type et stellaire
258 - Un élogieux outrage
257 - Confessions d'un pécheur à son curé
256 - Une idylle
255 - Laide et méchante
254 - La beauté déchue
253 - Belle et cruelle
252 - La défaite de la laideur
251 - Le bossu vicieux et la belle naïve
250 - La mère du curé, la bonne et l'amante
249 - Du sucre et des punaises
248 - Une bière blonde
247 - Le prix de la chair
246 - Lorsque je déplais aux gens du beau sexe
245 - Un rendez-vous sous des ogives
244 - Grand-mère est décédée
243 - Belle et macabre crucifiée
242 - La beauté d'une affligée
241 - Le laideron et le gant blanc
240 - Le plaisir des bigotes.
238 - Une farce cadavérique.
239 - Les vieilles filles
237 - L'ombre d'une flamme
236 - Une dépouille ambiguë
235 - Un chardon en fleur
234 - De chair et de pierre
233 - L'esprit de la chair
233 - Une belle italienne
231 - Un signe dans la nuit
230 - Les monstres que nous sommes
229 - L'art de dire les choses
228 - Un insecte sous verre
227 - Vive la canaille !
226 - Une froide beauté
225 - Une conquête littéraire
224 - Vision nocturne
223 - Un spectre de chair
222 - Le tétin de la Vierge
221 - Bonne soeur et déesse
220 - Je suis mort
219 - Dialogue ultime
218 - Lettre de félicitations au député de la Sart...
217 - La hauteur de ma tête
216 - Leçon de choses
214 - Des noms périmés
215 - Au clair de l'une, à l'ombre de l'autre
213 - L'imposture de l'autorité
212 - Vue d'esthète
211 - Un jeune vicaire fougueux aux moeurs déréglé...
210 - L’infortune de la laideur, les avantages de ...
209 - L'art de répondre aux annonces les plus bana...
208 - Cette ordure de mémé à Pâques
207 - Belle et triste dame
206 - La maison abandonnée
205 - L'oiseau de haut vol que je suis
204 - Dans le vent
203 - Le coeur et l'entonnoir
202 - Un aristocrate
201 - Adieu
200 - Un rêve éveillé
199 - Un oisif mélancolique
198 - Une étoile vagabonde
197 - Le souffle du vent
196 - Les plumes sans aile
195 - La littérature chèrement payée
194 - Un cosaque cosmique
193 - Le testament d'un collectionneur
192 - Une noce perverse
191 - De l'huile sur un coeur en feu
190 - Vertueuse et improbable
189 - Lettre d'amour à une jeune et laide bigote
188 - L'esseulée
187 - Le plomb de l'amour
186 - Le feu du diable et le saut de l'ange
185 - Le violoncelle
184 - La brique et le lierre
183 - Les misères de la laideur
182 - Enigmatique et ambigu
181 - Un poison candide
180 - La beauté d'une gargouille
179 - Une brise venue du Sud
178 - Lettre à un fantôme
177 - En attendant la Ricaneuse
176 - La fleur et le sang
175 - Le soufre de l'amour
174 - Les vitraux de Chartres
173 - Des pensées élevées
172 - New York un dimanche d'hiver
171 - L'honnêteté de la chair
170 - Un défi christique
169 - De la poussière pour atteindre le Ciel
168 - Le salut de l'esprit par l'artifice
167 - Ma très haute piété
166 - Les gueux et le noble
165 - Ma fierté d'être
164 - Le paradoxe de l'oeuf et la poule : la solut...
163 - Les enfants : nos pires ennemis
162 - Le vent de l'hermétisme
161 - Des ailes dans la tête
160 - La plume et le plomb
159 - Le plus grand poète doit faire dans les deux...
158 - Un poète sans coeur
157 - Je défie un piètre rival
156 - On m'a reproché d'avoir dit "Nègre"
155 - Un cadeau pour la Camarde
154 - Un directeur d'institution bien naïf
153 - Les poètes du vent
152 - La grâce vaut mieux que le mérite
151 - Deuil
150 - Monsieur travaille !
149 - Lettre envoyée aux proxénètes de la culture
148 - Homère, cet indigeste compilateur de vers
147 - Le passage du plombier : une affaire de muse...
146 - Procès de la laideur
145 - La dentelle et l'épée
144 - Réponse faite à un fat
143 - Un bouffon bien rigide
142 - Tous égaux
141 - Le testament d'un amant moribond
140 - Le plus vil des métiers
139 - Le vieil époux de ma nièce et ma jeunesse d'...
138 - Ôtons la joie aux enfants
137 - Ma liberté, ma particule et les autres
136 - Votre plume et mon aile
135 - Je dis à ma jeune nièce ce que je pense d'el...
134 - Une visiteuse
133 - Un hérétique avisé
132 - Un ami à combattre
131 - Cygnes, crépuscule et avions
130 - Macabre baiser
129 - Le prix d'une piètre naissance
128 - Au nom de mon nom
127 - Considérations générales et particulières au...
126 - Amitié particulière
125 - La domesticité
124 - Les songes d'un gueux
123 - La détresse
122 - Un jour d'été en campagne
121 - Un oiseau libre
120 - Osez penser !
119 - Démocratisation sauvage de la culture : de l...
118 - Eloge de la civilisation
117 - Aux craintifs, aux faibles, aux esclaves
116 - Autopsie de l'imbécillité
115 - Le cygne
114 - Debout les villageois !
113 - Les visiteurs
112 - La Lune
111 - L'amant des laides
110 - Mémoires d'un libertin
109 - Une existence de pompiste
108 - Lettre à mes amis des listes sur Internet
107 - L'éclipse d'août 99 : les plus ridicules eff...
106 - Ces monstres appelés "surdoués"
105 - L'objection d'un honnête godelureau
104 - Le temps
103 - La langue comme une épée dévouée
102 - A une effrontée
101 - Un verbeux abscons
100 - Aux plus sots de mes lecteurs qui se reconna...
99 - Seconde lettre envoyée aux PDG de radios géné...
98 - Lettre envoyée aux PDG de radios généralistes...
97 - La Fanchon restera à la ferme
96 - Les enfants : l'ignominie incarnée
95 - La littérature et moi
94 - Du fiel ludique
93- A ceux qui ont tendance à trop encenser les Gr...
92- L'art poétique chez les amateurs
91 - Le masque
90 - Correspondance privée
89 - Osons blasphémer les temples littéraires
88 - Le très haut prix de ma particule
87 - Taisez-vous tous !
86 - L'ange des laides
85 - Agathe et Victor
84 - Une valse dans des ruines industrielles
83 - Des grains de sable dans un songe
82 - Lettre au Maire de Nogent-sur-Marne
81 - L'imposture de la littérature
80 - Huit ans et sotte
79 - Hommage à la laideur
78 - Lâche mais facile
77 - Rimbaud, ce rigolo
76 - Délicatesses du langage.
75 - L'argent pour acheter le Ciel
74 - Mille raisons de me haïr
73 - Lettre à un défunt
72 - Une visite à la morgue
71 - Le convoi
70 - Pauvre mais belle
69 - Torpeur cadavérique
68 - Mon identité poétique
67 - Une lettre odieuse mais sincère
66 - Éloge et défense de la laideur
65 - Un amour de vieillard
64 - Vieux, laid, bossu, vicieux, vérolé, mais ric...
63 - Un mariage arrangé pour ma nièce
62 - Une enfant à éduquer
61 - Demande d'aide à ma nièce âgée de onze ans
60 - Ma petite collection
59 - Conseils pour un poète amateur
58 - Loqueteux et stellaire
57 - Lettre à mon avocat
56 - Eloge de l'esprit petit-bourgeois
55 - Lettre envoyée à une prolétaire
54 - Une lettre d'amour authentique
53 - Les enfants, ces viles créatures
52 - La monstruosité naturelle des enfants
51 - Conseils pour une jeune épouse au lendemain d...
50 - "Sensibilité à fleur de peau" et autres niais...
49 - Un jet de fiel
48 - L'ineptie de certaines listes
47 - Eloge des privilèges
46 - La grande Crâneuse
45 - Encore une lettre envoyée aux employeurs
44 - Lettre à des vendeurs de voitures
43 - Le français correct
42 - Terrae incognitae
41 - Les étoiles
40 - L'imposture du Q.I.
39 - Le mal de l'écrivain, encore un mythe
38 - Le Ciel m'a parlé
37 - La pollution des consciences ou le Graal vert...
36 - En exil
35 - Epées, moines et amour courtois
34 - Un peu de fiel dans la soupe
33 - Encore un éloge de la bêtise
32 - Eloge de la bêtise
31 - A mes détracteurs
30 - Eloge de la lâcheté
29 - Au jour glorieux de mes funérailles
28 - Le monde à travers mon lorgnon
27 - Brûlons Sade !
26 - Défense de la courbe
25 - Eloge de ma particule
24 - Mon panache
23 - Le prince que je suis
22 - Vive le conformisme !
21 - Lettre aux employeurs ou la gratuité de la vi...
20 - Eloge de moi-même
19 - Le dernier mot
18 - Je réponds à une carte de voeux de ma nièce, ...
17 - L'imposture chez Rimbaud
16 - Lettre à ma nièce de onze ans
15 - Eloge de la banalité
14 - Plume martiale (ou l'art de l'attaque)
13 - Eloge du vice
12 - Les bassesses de la séduction
11 - Un poète des labours
10 - Le bel oiseau que je suis
9 - Philosophons un peu avec la Fanchon et Alphons...
7 - Celui qui est en moi
6 - Entre Terre et Lune.
5 - Le beau visage de la disgrâce
4 - L'inanité des amateurs
3 - Lettre d'amour pour une femme laide
2 - La beauté des laides
1 - Hommage à une femme






Mots judicieux destinés à faire venir à moi le plus grand nombre d'internautes du monde : HOMMES LIEBE FEMMES PARIS EUROPE AMOURS AMOUR AMITIE AMICAL FRIENDS FRIEND HOLLAND POLAND POLOGNE POLONAIS POLONAISE ANGLAISE ANGLAIS AMERICAIN AMERICAINE INTERNET WEB TOILE CHANCE EROTISME LOVE WOMAN WOMEN FILLE GIRLS JEUNE SEXYGIRLS YOUNG CROYANTES JESUS HOMOSEXUELS PEACE AMERIQUE ENGLAND GERMAN ITALIAN LUXEMBOURG SUISSE NEWYORK BEAUTES BEAUTés BEAUTIFUL AIMER CHINESE JAPAN TOKYO KYOTO MOSCOW DALLAS MARSEILLE LUCKY RENCONTRES SINGLE ECRITURE éCRITURE LITTERATURES LITTéRATURES LIVRES PLUMES LEMANS WORKING MORNING GUTENTAG GUTEN DANCES AMORA LIEBES AAAAAA ZZZZZZ EEEEEE RRRRRR TTTTTT YYYYYY UUUUUU IIIIII OOOOOO PPPPPP QQQQQQ DDDDDD FFFFFF GGGGGG HHHHHH JJJJJJ KKKKKK LLLLLL LLLLLL MMMMMM WWWWWW XXXXXX CCCCCC VVVVVV BBBBBB NNNNNN AZERTY QWERTY 1234567890 111111 222222 333333 444444 555555 666666 777777 888888 999999 PEOPLES ARTISTES SPORTS POLITIQUES WIKIPEDIA WIKIPéDIA GOOGLE YAHOO ORIGINAL TALENTS TALENTUEUX ESPAGNE PORTUGAL TUNISIE VACANCES FOOTBALL RUGBYMAN JARDINAGE MAISON HOUSE GARDEN ENFANTS VOITURES AUTOMOBILES MARIAGES FIANCEE FIANCéE COPINES COPAINS COMPAGNES COMPAGNONS PARTAGES PARTAGER AMOURETTES LONDRES LONDON FATIMA ISABELLE CAROLINE MYRIAM PASSWORD PASSEPORT MOTDEPASSE MOTSDEPASSE SECRETS MYSTERES MYSTèRES MYSTERIEUX MYSTéRIEUX GARçONS PAQUES PÂQUES MICHEL JACQUES CHIRAC MUSULMANS RELIGIONS ROMAINS TERRES HUMAINS SPORTIFS MUSIQUES FLEURS SANTE SANTé DANSES SPECIALES SPECIALITES SPéCIALITéS JENNIFER JOHNNY JHONNY ARSENAL ACTEURS ACTRICES MONSTERS BECAUSE MELANCOLIES NOSTALGIES ROUTES CHEMINS CHIENS CHATONS CHIOTS CHIENNES CHEVAL CHEVAUX VACHES ARGENT MONNAY TRAINS ROUGES VERTES BLEUES ORANGES TELEPHONES POLICES JUSTICE EUROPEENNES EUROPéENNES ALLEMAGNE ALLEMANDS 111 222 333 444 555 666 777 888 999 000 000000 aaa zzz eee rrr ttt yyy uuu iii ooo ppp mmm lll kkk jjj hhh ggg fff ddd sss qqq www xxx ccc vvv bbb nnn 1111 2222 3333 6666 5555 4444 7777 8888 9999 0000 11111 22222 33333 66666 55555 44444 77777 88888 99999 00000 1111111 11111111 111111111 1111111111 2222222 22222222 222222222 2222222222 3333333 33333333 333333333 3333333333 4444444 44444444 444444444 4444444444 5555555 55555555 555555555 5555555555 6666666 66666666 666666666 6666666666 7777777 77777777 777777777 7777777777 8888888 88888888 888888888 8888888888 9999999 99999999 999999999 9999999999 0000000 00000000 000000000 0000000000 aaaa zzzz eeee rrrr tttt yyyy uuuu iiii oooo pppp mmmm llll kkkk jjjj hhhh gggg ffff dddd ssss qqqq wwww xxxx cccc vvvv bbbb nnnn aaaaa zzzzz eeeee rrrrr ttttt yyyyy uuuuu iiiii ooooo ppppp mmmmm lllll kkkkk jjjjj hhhhh ggggg fffff ddddd sssss qqqqq wwwww xxxxx ccccc vvvvv bbbbb nnnnn SOLEILS LUNES SOLEIL LUNE FEMME HOMME ENFANT ANIMAL ANIMAUX FANTASME BELGIQUE NOTAIRE BELGRADE BUDAPEST BUCAREST LIVERPOOL FANTASMES PLAISIR PLAISIRS YESS SURE NONE MONE MOME MONE MONALISA LISA STAR STARS FANTOME FANTOMES AFRIQUE AFRIC AFRICA ASIA ASIE AVION AVIONS RANDONNEE FEMELLES FILLE GARçON ECOLE ETUDES ETUDIANT ETUDIANTE ETUDIANTS ETUDIANTS STUDIENTS STUDIENT KOKINE COQUINE KOKINES COQUINES HOMO LESBIENNE LESBIENNES RENCONTRE WEBCAM SHOW BIZENESS BIZNESS ALONE SEULE SEULES TELEVISION SEXUEL SEXUELLES RELIGIEUX CHRETIEN CHRETIENNE CHRETIENS CHRETIENNES CHRIST DIEU OLYMPE JOLIE PRETY PRETTY JOLIES SEXYS AAAAAAAAAA ZZZZZZZZZZ EEEEEEEEEE RRRRRRRRRR TTTTTTTTTT YYYYYYYYYY UUUUUUUUUU IIIIIIIIII OOOOOOOOOO PPPPPPPPPP MMMMMMMMMM LLLLLLLLLL KKKKKKKKKK JJJJJJJJJJ HHHHHHHHHH GGGGGGGGGG FFFFFFFFFF DDDDDDDDDD SSSSSSSSSS QQQQQQQQQQ WWWWWWWWWW XXXXXXXXXX CCCCCCCCCC VVVVVVVVVV BBBBBBBBBB NNNNNNNNNN zzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzzzzzzz zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz aaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa xxxxxxx xxxxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxxx bonjour marcel dieter peter martin dupont zidane bartez sanchez schmitt dupond martine hans tchang beau beauté nestor pays terre ecologie loterie loto lotery ecolo hallydays hollyday all bimbo busty boob boobs big gros petit petits grands grand bitch hollywood xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx cherche recherche chercher seek seeking king think moon morning pamela anderson pam chic choc nuit soir jambes pieds pied seins tits les tes ses mes heure voyage vélo veux lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche today sunday saturday year years old have are viagra live cam york new news week day days Alemannisch A2A B2B B2C B2E B2I B4N B4step babasse Babbage, Charles babillard Baby AT Baby ATX Baby Bell Babylon BAC bac à sable backbone Backbone Cabal back buffering backdoor back-end Back Orifice backplane back-port back-porting back pressure backslash Backspace backup bactériorhodopsine BAD badaud baguette magique baie BAK BAL baladeur baladeur mp3 balayage balayer balisage balise balladeur balun ban banane Bancale bancatique banc d'essai bande bandeau de pub bande carbonée bande de base bande magnétique bande optique bande-mère bande passante bandwidth bang bang path bank banner bannière bannière de login bannir banque banque de données Banyan VINES BAP bar BAR Baran, Paul barbone barbouiller barebone bareword barre barre de défilement barre de menu barre de réglages barre d'espace barre d'espacement barre d'état barre d'icônes barre d'outils barre des tâches barre de titre barrel shifter barre oblique inverse barrette barrière de sécurité BAS basculement basculer bas niveau bascule base base64 base de connaissances base de données base de registres baseware bash bashisme BASIC basic multilingual plane BAT batch batterie baud Baudot, Émile bavardage baver bb BB BBIAB BBIAF BBL BBN BBS BBT BCC BCD BCNU BCP BCRCI BCS bd BD BDA BDC BDD BDP be Be beamer bean beastie beat'em up beat them up beautifier BeBox bécane BEDO DRAM beep BEEP BEFTI BEG Bell Bellcore Bell, Alexander Graham bench benchmark benchmarking BeOS Beowulf BER Berners-Lee, Tim BERT beugue beurk beurkiste bêta bêta release bêta version bêta testeur BetterWhois betweening Bézier Bézier, Pierre bf BFC BFD BFG BFN BFS BFT bg BG BGA BGCOLOR BGE BGI BGP BGT bh BHI BHIS bi BIB BibTeX BibTeXML bible bibliothécaire bibliothèque BiCaPiTaLiSaTiOn BICBW BiCMOS bidi bidirectionnel bidouillage bidouille bidouiller bidouilleur bi-endian biécran bienfoutose biff Big 8 Big Blue Big Brother bigdos big endian bignum bigot bi-level bilip Bill Brother Bill Gates Billou bin BINAC binaire binariser binary bincancel BIND binder binding binette BinHex BINL biobreak biochip bioinformatique biométrie BION Bionet bionique biopuce BIOS biotronique bip biprocesseur B-ISDN biscotte bison bison++ bit bit d'arrêt bit de départ bit de parité bit de start bit de stop bitFAT bitmap BITNET BITNIC bitouille bitouiller bit rate bit tax BitTorrent bit-wise BIX bj B~K BK! Blackbox black hole Blade Runner blacklist Blaise Pascal blanc blank line Blaster BLD BLE BLÉ BLED bleu blindage blinder blip blitter bloatware blob bloc blocage block blockbuster blog blogger blogosphère blogue bloguer blogueur bloquant bloqué BLOS Blowfish BLR blue bomb blue box blue boxing bluelist Blue-ray Disc blue ribbon blue screen Bluetooth Bluetooth 2 bm BMP bn BNC BNF BNQ BO board Bob BOC body bodyscanning BOF BOFH bogomips bogue BOINC boîte boîte à lettres boîte à outils boîte à pizza boîte à riz boîte blanche boîte combinée boîte d'alerte boîte de dialogue boîte noire boîtier bombe bombe logique bombe temporelle bonbon BonD Bondi bong Bonux boo.com Booch Book of Mozilla bookmark bookmarklet bookware Boole, George booléen boomerang booster boot bootable booter bootloader bootP boot sector bootstrap Bootstring Borland borne interactive BOS Bosak, Jon boss bosselage boss key bot BoT BOT botnet bottom-up bouchon de terminaison boucle boucle for boucle infinie boucle locale boucle sans fin bouclier bouffer boule de commande bounce bouncer bounding box Bourne shell bourrage bourrin bourrinade bourriner bousiller bouton bouzine boxel boxologie BP BPB BPD BPDF BPDU bpi BPL bpp bpm BPML BPO BPR bps BPU BR Brainfuck BRAN branchement bras bras d'accès brassage brasser brasseur BRB BRD break breakout bretelle BRI bridé bridge bridge-router BRIF brin BRML broadband broadcast brochage broche broken as design broker Brooks Brooks Frederick P. brouilleur brouteur browser broyeur bruit bruiter brûlage brûlage d'IP brûler brûleur brute bs BS7799 BSA BSB BSC BSD BSDI BSI BSOD BSOTD BSP BSS BST BSV BT BTA BTAM BTM BTO B to B B to B to C B to C B to R BTP B-tree BTU BTW BTX Bubble Jet buffer bufferiser buffer overflow bug bug du Pentium bug fix bugfix buggué bug report bugware bulk bulkmailer Bull bulle bulle d'aide Bulle Internet bump bump mapping BUNCH bundle bureau bureau actif bureau virtuel bureautique burn-in burn-proof burst burst mode bus bus de fond de panier buse bus local bus mastering butineur bv bw Bwana Bwanadoo BWL BWOD BXXP by byte Byte bytecode byte-code bz bz2 bzip2 Définitions commençant par A : A A+ A++ A* A0 A12C4 A2A A3 A4 A4AF A5 AA AAA AAAA AAAI AABB AAC AAD AAEMSCCL AAI AAL AARNET AAT AAUI AAV abandon abandonner abandonware ABAP à basse radiations ABC abcd:efgh abend aberration chromatique ABI Abilene ABIOS ABM ABNF abonnement abonner abort about ABR ABS abscons absorbeur abstrait abuse ac AC AC3 AC-3 AC97 ACAP ACB accélérateur accélérateur graphique accélération graphique accent accès accès à distance accès aléatoire accès de base accès direct accès distant accès efficace accès montant accès multiligne accès multiple accès primaire accès séquentiel accès séquentiel indexé Access accessibilité accessoire accessoire de bureau accordéon accueil accumulateur Accupage accusé de réception ACD ACE ACF acheminement ACIA ACID ACK acknowledgement ACL ACLU ACM ACME ACMS ACNOR Acorn ACPC ACPI acquisition acquittement ACR Acrobat Acrobat Distiller ACSE ACSI ACSEL ACSS Actel actif action-RPG activation Active Directory Active Movie activer Activestate ActiveX ACU ad AD Ada Ada 83 Ada 95 ADAM adaptateur adaptateur réseau adaptateur SCSI adaptateur vidéo Adaptec ADB ADC ADD add-in additionneur add-on address address book address harvester address mask address spoofing addy ADE adéiser adèle ADF adhérence Adi Adibou Adidas ADM ADMD admin administration administrateur administrateur système administrateur NT administrer ADN ADO Adobe à documentation intégrée ADP ADPCM adressage adressage absolu adressage direct adressage indexé adressage relatif adresse adresse canonique adresse d'E/S adresse électronique adresse IP adresse physique adresser adresse réticulaire ADS ADSI ADSL ADSListe ADSP ADSR ADT adultware Advent adware aérographe ae AE AEEL AES AES-128 af AFA AFAI AFAIK AFAQ AFAS AFB AFC AFC2E AFCE AFCEE AFCET AFD AEF AFE AFEL affectation affecter affichage affichage en mode miroir affichage en négatif afficher afficheur affinage AFIG AFIM AFIN AFIPS AFISI AFJ AFK AFM AFN AFNIC AFNOR AFORM AFP AFPDS AFPI AFS AFTEL AfterDark AfterStep aftertouch AFTT AFUI AFUL AFUM AFUTT AFUU ag agenda électronique agent agent électronique agent intelligent agent système AGI AGIS AGL aglet AGLOO AGP agrégateur de contenu agrégation agrégation de liens AGUA AH ai AI Aibo AI-complet aide aide à la décision aide contextuelle aide en ligne AIDE AIDS AIF AIFC AIFF aiguillage aiguille Aiken, Howard AIIM AILF AIM AIMM Airport Airport Extreme AISI AIT AIUI AIX ajouter une patte AKEP al AL alarme à la volée a-law AlBook album ALDES alerte alerteur ALG algèbre booléenne algo algogène ALGOL ALGOL 58 ALGOL 60 ALGOL 68 algorithme algorithme de Dijkstra algorithme génétique algorithme STA algorithmie algorithmique alias aliasing Alice Alice et Bob a-life alignement alim alimentation alimentation feuille à feuille alimentation par picots alimentation par friction Aline Al-Khwarizmi Allen, Paul allocation allumage all your base alnum Aloha Alouette-Placard alp ALPA alpha Alpha alpha blending alphanumérique alpha release alpha version Alt alt Altaïr IV Alta Vista altéré alternat Alternate alternatif alternative AltGr AltiVec alt.sex ALU am AM AMA AMAAMQJA Amazon.com Amaya ambre AMD Amdahl AMDEC âme America Online AMHA AMHAAMQJA AMHO AMI ami amical Amiga AML AMON MIB amorçage amorce amorcer ampersand amplificateur amplifier AMPS AMPSHA AMR AMRC AMRF AMRT AMS Amstrad an an 2000 ANA ANAC anaglyphe analogique analyse analyse post-mortem analyse lexicale analyse syntaxique analyseur lexical analyseur syntaxique analyste analyste-programmeur Ancien Testament ancre Andreessen, Marc androïde ANDSI anglicisme ANI anim animation animatique anime ANN anneau anneau à jeton annotation annuaire domaines annuler ano anonyme anonymous ANP ANSI antislash anti-spam antispyware antitroyen antivirus anycast ao AOCE AOHell AOL AOPC Aoutelouque aoutelouquerie Apache apartment multi-threading APC APCI APDU aperçu aperture API APIC APINC APIPA APL A-Plus APM APN APNIC APP app appareil photo numérique appariement de formes APPC appel APPEL appel système append Apple Apple II Apple III applemania applemaniaque AppleScript AppleShare applet AppleTalk applette appli appliance applicatif application application verticale appliquer appliquette APPN après-vente APRIL Aproged APS APT Aqua aquarium ARA araignée ARAP arbitrage arbitrateur arborescence arbre arbre B arbre de noël ARC arcade archie Archimedes architecture architecture intégrée architecture modulaire architecture trois tiers architecture n-tiers archivage archive archiver archiveur Arcnet ARD ardoise électronique arg ARGB argentique argument Arial ARIB ARIN ARJ ARJiser Arkanoïd ARM armé ARMM arobace arobase ARP ARPA Arpanet ARPG ARQ arrêt défil arrêt défilement arrière-plan arrobe ARS ART art ASCII artefact article artificial intelligence Artillery as AS/400 ASAP ASC ASCC ascendant ascenseur ASCII ASCIIbétique ASCII Étendu ASCIIZ ASE ASEM ASF Ashton-Tate ASI ASIC ASL ASM ASMP ASN ASO ASP ASPI aspirateur aspirer ASR assemblage assembler assembleur assemblier assertion assistance assistant assistant numérique assistant personnel ASSP AST astérisque Asteroids ASTI ASV ASVD ASX async asynchrone asynchronous at AT at sign ATA ATA-2 Atanasoff, John Vincent ATAPI Atari atarien Atari ST atariste ATD AtheOS Athlon Athlon64 ATIP ATLAS ATM ATM Forum A to A atome atomicité atomique ATRAC ATSC AT&T attachement attaquer attente active atténuation attribut attribut de fichier ATU-C ATU-R ATX au AU AUA audio audioconférence Audiotex AUG augmented reality AUI AUP auteur authentification authentifier authoriser auto autocode autocommenté autocom autocommutateur autoconfiguration autocopiant autodiagnostic autodial autodialer autodocumentaire autodocumenté autoexec AUTOEXEC.BAT automagically automagiquement automate automaticien automatique automatisme automodifiant automodifié automontage auto-négociation autoplay autopsie autorépondeur autorisations autorooter autoroute autoroutes de l'information autostéréogramme autosync autosynchronisation auto-test auto-wolf AUUG A/UX AUX AV avant-plan avatar avertissement aveugle AVI avis AVL AVN AVO avocat AVR AVS aw AW AWG awk AWT AXP AYBABTU AYFK AYT az Azalia AZT 721 ar Définitions commençant par C : C C# C2C C89 C99 C++ C3I C4 C4I C4I2 C64 ca CA CAAD CAB Cabale câblage câble câble coaxial câble croisé câble direct câble droit câble en nappe câble jaune câble parallèle câble plat câble réseau câblerie câble série câblé câbler câblo câblo-opérateur cacahouète cache cache de premier niveau cache de second niveau cache disque cache de niveau n cache-hit cache-miss CACM CAD CADD caddie caddy cadencement cadrage cadrage à droite cadrage à gauche cadratin cadre CAE café CAGD CAI Cairo CAL calcing calculateur calculatrice calcul en grille calculette calcul intensif calcul vectoriel Caldera CALL call-back calloc calque CALS cam CAM Camel book Caml Caml-light campeur CAN canal canal alpha canal caché CANARIE cancel canceller CA*net cannibalisation cannibaliser Canter et Seigel CAO CAO électronique CAP capability capacité Cap Gemini, Ernst & Young CAPI capillotracté capslock capteur capture capture d'écran capturer CAR caractère caractère de commande caractère de contrôle caractère générique caractère graphique caractère imprimable caractère magnétique caractéristique Carbon carbone carboniser carding careware caritaticiel CARL Carl 500 carnet d'adresses Carnivore Caroll carrier carte carte à puce carte boomerang carte combo carte d'extension carte fille carte graphique cartel d'embrouille carte mémoire carte mère carte perforée carte réseau carte son carte vidéo carte vidéo accélérée carte vidéo active carte vidéo passive carte vidéo programmable cartouche CAS cascade CASE case à cocher case badge case d'option Case, Steve CAS latency cassage casse casse-briques casser casser la figure casserole cassette casseur cast CAST casting cat cat3 cat5 cat5e cat6 cat6e CAT catalogue catalogueur CatB catégorie 3 catégorie 5 catégorie 5e catégorie 6 catégorie 6e CATIA CATP CATV CAUCE causette CAV cavalier cavité CB CBDS CBM 64 CBR CBS CBX CC CCA CCD CCE CCETT CCI CCIR CCIRN CCITT CCN CC-NUMA c-commerce CCP CCS CCSID ccTLD cd CD CDA CD audio CDC 6600 CD-DA CDDA CDDI CDE CDF CDFS CD gravable CD-I CDMA CDML CD-MO CD-MRW CDR CD-R CDRAM CD-ROM CD-RW CDT CD-TV CD-V CD-WO CD-WORM CD-XA CE CEA CeBIT cédérom CEI Celeron Celeron 330A cellulaire cellule CEN CENELEC censorware centre d'appels centrex Centrino Centronics CEO CEP CEPIS CEPT Cerf, Vint CERIM CERN CERT CERTA CERT/CC CERT-IST certangle certificat certificat numérique CES CEST césure CET cf CF CFA CFAIA CFAO CFD CFN CFONB CFV cg Cg CG CGA CGI cgi-bin CGM CGS CGTI CGUS ch chaînage chaîne chaîne de caractères chaîné champ champ IPTC chan changelog changeur de sexe channel chanop Chaoji VCD chaos CHAP char charge chargement charger chargeur charge utile charityware charpente charset charte graphique chasse chat chatbot château des illusions chat room chatter chatteur chatty cheapernet cheat cheatcode cheatmode check checkerboarding checkpoint checksum chemin chemin d'accès cheval de Troie CHI chien de garde chiffre chiffrement chiffrer chiffrier CHILL chip chipset Chipzilla CHM chmod chocoware chooser chown Christensen chroma key chroma keying chrome chromeless chrominance chroot chrooter CHRP CHS cHTML Church, Alonzo churn rate chute d'eau ci CI CICS CID CIDR ciel CIFS CIGREF CIIBA CIM cinématique cinématique inverse Cinepak CIP CIR circuit circuit imprimé circuit intégré circulaire Cirrus Logic CIS CISC Cisco citation citoilien Citrix Civilization CIX CJK CJKV ck cl CL claquage claquer Clark, David Clark, Jim Claris Clarus classe classeur Classic clavardage clavarder clavier clavier étendu clavier 105 touches claviste Clawhammer clé CLE CLEC clef clé faible clé primaire clé privée clé publique clé USB CLF CLI clic cliché clicher click click and mortar clickodrôme click stream clic tenu client client ICA client léger client lourd client obèse client pull client-serveur client X CLIM CLIP clip-art clipart clipboard clipborder Clipper clipper clipping Clippy cliquable cliquer cliquer-glisser cliquodrôme CLIR CLNP CLNS cloaking clonage clone cloner cloneur CLOS CLP clpm CLR CLUF CLUSIF cluster clustering cluster-remapping CLUT CLV cm CM Cmd CMI CMIP CMIS CMJN CML CMM CMMF CMMU CMO CMOS CMOT CMP CMS CMT CMYK CMYKcm CMYKGO cn CNAM CNET CNF CNI CNIL CNIT CNMO CNP CNR co CO co6op COAST coaxial COB COBOL coboliste CoCo Cocoa Coda Codafs codage CODASYL Codd, Edgard F. code code à barres code barres code-barres code Baudot code binaire code breaker codec code de Hamming code de Hollerith code exécutable code forking code freeze code malicieux code mort coder code source codet codeur code zébré coding coding party COE COFF cogniticien cognitif coin-op COL cola Coldfire ColdFusion Coleco colistier collecticiel collection collectique coller collision colmatage colmater colored box colorisation syntaxique Colossus com COM COM+ combinaison de touches combo combo-box COMDEX commande commandes AT commentaire commenter commerce électronique CommerceNet commit Commodore Commodore 64 Common LISP communauté virtuelle communication communication inter-processus Communicator commutateur commutateur DIP commutateur multiniveaux commutation commutation de circuits commutation de paquets commutation de tâches commutation de trame commuter comp compactage compacter Compact Flash compagnon companion Compaq compatibilité compatibilité ascendante compatibilité descendante compatible compilateur compilateur croisé compilation compiler compilo complément complètement complétion complétion automatique complexité de Kolmogorov composant composeur compresser compression compression par substitution comprimer compte compteur CompTIA Compu$erve CompuServe computer Computer Associates Conan Doyle, Arthur concaténation concaténer concentrateur conception conception ascendante conception descendante concierge concurrent condensateur conf conférence confetti config configuration configurer CONFIG.SYS congestion connectabilité connecter connecteur Connection Machine connectique connectivité connerietif connexion connexionnisme connexité CONS conseils d'utilisation console console de jeu consommable const constante constructeur construction consultant consulter conteneur contention context highlighting context switching contextuel continuum contribruiteur contributeur contributif contrib contribution Control Control Data contrôle contrôle d'accès contrôle de flux contrôle parental contrôleur contrôleur de domaine contrôleur disque contrôleur vidéo control panel control strip conversationnel conversion convertir convertisseur convivial convivialité Conway, John cookie cookie jar coop coopératif coordonnée copie copie carbone copie d'écran copie de sauvegarde copier copié-collé copier-coller copieur Copland Coppermine copro coprocesseur copyleft copy party Corba corbeille cordless cordon core CORE core dump core memory core speed Core War cornet coroutine corps correcteur correcteur grammatical correcteur orthographique correction d'erreur corrompu COSAC COSE COSINE COSMOS couche coucou couleurs vraies Counter-Strike coupe-feu couper coupé-collé couper-coller couplage lâche courbe de Bézier courier courrier courriel courrier électronique courrier sécurisé courtier covert channel Covington cow-boy Cox, Alan CP CP 1252 CPA CPAO CPAN CPC CPC 464 CPC 664 CPC 6128 CPCS CPE CPI CPL CP/M cpp CPP CPRM cps CPSR CPT CPU CPU load cr CR cracher crack cracker cracking craddle CRAP craquer craqueur crash crash dump crasher cravate Cray crayon optique Cray Research Superservers Cray, Seymour CRC CRC-4 CRC32 crédits crénage crénelage Crésol Novalac creux CRI CRIM C-RIMM Crimosoft crippleware cristaux liquides critique CRM CRMA CRMF Croft, Lara croisé cron crontab crossbar cross-grade cross-média cross posting cross site scripting CRT CRTC CRU cruncher cryogénie cryogénique cryptage cryptanalyse crypter crypto cryptogramme cryptographie cryptographique cryptosystème CS C/S CSA CSCW CSDI C-SET CSG csh C-shell CSI CSIRT CSLIP CSM CSMA CSMA/CD CSN CSO CSP CSS CSS1 CSS2 CSS3 CST CSTA CSTI CSU CSV CT CTAN CTB CTCP CTF CTI CTIA CTR Ctrl Ctrl-Alt-Suppr C-TRON CTS CTSS cu CU CUBA Cube cube cubic environment mapping CUG CUI cuivre CUL CUL8R CUPS CUR curryfication Curry, Haskell curseur cursor CUSeeMe CUT cutter cv CV CVC CVD CVF CVP CVS cwd CWK CWMI cx cXML cy CYA cyber Cyber cyberdelic cyberespace cybercafé cyberculture cybérie cybérien cybermonde cybernaute cybernétique cyberprésence cyberpunk cyberspace cybersquat cybersquatter cybersquatting cybionte cyborg Cyc CycL Cyclades cycle cycle de vie cycle de vie du logiciel cycle machine Cygwin cylindre CYM CYMK CYO cypherpunk Cyrix cz Définitions commençant par D : D11N D2D DA DAAO DAB DAC DAD daemon DAI Dalnet damier damned DANUP DAO DAP Dark Avenger DarkStep DARPA Darwin darwinien DASD DAT data database data fork dataglove datagramme datalogger datamart datamining datasuit datawarehouse datawarehousing dataweb datawindow Daube Dave Null David 2 db DB DB2 DB25 DBA dBase dBase II dBase III DBCS DBD DBF DBI DBML DBMS DBR DBS DC DCA DCB DCC DCE DCI DCL DCOM DCP DCS 1800 DCSSI DCT dd DD DDE DDI DDK DDL DDML DDN DDNS DDOS DDR DDR466 DDR-II DDRAM DDR-SDRAM DDS DDWG de DE dead dead code deadline deadlock dead rat death code deathmatch deb Debian DebianEdu debianiste débit débogage déboguer débogueur débordement débordement de tampon débuggage debugger DEC déchiffrement décisionnel déclaration déclarer déclencheur DECNet décocher décodage décoder décodeur décompactage décompacter décompilateur décompilation décompiler décompression décompresser déconnecter déconnexion décrément décrémenter décryptage décrypter DECT DECUS dédé dedicated line DEEE deep linking défacement défacer défaceur défaut défensive définition définition graphique défragmentation défragmenter défragmenteur dégauss déglaçage dégommer dégradation dégroupage dégrouper déguisement deja.com Dejanews DEK délimitation délimiteur délistage délocaliser déloger délogger déloguer Del DEL Dell Delphi delta délurker dem démagnétisation démagnétiser démarrable démarrage démarrage à chaud démarrer démineur démo démodulation démofreak démomaker démo mode démon démonter démo technologique démultiplexage demux DEN déni de service densité densité linéaire dentro départemental dépassement dépendance dépiler déplier déploiement déplombage déplomber déplombeur déployer déport d'affichage dépotage dépoter déprotéger déréglementation dernier kilomètre déroulant dérouler dérouleur à bande déroutement dérouter dérushage dérusher DES désabonner désactiver désarchivage désarchiver désassemblage désassembler désassembleur désauthentification descendant descendre Deschutes descripteur de secours désélectionner désempiler désimlockage désimlocker désinfectant désinfecter désinfection désinstallateur désinstallation désinstaller désinstalleur desktop déspammeur dessineur dessin vectoriel destructeur destructrice DESX détacher détarer détarrer détection CNG détourage détourer détramage détrompeur détruire dev développement développement itératif développer développeur déverminage déverminer devfs device dévideur à bande dézipper dézonage dézoner DF DFA DFS DGPT DGXIII DHCP DHCPv6 Dhrystone DHTML DI diadique diagonale diagramme de Gantt diaphonie dialecte dialer dialogue dial-up DIB dibit DIBOL DIC dichotomie DICT dictd dictionnaire dictionnaire de mots de passe didacticiel die Dieu DIF diff différence différentiateur Diffie-Hellman digérer Digicash DIGIT digital Digital digitalisation digitaliser digizine Dijkstra, Edsgar Dijkstra, Edsger DIKU Dilbert dilemme du prisonnier DIM DIME dimensionnement DIMM DIN dingbats dinosaure diode DIP switch DIPC DIR dir DirectDraw directive directive de compilation directory direct-to-disk Direct X DirectX DISA disc disclaimer discuter disk disk array disk duplexing disk mirroring diskette diskmag disk scrubbing DISP dispatcheur displacement mapping display manager disponibilité disque disque à état solide disque dur disque mou disque numérique polyvalent disquette disquette système disque virtuel DISSI dissipateur dissipateur thermique distance de Hamming distant distribe distribué distributiel distribution distribution sélective distro distsite DIT dithering Divx DivX DivX;-) DIZ dizaïneur dj dk DL DLC DLCI DLL DLS DLT dm DM DMA DMA slave DMCA DMD DME DMF DMG DMI DMIF Dmips DMLT DMS DMT DMTF DMZ DNA DND DNS DNS dynamique DNSO do DOC DocBook dock dockable DoCoMo DOCSIS Docteur Watson documentation documentation en ligne documentation magnétique documenter Doczilla DoD DOI dollar Dolphin DOM DOM 1 domaine domain name domain name server domain name system domaine public domotique dompub DON donationware DONC dongle dongleware donkey Donkey Kong donnée données Doom doper dorsale DOS dossien dossier dotcom dotcorp dotfile DotGNU Dothan double double buffering double-clic double-cliquer double densité Double Dragon double face doubleur douchette down downloader downsampler downsizing dox DP DPA DPB DPCM dpi DPM DPMI DPMS DPOF DQDB DQMOT DR drag-and-drop DRAM drapeau DRC DRDRAM Dreamcast drill down drive driver DRM drogue droïde droits droit d'accès drop-down list-box droplet dropper drosophile DRP DRV DS DS1 DS3 DSA DSAP DSCL DSDT DSE DSI DSIO DSL DSLAM DSM DSN DSO DSOM DSP DSR DSS DSSS DST DSTN DSTP DSU DSVD DT DTA DTC DTD DTE DTF DTL DTLS DTMF DTMP DTP DTR DTTV DTV dual boot dual scan dualview ductilité DUL dumb terminal dump dumper DUN duotone duplex duplexage de disque dur durée de vie Duron DV DVB-RCT DVD DVD-5 DVD-9 DVD-10 DVD-18 DVD-CCA DVD-RAM DVD-ROM DVD+R DVD+RW DVDrip DVDrot DVI DVNR Dvorak DVR DW dwarf DWDM DWG DWH DWISNWID dword DWT DX* DXC DXF DXI DXR Dylan dynamic language dynamique DYOH Définitions commençant par E : e E E1 e2e E2K E2PROM EA EAI EAN EAO EAP EAPOL EARN EAROM EBCDIC EBD EBG EBML EBNF Ebone eBook e-business EBX ebXML ec ECAD ECC ECCAI ECDL échafaudage échangeur échantillon échantillonnage échantillonner échantillonneur échap échappement Echelon echo echoplex ECL écluse ECM ECMA ECMA-262 ECMAscript ECN e-commerce économiseur d'écran eCos ECP ECR écran écran A4 écran bleu écran caché écran Citroën écran plat écran pleine page écran tactile écrasement écraser écriture écroulement écrouler ECTF ECTS ed ED2K EDA EDAC EDC EDGE EDI ÉDI EDIFACT éditer éditeur éditeur de liens éditeur de texte éditique edlin EDO EDODRAM eDonkey EDSAC EDT edu EDVAC éducatif ÉÉD ee EECA EEMA EEMS EEPROM EEST EET EFC EFF effacer effet de bord effet d'escalier effet de seuil effet de tunnel effet frigo effet génie effet mémoire effet secondaire effeuilleur EFI ÉFI efm EFNET EFR efs EFS EFT eg EG EGA egcs EGP egrep egress eh EIA EIAO E-IDE EIDE Eiffel EIP EIR EIS EISA EJB ELD eldoranet électromigration électron électronicien electronic mail électronique électrophotographique élégance élément binaire ELF Elgamal elisp Eliza Ellison, Larry Elm else élu em EM eMac emaciste Emacs Emacsen emacsien EmacsOS e-mail email e-mailing émailler emap e-marketing e-marketplace emballement emballement thermique embarqué embellisseur EMBM embruyer EMF EML EMM emoticon émoticon émoticône empilable empilage empiler EMS EMSG ému émulateur émulateur de terminal émulation eMule émuler EN encapsulage encapsulation encapsuler encastré enchevêtrement encodage encoder encodeur encryption end-part Energy Star enfilade enfiler enfoui Engelbart, Doug engorgement ENIAC Enlightenment en ligne enquiller en rade enregistrement enregistrer enrouler ensemblier en-tête entier entité entraînement entrée entrée de menu entrée de service entrées entrées/sorties entrée standard entrelacé entrelacement entrepôt entrepôt de données entreprenaute entrer entropie Enum énumération environmental bump mapping environnement environnement de bureau environnement de développement envvar EO EOA EOD EOF EOJ EOL EOM EOR EOS EOT EOU EOV EP EPAL épave EPC EPD épépineur EPIC épine dorsale EPOC epoch Epoch Epoch 32 EPP EPROM EPS EPS2 EPSF Epson EPV équijointure équilibrage de charge équilibreur de charge équipementier er ergonome ergonomie ergonomique erlang Erlang ERLL ERP erreur erreur système éructer es ES E/S ESAD ESAO esc escape ESCD Escher, Maurits esclave ESD ESDI ESE ESF ESMTP espace espace de nommage esperluète esperluette espiogiciel espiongiciel ESPRIT ESR ESS EST Estelle esthétique par défaut ESTL et ETA e-tail étalonnage ETAM état état d'attente état de l'art état solide etc ÉTCD et commercial ÉTÉBAC etext étexte Ethernet EtherTalk étiquette ETL étoile étreinte fatale étreinte mortelle ETSI ÉTTD eu Eudora EUI-48 EUI-64 EULA EUO EurOpen EUVL évangélisation événement événementiel EVD event bubbling évolué évolutif EW EWAN eWorld EWOS exabyte exaoctet EXCA Excel exception EXE exécutable exécuter exécution exécution spéculative EXIF EXL 100 expandeur expert exploit explorateur explorer exploreur exploser en vol exportable exportation exporter exposé expression expression rationnelle expression régulière ext2 ext2fs ext3 extensibilité extensible markup language extension externalisation externaliser externe extracteur extractible extra-intelligent extranet extra-piste extreme programming e-zine Définitions commençant par F : F2F f90 FAAQ fabless façade face cachée face de pizza façonnier facteur de forme fagot FAH FAI faible fail-over faire du ménage faire tourner fake Falcon 030 Falcon 3.0 fallback / fall-forward false Famicom famille famine fanatique fantôme FAO FAP FAQ FAQL FAQ-list FAQWA far FASMI fast ATA Fast Ethernet FAT FAT16 FAT32 fatal fat client fausse manipulation faux faux positif favicon favicône favori fax fbbg FBF FBGA FBN FC FCA FC-AL FCB FCBGA FCC FC-EL FCFS FCI FCIP fcol FCS fcsm FDC FDDI FDHD fdisk FDL FDM FDMA FDP FDSE FDU FDX feature shock Fedora feed feedeur FEMMA fenêtrage fenêtre fenêtré fenêtre glissante fenêtrier FEPROM ferme ferret feuille feuille de boîte de dialogue feuille de calcul feuille de macro feuille de style FF FFL FFO FFS FFT FFTDCA fgrep FHI FHS FHSS FI fi fiabilité FIAM fibre Fibre Channel fibre optique fiches fichier fichier à trous fichier binaire fichier d'aide fichier d'échange fichier de configuration fichier de trace fichier d'initialisation fichier exécutable fichier plat fichier source fichier système fichier texte Fido Fidonet FIF FIFO fil FIL fil de discussion fil de fer filaire file d'attente FILE_ID.DIZ filer filet fileutils FileVault filigrane FILO filtrage filtrage collaboratif filtre filtre bayésien filtrer finder fin de session finger finoglouer FIP Firebird Firefox firewall firewalling Firewire firmware FIRST FISH FITS Fitts FiWi FIX fixation FIXME fixpack fj fk FLA flache flag flame flame bait flamer flame-war flaming flan flanby flash Flash flash mob Flash MX flat panel FLC Flex ATX FLI Flight Simulator flinguer flip flip-flop flipping float flood flooder flooding algorithm flop floppy floppy disk flops FLOSS flot flottant flou flou cinétique floutage flouter flowchart flowcharter flow control flux flux de données FLX fm FM FMBone FMD-ROM FMS FMV FNB FND FNNB FNT fo FOAD FOAF focus fogging foirage foire aux questions foirer FOIRL folder FOLDOC follow-up FON fonction fonctionnel fond fond d'écran fond de panier fondeur fonte foo foobar footprint FOPC for fora forage forçage forçage de type force brute forcer foreground forensic forêt forger fork form format formatage format de fichier format de nombre formater formateur format ouvert format string attack forme forme normale form factor formulaire Forrester, Jay fort Forth Fortran Fortran 66 Fortran 77 Fortran 90 fortune forum forumeur forward forwarder FOSS fossile Foster FOT fouineur four FourCC fournisseur fournisseur d'accès Fox Pro FPGA FPM FPR FPS FPU FQDN fr FR fractal fractale fractint fractionnement fractionner fracture numérique frag fragger fragmentation fragmenté frame frame buffer frame relay framework France Télécom frappe frapper frapper au kilomètre FreeBSD freeloader freenet freesbee freeware freeze fréquence fréquence de balayage fréquence de rafraîchissement fréquence d'horloge fréquence vocale Fribi friconaute friction frimousse FRO froglangue frontal front end FS FS5 FSB FSC fserv FSF FSFE FSG FSK FSTN FT FTLS FTN ftp FTP FTP ano FTPD ftper FTTC FTTD FTTH FTTU FU FU2 fubar FUD FUD wars fufe fufeur fufien fugue fuite de mémoire Fujitsu full-duplex full-IP full disclosure full motion video fullscreen fumiciel Furby fureter fureteur furtif FUS fusion fusionner fuzzy fuzzy logic fvwm fvwm2 fvwm95 FW FWIW FX FXP FYA FYI Définitions commençant par G : g++ G11N G3 G4 G4 miroir G5 ga GA GAL Game Boy Game Boy Advance Game Boy Color GameCube GAMIN gamma Gamma gamut gang screen gant de données Gantt GAO GAP garbage garbage collection garbage collector garde-barrière GART Gates, Bill gateway Gateway Gateway 2000 gauffrer gazelle gb GBA GBC Gbit Gbit/s Gbps GC gcc GCOS GCOS x gd GD gdb GDF GDI gdm GDT ge GE GEANT Gecko GECOS GED-1 GÉD geek geekspeak geekette geek talk GeForce GÉIDE Gekko gel de code GEM Gencod gender changer genechip General MIDI Général MIDI générateur génération générer généricité générique Genesis génétique GEnie génie génie logiciel genlock Gentoo géomatique géométrie géostationnaire gérance informatique gestion gestionnaire de fenêtres gestionnaire de programmes Gestionnaire Macintosh gesture gf GFDL GFI Gflops GFN GFSI GFX gg gh GHz ghost ghoster gi gibi-octet GID GIF GIF 89A GIF animé Gifware giga gigabit gigabit ethernet gigabyte Gigaflops gigaoctet giga-octet GigE GIGO gigot GILT Gimp GINA GIRO GIS GIX GK/s GKS gl GL glace glacière Glade glaneur de cellules glibc glissé-déposé glissement glisser glisser-déposer glissière glitch G-lite glob global globalisation Globalstar globbing glok glou GLSI glu gm GM GMCH GML GMT GMTA gn GNA GNKSA Gnome GNU GNUe GNU/Linux GnuPG GNUstep Gnutella GnutellaNet Go GOB god game Godwin goggles goinfre gomme Good Times Google Googlebot GOP Gopher gopherespace gopherspace Go/s GOSIP GOT goto Gouraud gourmand gourou gp GP GPAO GPC GPF GPFS GPG GPL GPMC GPNI GPO GPRS GPS GPT GPU gq gr grammage grammaire grand système granularité grapheur graphique graphisme graphiste graphite grappe gras d'huître graticiel gratuiciel gratter gravable gravage graver graveur gravure GRC Great Renaming Great Worm greeklish Green PC greetings greets greffon grep GRIB grid grid computing grille grille-pain griller grok Gros 8 gros-boutien gros-boutiste gros doigts gros système groupage groupe groupe de discussion groupware Grove, Andy Grub gruik GRP gs GS GSIT GSL GSM GSM Data GSSAPI gt GTG GTK GTK+ gTLD GTR GTRM gu guerre de religion guestbook GUI GUID guiltware GUL Gulliver GURPS guru guru event guru meditation GUS Gutenberg gw GWBasic gy gz gzip Définitions commençant par H : H H2H H.261 H.263 H.26L H.323 H.324 h4x0r HA habillage HACCP hachage hack hackage hacker hacking hacktiviste HACMP HAGN HAL HAL 9000 half-duplex Half-Life ham HAM Hamming HAMR hamster HAN handle handler handshake handshaking handy hangar hard hardcopy hardcore gamer hard discount polonais hard disk hardlock hardscroll hardware Harvard Mark II hash hashing Haskell haut débit haute disponibilité hauts débits haxie Hayes HBA HBL HBV HC HCL HCT HD HDBMS HDC HDCD HDD HDF HDL HDLC HDM HDML HDSL HDTV HDX head-crash header headless heap heartbeat hébergement héberger hébergeur HEC Heisenbug hello world ! HELO help helpdesk helper helpweb Helvetica Hercules héritage hermaphrodite hertz hétérogène heuristique Hewlett-Packard hexa Hexachrome hexadécimal hexet HF HFC HFCI HFM HFS HFS+ HGC HGL HHOK HHOJ HHOS hibernation hicolor HID hidden screen hiérarchie hiérarchique highlighting hint hinting Hiperlan HIPPI historique historiser history hit Hitachi hit-counter hk HLLAPI HLP HLR HLS hm HMA HMAC HMD HMMP HMOS hn HNIL hoax Hollerith, Hermann holodeck hologramme holographie holographique home homepage honeypot Honeywell-Bull HOOD hook hop Hopper, Grace HOPL horloge horodatage hors ligne host hosting hostname hôte hot-boot hotfix hotkey HotJava hotline hotliner hotlist Hotmail hot-plug hot potato routing hot spot how-to howto HP HPC HPFS HPGL HPM HP Utigroup HP-UX HQX hr HRI HRT HS HSB HSCSD HSDSL HSG HSI HSL HSM HSSI HST HSXGA HUD HUXGA ht HT HTC HTCPCP HTH HTM HTML HTML Help HTTP HTTP 1.1 https HTTPS hu hub Hubble Huffman huile de serpent huit reines humanities HUP Hurd hurdiste HVS HWP HWSC hybridation hybride Hypercard hypercube hyperespace hyperG hyperlien hypermédia hypertexte hypertextuel Hyper-Threading hypertoile HyperTransport HyTime Hz Définitions commençant par I : i I18N I2 I2O i386 i8x0 i80x86 IA IA-64 IAB IAC IAD IAE IAHC IAI IAK IANA IANAL IAO IAP IAS IBIS IBM IBM Discount IBN iBook IBSYS IC ICA iCal iCalendar ICANN ICAP ICC ICCB ICD ICE ICH ICL ICMP icns ICO iCOMP icon icône iconifier iconizer ICP ICQ ICR ICS ICSA ICT id ID ID3 ID3v2 IDAPI IDE IDEA idempotent identifiant identificateur IDF IDG IDK IDL IDP IDS IDSA IDSL IDMSX IDN IDNA IDT ie IE IEC IEEE IEEE 1394 IEEE 1394b IEMMC IEN IEPG IESG IETF if IFC IFF IFI IFRB IG IGC IGMP IGN ignorebot IGP IHA IHM IHV IID IIL IIOP IIRC IIS IIT IK il ILAN ILBM iLink ILLIAC Illustrator I Love You im IM IM4DTTV IMA iMac iMac G4 image image bitmap image bleue image-clé image cliquable image de synthèse image différentielle image map image mémoire imagerie imagerie de synthèse imagette imageur Imagina IMAP imbrication IMDS IME IMEI IMG IMHO iMIP immersif immersion immuable IMNSHO IMO I-mode IMOHO IMP impératif implantation implanter implémentation implémenter importation importer IMPOV impression imprimable guillemetté imprimante imprimante à aiguilles imprimante laser imprimante matricielle imprimaticien imprimaticienne imprimer IMR IMS IMTC in inbox INC Incas incendier inch include incompatibilité incompatible inconsistant incrément incrémental incrémenter incubateur Indeo indentation indenter indenteur index indexation indexé indexer indicateur indice indiciaire Indy INF infecté infection inférence infixe infini infobahn infobulle infocentre infocommunication infogérance infogistique infoglauque infographe infographie infographique infographiste infoline infonaute Infonie informaticien informaticienne information information superhighway informatique informatique distribuée informatique quantique informatisation informatiser inforoute infoware infrarouge ingénierie inverse ingénierie logicielle ingénierie sociale Ingres ingress inheritance INI init initialisation initialiser inline inlining INN innerclass i-node inode INPI input INRIA insertion directe insmod insoleuse instabilité instable installation installer installfest install party instance instanciation instancier instantané instaurer instruction int INTA intarweb integer intégrateur intégration intégré intégrité intégrité référentielle Intel Intellifont intelligence artificielle intelligence économique intelligent Intellimirror Intellivision Intelsat interactif interactivité interblocage INTERCAL interclassement interclasser interconnexion interfaçage interface interface graphique interface homme-machine interface réseau interface utilisateur interfacer interfonctionnement intergiciel inter-image interLATA interleave interligne internationalisation internaute interne internet Internet Internet 2 Internet (chronologie) Internet Explorer Internet Exploseur Internet Society Internet time Internic Internique internite internouille interopérable interopérabilité Interpedia interphonie interpolation interpolation de formes interprété interpréteur interpréteur de commandes interprocessus interréseau interréseautage interrogation interroger interrupteur interruption intersection interzonal intra-intelligent intraLATA intranaute intranet intra-RAID intro inverse-vidéo inversion de priorité invisible invite invocation invoquer io IO I/O IOCCC ioctl IODEF IOI ion-lithium IOP IOS IOW IP IPAH IPAO IPC IP forwarding IPhone IPTHML IPng IPOAC iPod IPP IPS IP Sec IPsec IP spoofing IPT IPTC IPv4 IPv6 IPX iq ir IR IRC IrcOp IRDA IRIA Iridium Irina Iris Irix IRL IRLAP IRLMP IRM IRP IRQ IRR IRSG IRTF IRTOS is IS IS-95 ISA ISAM ISAPI iSCSI ISDN ISIN IS-IS ISM iso ISO ISO 639 ISO 8859-x ISO 8879 ISO 9000 ISO 9001 ISO 9002 ISO 9003 ISO 9660 ISO 10646 ISO 10744 ISO 14443 ISO 17799 ISOC isochrone ISO latin-1 ISP ISPF ISR IST ISTG ISTM ISWIM it IT ITAA Itanium Itanium II itératif itération itérative IT Forum itinérance iTIP ITLA ITPC ITRS ITRW ITSEC ITTI ITU iTunes iTV IVI IWGN IXC IXI IYKWIM Définitions commençant par K : K K7 Kabale Kahn, Robert kan Kanga kangourou kao KAR Karnaugh Katmai Kazaa KB kb kbit kbps KBS KCC KDD KDE kdm ke kelkun Kerb Kerberos Kermit kernel kernel panic Kernighan, Brian kerning key KEYB* keyboard keyframe keyframing keygen key-in keylogger keypad keypal keyword kg kgbvax kh kHz ki kibi-octet Kibo kicker kill kill file killer killer app killer poke kilobit kilobyte kilomètre kilo-octet Kinenveu King's Quest kiosque KIP KISS kit KJOB Klez k-line KLOC kludge kluge km KM kn KNI Knoppix knowbot Knuth, Donald ko Kolmogorov, Andreï Konqi Konqueror Korn-shell kp KP kr krach kracking kremvax K/S enthousiastes ksh kudzu KVM kw KWIM Kwisatz Haderach kwm ky kybd kz L10N L20N L2 L2F L2TP L4G L8R la LAAS label LABRI labyrinthique lacet lâcher la rampe LAD LADT lag lambda calcul lame lamer LAMP LAN lance-flammes lancer lancer de rayons landscape LANE langage langage (chronologie) langage à objets langage compilé langage d'assemblage langage de commande langage de glu langage de marquage langage de programmation langage de script langage dynamique langage fonctionnel langage impératif langage interprété langage jouet langage machine langage naturel langage procédural langage script langage système LAN Manager LAN party LAO LAP LAP-B LAP-D LAP-M LAP-X laptop large bande largeur de bande largeur de bus laser LaserJet LaserWriter lasso LATA latence LaTeX latin 1 latin 9 LAWN layer layering lb LBA LBM LBX lc LC LCA LCD LCP LDA LDAP LDAPv2 LDAPv3 LDC LDP LDPA LDPS LDS LDT LE leaky bucket LEAP LEC LECAM LECS lecteur lecteur multimedia lecture lecture destructrice lecture seule LED leech leecher leet legal légal légende urbaine LEM Lemming Lempel-Ziv-Welch LEN LEO LER LES Letter lever lexer lézard LF LFN LFS LG LGPL LGPO LHA Lharc li LI Li18nux LIB libc library libertel librairie libre licence Licence Artistique lidie LIDS lien lien de données lien hypertexte lien mort lien profond lien symbolique lieur LIFO light lightpen ligne de code ligne de commande ligne dédiée ligne louée LILO LIM limulateur link linker linkeur linkrot Linmodem Linotype Linus Torvalds Linux LinuxDoc linuxette linuxeur linuxien LINX Li-ion LIPS liquid cooling LIR lire LIS LISA liseur électronique LisezMoi LISP lissage lissage de phong listage list-box liste liste de diffusion liste déroulante liste noire lister listing Listserv littéral little endian live-CD Livescript liveware livre d'hôte LIW LJBF lk LKM LL Llama Book LLC LLL LLTA LMAO LMI LMS LM/X load load balancer load balancing loader Loadlin LOBOS local localisateur localisateur universel localisation LocalTalk locate LOD LOF log LOG logement loger logfile loggeur de touches logic bomb logiciel logiciel à contribution volontaire logiciel auteur logiciel-banane logiciel d'intermédiation logiciel libre logiciel médiateur logiciel propriétaire login logigramme logique logique booléenne logique floue Logitech Logo log off logoff logon log out logout loguer loi loi de Brooks loi de Fitts loi de Godwin loi de Grosh loi de Moore loi de Murphy loi de Myers loi de Rock loi informatique et libertés LOL LOM LON long Longhorn longint LOO look and feel lookup loop loopback LOOPS looser lorem ipsum loser lossy lost+found Lotus lourd Lovelace, Augusta Ada LP LPC lpd LPF LPI lpr LPR LPT LQ LQP lr LRP LRT LRU ls LS LSA LSAP LSB LSE lshift LSI LSM lsmod lt LTO LTR lu LU ludiciel ludo-éducatif ludothèque LUG LULAB LULAS luminance luminophore LUN lurker LUT lutin LUXPAC luser lv lvalue LVD LVDS LVG LVM LWP Lx ly Lycos Lynx Lyx LZ77 LZ78 LZH LZS LZW LZX M M1A M1V M2V M3U M44 M4IF M4P m68k M$ ma MA Ma Bell MAC Mac MAC-48 macdonaldisation MACE Mach machine machine de Turing machine parallèle Machinetoque machine virtuelle Mac II Macintosh macintosheur macintoshien Macintoy Macintrash MacKinley macmaniaque Mac mini MacOS MacOS 8 MacOS 9 MacOS X MacOS X Serveur macro macroblock macrocommande macro-instruction macroordinateur macro-ordinateur MacTCP MacWorld Expo MAE magic MagicCookie magie blanche magie noire magique Magnavox MAI mail mailbomb mail-bomber mail-bombing mailbot mailbox mailer mailflood mailing mailing-list maillé maillist mailto mail-virus mainframe maintenable maintenance maintenancien maintenanceur maintenir maître maître de poste maître d'œuvre maître d'ouvrage maj MAJ Majordomo MAK make Makefile maladie d'azertiop malfoutose malloc malware MAME MAN Manager manche à balai Manchester mandataire Mandelbrot, Benoît Mandrake manette de jeu manga manpage manuel manuel d'utilisation MAO map MAP MAPI mappage mappe mappé mapper mapping MAPS maquettage maqueux maquiste marcher dedans marguerite Mario MARK 1 marketplace marketroïde marquage marque marque-page marqueur marshalling masquable masquage masque masque d'adresse masque de sous-réseau masquer masquerading massivement parallèle master mastérisation masteurisation matériel MathML matos matriçage matrice matrice active matrice passive matrice RAID matriciel Matrix (the) Matroska MAU Mauchly, John maximiser m-business MB Mbit Mbit/s Mbps MBone MBP MBR MBX mc MC MCA MCB MCC MCD MCDI MCGA MCI MCIF MCM m-commerce MCP MCR MCSD MCSE MCT md MD MD5 MDA MDAC MDC MDFAT MDI MDK MDP MDR MDRAM MDREPT MDX ME meatware mebi-octet mécanique mécatronique mech Medea média Medialab medialess méga mégabase mégadémo Mega Drive mégaflops méga-flop méga-octet mégapixel mégatexel Mehari Mél. MÉL Melisa MÉM mémère mémoire mémoire cache mémoire centrale mémoire conventionnelle mémoire de charge mémoire de masse mémoire étendue mémoire flash mémoire morte mémoire paginée mémoire statique mémoire tampon mémoire vidéo mémoire virtuelle mémoire vive mémoire vive dynamique mémoire vive statique memory leak Memphis MEMS ménage Mendocino menu menu camembert menu contextuel menu déroulant menu hiérarchique menu Pomme menu système Merced merge Merise MES mesh MESI message message en clair messager messagerie messagerie instantanée messagerie unifiée messagerie vocale messageur Mess-DOS MET méta-annuaire métaballe métabase Metacity métaclasse metadata métadistribution métadonnée métafichier métalangage méta-moteur méta-outil métapaquetage métaprogrammation méthode méthode analytique méthode à objets me too metooer métrologie mettre à jour MEV MÉV MF MFAQ mfasl MFC MFJ Mflops MFM MFP MFS MFT MFTP mg MGR mh MHEG Mh-Mail MHO MHS MHT MHTML MHz MI MIB MIC MICAD MICDA Michelangelo mickey Mickey$oft Micral Micremacs micro Micro ATX Micro BTX Micro Channel microcode microcomputer microcontrôleur micro-édition micro-informatique microkernel micromisation micromiser micromonde Micromou Micronot micro-noyau micronoyau micro-ondes micro-ordinateur micropaiement micropointes microprocesseur microprogrammation microprogramme micro-serveur Microserf Microsnot Microsoft MID MIDAS middleware MIDI Midi Maze MIDL midlet MIDS MIF Mifare MIFF migration migrer MIIS mil MILIA Millenium millésime Milnet Milter MIM MIMD MIME Mimi mini minicartridge MiniDisc Minidoux Mini ITX minimax mini-ordinateur Miniplug minirobot Minitel miniteler Minitelnet miniteliste mini-tour Minix MIPS mIRC miroir miroitage Mircosoft mirroir mirror mirror site MIS misc MISC MISD mise à jour mise à jour concurrentielle mise à niveau mise en veille MISF MIT MITM Mitnick, Kevin MIWM MJPEG M-JPEG mk MK mka mkdir mkfs mkv ml ML MLD MListe MLM MLP MLT mm MM MMA MMC MMDF MMDS MMF MMI MMPORPG MMORPG MMS MMU MMX mn mnémonique MNG MNP mo Mo MO5 mobile mobilette moblog moblogger mobo MOCN mod MOD modal mod chip modding mode mode 24 bits mode d'affichage mode caractère mode carpe mode connecté mode dialogué mode émulé mode graphique mode local mode page mode protégé mode rafale mode réseau mode terminal mode texte modèle modèle relationnel modeless modeleur modélisation modéliser modem modeming modem tax modérateur modération moderator modérer modeur mode X modificateur modo Modula-2 Modula-3 modulaire modularité modulation module MOF MOH moirage MOLAP molette MOM MOMA moment d'un code monadique Monde Réel monde virtuel Moneo monger mongueur moniteur moniteur transactionnel monitoring Mono monobloc monocarte monochromatique monochrome monolithique monomode monopasse monoprocesseur monoprogrammation monoprogrammer monospace monospaced monotâche montage monter MOO moof Moore Moore, Gordon MOP MOPI MOPS MOPT MORF Moria morphage morphing Morris, Robert T. mort mortalité infantile Mo/s MOS Mosaic mosaïquer MOSFET Mosix MOSPF MOSS mot MOT MOTAS mot-clé motd mot de passe moteur moteur (de jeu) moteur d'exécution moteur d'inférence moteur de recherche motherboard motif Motif motion blur motion capture MOTIS Motorola MOTOS MOTSS mouchard moule mouliner moulinette mount mouse mouture MOV moyen-tour Moz Mozilla mp MP MP3 MP4 MPA MP@ML MPC MPC7400 MPD MPEG MPEG-1 MPEG-2 MPEG-4 MPEG-7 MPEGIF MPG MPI MPIv6 MPLS MPM MPNG MPP MPPE Mpps MPR MPR 2 MPT MPU MPV mq mr MR MR2KM MRAM MRCI MRJ MRO MRP MRT ms MS MSB MSC MSCS MSD MSDN MS-DOS MSF MSG MSI MSIE MSK MSL MSMQ MSN MSO MSOE MS-Office MSP mspx MSR MSS MS-Windows MSX MSX2 mt MT MTA MTBB MTBE MTBF MTC Mtexel/sec MTF MTFTP MTM MTOWTDI MTRR MTS MTTF MTTR MTU mu MUA MUD MUG mu-law mule MULE mulot multi multiboot multicast multichip multicombiné multicore MULTICS multidiffusion multidimensionnalité multidimensionnel multidocument multifenêtrage multifeuille multifréquence multimaître multimédia multimerdia multimodal multimode multiniveau Multiplan multiplate-forme multiplex multiplexage multiplexer multiplexeur multipoint multiprocesseur multiprocessing multiprogrammation multiprogrammé multiprogrammer multisession multisync multisynchro multitâche multitask multitasking multithread multithreading multi-threading multitraitement multiutilisateur multizone MUMPS Murphy musclé MUSE MUSH mutable mutant MuTeX MUX muzak mv MV MVA MVNO MVS mw MWM mx MX record MXS my myd Myers Mygale mygalien mygalou myi MySQL N64 na NA NAG nagware naïf NAK namespace NaN nanard nand nano nanobuck NANOG nanomachine nanoseconde nanotechnologie NAP NAPLPS nappe Napster NAS NASI nasodigital NAT natif NATPR Natstar NAU Nautilus NAV navigateur navigation navigationnel Navigator naviguateur naviguer naxor naz nazifier NBNS nc NC NCCS NCF NCI NCITS NCP NCR NCSA NCSI ND NDIS NDRO NDS NDX ne NE NE2000 near NEC négociation nématique NEO néo-luddisme Neptune nerd nerdisme NES Nessus net Net NET net-éthique NetB NetBEUI NetBIOS NETBLT NetBSD netcam NetCDF Netd@ys Netdays netéconomie netétiquette Nethack net heavies netiquette netizen netlag NetNews NetPC netrunner Netscape Netscape Navigator netspeak netstation netsurf netsurfer netsurfeur netsurfing netteux nettoyer Netware network Network Solutions neuneu Neuneu Technologie Neuromancer Neuromancien neuromimétique neuronal neuropuce neurone Neutrino newbie newfie newline news News newsadmin newsbone newser newsgod newsgroup newsgroup (noms abrégés) newsrc newsreader Newton Newton, Isaac next NeXT NextStep nf NFO NFS NFT NFU ng NG NGI NGLayout NGN NGPT NGSCB NGWS NHF NHOH ni nibble NIC Nicam NiCd nice nickname NIDS nigerian scam NIHS nil niladique NiMH NIMQ Nintendo Nintendo 64 NIP NIQAO NIR NIS NIST Nitel niveaux de gris nl NL NLA NLM NLP NLQ NLS NLSP NMI NMOS NMS NN NNI NNTP no nobody NOC nœud nœud d'interconnexion nomade nom de code nom de connexion nom de domaine nom d'hôte nom d'utilisateur nominatif nom long nommage nom réseau nom-verbe non non-ASCII non documenté non-et non interactif non modal NoNo non-ou non-répudiation non volatile noob noobie noosphère nop nopper NOR normal form normalisation normaliser norme Northbridge Northwood NOS not notebook notepad Nouveau Testament nouvelle économie nouvelles Novell Novlangue noyau np NP NPC NPI NPTL nr NRAM NREN nroff NRN NRU NRZ NRZI ns NS-DK NSA NSA Line Eater NSAPI NSF NSFNet NSI nslookup NSP NT NTAS NTC NTDS NTFS NTI NTIC NTK ntldr NTP NTS NTSC nu NUA nuancier nub NuBus NUI nuker Nulix null null modem nultilisateur NUMA numédia numérique Numéris numérisation numériser numériseur numéro d'accès numéro de version numéro IP numérotation numérotation abrégée numlock nunusque nunux nunuxien NURBS NUXI Nvidia NVM NVP NVRAM NVSIMM NWFS NWS nX NYNEX Nyquist Définitions commençant par O : O O2 Oak OAM OASIS OBB Oberon Oberon-2 obèse obésiciel Obfuscated C Code Contest OBJ Object-CHILL Objective C Objective Caml objet objet-métier obscur obscurité obscurographie OBTW OC OC-12 Occam Ockham OCL OCR OCRiser OCSP octal octet OCX ODA ODBC Odebi ODMG ODP ODS ODV Odyssey OEB OEBF OEL OEM oeuf de Pâques OFDM Office offline offset offshore OGG OH OI OIC OIM OJI OKT OLAP OLD olderware OLE OLF OLR Olsen, Kenneth OLT OLTP om OMA ombrage ombrage de Lambert ombrage de Gouraud OMG OMPI OMS OMT ondelette onduleur one-liner one to one onglet online ono sendaï on the fly ONU OO OOA OODL OOL OOM OOO OOP oops OOS OOSE OOTB OP OPAC OPC opcode OpenB OpenBSD OpenDivX OpenDML Opendoc Open eBook OpenGIS OpenGL Open GL Open Group OpenLinux OpenML OpenOffice Open Source Open Source Software Openstep Open Transport OpenVMS opérande opérateur opérateur booléen operating system OPL OPR OPS Opteron optimaliser optimisation optimiser optimiste option optique optoélectronique OQL or Ora:cle Oracle Orange Book ORB ORBS ORDBMS ordi ordinateur ordinateur (au cinéma) ordinateur de bureau ordinateur de poche ordinateur individuel ordinateur parallèle ordinateur personnel ordinateur portable ordino ordinogramme ordinophobe ordinosaure ordo ordonnancement ordonnancer ordonnanceur oreille org organigramme organiseur Oric orienté objet O-ROM orphelin orpheline OS OSes OS/2 OS/360 OS/390 OS/400 OS/9 oscilloscope OSD OSDL OSF OSI OSITOP OSM OSPF OSTA OSX OS X OT otaku OTOH OTS ou OU ouave ouèbe OUI outbox outil Outlook out-of-core output outsourceur outsourcing ouvert ouvrir overburning overclocker overclocking overdrive overflow overhead overlay overloading oversampling overscan overwrite OVR OWA OWF OWL Oxford P2P P2Piste P3P P4 p5p P6 pa PA PABX PABXI pac pack package packager packet Pac-Man pad PAD padding padépamophobe PADI PADO PADR PADS PADT PAE PAG page page active page d'accueil page de man page dynamique page-écran pager pageur page web pagination paginé PAGSI pair paire torsadée PAK PAL paléo-informatique palette palette de couleurs palette d'icônes palette flottante Palladium Palm palmeur Palm OS palmtop Palomino palourde PAM PAN panchromatique panic panic key panier percé panne panneau de configuration Panose Panther Pantone PAO PAOiste paoïste PAP paper papier-peint paquet paquetage paquet de nouilles paradigme paragrapheur parallèle parallélisation parallélisme param paramétrage paramètre paramétrer PARC parc parcage par défaut pare-feu parent PARI parité parm parquage parquer Parrot parser partage partageable partage de temps partage du temps partagiciel partir aux fraises partition partitionnement partitionner pas PAS pas à pas Pascal Pascal, Blaise Pascaline pas de masque passe passerelle passphrase passwd password paste PAT patator patch patcher pâte thermique path patte pattern pattern matching PATX Paula PAV pavé numérique PAVI PAX payload paysage payware PB PBA PBD PBE PBM PBX PC PC100 PC133 PC200 PC266 PC600 PC700 PC800 PC1600 PC2100 PC2600 PC2700 PC3200 PC3500 PC3700 PCB PCBX PCC PCCA PC Card PC-Cillin PCD PCDATA PC-DOS PCDU PCI PCIE PCI Express PCiste PCI-X PCL PCM PCMCIA P-code PCP PCRE PCRM PCT PCWG PCX PD PDA PDC PDF PDH PDL PDM PDN PDP PDP-x PDRC PDT PDU pécé pécésoudos pédaler pe PE peek peer peering PEL PEM Pen-OS penguinista Pentium Pentium 2 Pentium 3 Pentium 4 Pentium 5 Pentium II Pentium III Pentium M Pentium Pro PER perforateur performance périphérique périphérique d'entrée périphérique de sortie périphérique virtuel Péritel perl Perl perlien Perl Monger PerlOS perluète perluette permalink permission marketing permissions permutation persistant PERT PESIT pétabit petabyte PÉTALE pétaoctet petit-boutien petit-boutiste petite nuit pétouille Pétri (réseau de) peuplé pf PF PFI pg PGA pgdn PGI PGM PGP pgup ph PHIGS phile philosophe phishing phonecam phong photoblog Photo CD photocomposeuse photocopieur photocopieuse photodiode photoélectrique photogravure photonique photo numérique photophone photophore photoréaliste photoréalisme photoscope photosensible Photoshop photostyle PHP PHP3 phpNuke phps Phrack phreaker phreaking PHTML phylactère PI PIA pianoter PIAO PIC pica Pick pico Pico BTX picolitre piconet picot PICS picto pictoblog pictogramme PID pidfile pied-de-mouche piégeable piégeage piéger pie menu PIF PIGUI piggyback pile pilotage pilote piloter PIM PIMF PIN Pine ping Ping Of Death pingouin pink pinoche pinsware PIO pipe pipeline pipelining pipe nommé PIPT piratage pirate pirater pirateur piraterie PIRE Pismo PISS pisser du code piste PIT PITA pitch PIX pixel pixel graphic pixel invisible pixelisation pixeliser pixellien pixel mort pixel shader Pixlet pixmap PJ PJPEG pk PKA PKCS PKI pkt Pkzip pl PL/1 PLA place de marché PlainTalk plan Plan 9 Plan Calcul plan de bit plan de survie planificateur plan informatique pour tous Plankalkül plantable plantage planté planter plantin plantogène planton plantouillard plasma plateau plate-forme plateforme Play 2 player playlist Playstation Playstation 2 PLD PLDA plein écran plésiochrone pleugue-et-joueur plier PLMN PLOKTA plomber plomberie plonk plonkage plonker plonkeur plotter PLP pls PLT plug&display plug-and-play plugguer plug-in plugin plug'n play PLV PLWM PLZ pm PM PMAD PMB PMBX PMC PME PMFJI PMMA PMML PMMU PMOS PMS PMT pn PNAP PNG PNG-8 PNG-24 PNJ PNNI PNP PnP POA POC POD PoE POH poids faible poids fort poids lourd poignée poignée de redimensionnement point pointage point à point point blanc point d'arrêt point de montage point de reprise point d'insertion pointer pointeur point Godwin point noir poka-yoké poke poker police police d'affichage police écran police d'imprimante police de caractères police vectorielle polling pollupostage polluposteur polluriel polygone polymorphe polymorphisme pomme pompage pomper pompeur PON Pong pont pont-routeur POO pop POP POP3 Populous pop-under pop-up popup pop-up killer port portable portabilité portage portail portal portatif porte porte-document portée Porte-Fenêtre porte logique porte-monnaie électronique porte-portable porter porteuse portlet port parallèle port série POS position squatting POSIX POST postcardware postcondition poste de travail Postel, Jonathan poster posteur postfixe postier postincrément posting Post-It postmaster postmortem postprocesseur post-RISC PostScript post-traitement Potato pot de miel pot de yaourt POTS poubelle poubelliser pouce poudre d'encre pound sign pourriel pousse-cartons pousseur de cartons POV PowerBook Powerbuilder PowerMac Power over LAN Power over Ethernet PowerPC Powerpoint Powersville power-user PPC PPC970 ppcm PPD ppem PPGA ppi PPI PPM PPN ppp PPP PPPOA PPPoE pps PPS PPT PPTP PQA pr PR préAO précalcul précalculer précompilateur précompilation précondition prebinding preboot pred prédécrément prédécrémenter prédicat préemptif préfixage préfixe premier plan préos PREP prépaiement prépresse préprocesseur prérelease préscan Prescott présent antérieur preset presse-papier presseur prêt prétraitement préversion prévisu prévisualisation prévisualiser PRG PRI primary key primitive printer printf prio priorité prise prise de chou prise de contrôle à distance prise de tête prise vampire Privacy Act prix Alan M. Turing PRJ PRML PRMP PRN proc procédural procédure processeur process ID processus proco Prodigy ProDOS production productique Profibus profil progiciel program manager programmateur programmation programmation événementielle programmation fonctionnelle programmation orientée objet programmation structurée programmation visuelle programme programmer programmeur programmeur du dimanche progz projecteur projector projet Prolog PROM promiscuous prommer prompt pr0n proportionnel propriétaire propriété intellectuelle pross protection protégé protégé en écriture protéger proto protocole prototypage prototype provider proxies proxy ps PS PS/2 PSD PSE pseudo pseudo-aléatoire pseudo-code pseudo-instruction pseudo-navigateur pseudonyme pseudoparallélisme PSI PSN PSO PSP PSS PSSI PSSP PST PSTN PSX PSX2 pt ptdr PTE PTERM PTF PTMM PTSN PTT PU pub publication-souscription publiphone publipostage pubstro puce puck PUID pull Puma pumpking punch Punycode purge purger purple fringing push push pull PVAO PVC PVFS PVI PVM PvP pw PW PWB pwd PWD PWL PWS PX PXE py Python Q&R qa QA QBE QBF QC QCELP QDOS QE QEMM QFA QFE QFP QIC QL QLLC QNX QoS QOS QP QQOQCP QR QSXGA Qt QT QTSS quadbit quadri quadrichromie quadriprocesseur quadword Quake qualimétrie qualité qualité-CD qualité de service qualité photo qualiticien quantifier quantization quantum quarte quartet Quartz Quartz Extreme qubit query queue Quickcam Quickdraw quicksort QuickTime quitter quote quoted text quoted printable quux qux QUXGA QWERTY QWERTZ qword QXGA r3b3l RA RAB raccordement numérique asymétrique raccourci raccourci clavier race condition racine rack rackable rad RAD rade Radeon radiateur radio radiomessagerie radiosité radiotéléphone radiotéléphonie RADSL RAF rafale raffinage raffinement raffinerie rafraîchir rafraîchissement RAIC RAID RAIN Rainbow Books rainbow disc raisonnement à base de cas RAM RAMAC ramasse-miettes Rambus RAMDAC RAM-disk RAM-disque RAME ramer random randomiser rapatriement rapatrier rapport rapport de bug rapport S/B rapport signal/bruit RAR RARE RARP RAS raster rasterisation RAT RATP rave raw rayons cosmiques raytracing RAZ RBL RBOC rc RC4 RC5 RCS RCT RCTT R&D RD RDA RDB RDBMS R&&D RDF RDP RDR RDRAM RDS re Re réactivation réactiver reader offline README Real Audio réalité augmentée réalité virtuelle Real Life réamorçage réamorcer rebelz rebidouiller Rebol reboot rebooter rebouclage rec REC recalibration thermique recettage recette recetter recherche incrémentale recherche individuelle RÉCIF reclonage recloner recodage recoder recodeur recompilation recompiler reconfiguration reconnaissance de caractère reconnaissance de forme reconnaissance de la parole recopie vidéo record recouvrement recouvrir recuit simulé récupération de données récurrence récursif récursion récursivité recycle bin recycleur Red Book redémarrage redémarrer redessiner redévelopper Red Hat Redhat redimensionnement redimensionner redirection redirection de port rediriger redondance redraw réduire rééchantillonnage réécriture d'URL réentrance réentrant ré-entrant refactoring refactorisation refactoriser référencement référencer référentiel réflecteur refroidisseur REG regex regexp registrant registrar registre registry réglage de flux régurgitation rehi réinitialisation réinitialiser réinscriptible Reiserfs relais relais de trame relais ouvert relation relationnel relayage de trame release relocateur relocation relogeable relogement reloger REM réexpéditeur anonyme remailer anonyme rémanence remontée d'alerte remonter Renater Renater 2 renderfarm rendering Rendezvous rendez-vous rendu renifler renifleur renommer renommeur rentrant réparti répartiteur répartiteur de charge répartition de charge repeat repeater répertoire répertoire de travail répertoire principal répertoire racine répéteur réplication répliquer reprise REPROM requester requête requêteur réquisition RES résal réseau réseau à valeur ajoutée réseau cellulaire réseau de données réseau de neurones réseau de Pétri Réseau des Réseaux réseau informatique réseau local réseau neuromimétique réseau neuronal réseau privé virtuel réseau sans fil réseau sémaphore réseautique réservé réserve de connexions reset résident Résinter résistance résistor reslt résolution résolution d'adresse résolvant resolver resource fork respawn ressaisie ressource restaurer RET réticulaire réticule retouche retouche d'image retoucher retoucheur retour retraitable rétroéclairage rétro-gaming rétro-ingénierie rétrolien rétromodération rétrotechnique rétrovirus return reusability réutilisabilité réutilisable réutilisation réutiliser revamper revamping réveil-matin reverse engineering reverse lookup réversibilité révisable REXX RFC RFD RFI RFID RFS RFT RFTDCA RG-58 RGB RGBA RGBE RH Rhapsody ribbon cable rich media RID ride RIF RIFF Rijndael RIM RIMM ringback RIO RIP RIPE RIPE NCC ripper RIS RISC RISC OS risette RISQ RITA Ritchie, Dennis RJ11/RJ12 RJ45 RL RLAN RLBI RLE RLI RLL rlogin rlogon rloguer RLP RM RMA RMC RMI rmmod RMOA RMON RMS RN RNA RNCA RNI RNIS R/O ro roaming RoboML robot robot bibliothécaire robot d'indexation roboticien robotique robotisation robotiser robots.txt robuste robustesse ROC Rock rocket science RockRidge rodage roff ROFL ROFLOL rogner Rogue rôle (jeu de) rôliste ROLAP rollback rollover ROM Romeo ROOM root rootard rooteur rootkit RORO ROSE rot13 rotative zoomer rotaxane ROTF ROTFL ROTFLMAOWPIMP rotoscopie roue de couleurs rouler roulette round robin routable routage routage adaptatif route router routeur routeur bastion routine roxer roxor RPC RPCSS RPG rpm RPM RPV RR RRAS RRRD RS232 RS-232 RS-232C RS422 RS-422 RS423 RS-423 RS485 RS-485 RS/6000 RSA RSCT rsh rshift RSI RSN RSS RSSI RSVA RSVP RTBM RTC RTEMS RTF RTFA RTFAQ RTFF RTFM RTL RTM RTOS RTP RTPC RTS RTTI RTTY ru ruban bleu ruban encreur Ruby rumorazzi runlevel runoff run-only runtime runtime error rustine rustiner r-utilities RV RVA rvalue RVB RVBA rw RWM RWU RWX S2ML S3 S3M sa SA SAA SAAJ sablier Sabre SACD SADE SADT Safari SAFARI safe sex SAG SAGE SAI SAIL SAINT saisie saisir salami salle blanche salle machine salle propre SAM Samba sambafs SAMI sample sampler sampleur sampling SAN sandbox sans disque sans fil SAO SAP saquer SAR SAS sasfépu SASL S-ATA SATA SATAN saturé Saturn saucisson saut saut de ligne sauvegarde sauvegarde complète sauvegarde différentielle sauvegarde incrémentale sauvegarder SAV Sawfish SAWG Sawmill Sawtooth SAX sb SB SB16 SBD SBF sbin SBR SBS sc scalability scalaire SCAM scam scancode scanf scanner scanner à tambour scanneriser scanneur scanning SCART SCC SCCS scellement sceller scheduler scheduling Scheme Schlaer Mellor schtroumpf sci SCI SCII scintillement scintiller SCM SCO Scooter SCOS SCP SCR scratcher screener Screenfridge screen saver screenshot screxx scriplet script scriptable script kiddies script kiddy scroll scroller scrolling scrolling fighter scroll lock scrolltext scrutation SCSI SCSI-2 SCSI-3 SCSSI SCVP sd SD SDA SDAI SD Card SDDI SDH SDI SDK SDLC SDLT SDMI SDNP SDP SDR SDRAM SDRAM II SDSL SDTV SDU SDW SDXF se SE SEA SEAL Seamonkey search engine SEC SECAM secteur secteur de démarrage sécuriser sécurité sed SEEPROM SEFTI Sega segment segmentation segmenteur SEL sel syntaxique sélecter sélecteur sélection sélection dynamique sélectionner sémaphore semi-compilé semiconducteur semi-conducteur semi-duplex sendmail Sendmail sensor SEO séparateur SEQUEL séquelle séquence de boot sequencer séquenceur séquentiel séquentiel indexé Serial ATA Serial ATA II Serial ATA III sérialisation sérialiser série server appliance server push serveur serveur applicatif serveur cache serveur d'applications serveur de base de données serveur de charge serveur de contenu serveur de fichiers serveur de fontes serveur de news serveur de polices serveur d'impressions serveur de nom de domaine serveur de réplication serveur mandataire serveur mandaté serveur virtuel serveur web serveur X service après-vente service de fichiers service en ligne service pack service web servlet SESAM session SET SETI SETI@Home sétiseur setup SEX SF2 SFC SFD SFDD sfs SFSD SFT SFTP SFU SFX sg SGBD SGBDH SGBDM SGBDO SGBDR SGBDRO SGDT SGF SGI SGIU SGML SGRAM sh SHA1PRNG SHA-1 shader shading Shadock shadowing shadow key Shadowman shadow RAM Shannon, Claude shar share shareware sharing SHDSL shebang shell Sherlock shift shim shlif-shlaf SHN Shockwave shoot shoot'em up shoot them up shopbot short shortint shovelware Shrike SHS SHTML SHTTP shutdown si Si SI SIA SIAD SIAM SIC siccité Sid SID sidebar side effect SIG SIG* (ACM) SIGARCH SIGB SIGCAS SIGCOMM SIGD SIGGRAPH sigh sigle (prononciation) signal signalisation signalisation hors bande signalisation intra-bande signal YC signal-to-noise ratio signature signet SIGPLAN silent bloc silicium Silicon Alley Silicon Graphics Silicon Sentier Silicon Valley SIM Simcity SIMD SIM-lock simlockage simlocker SIMM SIMPLE simplex SIMTEL Simula Simula 67 simulateur simulateur de vol simulation simuler Sinclair Sinclair, Clive SIP SIPP SIR Sircom SISD SIT SITX site site miroir siterot site web sixel sixelisation sj SJNMA sk SK skel sketcher skin SKU skyscraper SKT sl SLA Slackware slash slashdev slashnul Slashdot slashdoter SLB SLDRAM Sledgehammer SLI slice slider slideshow slideware SLIP slk SLM slot Slot 1 Slot 2 slot d'extension slotket Slowaris Slowlaris SLSI SLT sm SM SmallTalk SmallTalk 80 SMART smartboard smart card Smart Media SMB SMBus SMDS SMF SMI SMIL smilies smiley SML SMLT SMP SMPTE SMS SMT SMTP Smurf sn SNA snail mail SNAPI snapshot SNES SNG SNI SNIA sniffer sniffeur sniffing SNMP SNMPv2 SNO SNOBOL SNOBOL4 snooping SNPP SNR S/N ratio SNTP so SO SOA SOAP SoC soc socket Socket 7 Socket 8 Socket 478 Socket 754 Socket 940 Socket A Socrate SODIMM SOE soft Soft soft modem software SOHF SOHO SOI SOJ SOL Solaris solid state disk soluce solve solver SOM somme de contrôle sommeil son sonde sonder SONET Sony Sophia Antipolis Sorenson SORIMM sort sortie sortie papier sorties sortie standard SOS SOT SOTMG souligné sound SoundBlaster soundchip Soundex soundtrack soundtracker source source routing souriard sourieur souris sous souscrire sous-menu sous-pixel sous-processus sous-programme sous-routine Southbridge SoW SP SP384 SP@ML SPA Space Invaders spacer spaceship SPAG spaghetti spam spambone spamdexing spammer spammeur spammeux Spamford spamming spanning-tree sparadrap Sparc SPARC Sparc64 spare spatiocarte spawning SPDIF S/PDIF SPEC Spec1170 spécification SpecMark specs Speedo SpeedStep spew spex SPGA SPI spider spim spin down spinner SPIP SPITBOL SPL splash screen spline spliter split-horizon splitter SPMD SP-MIDI SPOD spoiler spoofing SPOOL spooler spooleur sporgery spoule spouler spouleur Spox Sprint sprite SPX spycam spyware SQE SQE test SQL Squeak squelette Squid sr SRAM SRM srv SS SSA SSAP SSCI SSCP SSCS SSD SSDI SSDT SSE SSE 2 SSF SSH ssh SSI SSID SSII SSIII SSL SSO SSPI st ST ST-506 STA stabiliser stabilité stable stack stacker stack smashing Stallman, Richard standalone standard standard ethernet standardisation standardiser starfield StarOffice Star Trek start-up starvation state of the art static station station d'accueil station de travail station graphique statique stderr stdin stdout stealth stéganographie stéganographique stégo stéréogramme StegFS STEP STF STFU STFW sthétoscope STI STIC sticky STL STM STN STO stockage stockage de masse stopwatch stopword STP STR strafe strafer strap strate stratifié stream streamer streaming Street Fighter stress stresser streum stro stringuifier strong StrongARM Stroustrup, Bjarne structure de contrôle structure de données structure d'interconnexion STS STU stub Stuffit STUMP STUR style de programmation stylet sublimation subnotebook sub-pixel rendering subroutine subscribe substituer substitution substrat succ sucre syntaxique suite SUN Sun Sun Microsystems, Inc. SunOS sunny SunSITE Superdrive super exploit Super Famicom superordinateur superpipeline superprogrammeur superscalaire supersede superserveur supertwist superuser superutilisateur Super VCD super VGA superviseur supplier supply chain supply chain management support supporter Suppr supraconducteur supraconduction supranet sur surbrillance surcadencement surcadencer surcharge surchargé surcouche surdoué suréchantillonnage suréchantillonner surf surfer surfeur surformatage surformater surgissant surnumérotation surpointeur survision SuSE suspendre suxor sv SVC SVCD SVG SVGA SVI SVr4 SW swap swapfile swapper swapping SWAT SWATS SWF SWIFT SWIFTnet SWIG switch switcher sxc SXGA SXGA+ sxw sy SYLK Symbian symlink Sympa SYN synchron synchrone synchroniser synchronisation syncing SyncML syndrôme F5/F9 synergiciel SYN flood syntaxe syntax error syntaxique synthèse synthèse FM synthèse vocale SyQuest SYS sysadmin syslog sysman sysop syst System/360 système Système 7 Système 7.5 système d'exploitation système de fichiers système de particules système d'information système embarqué système expert système ouvert Système R T3 T&A T&T TA TAAH tab Tab table table de routage tableau tableau de bord table traçante tablet tablet PC tablette graphique tablette numérique tableur tabulation TAC tâche tâche de fond tâche légère tacot tactile tag tagged command queueing tag RAM TAI TAIGA taï-taï Tairnette talk talk mode TAM Tamagotchi tambour tampon TAO TAOCP tape drive taper TAPI tapis tapis de souris tar tarball Tarentella tas task-switching tata taux de compression taux de transfert taxe à l'octet TAXI taxinomie de Flynn TAZ Tb TB Tbit Tbit/s Tbps TBR tc TCFS TCL Tcl Tcl/Tk TCO TCO'92 TCO'95 TCO'99 TCO'01 TCO'03 TCP TCPA TCP/IP TCSEC tcsh td TDC TDD TDLC TDMA TDR TDSM TdT technicien technicien du placard techno technocop technocrétin technocrétinisme technojoujou technomarketing technopathologie technophobe technophobie technopole technotoy techos tee TEF TEI tel écran-tel écrit telco télé téléacteur télécarte télécentre téléchargement télécharger télécoms télécopie télécopieur Télécran télédistribution téléinformatique télématique télémétrie Telenet téléphone téléphone portable téléphonie téléphonique téléport téléscripteur télésurveillance Télétel télétex télétraitement télétravail télétravailler télétravailleur Télétype téléversement téléverser telework télex telnet telnetd telnetter tel-tel TENEX témoin témoin de connexion temp TEMPEST template temporaire temporisation temporiser temps d'accès temps de réponse temps de rétention temps inactif temps partagé temps réel TEOTWAWKI TEP térabit téraflop Téraflop Club téra-octet téraoctet téramachine terminal terminal idiot terminal X terminaliste terminateur test test bed test de l'ascenseur test de Turing test du téléphone tester testeur tête tête de lecture tête d'impression teTeX tétra Tétris TeX TeX-78 TeX-82 texel teXnicien texte texteur textodrome texture tf TF TF-CSIRT Tflops TFR TFS TFT TFTP tg TGA TGAO TGZ th THAO théière thème then Theora thèse de Church-Turing thick ethernet thicknet thin ethernet thinnet ThML Thompson, Ken thread threading throbber thumb thumbnail thumbscrew Thunderbird thunking Ti TI TIA TiBook TIC TICE tick tiers de confiance TIF TIFF TIGA Tiger Tiger Team TIL Tillamook time attack time bomb time out timer time-sharing time slice time to market time zone TIMTOWTDI tiny Tinyscheme tips tirage tiré-lâché tirer tirer-lâcher Tiscali TIT Titane Titanium titi tj tk Tk TKIP TLA TLD TLDP TLI tlm TLP TLS TLSP tm TMA TMDS TMM TMN TMP tmp tmpC TMS TMTOWTDI TMU tn TN TNC TNG TNR TNT TNX to To TO7 Toast TOF toggle toile toile d'araignée mondiale token token passing Token Ring tolérance aux pannes tolérant aux pannes tomber tomber en marche Tomb Raider toner tool toolbar toolbox tooltip top-down Topaz Topic top level domain topologie TOPS TOR tore de ferrite torrent tortue Torvalds, Linus TOS Toshop Toslink toto Toubonnais touch touche touche chaude touche de commutation touche de direction touche de fonction touche de raccourci touche morte touche rémanente Touch Tone tour tourner tourniquet tout-numérique Toy Story tp TP TPC TPDDI TPDU TPE TPI TPS TPM TPMS TPV TQM tr TR traçabilité trace tracer traceroute tracert traceur track trackball tracker trackering tracking trackpad trackpoint traducteur traffic shaping trainer traitement traitement de texte traitement par lots tramage trame Trans transaction transactionnel transceiver transcepteur transclusion transcodage transcoder transcodeur transducteur transduction transférer transfert transfert de fichiers transistor translater translateur translating BIOS translation d'adresse transmillénarité transmissif transmission Transpac transparence transparent Transplaques transportable Transputer transtypage TRAP trapdoor trappable travail TREC tree trèfle treillis triade tri à bulles triangle de couleurs tri bulles tridimensionnel trigraphe Trillian trimégapixel Trinitron triple-clic Triple DES triprocesseur Triton trk troff trois tiers trojan troll trolleur trollodrôme trollomètre trombine Tron TRON tronc trou trou noir troubleshooting troyen TRS-80 Tru64 true true color truecolor True Type trunking Truong, André trusted host TS TSAPI TSC TSE TSL TSOP TSP TSR TSS tt TTA T/TCP TTF TTS TTL TTLS TTM TTP TTY TTYL tube tube cathodique tube nommé tuer TUID tuner tuning tunneling tuple turbo Turing, Alan Mathison tutorial tutoriaux tutoriel Tux Tuxedo tuyau tv TVHD TVM TVR tw Twain tween tweening TWG Twin twip twisted pair twister twm TwoFish TX TXD TXT Tymnet typage type typé type abstrait type de données type de fichier type énuméré type MIME type scalaire typiste TYVM tz TZ UADSL UAE UAL UAM UART UAWG UBE über UBR UC UCAID UCE UCITA UCK UCS UCS-2 UCS-4 UCT UDB UDDI UDE UDF UDMA UDP UDWA UFS UFTD ug UGW UI UIC UID UIL UIMS UIT UIT-T uk U/L ULSI Ultima Ultra33 ultra-ATA ultra DMA ultraportable Ultrium um UM UMA UMB UML UMS UMSDOS UMTS Unabomber unaire Unamailer uname UNC undeclocker underflow Undernet underscore UNDI undo UNI UNIBUS unicast Unices Unicode UNICS unidirectionnel uniligne Unimodem union Unisys unit unité unité centrale unité d'allocation unité de disque unité de fixation UNIVAC I univers universal character set Univesa Un*x Unix Unix 98 Unix 03 Unix (messages d'erreur) unixien Unix-like unlossy unmarshalling unmount UNR unsubscribe until UPC update updating upgradable upgrade upgrader upgrading upload uploader UPnP UPP upper upperware UPS upsizing uptime urban legend URI URL URN us USB USB 2 usenaute Usenet usenetien Usenix user user friendly UserID userland user-space USF usine à gaz usr USRT USSS Utah Teapot UTC UTF UTF-7 UTF-8 utilisateur utilitaire Utipac UTP UTSL UU UUE UUCA UUCP uudecode uuencode UVV UVV-FR UW-SCSI UXGA V V23 V34 V90 V92 va VA VAC va-et-vient VAFC vaisseau spatial valence valeur valeur de retour Valhalla validation valider valuer vampire VAN vanilla VAO vaporware VAR var variabilité dimensionnelle variable variable d'environnement Vaucanson, Jacques de VAX vaxen VB VBA VBI VBL vBNS VBR VBRUN VBS VBScript VBX vc VC vCalendar vCard VCD VCF VCL VCPI VCSEL VDD VDI VDM VDMA vèbe ve vecteur vectoriel Vectrex VEDI veille Velocity Engine velveeta VEMMI Venn ventilateur ventilo ventirad Venus ver verbe-nom verbose vérolé véroler Veronica verrou verrouiller verrmaj verrnum verrue version versioning vertex vertex shader vertical vertices VESA Vesa-LB veuve VFS vg VGA VHDL VHSDSL VHSIC vi vidage vidanger vidcap vidéo vidéochat vidéo composite vidéoconférence vidéodisque vidéographie vidéo inverse vidéoludique vidéophone video RAM Vidéotex vie vie artificielle vieillissement de données vies infinies viewer Vigik viiste VIM vimiste VINES viol de l'alternance viral virgule flottante virologie virtual hosting virtual machine virtual memory virtuel virus virus de boot visible visibilité VisiCalc visiocasque visioconférence visiophone visiophonie vision visionneur visite visiteur unique visu Visual Basic Visual Fox Pro visualisateur visualisation visualiser visualiseur Visual Studio vitesse de clavier vitesse d'horloge vitrine VIV Vivo VLAN VLB VLBV VLDB VLF VLIW VLM vlog VLSI VLSM VM VME VMM VMS VMTP vn v-node VOB VOC vocodeur VoiceXML void voIP voisinage de Conway voiture voiture rouge volatile volatilité volée volume volume label VON von Neumann, John Voodoo VOP Vorbis voxel VoxML voyageur de commerce VPC VPL VPN VPP VPTR VQF VR VRAF vrai Vraie Vie VRAM VRML VRRP VS2002 VSA VSAM VSAT VT VT100 VTAM VTFF VTFFC VTOA VTX vu vue VUP Vx VxD W3C Wabi WAD WADP WADSL WAE WAEF wafer WAI WAIS Waïtouké wait state waldo Wall, Larry wallpaper WAN Wanadoo Wanamou wannabee WAP war WAR wardialer war-dialing war-driving ware warez warezer Wargames warlord warning Warp warping watch watchdog watermark WATS Watson WATTC WAV wavelet wavetable WB WBEM WBS WBT WC WCAG WCCP WCDMA WCIT WCMS WDDX WDM web web agency web badge web browser web bug webcam webcamer webcasting webcentrique webchat Web Crawler WebDAV webfarm webgroup weblog webmail webmarketeur webmaster webmestre WebNFS web services WebSphere web spoofing webzine weenie Weizenbaum, Joseph Welcom WELL wend WEP WEST WET wetware wf WGM wharf Whetstone while Whirlwind Whistler white box whoami Whois WHQL WHSXGA WHUXGA wide-SCSI widget Wiener, Norbert Wi-Fi Wi-Fi Alliance wifi wifiste wiki Wikipedia WikiWikiWeb WikiWord Wilber wildcard wildcompo Willamette WiMax WIMP Win2K Win32s Win95 Win98 Winamp WinCE Winchester Windaube WindowMaker window manager Windows Windows 2000 Windows 3 Windows 3.11 Windows 95 Windows 98 Windows CE Windows for Workgroup windowsmania windowsmaniaque Windows ME Windows NT Windows NT Serveur Windows NT 5 Windows TSE Windows XP Windoze Wine WinG Winmark Winmodem WinNT Win-OS/2 WinPE WINS winsock Wintel WinXP WIP WIPO wire frame Wired wirehead Wirth, Niklaus WISP WITNESS wizard WLAN WLL WM WMA WMAN WMC WMD WMF WML WMP WMV WNT WOL Wolfenstein 3D Woody WORA word Word Wordperfect word processor word spotting Wordstar wordwrap workflow workgroup workpane workstation world domination world wide web worm WORM WOS WOW64 Woz Wozniac, Stephen WP WPA WPAD WPAN WPG wpm WPS WQUXGA WRAM wrapper wrapping WRI write-back write-thru WRK WRL WRT WRZ ws Ws95 Ws98 WS WSDL WSS WSSO WSXGA+ WSZ WTAC WTDC WTF WTH WTLS WUI WUXGA WVX WVGA WWAN WWDC WWW WWWait WXGA WYSBIGY WYSIMOLWYG WYSYWOG WYSIWYG WYSIWYM WYSIWYP WYSYNG X11 X2 X25 X400 X500 X509 x86 X/Open XA XAO XAR xargs Xbase XBM XBML Xbox xCard XDarwin XDCC xdm XDMCP XDR xDSL Xemacs Xenix Xeon Xerox Xerox PARC xeyes X-Face XFCE Xfer X-Files (the) XForms Xfree86 XFS XFWM XG XGA XHTML XID XIF Xinerama XLM XLS XM XMF XMIT XML xmlien xmlisation XML Schema xmms X-modem XMPP XMS XMT X-no-archive XNS XOFF XON XON-XOFF xor Xouvert xox xoxo XP XPath XPG XPG2 XPM XRP xsd Xserve Xserver XSL XSLFO XSLT XSS xSSI xt XT XTP XUL XUP Xvid XWD X Window X Window System Xx XXX XYZ-modem Y2K YABA yacc YACJ Yahoo YAMSI YASL YC ye Yellow Book Yellow Pages yenc yencoder yescard YKYBHTLW YMCK YMMV Y-modem Yos Yosemite yottaoctet Yourdon, Ed your mileage may vary Younix yo-yo YP yt yu YUV Y2K YABA yacc YACJ Yahoo YAMSI YASL YC ye Yellow Book Yellow Pages yenc yencoder yescard YKYBHTLW YMCK YMMV Y-modem Yos Yosemite yottaoctet Yourdon, Ed your mileage may vary Younix yo-yo YP yt yu YUV *.* *BSD .Net *nix *grin* *jk* *wink* $$$ @ @+ ¶ .sig µATX µ-law *K 1NF 1ST 1U 10base2 10base5 10baseF 10base-FB 10base-FL 10base-FP 10baseT 100BaseFX 100baseT 100baseT4 100baseTF 100baseTX 1000baseT 2D 2G 2GL 2GR 2.5G 2K 2U 3* 3615 386BSD 3COM 3D 3D-DDI 3DES 3Dfx 3D isométrique 3DNow! 3DO 3DS 3DSL 3DStudio 3D Studio 3DStudio Max 3D subjective 3Dwm 3G 3G2 3GL 3GP 3GPP 3GPP2 3RD 3RP 3U 4D 4GL 4U 6bone 6D 6DOF 6E 6to4 6x86 8.3 80/20 8N1 0 00000 0.13 microns 030 0.6 microns 0 days 13h 133+ 1337 1394 2 2.5D 2B+D 3.5 5.1 30B+D 31337 7z 8 bits 16-32 bits 24 25 323 32 bits 40 42 50 56K 56K line 64 bits 68k 85 95 1-2-3 143 186 232 286 287 386 387 401 404 486 520 520 ST 586 601 650 669 701 800 802.x 802.2 802.3 802.3ae 802.3af 802.5 802.11 802.11a 802.11b 802.11d 802.11e 802.11g 802.11i 802.11n 802.1x 802.16 802.16a 1000 1024 1252 1284 2000 2001 2600 3270 4004 5250 6502 6800 6801 6809 8080 8086 8087 8088 8250 10191 16450 16550 16650 16750 16950 680x0 68000 68008 68010 68020 68030 68040 68060 80x86 80186 80188 80286 80287 80386 80387 80486 88000 88100 88200 134317 200000 300000 1 048 576 1 120 000 2 700 000 7 000 000 17 000 000 1 000 000 000 1 073 741 824 1 099 511 627 776 654867 674564 25454 9/8798 .632135 657468 4556 266 869468 56465 53456 464 5465 4654 65468 78979 234132 789 56 123 369 987 654 321 54365 658 6546489 564687 12145 020546 454 063 5156 35165 95632 97856 1857452 5642 lkjhklj lkjlk fgf ghr kj lk oliu jkj mùlk bhjg htg kl lmpù bkj, jh h hkj klj lk kml jklm jnkjh bjkn 574 054 06584 opuo vfghf jkhnjkl; jfgkl nhgvgh kkll ffgfh lllio nbgfgf ,kkjj 03654 lmkjlm ùùm hgggff jjhg kkiui dszza hhhg w jlkoi df k lkihgt klkgf llojkgbv lklooi kll:mmohgf gbfcsgftj hgghgjk bhjhg jkkj mllk cs sgh aetgu tipol ngt llkju jklpoh jklkhgf hjkklhgv kjgbvgfhg jhhgjhk kjhkju mlmk lkjlk fgh vcxx lmklm ikio jhghj gfgh fdsdf dsqds rezaer yrtry iuyi opuiop pol kljhkl hjjhj lklm lkl p op ojkiuh uhgy fvtdf reds aq tft cvgf bh nuj nk lm jui xdws qes drz zeza hujh hiyu fgfg llh lkl oiuo gfyf dffg jh ml p lp m u_i y hf dfg jkjuh Raphaël Zacharie de Izarra raphael.de-izarra@wanadoo.fr Raphael rapha raphaelzachariedeizarra raphaelzacharie deizarra P2P P2Piste P3P P4 p5p P6 pa PA PABX PABXI pac pack package packager packet Pac-Man pad PAD padding padépamophobe PADI PADO PADR PADS PADT PAE PAG page page active page d'accueil page de man page dynamique page-écran pager pageur page web pagination paginé PAGSI pair paire torsadée PAK PAL paléo-informatique palette palette de couleurs palette d'icônes palette flottante Palladium Palm palmeur Palm OS palmtop Palomino palourde PAM PAN panchromatique panic panic key panier percé panne panneau de configuration Panose Panther Pantone PAO PAOiste paoïste PAP paper papier-peint paquet paquetage paquet de nouilles paradigme paragrapheur parallèle parallélisation parallélisme param paramétrage paramètre paramétrer PARC parc parcage par défaut pare-feu parent PARI parité parm parquage parquer Parrot parser partage partageable partage de temps partage du temps partagiciel partir aux fraises partition partitionnement partitionner pas PAS pas à pas Pascal Pascal, Blaise Pascaline pas de masque passe passerelle passphrase passwd password paste PAT patator patch patcher pâte thermique path patte pattern pattern matching PATX Paula PAV pavé numérique PAVI PAX payload paysage payware PB PBA PBD PBE PBM PBX PC PC100 PC133 PC200 PC266 PC600 PC700 PC800 PC1600 PC2100 PC2600 PC2700 PC3200 PC3500 PC3700 PCB PCBX PCC PCCA PC Card PC-Cillin PCD PCDATA PC-DOS PCDU PCI PCIE PCI Express PCiste PCI-X PCL PCM PCMCIA P-code PCP PCRE PCRM PCT PCWG PCX PD PDA PDC PDF PDH PDL PDM PDN PDP PDP-x PDRC PDT PDU pécé pécésoudos pédaler pe PE peek peer peering PEL PEM Pen-OS penguinista Pentium Pentium 2 Pentium 3 Pentium 4 Pentium 5 Pentium II Pentium III Pentium M Pentium Pro PER perforateur performance périphérique périphérique d'entrée périphérique de sortie périphérique virtuel Péritel perl Perl perlien Perl Monger PerlOS perluète perluette permalink permission marketing permissions permutation persistant PERT PESIT pétabit petabyte PÉTALE pétaoctet petit-boutien petit-boutiste petite nuit pétouille Pétri (réseau de) peuplé pf PF PFI pg PGA pgdn PGI PGM PGP pgup ph PHIGS phile philosophe phishing phonecam phong photoblog Photo CD photocomposeuse photocopieur photocopieuse photodiode photoélectrique photogravure photonique photo numérique photophone photophore photoréaliste photoréalisme photoscope photosensible Photoshop photostyle PHP PHP3 phpNuke phps Phrack phreaker phreaking PHTML phylactère PI PIA pianoter PIAO PIC pica Pick pico Pico BTX picolitre piconet picot PICS picto pictoblog pictogramme PID pidfile pied-de-mouche piégeable piégeage piéger pie menu PIF PIGUI piggyback pile pilotage pilote piloter PIM PIMF PIN Pine ping Ping Of Death pingouin pink pinoche pinsware PIO pipe pipeline pipelining pipe nommé PIPT piratage pirate pirater pirateur piraterie PIRE Pismo PISS pisser du code piste PIT PITA pitch PIX pixel pixel graphic pixel invisible pixelisation pixeliser pixellien pixel mort pixel shader Pixlet pixmap PJ PJPEG pk PKA PKCS PKI pkt Pkzip pl PL/1 PLA place de marché PlainTalk plan Plan 9 Plan Calcul plan de bit plan de survie planificateur plan informatique pour tous Plankalkül plantable plantage planté planter plantin plantogène planton plantouillard plasma plateau plate-forme plateforme Play 2 player playlist Playstation Playstation 2 PLD PLDA plein écran plésiochrone pleugue-et-joueur plier PLMN PLOKTA plomber plomberie plonk plonkage plonker plonkeur plotter PLP pls PLT plug&display plug-and-play plugguer plug-in plugin plug'n play PLV PLWM PLZ pm PM PMAD PMB PMBX PMC PME PMFJI PMMA PMML PMMU PMOS PMS PMT pn PNAP PNG PNG-8 PNG-24 PNJ PNNI PNP PnP POA POC POD PoE POH poids faible poids fort poids lourd poignée poignée de redimensionnement point pointage point à point point blanc point d'arrêt point de montage point de reprise point d'insertion pointer pointeur point Godwin point noir poka-yoké poke poker police police d'affichage police écran police d'imprimante police de caractères police vectorielle polling pollupostage polluposteur polluriel polygone polymorphe polymorphisme pomme pompage pomper pompeur PON Pong pont pont-routeur POO pop POP POP3 Populous pop-under pop-up popup pop-up killer port portable portabilité portage portail portal portatif porte porte-document portée Porte-Fenêtre porte logique porte-monnaie électronique porte-portable porter porteuse portlet port parallèle port série POS position squatting POSIX POST postcardware postcondition poste de travail Postel, Jonathan poster posteur postfixe postier postincrément posting Post-It postmaster postmortem postprocesseur post-RISC PostScript post-traitement Potato pot de miel pot de yaourt POTS poubelle poubelliser pouce poudre d'encre pound sign pourriel pousse-cartons pousseur de cartons POV PowerBook Powerbuilder PowerMac Power over LAN Power over Ethernet PowerPC Powerpoint Powersville power-user PPC PPC970 ppcm PPD ppem PPGA ppi PPI PPM PPN ppp PPP PPPOA PPPoE pps PPS PPT PPTP PQA pr PR préAO précalcul précalculer précompilateur précompilation précondition prebinding preboot pred prédécrément prédécrémenter prédicat préemptif préfixage préfixe premier plan préos PREP prépaiement prépresse préprocesseur prérelease préscan Prescott présent antérieur preset presse-papier presseur prêt prétraitement préversion prévisu prévisualisation prévisualiser PRG PRI primary key primitive printer printf prio priorité prise prise de chou prise de contrôle à distance prise de tête prise vampire Privacy Act prix Alan M. Turing PRJ PRML PRMP PRN proc procédural procédure processeur process ID processus proco Prodigy ProDOS production productique Profibus profil progiciel program manager programmateur programmation programmation événementielle programmation fonctionnelle programmation orientée objet programmation structurée programmation visuelle programme programmer programmeur programmeur du dimanche progz projecteur projector projet Prolog PROM promiscuous prommer prompt pr0n proportionnel propriétaire propriété intellectuelle pross protection protégé protégé en écriture protéger proto protocole prototypage prototype provider proxies proxy ps PS PS/2 PSD PSE pseudo pseudo-aléatoire pseudo-code pseudo-instruction pseudo-navigateur pseudonyme pseudoparallélisme PSI PSN PSO PSP PSS PSSI PSSP PST PSTN PSX PSX2 pt ptdr PTE PTERM PTF PTMM PTSN PTT PU pub publication-souscription publiphone publipostage pubstro puce puck PUID pull Puma pumpking punch Punycode purge purger purple fringing push push pull PVAO PVC PVFS PVI PVM PvP pw PW PWB pwd PWD PWL PWS PX PXE py Python Q&R qa QA QBE QBF QC QCELP QDOS QE QEMM QFA QFE QFP QIC QL QLLC QNX QoS QOS QP QQOQCP QR QSXGA Qt QT QTSS quadbit quadri quadrichromie quadriprocesseur quadword Quake qualimétrie qualité qualité-CD qualité de service qualité photo qualiticien quantifier quantization quantum quarte quartet Quartz Quartz Extreme qubit query queue Quickcam Quickdraw quicksort QuickTime quitter quote quoted text quoted printable quux qux QUXGA QWERTY QWERTZ qword QXGA r3b3l RA RAB raccordement numérique asymétrique raccourci raccourci clavier race condition racine rack rackable rad RAD rade Radeon radiateur radio radiomessagerie radiosité radiotéléphone radiotéléphonie RADSL RAF rafale raffinage raffinement raffinerie rafraîchir rafraîchissement RAIC RAID RAIN Rainbow Books rainbow disc raisonnement à base de cas RAM RAMAC ramasse-miettes Rambus RAMDAC RAM-disk RAM-disque RAME ramer random randomiser rapatriement rapatrier rapport rapport de bug rapport S/B rapport signal/bruit RAR RARE RARP RAS raster rasterisation RAT RATP rave raw rayons cosmiques raytracing RAZ RBL RBOC rc RC4 RC5 RCS RCT RCTT R&D RD RDA RDB RDBMS R&&D RDF RDP RDR RDRAM RDS re Re réactivation réactiver reader offline README Real Audio réalité augmentée réalité virtuelle Real Life réamorçage réamorcer rebelz rebidouiller Rebol reboot rebooter rebouclage rec REC recalibration thermique recettage recette recetter recherche incrémentale recherche individuelle RÉCIF reclonage recloner recodage recoder recodeur recompilation recompiler reconfiguration reconnaissance de caractère reconnaissance de forme reconnaissance de la parole recopie vidéo record recouvrement recouvrir recuit simulé récupération de données récurrence récursif récursion récursivité recycle bin recycleur Red Book redémarrage redémarrer redessiner redévelopper Red Hat Redhat redimensionnement redimensionner redirection redirection de port rediriger redondance redraw réduire rééchantillonnage réécriture d'URL réentrance réentrant ré-entrant refactoring refactorisation refactoriser référencement référencer référentiel réflecteur refroidisseur REG regex regexp registrant registrar registre registry réglage de flux régurgitation rehi réinitialisation réinitialiser réinscriptible Reiserfs relais relais de trame relais ouvert relation relationnel relayage de trame release relocateur relocation relogeable relogement reloger REM réexpéditeur anonyme remailer anonyme rémanence remontée d'alerte remonter Renater Renater 2 renderfarm rendering Rendezvous rendez-vous rendu renifler renifleur renommer renommeur rentrant réparti répartiteur répartiteur de charge répartition de charge repeat repeater répertoire répertoire de travail répertoire principal répertoire racine répéteur réplication répliquer reprise REPROM requester requête requêteur réquisition RES résal réseau réseau à valeur ajoutée réseau cellulaire réseau de données réseau de neurones réseau de Pétri Réseau des Réseaux réseau informatique réseau local réseau neuromimétique réseau neuronal réseau privé virtuel réseau sans fil réseau sémaphore réseautique réservé réserve de connexions reset résident Résinter résistance résistor reslt résolution résolution d'adresse résolvant resolver resource fork respawn ressaisie ressource restaurer RET réticulaire réticule retouche retouche d'image retoucher retoucheur retour retraitable rétroéclairage rétro-gaming rétro-ingénierie rétrolien rétromodération rétrotechnique rétrovirus return reusability réutilisabilité réutilisable réutilisation réutiliser revamper revamping réveil-matin reverse engineering reverse lookup réversibilité révisable REXX RFC RFD RFI RFID RFS RFT RFTDCA RG-58 RGB RGBA RGBE RH Rhapsody ribbon cable rich media RID ride RIF RIFF Rijndael RIM RIMM ringback RIO RIP RIPE RIPE NCC ripper RIS RISC RISC OS risette RISQ RITA Ritchie, Dennis RJ11/RJ12 RJ45 RL RLAN RLBI RLE RLI RLL rlogin rlogon rloguer RLP RM RMA RMC RMI rmmod RMOA RMON RMS RN RNA RNCA RNI RNIS R/O ro roaming RoboML robot robot bibliothécaire robot d'indexation roboticien robotique robotisation robotiser robots.txt robuste robustesse ROC Rock rocket science RockRidge rodage roff ROFL ROFLOL rogner Rogue rôle (jeu de) rôliste ROLAP rollback rollover ROM Romeo ROOM root rootard rooteur rootkit RORO ROSE rot13 rotative zoomer rotaxane ROTF ROTFL ROTFLMAOWPIMP rotoscopie roue de couleurs rouler roulette round robin routable routage routage adaptatif route router routeur routeur bastion routine roxer roxor RPC RPCSS RPG rpm RPM RPV RR RRAS RRRD RS232 RS-232 RS-232C RS422 RS-422 RS423 RS-423 RS485 RS-485 RS/6000 RSA RSCT rsh rshift RSI RSN RSS RSSI RSVA RSVP RTBM RTC RTEMS RTF RTFA RTFAQ RTFF RTFM RTL RTM RTOS RTP RTPC RTS RTTI RTTY ru ruban bleu ruban encreur Ruby rumorazzi runlevel runoff run-only runtime runtime error rustine rustiner r-utilities RV RVA rvalue RVB RVBA rw RWM RWU RWX S2ML S3 S3M sa SA SAA SAAJ sablier Sabre SACD SADE SADT Safari SAFARI safe sex SAG SAGE SAI SAIL SAINT saisie saisir salami salle blanche salle machine salle propre SAM Samba sambafs SAMI sample sampler sampleur sampling SAN sandbox sans disque sans fil SAO SAP saquer SAR SAS sasfépu SASL S-ATA SATA SATAN saturé Saturn saucisson saut saut de ligne sauvegarde sauvegarde complète sauvegarde différentielle sauvegarde incrémentale sauvegarder SAV Sawfish SAWG Sawmill Sawtooth SAX sb SB SB16 SBD SBF sbin SBR SBS sc scalability scalaire SCAM scam scancode scanf scanner scanner à tambour scanneriser scanneur scanning SCART SCC SCCS scellement sceller scheduler scheduling Scheme Schlaer Mellor schtroumpf sci SCI SCII scintillement scintiller SCM SCO Scooter SCOS SCP SCR scratcher screener Screenfridge screen saver screenshot screxx scriplet script scriptable script kiddies script kiddy scroll scroller scrolling scrolling fighter scroll lock scrolltext scrutation SCSI SCSI-2 SCSI-3 SCSSI SCVP sd SD SDA SDAI SD Card SDDI SDH SDI SDK SDLC SDLT SDMI SDNP SDP SDR SDRAM SDRAM II SDSL SDTV SDU SDW SDXF se SE SEA SEAL Seamonkey search engine SEC SECAM secteur secteur de démarrage sécuriser sécurité sed SEEPROM SEFTI Sega segment segmentation segmenteur SEL sel syntaxique sélecter sélecteur sélection sélection dynamique sélectionner sémaphore semi-compilé semiconducteur semi-conducteur semi-duplex sendmail Sendmail sensor SEO séparateur SEQUEL séquelle séquence de boot sequencer séquenceur séquentiel séquentiel indexé Serial ATA Serial ATA II Serial ATA III sérialisation sérialiser série server appliance server push serveur serveur applicatif serveur cache serveur d'applications serveur de base de données serveur de charge serveur de contenu serveur de fichiers serveur de fontes serveur de news serveur de polices serveur d'impressions serveur de nom de domaine serveur de réplication serveur mandataire serveur mandaté serveur virtuel serveur web serveur X service après-vente service de fichiers service en ligne service pack service web servlet SESAM session SET SETI SETI@Home sétiseur setup SEX SF2 SFC SFD SFDD sfs SFSD SFT SFTP SFU SFX sg SGBD SGBDH SGBDM SGBDO SGBDR SGBDRO SGDT SGF SGI SGIU SGML SGRAM sh SHA1PRNG SHA-1 shader shading Shadock shadowing shadow key Shadowman shadow RAM Shannon, Claude shar share shareware sharing SHDSL shebang shell Sherlock shift shim shlif-shlaf SHN Shockwave shoot shoot'em up shoot them up shopbot short shortint shovelware Shrike SHS SHTML SHTTP shutdown si Si SI SIA SIAD SIAM SIC siccité Sid SID sidebar side effect SIG SIG* (ACM) SIGARCH SIGB SIGCAS SIGCOMM SIGD SIGGRAPH sigh sigle (prononciation) signal signalisation signalisation hors bande signalisation intra-bande signal YC signal-to-noise ratio signature signet SIGPLAN silent bloc silicium Silicon Alley Silicon Graphics Silicon Sentier Silicon Valley SIM Simcity SIMD SIM-lock simlockage simlocker SIMM SIMPLE simplex SIMTEL Simula Simula 67 simulateur simulateur de vol simulation simuler Sinclair Sinclair, Clive SIP SIPP SIR Sircom SISD SIT SITX site site miroir siterot site web sixel sixelisation sj SJNMA sk SK skel sketcher skin SKU skyscraper SKT sl SLA Slackware slash slashdev slashnul Slashdot slashdoter SLB SLDRAM Sledgehammer SLI slice slider slideshow slideware SLIP slk SLM slot Slot 1 Slot 2 slot d'extension slotket Slowaris Slowlaris SLSI SLT sm SM SmallTalk SmallTalk 80 SMART smartboard smart card Smart Media SMB SMBus SMDS SMF SMI SMIL smilies smiley SML SMLT SMP SMPTE SMS SMT SMTP Smurf sn SNA snail mail SNAPI snapshot SNES SNG SNI SNIA sniffer sniffeur sniffing SNMP SNMPv2 SNO SNOBOL SNOBOL4 snooping SNPP SNR S/N ratio SNTP so SO SOA SOAP SoC soc socket Socket 7 Socket 8 Socket 478 Socket 754 Socket 940 Socket A Socrate SODIMM SOE soft Soft soft modem software SOHF SOHO SOI SOJ SOL Solaris solid state disk soluce solve solver SOM somme de contrôle sommeil son sonde sonder SONET Sony Sophia Antipolis Sorenson SORIMM sort sortie sortie papier sorties sortie standard SOS SOT SOTMG souligné sound SoundBlaster soundchip Soundex soundtrack soundtracker source source routing souriard sourieur souris sous souscrire sous-menu sous-pixel sous-processus sous-programme sous-routine Southbridge SoW SP SP384 SP@ML SPA Space Invaders spacer spaceship SPAG spaghetti spam spambone spamdexing spammer spammeur spammeux Spamford spamming spanning-tree sparadrap Sparc SPARC Sparc64 spare spatiocarte spawning SPDIF S/PDIF SPEC Spec1170 spécification SpecMark specs Speedo SpeedStep spew spex SPGA SPI spider spim spin down spinner SPIP SPITBOL SPL splash screen spline spliter split-horizon splitter SPMD SP-MIDI SPOD spoiler spoofing SPOOL spooler spooleur sporgery spoule spouler spouleur Spox Sprint sprite SPX spycam spyware SQE SQE test SQL Squeak squelette Squid sr SRAM SRM srv SS SSA SSAP SSCI SSCP SSCS SSD SSDI SSDT SSE SSE 2 SSF SSH ssh SSI SSID SSII SSIII SSL SSO SSPI st ST ST-506 STA stabiliser stabilité stable stack stacker stack smashing Stallman, Richard standalone standard standard ethernet standardisation standardiser starfield StarOffice Star Trek start-up starvation state of the art static station station d'accueil station de travail station graphique statique stderr stdin stdout stealth stéganographie stéganographique stégo stéréogramme StegFS STEP STF STFU STFW sthétoscope STI STIC sticky STL STM STN STO stockage stockage de masse stopwatch stopword STP STR strafe strafer strap strate stratifié stream streamer streaming Street Fighter stress stresser streum stro stringuifier strong StrongARM Stroustrup, Bjarne structure de contrôle structure de données structure d'interconnexion STS STU stub Stuffit STUMP STUR style de programmation stylet sublimation subnotebook sub-pixel rendering subroutine subscribe substituer substitution substrat succ sucre syntaxique suite SUN Sun Sun Microsystems, Inc. SunOS sunny SunSITE Superdrive super exploit Super Famicom superordinateur superpipeline superprogrammeur superscalaire supersede superserveur supertwist superuser superutilisateur Super VCD super VGA superviseur supplier supply chain supply chain management support supporter Suppr supraconducteur supraconduction supranet sur surbrillance surcadencement surcadencer surcharge surchargé surcouche surdoué suréchantillonnage suréchantillonner surf surfer surfeur surformatage surformater surgissant surnumérotation surpointeur survision SuSE suspendre suxor sv SVC SVCD SVG SVGA SVI SVr4 SW swap swapfile swapper swapping SWAT SWATS SWF SWIFT SWIFTnet SWIG switch switcher sxc SXGA SXGA+ sxw sy SYLK Symbian symlink Sympa SYN synchron synchrone synchroniser synchronisation syncing SyncML syndrôme F5/F9 synergiciel SYN flood syntaxe syntax error syntaxique synthèse synthèse FM synthèse vocale SyQuest SYS sysadmin syslog sysman sysop syst System/360 système Système 7 Système 7.5 système d'exploitation système de fichiers système de particules système d'information système embarqué système expert système ouvert Système R T3 T&A T&T TA TAAH tab Tab table table de routage tableau tableau de bord table traçante tablet tablet PC tablette graphique tablette numérique tableur tabulation TAC tâche tâche de fond tâche légère tacot tactile tag tagged command queueing tag RAM TAI TAIGA taï-taï Tairnette talk talk mode TAM Tamagotchi tambour tampon TAO TAOCP tape drive taper TAPI tapis tapis de souris tar tarball Tarentella tas task-switching tata taux de compression taux de transfert taxe à l'octet TAXI taxinomie de Flynn TAZ Tb TB Tbit Tbit/s Tbps TBR tc TCFS TCL Tcl Tcl/Tk TCO TCO'92 TCO'95 TCO'99 TCO'01 TCO'03 TCP TCPA TCP/IP TCSEC tcsh td TDC TDD TDLC TDMA TDR TDSM TdT technicien technicien du placard techno technocop technocrétin technocrétinisme technojoujou technomarketing technopathologie technophobe technophobie technopole technotoy techos tee TEF TEI tel écran-tel écrit telco télé téléacteur télécarte télécentre téléchargement télécharger télécoms télécopie télécopieur Télécran télédistribution téléinformatique télématique télémétrie Telenet téléphone téléphone portable téléphonie téléphonique téléport téléscripteur télésurveillance Télétel télétex télétraitement télétravail télétravailler télétravailleur Télétype téléversement téléverser telework télex telnet telnetd telnetter tel-tel TENEX témoin témoin de connexion temp TEMPEST template temporaire temporisation temporiser temps d'accès temps de réponse temps de rétention temps inactif temps partagé temps réel TEOTWAWKI TEP térabit téraflop Téraflop Club téra-octet téraoctet téramachine terminal terminal idiot terminal X terminaliste terminateur test test bed test de l'ascenseur test de Turing test du téléphone tester testeur tête tête de lecture tête d'impression teTeX tétra Tétris TeX TeX-78 TeX-82 texel teXnicien texte texteur textodrome texture tf TF TF-CSIRT Tflops TFR TFS TFT TFTP tg TGA TGAO TGZ th THAO théière thème then Theora thèse de Church-Turing thick ethernet thicknet thin ethernet thinnet ThML Thompson, Ken thread threading throbber thumb thumbnail thumbscrew Thunderbird thunking Ti TI TIA TiBook TIC TICE tick tiers de confiance TIF TIFF TIGA Tiger Tiger Team TIL Tillamook time attack time bomb time out timer time-sharing time slice time to market time zone TIMTOWTDI tiny Tinyscheme tips tirage tiré-lâché tirer tirer-lâcher Tiscali TIT Titane Titanium titi tj tk Tk TKIP TLA TLD TLDP TLI tlm TLP TLS TLSP tm TMA TMDS TMM TMN TMP tmp tmpC TMS TMTOWTDI TMU tn TN TNC TNG TNR TNT TNX to To TO7 Toast TOF toggle toile toile d'araignée mondiale token token passing Token Ring tolérance aux pannes tolérant aux pannes tomber tomber en marche Tomb Raider toner tool toolbar toolbox tooltip top-down Topaz Topic top level domain topologie TOPS TOR tore de ferrite torrent tortue Torvalds, Linus TOS Toshop Toslink toto Toubonnais touch touche touche chaude touche de commutation touche de direction touche de fonction touche de raccourci touche morte touche rémanente Touch Tone tour tourner tourniquet tout-numérique Toy Story tp TP TPC TPDDI TPDU TPE TPI TPS TPM TPMS TPV TQM tr TR traçabilité trace tracer traceroute tracert traceur track trackball tracker trackering tracking trackpad trackpoint traducteur traffic shaping trainer traitement traitement de texte traitement par lots tramage trame Trans transaction transactionnel transceiver transcepteur transclusion transcodage transcoder transcodeur transducteur transduction transférer transfert transfert de fichiers transistor translater translateur translating BIOS translation d'adresse transmillénarité transmissif transmission Transpac transparence transparent Transplaques transportable Transputer transtypage TRAP trapdoor trappable travail TREC tree trèfle treillis triade tri à bulles triangle de couleurs tri bulles tridimensionnel trigraphe Trillian trimégapixel Trinitron triple-clic Triple DES triprocesseur Triton trk troff trois tiers trojan troll trolleur trollodrôme trollomètre trombine Tron TRON tronc trou trou noir troubleshooting troyen TRS-80 Tru64 true true color truecolor True Type trunking Truong, André trusted host TS TSAPI TSC TSE TSL TSOP TSP TSR TSS tt TTA T/TCP TTF TTS TTL TTLS TTM TTP TTY TTYL tube tube cathodique tube nommé tuer TUID tuner tuning tunneling tuple turbo Turing, Alan Mathison tutorial tutoriaux tutoriel Tux Tuxedo tuyau tv TVHD TVM TVR tw Twain tween tweening TWG Twin twip twisted pair twister twm TwoFish TX TXD TXT Tymnet typage type typé type abstrait type de données type de fichier type énuméré type MIME type scalaire typiste TYVM tz TZ UADSL UAE UAL UAM UART UAWG UBE über UBR UC UCAID UCE UCITA UCK UCS UCS-2 UCS-4 UCT UDB UDDI UDE UDF UDMA UDP UDWA UFS UFTD ug UGW UI UIC UID UIL UIMS UIT UIT-T uk U/L ULSI Ultima Ultra33 ultra-ATA ultra DMA ultraportable Ultrium um UM UMA UMB UML UMS UMSDOS UMTS Unabomber unaire Unamailer uname UNC undeclocker underflow Undernet underscore UNDI undo UNI UNIBUS unicast Unices Unicode UNICS unidirectionnel uniligne Unimodem union Unisys unit unité unité centrale unité d'allocation unité de disque unité de fixation UNIVAC I univers universal character set Univesa Un*x Unix Unix 98 Unix 03 Unix (messages d'erreur) unixien Unix-like unlossy unmarshalling unmount UNR unsubscribe until UPC update updating upgradable upgrade upgrader upgrading upload uploader UPnP UPP upper upperware UPS upsizing uptime urban legend URI URL URN us USB USB 2 usenaute Usenet usenetien Usenix user user friendly UserID userland user-space USF usine à gaz usr USRT USSS Utah Teapot UTC UTF UTF-7 UTF-8 utilisateur utilitaire Utipac UTP UTSL UU UUE UUCA UUCP uudecode uuencode UVV UVV-FR UW-SCSI UXGA V V23 V34 V90 V92 va VA VAC va-et-vient VAFC vaisseau spatial valence valeur valeur de retour Valhalla validation valider valuer vampire VAN vanilla VAO vaporware VAR var variabilité dimensionnelle variable variable d'environnement Vaucanson, Jacques de VAX vaxen VB VBA VBI VBL vBNS VBR VBRUN VBS VBScript VBX vc VC vCalendar vCard VCD VCF VCL VCPI VCSEL VDD VDI VDM VDMA vèbe ve vecteur vectoriel Vectrex VEDI veille Velocity Engine velveeta VEMMI Venn ventilateur ventilo ventirad Venus ver verbe-nom verbose vérolé véroler Veronica verrou verrouiller verrmaj verrnum verrue version versioning vertex vertex shader vertical vertices VESA Vesa-LB veuve VFS vg VGA VHDL VHSDSL VHSIC vi vidage vidanger vidcap vidéo vidéochat vidéo composite vidéoconférence vidéodisque vidéographie vidéo inverse vidéoludique vidéophone video RAM Vidéotex vie vie artificielle vieillissement de données vies infinies viewer Vigik viiste VIM vimiste VINES viol de l'alternance viral virgule flottante virologie virtual hosting virtual machine virtual memory virtuel virus virus de boot visible visibilité VisiCalc visiocasque visioconférence visiophone visiophonie vision visionneur visite visiteur unique visu Visual Basic Visual Fox Pro visualisateur visualisation visualiser visualiseur Visual Studio vitesse de clavier vitesse d'horloge vitrine VIV Vivo VLAN VLB VLBV VLDB VLF VLIW VLM vlog VLSI VLSM VM VME VMM VMS VMTP vn v-node VOB VOC vocodeur VoiceXML void voIP voisinage de Conway voiture voiture rouge volatile volatilité volée volume volume label VON von Neumann, John Voodoo VOP Vorbis voxel VoxML voyageur de commerce VPC VPL VPN VPP VPTR VQF VR VRAF vrai Vraie Vie VRAM VRML VRRP VS2002 VSA VSAM VSAT VT VT100 VTAM VTFF VTFFC VTOA VTX vu vue VUP Vx VxD W3C Wabi WAD WADP WADSL WAE WAEF wafer WAI WAIS Waïtouké wait state waldo Wall, Larry wallpaper WAN Wanadoo Wanamou wannabee WAP war WAR wardialer war-dialing war-driving ware warez warezer Wargames warlord warning Warp warping watch watchdog watermark WATS Watson WATTC WAV wavelet wavetable WB WBEM WBS WBT WC WCAG WCCP WCDMA WCIT WCMS WDDX WDM web web agency web badge web browser web bug webcam webcamer webcasting webcentrique webchat Web Crawler WebDAV webfarm webgroup weblog webmail webmarketeur webmaster webmestre WebNFS web services WebSphere web spoofing webzine weenie Weizenbaum, Joseph Welcom WELL wend WEP WEST WET wetware wf WGM wharf Whetstone while Whirlwind Whistler white box whoami Whois WHQL WHSXGA WHUXGA wide-SCSI widget Wiener, Norbert Wi-Fi Wi-Fi Alliance wifi wifiste wiki Wikipedia WikiWikiWeb WikiWord Wilber wildcard wildcompo Willamette WiMax WIMP Win2K Win32s Win95 Win98 Winamp WinCE Winchester Windaube WindowMaker window manager Windows Windows 2000 Windows 3 Windows 3.11 Windows 95 Windows 98 Windows CE Windows for Workgroup windowsmania windowsmaniaque Windows ME Windows NT Windows NT Serveur Windows NT 5 Windows TSE Windows XP Windoze Wine WinG Winmark Winmodem WinNT Win-OS/2 WinPE WINS winsock Wintel WinXP WIP WIPO wire frame Wired wirehead Wirth, Niklaus WISP WITNESS wizard WLAN WLL WM WMA WMAN WMC WMD WMF WML WMP WMV WNT WOL Wolfenstein 3D Woody WORA word Word Wordperfect word processor word spotting Wordstar wordwrap workflow workgroup workpane workstation world domination world wide web worm WORM WOS WOW64 Woz Wozniac, Stephen WP WPA WPAD WPAN WPG wpm WPS WQUXGA WRAM wrapper wrapping WRI write-back write-thru WRK WRL WRT WRZ ws Ws95 Ws98 WS WSDL WSS WSSO WSXGA+ WSZ WTAC WTDC WTF WTH WTLS WUI WUXGA WVX WVGA WWAN WWDC WWW WWWait WXGA WYSBIGY WYSIMOLWYG WYSYWOG WYSIWYG WYSIWYM WYSIWYP WYSYNG X11 X2 X25 X400 X500 X509 x86 X/Open XA XAO XAR xargs Xbase XBM XBML Xbox xCard XDarwin XDCC xdm XDMCP XDR xDSL Xemacs Xenix Xeon Xerox Xerox PARC xeyes X-Face XFCE Xfer X-Files (the) XForms Xfree86 XFS XFWM XG XGA XHTML XID XIF Xinerama XLM XLS XM XMF XMIT XML xmlien xmlisation XML Schema xmms X-modem XMPP XMS XMT X-no-archive XNS XOFF XON XON-XOFF xor Xouvert xox xoxo XP XPath XPG XPG2 XPM XRP xsd Xserve Xserver XSL XSLFO XSLT XSS xSSI xt XT XTP XUL XUP Xvid XWD X Window X Window System Xx XXX XYZ-modem Y2K YABA yacc YACJ Yahoo YAMSI YASL YC ye Yellow Book Yellow Pages yenc yencoder yescard YKYBHTLW YMCK YMMV Y-modem Yos Yosemite yottaoctet Yourdon, Ed your mileage may vary Younix yo-yo YP yt yu YUV Y2K YABA yacc YACJ Yahoo YAMSI YASL YC ye Yellow Book Yellow Pages yenc yencoder yescard YKYBHTLW YMCK YMMV Y-modem Yos Yosemite yottaoctet Yourdon, Ed your mileage may vary Younix yo-yo YP yt yu YUV *.* *BSD .Net *nix *grin* *jk* *wink* $$$ @ @+ ¶ .sig µATX µ-law *K 1NF 1ST 1U 10base2 10base5 10baseF 10base-FB 10base-FL 10base-FP 10baseT 100BaseFX 100baseT 100baseT4 100baseTF 100baseTX 1000baseT 2D 2G 2GL 2GR 2.5G 2K 2U 3* 3615 386BSD 3COM 3D 3D-DDI 3DES 3Dfx 3D isométrique 3DNow! 3DO 3DS 3DSL 3DStudio 3D Studio 3DStudio Max 3D subjective 3Dwm 3G 3G2 3GL 3GP 3GPP 3GPP2 3RD 3RP 3U 4D 4GL 4U 6bone 6D 6DOF 6E 6to4 6x86 8.3 80/20 8N1 0 00000 0.13 microns 030 0.6 microns 0 days 13h 133+ 1337 1394 2 2.5D 2B+D 3.5 5.1 30B+D 31337 7z 8 bits 16-32 bits 24 25 323 32 bits 40 42 50 56K 56K line 64 bits 68k 85 95 1-2-3 143 186 232 286 287 386 387 401 404 486 520 520 ST 586 601 650 669 701 800 802.x 802.2 802.3 802.3ae 802.3af 802.5 802.11 802.11a 802.11b 802.11d 802.11e 802.11g 802.11i 802.11n 802.1x 802.16 802.16a 1000 1024 1252 1284 2000 2001 2600 3270 4004 5250 6502 6800 6801 6809 8080 8086 8087 8088 8250 10191 16450 16550 16650 16750 16950 680x0 68000 68008 68010 68020 68030 68040 68060 80x86 80186 80188 80286 80287 80386 80387 80486 88000 88100 88200 134317 200000 300000 1 048 576 1 120 000 2 700 000 7 000 000 17 000 000 1 000 000 000 1 073 741 824 1 099 511 627 776 warloy amiens marcel georges marine marguerite reine julien patrick patrice didier evelyne horse ludovic roger sébastien sebastien sabastian marie odile christophe philippe felippe marion baillon michelle michèle michèlle edouard edouardo charles jacques jack joe johnn lemans mans ville village commune communaute groupe groupes communautés famille







La province

Je vous présente à travers ces quarante-deux textes une riche brochette de héros provinciaux aux traits psychologiques bien marqués. Issus d'un milieu étriqué, ces personnages pittoresques sont touchants et haïssables, humains et monstrueux, exquis et répugnants.



+++++++



1 - Vieille tante

Chez elle ça puait l'honnêteté : vierge en plastique trônant sur le poste de télévision, chien bâtard sagement couché dans son panier, horloge-baromètre aux armes criardes du Mont-Saint-Michel, portrait jauni d'une aïeule au regard sévère et stupide...

Inculte, superstitieuse, aimable avec tous par opportunisme, croyante par habitude, cette vieille tante attardée méritait, à soixante-dix-neuf ans, une bonne raclée littéraire, un concert de trompettes dans l'espèce de caveau lui tenant lieu d'habitation, un grand coup de masse dans sa routine.

Bref, un réveil en fanfare à l'orée de sa mort.

Pour commencer je crachai au visage de la défunte encadrée. Grand émoi chez la casanière. Pour faire hurler de plus belle la vieille pantouflarde, je me mis à lui parler avec la désinvolture des gens qui se savent supérieurs :

- "Infâme décrépite, que croyez-vous que vous valez à mes yeux avec une si minuscule existence ? Qu'attendiez-vous donc d'un bel esprit comme moi avec vos allures d'éternelle retraitée ? Que je me range à votre cause inepte ? Esprit rabougri ! Gibier d'hospice ! Âme insignifiante !"

Scandale dans la chaumière. Je m'emparai de la Vierge en plastique :

- "Vieille chouette, à voir cette horreur couverte de poussière ça fait bien vingt ans que vous avez été vous agenouiller à Lourdes en ânonnant des prières pour l'âme de l'autre hulotte décatie accrochée au mur, n'est-ce pas ? Et qu'avez-vous fait pour sa mémoire ? Vous avez acheté à grand frais cet ignoble moulage d'usine. Vous n'avez pas honte ? Femme sans goût, avez-vous au moins ouvert un seul livre dans votre vie de limace, à part les almanachs locaux ?"

Je jetai contre le portrait de l'ancêtre l'objet du délit. Fracas du verre sale recouvrant le cadre (qui en bougeant laissa échapper quelques araignées tapies derrière depuis des lustres), effroi de la propriétaire, rire sardonique de l'auteur de ces lignes...

- "Maintenant que vous savez ce que je pense de vous, vous pouvez rendre l'âme ma tante, si vous en avez encore une. Votre grand âge ne vous mettant pas à l'abri d'hériter d'un si petit esprit, il serait inconcevable que vous ne me rendiez pas grâces pour ce grand dépoussiérage intérieur que je viens de vous accorder."

Je quittai l'ingrate qui ne daigna pas m'adresser le moindre remerciement. Elle mourut trois jours après.

D'inanité.

2 - Dimanche de mort

Dans la demeure qui ronronne, le couple de retraités est à ses molles occupations. La femme coud en silence, l'autre épluche des comptes domestiques. Les heures dominicales passent, mortelles. L'hôtesse a une tête de pot-au-feu. D'ailleurs tout sent le pot-au-feu dans cette maison : les murs, les photos de mariage sur la télévision, la nappe à carreaux, les rideaux, la vie qui s'y déroule... De la naissance à la mort, ça transpire le pot-au-feu chez eux. De générations en générations, ça s'enlise sous ce toit...

Lui, a une tête de rien du tout. Ou plutôt une tête de boeuf, avec un air de légume.

La pluie ruisselle sur les petits carreaux. On entend le tic-tac morne d'une horloge-Mont-Saint-Michel du plus horrible effet. Souvenir inestimable de leur voyage de noces dans le département voisin. Un exil de deux jours qui les marquera pour le restant de leur existence. C'était il y a trente ans.

- Tu te souviens de notre voyage de noces au Mont-Saint-Michel, tu te rends compte dis, hein Germaine ? Ha ! On n'avait pas peur à c't'âge-là qu'on avait, hein ? On était fou ! C'est pas avec mon arthrite que je remettrais-ça ! Pis ça coûte... C'est quand même pas quand on est à la retraite qu'on va refaire des voyages comme ça. As-tu remis du charbon dans la cuisinière ? Quand même, le Mont-Saint-Michel, c'était quelque chose !

- Vi bé c'est pas moi non pus qui r'f'rais un voyage pareil... Mmm ? Moui alors... Le temps y passe pas vite aujourd'hui, hein ? Y fait-y un sale temps dehors, tu t'rends compte un peu ? Ha ben ça alors... Hein tu trouves pas, dis Bernard ?

- Ah ben ça oui t'as raison Germaine... Y fait un sale temps dehors... Hééé oui... Demain c'est lundi, tiens.

Échanges affligeants d'un couple vivant depuis toujours sur le mode de la décrépitude amoureuse. Vers la fin de l'après-midi l'homme lève le nez de ses petits comptes, rajuste ses lunettes et de sa voix ridicule dit à sa femme :

- Ha ben ça va être l'heure de manger dis, tu crois pas ? Demain on est lundi, ça fera déjà une journée de passée pour aujourd'hui. Hééé oui... C'est toujours ça de gagné.

- Âme indigente qui considère la mort comme une stricte formalité administrative dont il faut s'affranchir le plus scrupuleusement possible... Et l'autre de réponde, aussi insignifiante que son boeuf de mari :

- Héé oui, demain on est lundi. Ca pââsse...

Le couple vécut centenaire. Soixante-quinze ans à se raconter le temps qu'il fait ou qu'il ne fait pas, à parler de l'heure qui passe, à se ressasser leur voyage de noces au Mont-Saint-Michel qui d'année en année prit des allures de légende dans leur crâne de plus en plus rétréci : une expédition éprouvante, l'odyssée de leur jeunesse.

On les inhuma sous une pluie morne qui rappelait le tic-tac de leur horloge-souvenir. Les funérailles furent ennuyeuses à mourir : ils avaient choisi pour leurs obsèques l'option la plus économique, le temps le plus maussade, le jour le plus mortel.

Un dimanche.

3 - Un dimanche en province

C'était un vieux garçon issu d'une petite ville perdue au fin fond de la Sarthe. Un authentique rescapé du monde moderne. Chez lui ça puait le chien, les placards pleins de poussière et les vieux habits. Odeurs de vieillot et de renfermé. Une ambiance mortelle émanait de sa maison.

Dans la salle de séjour, en réalité lieu de débarras éternellement sombre, encombré de boîtes en cartons, de reliques ineptes, de bibelots imbéciles, l'ennui régnait du matin au soir. Partout, des portraits jaunis du pape à tous les âges de son règne et diverses têtes de pontifes saint-sulpiciens... Quelques photos de la mère aussi -sévère- (une dévote trépassée depuis plus de vingt ans), et surtout des calendriers antédiluviens accumulés au fil des décennies. Sur les murs, un papier peint à mourir.

Sur la télévision, dernier outrage au goût, témoignage de l'imbécillité la plus crasse, vestige d'une existence toute vouée aux petitesses, une superbe vierge en plastique.

Toute blanche, barrée de bleu, couverte d'une fine couche noirâtre, elle trônait : toute l'âme de la maison était là. Gâtée par le temps, pieusement immobile depuis vingt, trente ans, l'horreur bicolore avait étrenné plusieurs modèles de récepteurs de télévision. Et lui de l'admirer benoîtement... Vieille cervelle apathique !

Je me retrouvais avec joie entre les quatre murs ternes de ce demi taudis en compagnie de son hôte, aussi terne que sa bicoque. J'aimais observer ce cas pathétique, ayant toujours raffolé "d'exotisme de proximité".

- Vous prendrez bien un petit café, hein ? Vous prendrez bien un petit café... Oui... Ha ben oui... C'est bon un café, surtout de ce temps là... Hein ? Ha ben oui alors...

(Puis, s'adressant à son chien : )

- Ben oui Sultan, je sais ben que tu veux un su-sucre... Ben oui Sultan ! Gentil hein... Il est-y pas beau mon chien-chien, hein ?

Il fallait le voir flatter son chien comme un vieux sénile qu'il était ! Et moi, mondain né loin de son monde, je le plaignais sans rien montrer, feignant l'attendrissement devant la complicité qui unissait les deux vieux compagnons... Se rendait-il compte qu'il se donnait en spectacle, pitoyable avec ses petites joies du dimanche ? Le chien, un bâtard insignifiant et hargneux, me semblait aussi abruti que le maître.

Deux créatures indigentes, l'une à quatre pattes, l'autre à mobylette. Misère de la condition provinciale...

A chaque fois que je prenais congé du vieux couple, satisfait mais précautionneux, j'avais soin de me laver les mains, aussi dégoûté par le chien que par le bigot.

4 - Le pot-au-feu

C'est jour de pot-au-feu chez les Mouvier. Les dimanches chez eux sont pesants, interminables, mortels. L'abbé Borel est invité. Il y a son petit vin blanc tout prêt qui l'attend près de son assiette, avec l'étiquette délavée. Bouteille bon marché... Chez les Mouvier, on affectionne la médiocrité. Signe ultime d'honnêteté, de sobriété, d'immobilisme.

Le vieux couple est austère, pâle, et il sent fort la cire. En fait les deux têtes de navet dégagent une vraie odeur de cercueil. A les voir, on devine que leur existence ne fut qu'une longue stagnation au bord du fleuve. Eux, sont toujours demeurés loin de toute agitation. Leur plus grande fierté d'éternels retraités ! Déjà morts avant d'avoir vu le soleil, connu l'Amour, goûté à la Vie...

En attendant l'abbé, le pot-au-feu mijote sur la cuisinière. Les portes et fenêtres sont bien fermées, le feu est vaillamment entretenu, l'horloge bien réglée. On craint le vent, le froid, l'imprévu dans cette maison. L'horloge justement, elle rassure les hôtes au possible. Satané cadran... Le seul occupant encore vivant dans cette demeure. Avec ses tic-tac mornes évoquant un monde suranné, mort, enseveli, il est bien plus palpitant que ses propriétaires au coeur arrêté.

L'abbé frappe mollement, entre sans cérémonie, salue avec tiédeur, amenant avec lui un parfum de formol qui se marie à merveille aux vapeurs de boeuf et de carottes, ce qui ajoute au tableau une atmosphère de morosité profonde, très appréciée des deux sédentaires.

La conversation est particulièrement pauvre. D'un ennui que tous trois, confusément, recherchent. L'ennui, cette poutre essentielle qui maintient le toit au-dessus de leur tête, l'indispensable base où prennent racines leurs aspirations tranquilles... Tout tourne autour du pot-au-feu, des oignons, de la cloche de l'église, des dimanches à venir qui, l'espèrent-ils, ressembleront à celui-ci... Le tout arrosé d'une bonne dose de propos météorologiques. Attablés autour du pot-au-feu comme pour faire le point sur leurs jours sans saveur, les mangeurs se sentent en sécurité dans leurs échanges insipides mêlés de bruits de mastications. Avec les sifflements de la bouilloire pour pluie de fond et le carillon pour meubler l'indigence des paroles.

Le cérémonial du pot-au-feu-carottes occupera leur après-midi jusqu'à l'heure du thé.

Un dimanche d'enterrés particulièrement réussi.

5 - Les ravages de la ferme

La grand-mère regarde tristement par la fenêtre crasseuse, la tête vide. Elle reste là, muette, placide, stupide. Dehors, tombe une pluie maussade. Le grand-père impotent étendu dans son fauteuil a les yeux fixés sur un plafond infiniment terne. Il attend.

La pièce est sombre, l'ambiance mortelle. La mère est en train de nettoyer des seaux de zinc qui recueilleront le lait des vaches que sa fille Marie-Sophie ira traire à la main, tantôt. Dans cette salle qui fait aussi cuisine on n'entend que le bruit du chiffon qui astique les seaux. Le père est assis sur le banc. Il songe avec anxiété à ses cultures qui prennent l'eau : depuis trois jours il pleut sans discontinuer. Ca sent le pot-au-feu dans la pièce. L'abbé doit venir manger chez cette famille de paysans honnêtes, travailleurs, arriérés.

Il est sinistre l'abbé avec sa sempiternelle soutane, ses prières mornes, son air de déjà mort. Ses conversations surtout sont déprimantes : toujours à parler des enfers, des hérétiques, des cultures du père ou des vertus de la continence. Jamais un rire n'est sorti de sa bouche qui semble ne savoir que maudire. Il sent la poussière, la superstition et le vieux missel.

Marie-Sophie regarde elle aussi par la fenêtre, l'air songeur. C'est une jeune fille qui aurait pu être jolie si les années passées à la ferme n'avaient corrompu ses traits, si les longues soirées passées en famille dans la pénombre à parler de tout et de rien et se terminant dans le silence à attendre que le temps passe n'avaient ôté de son regard d'adolescente la joie de vivre. Les visites répétées de l'abbé ont d'ailleurs fini par atténuer considérablement en elle la dernière étincelle de ce feu infus.

Avec son fichu sur la tête, son tablier autour de la taille, sa louche à la main, Marie-Sophie à l'air d'une petite vieille dans cette ferme de mangeurs de pots-au-feu et de moribonds. Elle regarde la pluie tomber dans les bruits de nettoyage de seaux à lait. Elle a le coeur gros. Dans cette ferme isolée, elle n'a pas vingt ans qu'elle est déjà morte. Depuis toujours elle vit avec ses parents, de vrais tombeaux ambulants. Et avec ses grands parents. Des éternels enterrés, eux. Nulle joie sous ce toit toujours gris.

Inculture, obscurantisme, bigoteries sont les seuls horizons promis à Marie-Sophie. Chez ces parents ignares, insensibles, sclérosés, jamais l'idée que leur fille puisse un jour vivre ailleurs, faire autre chose que traire les vaches, manier la fourche ou s'échiner à ramasser des patates dans les champs n'a effleuré leur cervelle durcie. Ou ramollie.

Maintenant le grand-père ronfle dans son fauteuil sale : à force de fixer le plafond, il est allé le rejoindre au pays des songes, son plafond. La grand-mère radote des "Quel temps de chien y fait, c'est-y pas malheuleux de voil ça !" en roulant des "R" à faire sombrer dans un abîme de grisaille une armée de lurons. Le père pense toujours à ses chères cultures, absent. La mère est absorbée dans sa tâche de quincaillière, en train de frotter ses vieux seaux en zinc.

Soudain, on frappe à la porte.

L'étable humaine sort de sa torpeur. Une silhouette apparaît, austère. C'est l'invité, tout de tristesse vêtu, son missel à la main. Il hume avec un air taciturne le pot-au-feu qui mijote sur la cuisinière. Marie-Sophie ne quitte pas du regard la fenêtre. Elle ne vient pas comme à son habitude saluer l'abbé, lui désigner le banc respectueusement. Elle reste là à méditer devant la fenêtre, le regard perdu.

Elle rêve d'amour.

6 -L'abreuvoir

C'était un gars comme elle les aimait. Un peu marin, un peu canaille, avec une odeur de foin dans les cheveux. Vivant à la bohème, il se louait de ferme en ferme, de temps en temps. Il n'avait pas son pareil pour convaincre les plus rétives : toutes succombaient à son charme. Il séduisait les filles de ses patrons, lorsqu'elles étaient à son goût, laissant derrière lui soupirs et langueurs. Et un parfum de mystère aussi.

Gertrude, la fille du fermier, avait des vues sur le nouveau commis. Le soir-même elle lui offrit son hymen. Il ne le refusa point. Il demanda cependant un dédommagement : la dévergondée était laide. Elle lui accorda six sous. Il les refusa en lui crachant au visage. Il voulait l'abreuvoir à vaches du père. Celui qui trônait au milieu de la cour de ferme, splendide, avec des cales larges et des rebords élégants. Gertrude prit peur, pleura, supplia l'infâme de ne pas exiger d'elle pareil sacrifice... Rien n'y fit, l'amant réclamait son abreuvoir en échange de ses services malhonnêtes. Elle dut céder. L'autre s'éclipsa dans la nuit, tirant péniblement derrière lui son butin indu.

Le lendemain Gertrude dut expliquer au père les circonstances de la disparition de l'abreuvoir. Le scandale fut énorme. On la maria promptement au garde-champêtre qui racheta un abreuvoir neuf au fermier. Trente ans après le garde-champêtre mit la main sur le dissolu qui n'avait en fait jamais quitté le canton. Les faits étant prescrits par la loi depuis vingt ans, il fut aussitôt relâché. Il mourut quatre ans plus tard dans les tranchées de Verdun, en 1917. Aujourd'hui on peut lire son nom sur le Monument aux Morts du village voisin où s'est passée cette triste histoire : Alphonse Foisselle.

7 - Vieille chouette !

Tu en auras allumé des feux dans ta cheminée les soirs d'hiver, vieille sorcière va ! Sale fagoteuse, quand tu seras crevée, fais-moi confiance tu auras l'occasion d'en allumer d'autres, des feux. Pis des bien chauds encore.

En enfer.

Avec tes satanés fagots, va donc au Diable ! Pus personne ne peut pus te voir dans la campagne.

Quand le père Lagloire aura fini de faucher son blé, bé tiens, je suis sûr qu'il viendra te couper ta tête d'oiseau de malheur ! J'le connais le gaillard, y t'aime pas pus que moi... Pis avec tes habits d'épouvantail tu fais peur à la Lune. Même les chiens dans la nuit, y font des cauchemars quand tu passes. Va donc aller traîner ailleurs tes sales fagots !

T'as pas encore crevé, dis la vieille ? Mais que ce qu'il attend le Diable pour te foutre sa fourche au travers de la gorge ? T'as bien cent ans comme t'es là, hein la vieille ?

Faudra bien que t'y passes un jour ou l'autre, alors pourquoi pas demain, hein ? Et crois-moi je serai bien content quand ça arrivera. T'entends la vieille ? Tu vas-t-y crever, nom de Dieu ?

8 - Les fagots

La vieille ployait sous le poids des fagots. Mais elle était robuste, dure à la tâche, âpre au gain. Sous la Lune je distinguais sa silhouette brisée, d'apparence si frêle. Avec son bois sec sur le dos, ses doigts crochus, son corps osseux, elle me faisait songer à un arbre mort.

Une vieille chouette en réalité.

Je lui adressai le bonsoir en la croisant à l'orée de la forêt. Promptement elle m'envoya au Diable en me menaçant avec son bâton, l'oeil méchant, un silex dans la voix : la vieille avait un caractère de chat sauvage. Depuis le temps que je la connaissais, j'avais toujours été séduit par cette sorcière qui vivait à l'écart du village. Solitaire et rebelle, intrépide et coriace, cette vagabonde de la nuit était un mystère.

Je la regardais souvent ramasser du bois, humble trésor de son foyer, et m'attardais ainsi jusque tard dans la nuit sur ce fantôme anguleux, sur cette ombre aux allures de fable. Tantôt je la comparais à un épouvantail en route vers les paysages morts et silencieux de la Lune, tantôt je me la figurais hôte des clochers, chevaucheuse des vents ou spectre des cimetières. Je voyais en cette glaneuse de bois un être fabuleux.

Elle rentrait tard dans sa chaumière sans confort, rapportant ses pauvres fagots. Peu après sa fenêtre s'éclairait au coeur de la nuit.

Avec sa maigre fortune sur le dos, son feu de misère, ses haillons d'un autre âge, la vieille me faisait rêver sous les étoiles.

9 - Vieille rosse

C'était une espèce de sorcière sans âge. Bossue, laide, vêtue de haillons. Une voix rauque, des traits anguleux, une canne terrible à la main. Jamais un sourire, toujours de la haine pour ses semblables. D'ailleurs ses sourires devaient la faire ressembler à une tête de mort ricanante, tant elle était hideuse, difforme, gâtée par les ans.

Je l'avais toujours connue vieille. A ma naissance elle avait déjà soixante-dix ans. Lorsque j'atteignis mes dix ans, j'osai contre l'octogénaire m'essayer à ma première bastonnade : sorte de rite initiatique qui me valut une grande considération de la part de mes pairs en culottes courtes avec qui j'avais engagé quelque innocent pari. Ce jour-là j'héritai d'un lot de quatre-vingts billes, la plupart d'agate, d'autres opalines, et même dorées pour certaines.

Au jour de mes vingt ans je gagnai l'admiration d'un harem de sottes jouvencelles en assénant quatre-vingt-dix coups de balai sur les os de la sorcière. Avant d'atteindre mes trente ans je lui avais déjà brisé plusieurs bagatelles sur le dos, dans l'hilarité un peu brouillonne de mes vertes années. Pour ses cent ans je la rossai plus doctement à l'endroit de sa bosse : cent coups de bois vert sur l'échine pour mieux lui faire sentir l'effet d'un siècle en elle écoulé. C'était une vieille souche qui devenait de plus en plus résistante avec les années.

L'âge de la maturité me conférait sagesse, métier, respect : en frappant avec fermeté mais sans haine je m'achetais une éternelle renommée auprès des ennemis de la vieille.

Alors que j'avais dépassé la trentaine, la vieille était toujours vivante, plus fielleuse que jamais. En la croisant je lui crachais habituellement au visage, lorsque je ne lui faisais pas de croche-pied. Elle me répondait le plus souvent en me menaçant avec sa canne ou en me jetant des sorts d'un autre âge... Arrivé vers la quarantaine, je ne savais plus quoi inventer pour tourmenter la gueuse, alors qu'elle était déjà plus que centenaire.

Aussi, décidé d'en finir une bonne fois pour toutes avec ce jeu qui s'éternisait depuis presque quarante ans, je me promis de faire la paix avec elle.

Au jour de sa mort.

10 - Avarice sordide

Le vieillard craignait que l'on brûlât 98 chandelles pour fêter sa quatre-vingt-dix-huitième année. Avaricieux à s'en rendre malade, même la dépense des autres faite à son attention lui tournait les sangs.

Toute sa vie il avait économisé. Sur tout. Célibataire par économie, préférant attraper la crève pour épargner un fagot, affamé un jour sur deux pour gagner une livre de pain, il se consolait dans la solitude de son foyer glacial mais paisible, se chauffait avec des flambées imaginaires, se nourrissait de repas sautés. En revanche il buvait de l'eau jusqu'à satiété. Tous les jours de l'année.

Un jour il mit sa vie en péril pour ne point dépenser deux francs : à Rouen il préféra traverser la Seine à la nage plutôt que de se payer le bac. A deux doigts de la noyade, il réussit cependant à joindre l'autre rive sans payer. Il avait plus de cinquante ans et à l'époque le prix de la traversée en bateau lui avait paru exorbitant. La rage de l'économie l'avait poussé à l'exploit.

Plus jeune, il décida de visiter Paris. Il gravit les trois étages de la Tour Eiffel à pied. Il fit la charité à un mendiant en lui désignant une fontaine. Du Louvre, il admira sans rien débourser les murs extérieurs avec leurs sculptures haut-perchées. Au Jardin des Plantes il opta pour l'observation des pigeons du parc, n'osant franchir la frontière qui sépare la partie du parc public accordée aux simples promeneurs de la partie payante réservée aux visiteurs munis de tickets. Il mangea sans manière, repus des mets divers et inégaux extirpés des poubelles de la capitale. Vu que ça ne lui coûtait rien il écouta de bon coeur les chanteurs de rues. Il leur donna des airs d'encouragements en compensation et estima que c'était déjà bien trop pour des paresseux pareils ! Le soir il sortit aux Champs Elysées en compagnie de sa sinistre mais sobre solitude. Il ne trouva que des gens richement vêtus et en fut ébloui. Lorsque trop las il entreprit de s'asseoir gratuitement sur les marches de quelque établissement huppé pour observer tous ces nantis qui passaient, on le prit pour un indigent.

Il ne refusa point les pièces qu'on lui jeta.

De retour dans son taudis de campagne il enferma dans une boîte en fer ses pièces indûment récoltées avant de la cacher sous le plancher, et à l'heure actuelle il les possède toujours, étincelantes dans leur boîte rouillée. La passion de l'économie l'ayant empêché toute sa vie d'aller dépenser cet argent si joliment gagné dans la prestigieuse avenue, ses pièces étaient devenues évidemment caduques depuis 1960, date de l'arrivée des nouveaux francs !

Pour être honnête précisons que vers soixante ans, écrasé par la solitude, il pensa tout de même à se marier... Dans sa folie d'avare il s'était épris d'une vagabonde ménopausée, vaguement chiffonnière, femme douteuse vêtue de sacs de la tête aux pieds. Les conditions étaient telles que la belle refusa. Il excluait en effet de nourrir chaque jour de la semaine l'épousée. Seulement les dimanches et les jours de fête, soit un jour par semaine plus les jours fériés. Et encore avait-il établi un barème inique et complexe qui lui donnait le droit de compter comme un seul jour férié certains jours chômés qui se suivaient, estimant que ces jours fériés qui se doublaient s'annulaient pour n'en faire finalement qu'un... Trois jours fériés qui se suivaient revenaient selon lui à un jour ouvrable, donc pas de nourriture à devoir à l'aimée... Il exigeait en outre que sa femme lui fût fidèle dans des besognes viles et harassantes, qu'elle ne gaspillât aucun bois, même par grand froid... Et il en était ainsi pour tous les aspects de la vie quotidienne : il tirait à l'extrême la corde humaine, ne se souciant que des économies faites sur le dos d'autrui. Si bien qu'en épousant l'affreux bonhomme la malheureuse chiffonnière eût été bien vite morte de faim, de froid, de fatigue.

Le jour de ses quatre-vingt-dix-huit ans il eut le soulagement de constater que le gâteau qu'on lui avait préparé ne comportait que neuf bougies symboliques.

11 - Le quincaillier

Vêtu de sa longue blouse de travail couleur grisaille, il s'affairait au milieu de ses marchandises avec l'air pénétré de ceux qui sont investis de hautes missions. Une vie passée à exaucer des souhait ménagers, à débattre avec les fournisseurs et les clients de sujets pointus relatifs à des produits détergents, à des chignoles, à des mécanismes subtils de balais-brosses... Parfois il entrait dans des discussions savantes et inspirées avec ses clients pour savoir quel évier, quels jeux de vis ou genres de casseroles correspondaient le mieux à leur recherche. La satisfaction de ses clients lui donnait le sentiment d'être utile. Voire indispensable.

Il avait trop conscience de passer pour un notable dans la petite ville. Aussi remplissait-il sa mission avec une authentique ferveur.

Dans sa boutique, une odeur de sainteté. Rien que des exhalaisons âcres de chasteté provinciale. Un siècle et demi de trésors domestiques entreposés en ces lieux avait rendu l'atmosphère irrespirable : tout dans la quincaillerie puait la province étriquée ! Les murs restituaient avec insistance des parfums ensevelis depuis une éternité et passés de mode. Odeurs obsolètes à jamais perdues, oubliées par le reste du monde et qui donnent cette nausée délectable que l'on appelle peut-être la mélancolie...

Vétustes et cossus, les rayons croulant sous les marchandises inspiraient un ennui mortel. L'ambiance désuète et austère de la boutique s'accordait à merveille avec la tête du quincaillier qui se prenait très au sérieux dans son métier.

La quincaillerie était une vieille affaire fondée par d'illustres aïeux qui, en plein XIXème siècle, s'étaient fait un nom dans la ville. Pères d'une future dynastie de quincailliers vouée à la légende familiale, leurs portraits jaunis trônaient au-dessus de la caisse, lieu symbolique de toutes les réussites provinciales.

Endroit vénérable de la quincaillerie, zone rouge de l'antre séculaire, sujet tabou, depuis plus de cent cinquante ans la caisse inspirait un respect inné de père en fils...

Cette maison honnête fréquentée par de vieilles rombières en panne de robinetterie ou de dames "bien comme il faut" en manque de produits détartrants lui conférait une honorabilité qui avait fait son renom depuis plus de cent cinquante ans. Ici on ne vendait que des choses utiles, pragmatiques, fonctionnelles. Point de fanfreluches ni de bagatelles, rien que des accessoires indispensables au bon entretien de la plomberie des honnêtes gens, essentiels à la bonne marche du quotidien des bons citoyens, nécessaires au soutien du moral des troupes immergées dans le réel...

Pauvre type ne rêvant pas plus loin que ses articles de zinc et d'étain et qui pour rien au monde n'aurait voulu changer sa place de gardien des biens ménagers, le fier quincaillier faisait pitié à voir dans sa destinée aussi étroite, aussi minable que sa longue blouse de travail couleur grisaille.

12 - Un bon rustre

J'ai un chapeau sur la tête, une pipe dans la poche, de la chique dans la bouche et de l'or dans un coffre. Mais je vous dirai pas où. Croyez-moi, ma canne est plus dure que vos caboches d'assistés, tous autant que vous êtes ! Je ne crains ni les cornus, ni les statues, ni les moustachus. D'ailleurs je suis moi-même barbu avec de la moustache. C'est pas demain que l'on me verra mettre de la cire d'abeille sur ma selle de vélo comme font les jeunots qui tiennent pas dessus ! Je roule à la sueur, vis à l'ancienne, dors au rouge. L'eau est réservée pour arroser pendant l'été. Je vais à l'ombre au fond des bois quand le soleil tape trop fort. Pas besoin de bouton électrique : dans la nature je suis chez moi.

Je fais mon jardin, mon pain, mon beurre. Jamais malade. Je n'aime pas rentrer dans les villes, c'est antihygiénique. Et puis les citadins n'aiment guère mes senteurs. Je sens la terre, les bois, le jardin de la campagne. Un peu la sueur aussi. Je travaille sans me presser, c'est meilleur pour le moral. Les patates ont le temps, pourquoi j'irai faire la course aux plantations ? Il n'y a que du naturel dans la terre que je retourne. Il faut respecter le sillon. A la ville on mange sous des plastiques. Moi je me nourris sans emballage.

Les enfants aujourd'hui sont tous des bons à rien. Ils sont habillés avec du chimique sur le dos, engraissés au sucre blanc, gonflés au blé industriel. De mon temps ils allaient au vent avec des bures contre le froid. Ils faisaient pas les difficiles pour la soupe. Ils étaient pas chétifs avec des casques pour aller à vélo.

J'ai pas la télévision, mais plein d'étoiles à regarder, une cheminée pour rêver dans les flammes, un chat qu'il faut caresser tous les soirs.

On me prend pour un attardé à la ville. Demain matin ils partiront tous dans leurs usines manger des sucres blancs dans des plastiques pour revenir le soir voir ce qu'il y a dans leur poste de télévision. Demain matin j'aurai quatre-vingt-treize ans. Toujours vaillant. Jamais vu le docteur.

J'irai faire mes fagots.

13 - 14 juillet

La troupe des patriotes est réunie, tout de tricolore parée. Il y a le vétéran, la poitrine couverte d'honneurs, ventru, rougeaud, déjà transpirant de pastis. Avec son air d'éternel abruti, il est raide comme une stèle devant le drapeau qui flotte sur le Monument aux morts. Il y a la belle Gisèle, la putain de Monsieur le curé. Prête à pousser l'hymne patriotique pour se faire remarquer des villageois... Belle est un grand mot : la cinquantaine décatie, édentée, claudicante, apprêtée comme une jument de trait, elle fit rêver plus d'un béret. Parce qu'elle est blonde, on dit qu'elle est belle dans le coin. Critères locaux...

Il y a Monsieur le curé, évidemment. Noire soutane et missel sous le bras, l'air de rien : fadasse, lisse, insignifiant. Un fétu de paille, un poltron, voire un ancien collabo disent certains... Passons plutôt à son voisin, le père Hector, le maire du village. Une cuve à bière que même une barrique n'effraie pas ! La réputation pas usurpée d'être un sacré foutu couillu de chaud lapin aussi... Élu dès le premier tour avec 45 voix sur 60. La grande affaire de sa vie. L'homme respecté du village. Autour de ces quatre piliers, les notables : commis agricoles, bedeau, épicier et son épicière, la secrétaire du maire, quelques moustachus grasseyants.

Autour du Monument aux morts l'hymne national retentit. Les tambours municipaux résonnent, terribles. Quelques rosières endimanchées tressaillent, trop émotives. D'autres, plus canailles, se pâment. De sa voix chevrotante la Gisèle entonne le chant, rapidement désynchronisée avec l'orchestre. Une larme coule sur la joue du vétéran. Simple sueur d'ivrogne... L'hymne achevé, un grand silence pèse sur la place, vite relayé par un concert d'aboiements. Les chiens du village excités par les tambours apportent une note vachère à la cérémonie.

Le discours du maire est très applaudi, bien que truffé de fautes grammaticales. "Drapeaux" fut héroïquement accordé avec "martial", non sans trémolos patriotiques dans la voix du maire.

La journée des célébrations du 14 juillet terminée, tard dans la nuit chacun s'en retourne chez soi ou ailleurs cuver son dû républicain. La putain du curé, au presbytère. Le vétéran, dans le fossé, ivre-mort. Les autres, dans leurs étables, les bistrots alentours ou plus sobrement, nulle part.

Le maire, dans son lit.

14 - La Gisèle

Gisèle, dite "la belle Gisèle", la quinquagénaire décatie qui sert de "dame de salon" à Monsieur le curé, avec toute la réalité crapuleuse que sous-entendent ces termes édulcorés, Gisèle disions-nous, se dirige vers l'église, la tête droite, l'oeil canaille, l'épaule de travers, la jambe lourde, l'air pas fin du tout.

Aujourd'hui c'est fête, le grand jour : dimanche de Pâques ! Une des meilleures recettes pour le clocher... Gisèle le sait, c'est elle qui tient la quête. Dans le village personne n'est dupe de ses coups tordus : avec le détournement d'une partie de l'argent pie, elle s'achète au grand jour écharpes aux coloris vifs et souliers vernis.

Il y a même du fil doré sur les bagatelles qu'elle porte.

Ha ! Elle fait bien le bonheur du camelot, allez ! Il faut la voir parader au marché du jeudi sur la place du village... Fière, froide, hautaine avec son sac à main acheté à Pentecôte, juste après la quête. C'est qu'elle ne perd jamais de temps la Gisèle... Elle en fait jaser plus d'une, c'est sûr !

Et avec ça elle fait tourner la tête à plus d'un commis. C'est qu'elle commence à avoir des airs de "belle de la ville" la Gisèle, avec ses toilettes de luxe... Pensez donc, du fil doré sur ses écharpes ! On n'a guère l'habitude de voir déambuler d'aussi jolies chouettes au village. Il paraît que le bedeau, le brave Émile, depuis que la Gisèle s'habille comme une princesse, il sonne les cloches de travers. L'amour l'a rendu encore plus benêt qu'il n'était.

Il faut dire que le camelot qui fournit la Gisèle s'est fait une jolie réputation depuis qu'il a vendu un chapeau à plume à la femme de l'ancien maire. On aurait dit une authentique bourgeoise de sous-préfecture ! C'était il y a quinze ans. L'événement avait ému le village à l'époque... Le curé en avait même parlé dans son sermon du dimanche. On avait frisé le scandale.

Bref, la renommée du colporteur ayant dépassé les limites de la paroisse, sa clientèle est devenue choisie. Citadine, prétendent les mauvaises langues... Il est vrai que seuls les notables osent franchir le pas : la femme du patron vacher du hameau voisin, les filles de l'épicier, et même le premier adjoint au maire en personne.

Mais revenons à Gisèle sur le chemin de l'église. Depuis qu'elle tient la quête, c'est une autre femme. Avec ses allures de mondaine, elle impressionne même Fernand le Président de l'Amicale des Chasseurs de la Commune, qui n'est pas homme à se laisser émouvoir facilement.

Bref, à force de rouerie combinée à l'assiduité aux messes, la Gisèle est devenue une personnalité incontournable dans le village. Toujours vêtue d'effets de chez le camelot, elle en impose la Gisèle !

Mal enrichie mais respectée. L'habit faisant finalement le moine, quoi qu'on dise...

15 - Un coeur increvable

La vieille femme dont je vais relater l'histoire était à la fois si bonne et si méchante qu'elle préférait donner son repas à un chien galeux plutôt qu'à un enfant affamé. Physiquement elle était d'une extrême laideur. Intérieurement aussi.

Et pourtant... Tant de beauté potentielle sous ce visage hideux ! Une flamme brûlait en son âme, l'éclairant et la noircissant en même temps. Suie et lumière se répandaient en elle, issues d'un même foyer.

Ses yeux étaient d'azur et de purin. Dans son coeur, roses et orties formaient bouquet. Collé sous sa semelle, de l'excrément parsemé d'étoiles. Entre ses mains, miracle infernal, l'eau claire se mêlait de sang.

Ses mots étaient de cristal, ses intentions de velours, ses actes de marbre : elle se sacrifiait sans compter pour sauver chiens errants et corneilles fatiguées devant des petits mendiants déconcertés et envieux. Elle regardait avec apitoiement les petits humains miséreux en lâchant de la viande grasse et du pain frais à ses chiots. Ou alors, avec un geste ample, ostensible, théâtral sensé traduire l'authentique générosité, elle tendait une main vide à ses semblables vêtus de haillons en regardant avec pitié une portée de canidés... Les enfants repartaient les mains vides, les yeux pleins d'une merveilleuse illusion de pain, tandis que les chiots restaient chez la vieille, le ventre rempli de son pot-au-feu du midi, bouillon et carottes compris.

Un jour les gens du village enterrèrent avec soulagement et médisances une centenaire : la défunte était si laide, si méchante avec les enfants, si odieusement aimable envers les cochons, les chiens et les corneilles que tous ce jour-là furent heureux le jour de ses obsèques... Cependant ils n'étaient pas parfaitement heureux de voir le visage honni étendu près de la tombe. La centenaire haïe gisait bien là, pâle, sans plus d'âme, inoffensive, définitivement partie dans l'autre monde. Pourquoi tant d'aigreur subsistait malgré tout chez les villageois ? La morte enfin avait bien les traits de notre héroïne. Alors pourquoi ?

C'était sa soeur.

Elle, était toujours vivante et menait le cortège, plus vaillante que jamais.

16 - Les fruits de la discorde

Elle était d'une parfaite probité. Au moins dans les apparences. Belle comme un poirier endimanché, pieuse comme une âme damnée, sotte comme une employée de mairie qu'elle était, aimable comme un pot de miel, on pouvait dire en la voyant que c'était un vrai trésor de la province, une grosse pierre bien ancrée dans la France profonde. Ajoutons qu'elle ne ratait jamais une messe en bonne célibataire qui se respecte.

Cependant la montagne de savon au lait avait un versant moins lisse. La nuit Madame la servante du Bon Dieu devenait grande prêtresse de la débauche. Elle pouvait déniaiser de force le fils du maire puis aller aussitôt porter plainte au Commissariat de la ville voisine pour outrages aux bonnes moeurs de la part du Maire lui-même. Affabulatrice, dépravée, calomnieuse et insatiable, cette vieille catin était tout cela à la fois. On l'aimait bien néanmoins dans le village. Connue pour ses vices cachés autant que pour son sourire dégoulinant de confiture, on la traitait à la fois comme la sainte protectrice des fraises en bocaux et comme une putain de seconde classe.

Même Monsieur le curé lui rendait visite dans sa chaumière. Pour conclure de douteuses affaires affirmaient les mauvaises langues... Monsieur le curé était de toute façon un impuissant notoire. En fait il venait lui revendre à vils prix des vieux mobiliers d'église qu'elle se chargeait d'écouler au prix fort dans des réseaux louches.

Je n'aimais pas cette femme presque belle et franchement corrompue. Elle me le rendit bien puisqu'un jour je reçus d'elle un énorme colis par la poste.

Rempli de pots de confitures.

17 - La vieille crogne

Je suis une crogne, une sale vieille crogne de putain de charogne de saloperie d'ordure. Plus crogne que moi, y a pas. J'ai quatre-vingt-huit ans, presque toutes mes dents et une canne plus dure que la tête du Diable. J'ai vécu : deux maris, trois chiens, un glaïeul. Tous crevés.

J'enfonce des crucifix rougis au feu dans les trous de serrures des maisons des pauvres gens. Avec ma canne je cogne les riches, je cogne les chats, je cogne les agents de la maréchaussée. Pis j'ouvre le courrier de mes voisins pour cracher dedans. Je suis une vieille crogne : je vote communiss' et je brûle l'argent des ouvriers. Seulement les billets, parce que les pièces résistent au feu.

Je suis une vieille crogne et je vous envoie à tous ma canne au travers de la gorge ! J'ai besoin de personne, vous pouvez tous allez crever là où que vous êtes ! Je vous enterrerai bien avant que le Déluge me tombe sur la tête... J'en ai enterré de plus solides que vous. J'ouvre à personne dans ma maison, pas même au Bon Dieu. Sous mon toit je suis chez moi et y a pas intérêt à ce qu'on vienne me chercher des noisettes ! Je suis pas crogne pour rien. Je vous materais tous autant que vous êtes, bande de petits ricouillards !

Je peux vous dire que vous allez entendre parler de moi. Ma canne elle en a râpé des chemins. Ca fait des lunes que je la traîne. Même elle je peux pas la voir, la Lune. Alors c'est pour dire que si jamais je vous vois... Ben y a pas intérêt à ce que je vous voie.

Une vieille crogne, je suis une vieille crogne que je vous dis !

18 - La belle Berthe

Avec son giron de fermière endurcie, immense, redoutable, avec sa cuisse comme un chêne et son cou de boucher, Berthe ressemblait plus à une masse bovine en action qu'à une frêle femme. Elle buvait comme un Prussien, crachait comme un tonnelier, chiquait plus que de raison, mangeait comme quatre, tenait la charrue mieux qu'un colosse, jurait comme un démon. Et frappait même les hommes comme un vrai couillu qu'elle était.

Entre deux besognes de force elle émettait parfois des plaisanteries de salles de garde. Elle avait des délicatesses de charretier, des finesses d'engraisseuse de cochons, des moeurs de boucanier. Bref cette représentante du beau sexe était un authentique tue l'amour.

Mais pas pour tout le monde.

Alphonse Torchecul, commis agricole à la musculature aussi épaisse que les capacités de réflexion étaient réduites avait des vues sérieuses sur la belle Berthe. Il ne savait pas parler aux femmes. Qu'à cela ne tînt, il décida de parler en homme à Berthe avec ses humbles mots à lui :

- Berthe, j'ai à te parler. Tu vas faire la vache et je m'en va faire le taureau. T'écarteras tes cuisses, comme ça y aura plein de jus à te foutre dans ta matrice de coche pour qu'après tu beugles comme un veau à nous pondre dans les saintes douleurs un salopard de péquenaud qui sortira de ta culasse neuf mois pus tard !

C'était clair, Alphonse semblait sincèrement amoureux de la Berthe.

La belle fut émue par la déclaration d'amour du commis agricole. Elle lui répondit en rosissant :

- L'Alphonse, ramène donc ta tripe de boeuf que je la foute dans ma grosse boyauterie. Tu vas me la secouer dans les tripes, je veux parler des tripes vachères, pas des tripes à purin, et pis je te la ferai bien dégorger jusque dans le fond de mes putains de rognons de fumelle... Pis après y'aura un paquet de viande qui m'poussera dans la panse. On l'appelera Nesto'. Qu'ê qu'ten dis l'Alphonse ? Nesto', c'est-y pas un beau nom ça pour un futur laboureur qui te ressemblera ?

- Nestor, je dis pas. Pour un beau nom c'est un beau nom. Y'a rien à dire la Berthe. Mais si c'est une fumelle ? Comment que tu l'appelleras ?

- On n'aura qu'à l'appeler Nestorine. Ca mange pas de pain de l'appeler Nestorine. Pis elle travaillera comme un gars avec un nom pareil ! On peut pas dire, le nom ça y fait. C'est pas moi qui appellerait le fruit de mes entrailles Charles-Edouard, acré nom de diou ! Ca non alors ! Pasque ça c'est un nom de vrai fainéant ça ! Allez ! Viens donc me rentrer dedans l'Alphonse, pasqu'y faut déjà commencer par la fabriquer cette andouille à naître dans neuf mois !

Les deux amoureux échangeaient innocemment de la sorte et se disaient encore plein d'autres choses aussi charmantes. C'était touchant de les voir parler ainsi de leur avenir. Ils conçurent entre le tas de fumier et l'étable à vaches. Les meuglements, caquètement et grognements des hôtes de la ferme accompagnèrent leurs roucoulades comme le plus doux des violons.

Neuf mois plus tard la petite Nestorine vint au monde.

Ce fut pour elle le début d'un enfer sans tache.

19 - Une jeune fille à la ferme

A vingt ans, Nestorine connaissait mieux le langage des porcs que le Grevisse. Elle était le parfait reflet de ses géniteurs, mais en plus jeune. Elle se mouchait dans ses doigts, se soulageait dans la réserve à purin, se rinçait le gosier dans la gouttière. C'était un monstre femelle de cent-vingt kilogrammes absolument inaccessible. Une sorte de mastodonte intouchable, un phénomène en jupon. Bref, un beau brin de jeune fille selon les critères de beauté en vigueur dans la ferme.

Ses parents étaient très fiers d'elle : dès ses seize ans elle portait déjà sans effort apparent des sacs de cent kilos, mâtait des boucs hargneux en quelques étreintes nerveuses et puissantes, retournait d'une seule traite de larges carrés de terre à la force du mollet, cognait les gaillards les plus vigoureux du pays, abattait des verrats d'un seul coup de maillet, s'enfournait à la suite des chapelets de saucisses-maison, éructait plus fort qu'une ogresse, avalait sans rechigner son verre d'absinthe frelatée.

Cependant Nestorine n'était pas du tout heureuse. A vingt ans elle avait mûri. Secrètement elle aspirait à une existence plus virile, moins efféminée. Sans jamais oser l'avouer à ses parents de crainte de les contrarier, elle désirait se confronter aux dangers de la vraie vie, loin du cocon rassurant de la ferme familiale. Elle avait l'ardent désir de connaître les éléments, les hommes et les bêtes de manière moins atténuée, plus authentique. Elle voulait un contact réel, vrai, direct avec le monde et ses habitants. Elle sentait bien que sous ce toit où elle était née elle vivait protégée comme une poupée dans un jardin beaucoup trop rose pour elle.

Elle avait besoin de recevoir de grands coups de poing de la vie, besoin de sentir les flammes vivifiantes de l'aventure, besoin de savourer l'amertume incomparable de la bière de contrebande, besoin de voir un autre sang que celui de ses verrats qu'elle abattait avec un plaisir de plus en plus émoussé, besoin de fracasser d'autre crânes, de terrasser d'autres adversaires plus consistants que ses boucs habituels, besoin de cogner d'autres têtes que celles qu'elle connaissait déjà... Bref, elle voulait sortir de sa trop jolie cage dorée, prendre son envol de jeune fille.

Elle aurait voulu donner libre cours à toute son énergie, montrer au monde la mesure de sa vitalité plutôt que de demeurer ainsi dans sa ferme. Elle s'y ennuyait comme un poupin devenu adulte à qui l'on n'aurait pas remplacé la dînette de l'âge tendre.

Malheureusement elle dut rester toute sa vie à la ferme à égorger du bétail, engraisser des porcs, mener la charrue, abattre des chênes, terrasser des cornus, arracher des souches, frapper de peureux colosses, chiquer l'humble tabac paternel, boire de la bibine de mauviette à quarante degrés, se faire saillir par des bons à rien de laboureurs, de dockers ou de boxeurs qui ne tiennent même pas debout après un litre de tord-boyaux...

Cette existence fadasse de midinette ne lui convenait vraiment pas et la rendit malheureuse toute sa vie durant, elle qui ne rêvait que de mâles activités, de défis martiaux, d'ouvrages magistraux et de grosse gnôle.

20 - Emoi au village

Les rosières trépignent devant la salle des fêtes. Déjà en état d'ébriété avancé, le garde-champêtre supervise tant bien que mal l'organisation. De zélés administrés s'improvisent auxiliaires municipaux, le béret bien vissé, fiers comme le coq penché du clocher. Les anciens (respectés parce qu'ils ont connu le Café-Tabac d'avant la guerre) jouent de la casquette le mégot humide collé à la lèvre inférieure, le rire gras comme les frites-saucisses qu'on sert sur les tréteaux, l'haleine fraîche comme le rosé, la bedaine héroïque.

Le bedeau, incorrigible vieux garçon qui ne connaîtra décidément ni les subtilités de l'amour ni l'usage du savon lorgne l'assistance femelle, l'oeil égrillard, un ballon de rouge d'une main, le drapeau tricolore de l'autre.

Ils sont tous là : le maire avec son écharpe républicaine qui impressionne tant la vieille Taupine, que certains prétendent de Hambourg mais qui en réalité est née au village, qui plus est ennemie farouche des Boches...

Il y a le curé bien sûr, la soutane imprégnée de naphtaline, le missel à la ceinture, prêt à dégainer au moindre appel du Ciel. Bon vivant, bon buveur, bon prêcheur, mauvais exemple, il aime ses ouailles impies, déteste les pécheurs véniels. Allez comprendre !

Le premier adjoint quant à lui ne manquerait pour rien au monde les festivités : il rayonne, auguste, le regard dur, la chique molle, enivré depuis la veille à l'idée de parader au milieu des administrés, pénétré de son importance municipale. Il brigue le trône aux prochaines élections et a d'ailleurs promis d'arrêter la chique le jour où il sera élu.

Le commis Alphonse : toujours là quand il y a distribution gratuite au buffet de la mairie, traînant odeurs de foin et relents de gnôle. Analphabète, épris de ses guêtres, le souffle chaud, le chapeau crasseux, les manches râpées, il n'est pas difficile l'Alphonse : il ne demande qu'à faire son trou au village. Et puis au cimetière aussi, il y tient chèrement. Un romantique l'Alphonse, le dernier des Mohicans.

La moitié des avinés ne sait pas ce qu'on fête à la mairie. L'autre moitié a oublié, grisée par l'ambiance, emportée par le souffle puissant, divin de l'accordéon. Peu importe le flacon : la salle des fêtes est pleine, le maire balbutie de joie - enfin d'ivresse -, le bedeau est aussi sonné que ses cloches, le père Eugène, béquilleux, danse sur ses trois pattes.

L'émotion est grande ce soir au village.

21 - Berthe-la-patte-folle

Tu perds rien pour attendre la Berthe ! Déjà qu'avec ta patte folle tu ressembles à une vieille capocharde en bois, quand je te tomberai dessus j'te cassera le dos en deux, moi ! T'entends dis ? Ha t'entends pas ? Pasqu'en plus t'es sourde... Sacré foutue vieille, va ! Des chouettes comme toi j'en déplumerais bien tous les jours, face de ratière !

Je t'aurai bien un jour, espèce de vieille bécasse à la patte tordue ! Tu le sais que je t'aurai un jour la Berthe, tu le sais. Alors c'est pas la peine de faire des airs que c'est comme si ça arrivera pas... Pasque ça arrivera. Et ce jour là la Berthe, t'entends, ce jour-là t'en verras des pas mûres. Pis des sacrées encore ! Vieille patte folle de sale oiseau que t'es, va donc crever ! Allez, cours-y à la crevure avec ta patte de travers, tu perds rien pour attendre que je te dis !

Ca te fait quel âge maintenant, dis la Berthe ? Bientôt quatre-vingt-dix ans, c'est ça ? T'es pas folle non ? Ben si t'es folle, justement. Faire des histoires à ton âge... Hein, quand même, tu te rends compte ? Tu l'auras quand même voulu. Je va pas me gêner pour t'avoir au détours. C'est pas l'âge qui fait, hein la Berthe ? T'es rien qu'une vieille patte folle qui perd pas pour attendre, pour autant que t'as quatre-vingt-dix balais... Et crois-moi, je va pas te rater !

Non, ça je va pas te rater la Berthe, fais-moi confiance... C'est pas avec tes quatre-vingt-dix ans que tu vas m'empêcher d'aller te remettre à ta place que tu mérites. Pauv' sourde va ! T'es qu'une patte folle qu'entend pas, t'entends dis ? Une vieille peau de patte folle que je va bientôt aller régler son compte bien comme y faut. En attendant dors sur tes deux oreilles pasque de toute façon tu me verras pas venir le jour où je viendrai, que tu soyes sourde ou pas. Tu m'entendras pas venir, mais je peux t'assurer que tu le sentiras passer... T'as toujours été une sale sourde à la patte folle et je te dis que tu vas le regretter la vieille !

Tu sais comme moi que la vengeance est un plat qui se mange froid, hein la vieille ? Bien froid !

22 - La soupe est prête !

D'un geste las, la maîtresse de maison pose la soupière fumante sur la table. Ca sent fort la soupe aux poireaux-pommes-de-terre. Son mari, une espèce de légume insignifiant, regarde le récipient sans broncher. Il attend le signal de sa femme pour y plonger la louche.

Avec sa calvitie prononcée, son air d'épicier de province et ses vieilles pantoufles usées, il est loin de faire pitié. Au contraire, il inspire mépris, dégoût, railleries. Le filet de bave qui lui pend aux lèvres est la goutte de trop : devant tant de décrépitude, qui résisterait à la furieuse envie de lui cracher au visage ? Cet ancien comptable a l'air de ce qu'il est : un éternel sédentaire qui n'a jamais eu d'autres rêves que de posséder des canapés en cuir, de rutilantes boîtes à outils vues dans les catalogues, un bon système d'adoucisseur d'eau, une véranda, une tondeuse à gazon dernier cri facile à entretenir, une assurance-vie... Aspirations de petit fonctionnaire étriqué que des milliers de soirs successifs à patienter devant des soupières ont fini par abrutir parfaitement.

- " Sers-toi donc Gaston, tant qu'la soupe elle est ben chaude !"

Toujours la même phrase, tous les soirs. Et lui de répondre invariablement, des milliers de soirs de suite :

- " Ha ben ça fait-y pas du bien de manger de la bonne soupe, hein ?

Parfois au milieu de la soupe le retraité se prend à rêver un peu plus que d'habitude :

- " Tu sais Germaine, un jour j'aimerais bien toi et moi acheter la cabane de jardin dont je t'ai parlée l'autre jour. Avec les p'tits nains tout autour, ça serait-y pas beau près de la véranda, hein ? J'en ai vu des beaux en passant devant chez Bricolage-Service... Y en a de vraiment chouettes alors ! "

- Avec ses rêves ineptes de minus et ses soupières pleines de promesses potagères l'ex-comptable vécut heureux encore très longtemps auprès de sa femme à son image.

Ils n'eurent aucun enfant.

Mais des soupières à vider, des milliers.

23 - Le destin de Patatin

Patatin, fermier de son état, aimait sa femme Adèle comme un gougnafier qu'il était, laquelle le lui rendait bien mal : elle, était une grande romantique, une belle âme, une parisienne élégante en quête de raffinements du coeur. Qu'était-elle venu patauger dans la fange quotidienne de ce rustaud ? Tous au village se l'étaient toujours demandé... Élevé chez les porcs, Patatin affectionnait leur compagnie, négligeant sans complexe celle de ses semblables. Les porteuses de dentelles n'étaient pour lui que des dépensières qu'il fallait corriger et, accessoirement, abreuver d'eau claire, nourrir d'avoine, atteler à la charrue.

Patatin ne frappait pas sa femme. Mais il ne l'habillait pas, ne la sortait pas, ni ne la cajolait. Il usait pour lui parler du même langage qu'envers son bétail. Il la hélait comme une vache laitière lorsqu'il était en rut, tapait du poing sur la table quand elle parlait poésie, la sifflait à l'heure de manger. En outre, le dimanche matin au lieu de lui apporter au lit des croissants chauds et du café autrichien, il lui faisait curer les étables, car le dimanche était jour de fumier.

L'affaire était sérieuse pour Patatin. Pour rien au monde il n'aurait manqué à ce rituel dominical : pendant que sa femme s'affairait à remplir des brouettées de fumier de six heures à midi, lui dégustait des pommes cuites arrosés de Calvados. Elle avait droit à une pause qu'il calculait à la seconde près, chronomètre en main, afin qu'entre deux étables elle pût satisfaire aux nécessités naturelles. Lui, pendant ce temps saupoudrait les pommes dorant au four de cannelle tropicale.

La corvée finie, exténuée, couverte de fumier, Adèle devait encore préparer le repas du midi pendant que Patatin allait inspecter les étables, racontant ses rêves de la nuit à ses vaches qui bousaient avec placidité.

Ainsi en allait-il de la vie de Patatin.

Mais, lassé des manières mondaines de sa femme, il finit par demander le divorce. Il obtint gain de cause et reçu de son ex-épouse une pension alimentaire qui lui permit d'aller jouer toutes les semaines au casino et de gagner une grosse somme qu'il utilisa pour s'agrandir. Il acheta des terres, construisit d'autres étables, grossit son cheptel. Il devint important dans la région. Riche, respecté de ses pairs, il épousa la fille de la châtelaine qu'il engrossa le jour-même des noces. Le fruit de la saillie fut laid et contrefait. Et fort sot. N'importe ! Il devait hériter de la ferme, des étables, du bétail, des terres, de toutes les terres acquises par le fermier...

Ce qui, définitivement, gonflait d'orgueil Patatin.

Le fils n'hérita point : il mourut à l'âge de douze ans, foudroyé par une leucémie aiguë qui laissa Patatin sans voix mais non sans ressources : il se consola en engrossant une nouvelle fois sa seconde femme. Mais celle-ci mourut avant même d'enfanter. D'une indigestion de cerises.

C'était en début juillet. Patatin dut finir seul la récolte des cerises à la hâte avant l'enterrement, ce qui l'irrita quelque peu, lui qui avait mis toute sa confiance dans sa femme. Pour finir, le jour des funérailles de son épouse, ayant failli se rompre les os en glissant sur la dalle humide du caveau, il se jura de ne plus jamais prendre femme.

24 - Le père Mesnier

Dans certains coins de la province profonde, on trouve depuis toujours des tribus d'âmes arriérées. Le père Mesnier est un cas. Ce personnage singulier se distingue de ses concitoyens agrestes par ses frasques mondaines, ses moeurs parisiennes, ses délicatesses d'un autre monde. Mais aussi par ses outrances de philistin. Bien qu'il n'aie jamais quitté son canton, on le prendrait pour un citadin. Ou pour un bourgeois en sabots. Ou pour un ours. Ou pour un papillon... Le père Mesnier est inclassable. Un drôle de zèbre en vérité.

Définitivement phallocrate, congénitalement efféminé, fantasque et sage, raisonnable et pervers, le père Mesnier sait rallier quiconque à sa cause, laquelle se résume en deux mots : l'ail et la Lune. Amoureux fou de l'astre noctambule et passionnément versé dans la culture des liliacées, il ne mange jamais d'ail, ne veille jamais sous les rayons de la planète blonde. Le père Mesnier, personnalité pour le moins paradoxale...

Les femmes sont un éternel sujet d'indifférence pour notre héros qui ne jure que par la Poésie ! Inculte, paresseux, gourmand, il n'a jamais ouvert aucun livre de sa vie. Ce qui ne l'empêche pas de postuler régulièrement pour une place à l'Académie Française dés qu'un immortel meurt. Ni de jouer de la lyre dans les rues de son village tôt le matin.

Le père Mesnier va à la messe le mardi, mange des crêpes banales le dimanche, imite assez bien le cri de la pie tous les jours de la semaine. Chez lui, il y a des tableaux de maîtres, des vaches, pas de cochons, des poules et des faïences choisies. Il aime chrétiennement sa femme, chèrement les arbres, piteusement l'avoine, mais n'aime pas du tout le vin chaud.

Il collectionne le vent, l'eau de pluie, les fleurs fanées et aussi les lettres de grands écrivains avec qui il correspond assidûment depuis plus de trente ans.

Si vous le rencontrez un jour au détour de son village quelque part au fin fond de la France, n'hésitez pas à lui adresser la parole et même à lui parler fort, vu qu'il est un peu dur d'oreille, mais évitez surtout de converser avec ses voisins.

Ce sont de véritables anonymes, et de la pire espèce encore : rien que de pauvres haricots verts.

25 - Un humble clocher

J'entrai dans la petite église du village. L'assemblée de pieuses était au complet. Il y avait la femme du maire et son chignon ridicule de fausse bourgeoise, la vieille fille méchante de la grand'rue, les quatre catins obèses parées de leurs dentelles du dimanche fleurant le formol, la femme du marchand de vins, fournisseur officiel de Monsieur le curé, les demoiselles pubères toutes à peu près aussi sottes et laides les unes que les autres...

Il y avait encore quelques paysannes en fichu, aussi avaricieuses que superstitieuses, les doigts crispés autour de leur chapelet usé, à moins qu'ils ne fussent hermétiquement clos jusqu'au passage de l'assistant du curé, enserrant avec une ferveur toute économique quelque inestimable piécette destinée à la quête. Et au fond de l'église, déjà à moitié ivre, le bedeau avec son air d'imbécile qui attendait benoîtement la fin de la messe pour sonner les cloches, sa plus chère mission sur cette terre, semblait-t-il...

Les fautes de goût se lisaient aisément sur ces visages plus ou moins rougeauds, à travers les toilettes démodées qui s'étalaient non sans outrance, jusque dans les airs sottement compassés de ces ouailles "poullaillères".

La vieille fille chantait comme une chèvre, couvrant de sa voix sonore et sirupeuse les autres choristes. Avec des trémolos exagérés dans la gorge, on eût dit qu'elle invoquait le dieu des caprins, comme si le salut de son âme dépendait de la ferveur de ses bêlements de femelle prétendument abstinente... Je savourais ce concert d'étable, amusé par ce chef-d'oeuvre de maladresses si chèrement encaustiquées, de crétinisme provincial si pur.

Les moeurs arriérées et ridicules de ce village parfaitement sclérosé semblaient avoir été miraculeusement préservées de toute corruption citadine. Le tableau était pitoyable et pittoresque. Cette église perdue était un régal, mais aussi un véritable laboratoire pour les railleurs de mon espèce dont le sens critique commençait à s'amoindrir soit par manque d'exercice, soit par lassitude, les provinciaux de notre époque ressemblant tous de plus en plus aux hôtes précieux de la capitale...

Je ressortis de l'église juste avant la fin de l'office, infiniment rasséréné sur la préciosité de ma personne, le prix de mon extraction, la valeur de ma particule, ainsi que sur la sottise, l'insignifiance, l'ineptie de ceux que je raillais si méchamment.

Et sur l'innocuité séculaire des cloches qui commençaient à s'ébranler derrière moi.

26 - Le tétin de la Vierge

Emile était le bedeau du village, et comme tous les bedeaux de village il était passablement demeuré, mal dégrossi, voire un peu idiot, quoique fort aimable. Toujours prêt à rendre service, il se dévouait tant qu'il le pouvait pour aider, c'est-à-dire dans la mesure de ses moyens, lesquels étaient assez limités. Il était surtout là pour sonner les cloches le dimanche à l'église. Et quand il oubliait de carillonner, ce qui pouvait arriver de temps à autre, c'est lui qui se les faisait sonner, les cloches. C'était d'ailleurs là toute l'affaire de Monsieur le curé qui n'avait pas son pareil pour tonner contre son "fichu bedeau de bon à rien" comme il disait...

Bref, la vie au village s'écoulait, banale et sans heurts pour le brave Emile.

Un jour le curé confia une tâche inhabituelle à son bedeau : il fallait épousseter les statues en plâtre de l'église. Emile se chargea donc de remplir la mission avec une imbécile ferveur, comme à son habitude. Armé de son chiffon et à l'aide d'un escabeau, il s'attaqua sans tarder aux statues naïves qui ornaient les murs décrépis de l'église. Après avoir astiqué quelques saints, il posa bientôt son escabeau devant la statue de la Sainte Vierge. Celle-ci avait le sein dénudé et l'offrait à l'Enfant Jésus dans un geste tout sulpicien. Emile ne s'était encore jamais approché d'aussi près de la Sainte Vierge en plâtre de l'église si haut perchée, pas plus que d'une femme de chair d'ailleurs.

Et pour la première fois de sa vie, un téton de femme avait troublé le bedeau, même si celui-ci n'était qu'un médiocre moulage. Il poursuivit cependant sa besogne en commençant par le haut de la statue.

Mais une fois le visage de la Sainte Vierge dûment, longuement, religieusement nettoyé comme pour retarder quelque honteuse échéance, le chiffon d'Emile arriva inévitablement à hauteur du sein en question, ce tétin qu'il redoutait tant. Il hésitait devant le petit dôme de plâtre... Puis, gauchement il passa son chiffon sur le sein nu de la Vierge. A ce moment précis un phénomène inédit eut lieu dans la tête bornée et fruste du bedeau, un phénomène qui était pour lui un événement d'une immense envergure : il faisait cela comme on caresse pour la première fois une femme, comme on étreint avec émotion cette source intarissable d'ivresses qu'est le flanc nourricier de l'aimée...

Une tempête de passions se leva dans le coeur candide du rustaud.

Il tremblait en caressant de son chiffon le sein de la Vierge en plâtre. C'était à la fois touchant et pathétique, attendrissant et navrant, émouvant et pitoyable, insolite et criant de détresse...

Cette statue de plâtre était devenue l'exclusive source d'émoi de son coeur puceau. De la femme, Emile ne connaissait pour ainsi dire que la Sainte Vierge de l'église, sa seule référence. Piètre science amoureuse acquise à bout de chiffon au cours d'une mission ménagère...

Dans les jours qui suivirent cette "expérience amoureuse", l'émotion d'Emile pour la statue de plâtre ne s'amoindrit pas, au contraire. Il allait voir chaque jour sa "fiancée" comme il disait, sa "vraie fiancée" qui l'aimait parce qu'elle ne le repoussait pas du haut de son perchoir et avec laquelle il entretenait un commerce aussi platonique que misérable.

Comme on le voit, le coeur humain est admirable, ou parfaitement indigent, qui a de temps à autre ses héros. Ou ses martyrs...

Dix ans, vingt ans passèrent. Au village Emile le bedeau sonnait toujours les cloches de l'église le dimanche. Un peu plus vieux, un peu moins vaillant à la tâche mais toujours aussi épris de sa statue. Les gens du village qui ne savaient rien de cette singulière, affligeante, désolante histoire d'amour entre cet humain infirme et la statue, depuis vingt ans qu'ils entendaient Emile leur répéter qu'il avait une fiancée, lui répondaient parfois par quelques propos salaces avec des airs goguenards. Par exemple :

- Alors l'Emile, quand c'est-y que tu vas la foutre en cloque ta sacrée fumelle d'fiancée ?

Et lui de répondre invariablement, naïvement, avec toute la pureté de son âme simple, de son esprit débile, de son coeur ignorant la malice :

- C'est ma fiancée que je vous dis, je va pas la mettre enceinte, j'y suis point encore marié avec. C'est ma vraie fiancée que ça fait vingt ans que je l'aime. Elle aussi elle m'aime, même si elle cause guère. Moi je sais que c'est ma fiancée, ma vraie fiancée... Ma fiancée qu'est dans l'église...

27 - Hauteur de vue

A Albert, petite ville de la Somme, est sise une basilique. Une Vierge dorée, entrée dans l'Histoire lors de la Grande Guerre, domine l'édifice. Pour les albertains, braves gens du nord, la séculaire dorure est devenue invisible.

Moi j'y vois mille feux, une auréole, une perle d'or au-dessus la cité. J'aime à lever les yeux au ciel, à la rencontre de l'hôte des nues.

Mon regard embrasse ciel et cime, et face à cet horizon vertigineux je chancelle avec délices, isolé du monde. La flèche mariale de la basilique me désigne des espaces intérieurs sans borne. Enivré d'or et d'azur, j'accède à des hauteurs de conscience inédites.

J'oublie la terre, et pars vers l'Empyrée, saluant oiseaux, astres, désincarnés. Des ailes m'emportent, des anges me parlent, des passants m'observent... Je redescends de mes sommets, le regard à hauteur humaine pour adresser quelque parole à mes frères albertains.

Je leur parle de la pluie, du beau temps. Ils sont contents. Je leur parle de l'état du ciel, de l'état de leurs finances, de l'état de leur voiture. Mais surtout pas de la Vierge dorée. Ils me comprennent, acquiescent, me donnent raison.

Enfin je les laisse au pied de la basilique, songeurs, hilares ou bien placides. Dans leur tête, des rouages de mécanique d'automobile, des inquiétudes météorologiques, des espérances bancaires.

Et je poursuis mon vol, plein de pitié pour mes semblables albertains, l'âme plus légère que jamais, le pas comme une aile, le coeur libéré des dernières pesanteurs terrestres.

28 - Vue d'esthète

Par un dimanche triste, pluvieux, je suis entré dans l'église d'un village perdu du fin fond de la campagne mayennaise afin d’assister à la messe. L’église était pleine de bonnes gens du pays : casquettes rondes et tailleurs démodés de rigueur. Ca sentait la cire, la vieille province et le désuet.

J’observais avec attention cette société de dévots endimanchés. Chose étonnante, parmi cette assistance grisonnante il y avait quelques jeunes filles à la mise moderne, colorée. Elles n’avaient pas vingt ans. Certaines étaient laides, d’autres charmantes. Je scrutais discrètement ces enfants de choeur en fleur. D’abord les rosières sans grâce, puis les jolies oies blanches. Sur ces dernières je m’attardais charitablement.

Le contraste était saisissant entre ces dos courbés, ces nuques ridées, ces faces rougeaudes d’hommes et de femmes de la terre mayennaise, et ces créatures juvéniles aux mines délicates, aux galbes olympiens, aux gorges parisiennes. Je me perdais dans la contemplation de ces chairs esthétiques, de ces traits aériens, de ces toilettes recherchées...

Les ouailles entonnèrent un chant, guidées par un orgue solennel. L’instrument en question, mi-orgue, mi-harmonium pour être honnête, semblait issu d’un XIXème siècle des plus rustiques. Les premières notes s’élevèrent... Le pire était à redouter.

Le chant n’était point grossier.

Surpris, je l’écoutai avec une sincère attention. L’on aurait pu s’attendre à quelque pesante, grasse, champêtre interprétation... La chorale était d’une étonnante qualité. Et le choix de l'oeuvre d'un goût sûr.

Tout à l'écoute du chant de messe, je ne quittais pas des yeux les gracieuses pucelles, leur prêtant une attention grandissante au fur et à mesure que s’élevait le choeur. En esthète averti j’associais les émois, combinais les ravissements, mêlais les ivresses : j’étais enchanté par la vue de ces demoiselles parées de la Grâce, et dans le même temps transporté par l'hymne. Aux anges, corps et âme. Mon regard obliquait parfois vers la voûte aux peintures naïves, puis revenait vers ces vestales mayennaise propres à inspirer d’authentiques vocations parnassiennes.

Cette fois le chant qui résonnait sous la voûte à la fresque écaillée était de toute beauté.

C’était inattendu d’entendre ça dans cette église du fin fond de la Mayenne, déconcertant de s'apercevoir qu'un tel joyau pût naître de ces gorges agrestes, insolite de découvrir tant d'art chez ces éleveurs de bétail. Etonnant mais indéniable : le chant était splendide. Moment de grâce dans une semaine d’étables, de bistrots miteux et de cours de fermes aux odeurs de fumier.

Pris sous le pieux sortilège des choristes, j'accédais à une autre dimension du monde, biblique. Tout était magnifié à travers le prisme de mon regard. Mon regard qui devenait insensiblement, progressivement comme le regard originel, le regard d’Adam et Eve d’avant le péché, ce regard vierge de préjugé, innocent, libre, ignorant des mondanités, du mal comme de la laideur...

Sous l’effet de l’Art, l’esthète que je suis voyait la beauté partout où son regard se posait. Et mon regard avait fini par se poser indistinctement sur les élues de la Beauté comme sur les créatures franchement ingrates.

Cependant, conquis par tant de causes diverses mais encore conditionné par d’académiques préjugés culturels, je préférais me concentrer sur les visages les plus flatteurs. Je contemplai ainsi quelque jeune et vierge soeur d’Aphrodite, irrésistiblement emporté par l’aile d’Euterpe ou de je ne sais quel messager céleste missionné pour sauver mon âme impie.

Le chant redoubla d’ardeur.

Et à ce moment précis les faces bovines s'affinèrent, des traits linéaux apparurent sur les visages : et je voyais des poètes à la place des paysans... Et je voyais des anges à la place des jeunes filles, qu'elles fussent belles ou laides...

J'ai craint que le charme ne se rompe aussitôt le chant fini, aussi ai-je quitté l'église bien avant la fin de l'office.

29 - Le silence est d'or

Alphonse aimait la Berthe en secret. Depuis vingt ans qu'il avait été engagé à la ferme, il courtisait toujours aussi timidement la fille du patron. Il lui jetait des regards furtifs à table, lui adressait de manière anodine des mots codés sensés être doux qu'elle recevait avec placidité. Vingt ans que ça durait ! La Berthe était devenue énorme, rougeaude, repoussante, mais Alphonse avait conservé intact son émoi originel.

Il n'avait d'yeux que pour celle qui lui avait souri une fois, une seule fois, lors de son premier jour passé à la ferme. Pure courtoisie de la part de la fille de son employeur ou véritable aveu d'amour, comment savoir ? Il y avait vingt ans déjà... Quoi qu'il en fût, il avait pris ce sourire avec toute la tragique candeur de son coeur de rustre. Une timidité viscérale le tenait toutefois à distance exagérée de l'être cher. Alphonse avait une âme d'authentique vieux garçon.

En vingt ans la belle était devenue un monstre. Mais le niais était demeuré niais. Heureux homme trompé par le temps, façonné par des moeurs arcadiennes qui ne voyait ni le mal ni la laideur, berger au coeur pur qui ne faisait pas de différence entre la chevrette et la barrique à fromages pourvu que les deux exhalassent le doux parfum de l'oubli... Alphonse s'était sclérosé dans ses habitudes amoureuses. A cinquante ans il espérait encore avoir des enfants de cette femelle encore vierge mais ménopausée qui apparemment n'avait vécu que pour faire tourner la ferme de ses vieux parents. Sa raison d'être à elle semblait se résumait à cette ferme.

Alphonse continuait ses tendres allusions à l'adresse de l'aimée qui en vingt ans n'y avait vu que du feu. Vingt ans à lui faire une cour aussi discrète qu'inexistante entre le sillon et l'étable ! Vingt ans d'un espoir fou accroché à la charrue, d'un fardeau d'amour traîné patiemment à la force du poing... En effet, Alphonse était resté travailler dans cette ferme uniquement pour gagner la main de la Berthe qui lui avait souri le premier jour, alors qu'au départ il ne devait faire qu'une saison avant de rentrer chez ses parents embrasser une carrière de marchand de bestiaux.

Dix années encore s'étaient écoulées. Un jour de grande chaleur, dans un moment d'intimité impromptue (événement rarissime en trente ans de "vie commune" à la ferme), alors qu'ils étaient seuls aux champs, le coeur serré, n'y tenant plus, s'adressant au mastodonte Alphonse finit par lui avouer :

- "La Berthe, si je suis resté à la ferme depuis trente ans, c'est pour toi. Pour toi la Berthe ! T'entends dis ? C'est par amour pour toi. J'ai jamais osé te le dire en trente ans mais aujourd'hui je crois que c'est le moment. Tu m'avais souri le premier jour, tu te rappelles ? Tu m'avais souris ce jour-là et depuis ça n'est jamais sorti de mon coeur. C'est pour ça que je suis resté, pour hériter de ta main la Berthe. Tu te rappelles dis, quand tu m'avais souri ce jour-là ? Tu m'aimais donc la Berthe ? "

- "Alphonse, lui répondit Berthe, je t'ai aimé dès le premier jour c'est vrai. Mais comme tu n'as jamais semblé faire attention à moi j'ai pris pour de l'indifférence ta froideur. Ca m'a tuée en dedans de moi. Je me suis désespérée sans jamais rien laisser paraître de ma peine. Je me suis mise à manger pour mieux oublier, et bien sûr toi tu semblais faire encore moins attention à moi. Je pensais que ça t'était complètement indifférent que je devienne une coche. Toujours aussi impassible, tu travaillais à mes côtés. Et maintenant tu dis que tu m'aimais... Mais pourquoi ne m'as-tu pas dit ça les premiers jours Alphonse ? Ca nous aurait économisé une vie !"

- " La Berthe, je vais te dire... Maintenant que tu m'as ouvert les yeux, je me rends compte d'une chose... C'est vrai, tu es très vite devenue grosse et grasse comme une coche tout de suite après que je t'ai connue. Moi je ne voyais que ton sourire du premier jour, tu comprends ? Pendant trente ans je vivais avec ton sourire d'avant. Mais maintenant que tu m'as dit tout ça, la Berthe, je crois qu'à partir d'aujourd'hui.. Je ne t'aime plus du tout."

30 - Réveillon de pingres

Les Bûchebois ont bouleversé leur quiétude, cette année ils fêteront Noël ! Comme chez les jeunes : avec de la chandelle et du gras.

A ceci prés que chez ce couple de vieillards la moindre dépense est sujette à d'interminables discussions. Deux vieux avares incurables et butés aux moeurs anachroniques s'apprêtent à festoyer dans leur chaumière à l'approche de Noël. Un couple de demi fous en guenilles ne vivant que par procuration, à la vérité...

Il fut d'abord décidé qu'ils passeraient le réveillon sans feu, car selon eux ça ne valait pas la peine de chauffer la pièce pour l'occasion alors que tous les jours de l'hiver ils résistaient fort bien au froid. L'esprit d'économie a ceci de vrai et d'avantageux, c'est qu'il endurcit les corps.

- Pas besoin de feu ! C'est déjà ça de gagné, hein la mère ?

- C'est ben vrai l'pé', c'est toujours ça de gagné d'éconôôômie... Ca fera une bonne année de commencée. Faut pas déjà pousser les dépenses alors qu'on n'a même pas commencé l'an !

Ensuite tous deux se mirent d'accord pour manger de manière raisonnable. Pas la peine de se rendre malade avec de bonnes choses chères et de devoir aller quérir le docteur le lendemain. C'est qu'il ne travaille pas gratis le bougre !

- A-t-y des patates douces la mère ?

- J'en avions l'pé'.

- Ben ça suffira bien assez tout comme pour les jours ordinaires ! Pis y'a quoi à boire ?

- Y a d'lieau à boi' dans la cruche l'pé' !

- Va pour l'ieau d'la cruche ! L'vinasse du ciel elle fait l'affaire tout comme le vin, sauf qu'elle est pas à trente sous la bouteille elle au moins ! Pis elle coule pareil dans la gorge tout comme le vin, pas vrai la mère ?

- Ca je vais pas te dire le contraire l'pé'... L'ieau et le vin c'est du pareil au même vu que les deux y abreuvent aussi bien. Y 'a juste qu'une différence, c'est une différence de prix. Allez, on va pas se tracasser la tête l'pé ! Y'a de la bonne ieau qui fera l'affaire du pareil au même.

La nuit de Noël enfin arrivée, les deux avares firent un festin de pommes-de-terre à l'eau. Sans beurre. Dernier compromis qu'ils s'autorisèrent au dernier moment, quand les patates furent chaudes... Le couple d'ascètes ne put en effet se résoudre à ajouter le beurre. Les vieillards sentaient bien l'un comme l'autre que ça leur faisait mutuellement trop mal au coeur de gaspiller ainsi le beurre. " Le gras c'est pour les jeunes et non pour les vieux ! ", décrétèrent-ils de manière parfaitement arbitraire mais non moins définitive... Ce soir-là ils ne changèrent finalement rien à leurs vieilles habitudes. C'est qu'on ne bouscule pas aussi facilement soixante-dix-huit ans de réflexes institués en véritable religion ! Obstinément attachés à leurs valeurs, les Bûchebois ripaillèrent surtout en imagination ce soir-là. La chandelle qu'ils allumèrent à cette occasion ne brûla qu'une demi minute symbolique. Juste pour marquer le coup.

- C'est-y pas malheureux tout de même de voir qu'y a des gens qui brûlent jusqu'au bout de la bonne chandelle, hein l'pé !

- Que veux-tu qu'on y fasse la mère ? Allez, c'est assez brûlé, éteint donc ta flamme ça va faire une minute...

- T'en fais pas, ça aura pas fait une minute. J'ai compté, elle aura brûlé trente-trois seconde l'pé. Trente-trois seconde, ça va. C'est honnête.

- Oui ça va trente-trois secondes... Ca fait pas même pas une minute. On peut bien se permettre trente-trois secondes de chandelle, c'est pour la Noël. C'est pas tous les jours Noël quand même !

- Ha ! M'en parle pas l'pé ! Tous les jours la Noël, putôt crever oui ! Tu te rends comptes l'pé ? Ca serait pas vivab' ! Tous les jours à faire la fête à la chandelle, ha non alors ! Pas pour moi ! Tiens je préfère encore rester pauvre jusqu'à ma mort à l'idée de devoir dépenser comme c'est pas permis tous les jours de l'année !

Il discutèrent ainsi une longue partie de la soirée à propos de chandelle. Et d'autres choses insignifiantes. Ils se permirent tout de même une petite fantaisie qui égaya leur soirée : ils burent leur eau de pluie habituelle jusqu'à satiété. Pour ne pas à avoir à regretter de n'avoir pas bu de vin.

Ils burent, burent, burent, sordides et mesquins jusqu'à la dernière goutte.

A la fin de la soirée ils se jurèrent de ne jamais plus recommencer une expérience aussi éprouvante. A force de n'être jamais mangé, leur beurre devint rance quelque jours après ce réveillon mémorable.

Ils le mangèrent quand même, le trouvant fort bon, regrettant seulement de ne pas pouvoir attendre encore plus longtemps avant de le faire disparaître dans leur maigre estomac.

31 - Un abruti fini

Le père Eugène est un ancien combattant des tranchées de la "14". Quand il raconte ses souvenirs de guerre, il à la larme à l'oeil. A force de rire.

Il s'esclaffe en racontant ses anecdotes triviales de bidasses, inconscient des horreurs vécues dans la boue de Verdun. Il narre, joyeux, sa folle jeunesse sous les obus, le pinard des tranchées, le Boche qu'on tirait comme un lapin en faisant des paris avec les copains, intarissable sur ses coups pendables, se vante de ses succès en permission, prétend qu'il paradait fièrement au bras des filles, exagère ses faits d'armes, se souvient avec tendresse des chants paillards précédant les assauts, se remémore, hilare, les champs de bataille quand il fonçait sur l'ennemi, toujours rond...

Il avale sec sa gnôle le père Eugène, trinquant à ses souvenirs, l'air nostalgique :

- " Ha ! C'était quelque chose les tranchées mon gars ! Ca y allait. Pis ça pétait de tous les côtés ! Y sortait du Boche de partout. Ca mitraillait dur. On avait la trouille, mais que ce qu'on rigolait mon gars ! Fallait nous voir courir comme des lièvres... Ha ! Dans ce temps là j'avais des pattes pour la course, c'est pas comme maintenant. Tu penses bien, à cent-un an... C'est pus comme avant, hein ? Fallait le faire quand même, quand on y pense... Ha ! Ca y allait dans les tranchées ! "

Toute sa vie durant, et ce depuis bien avant qu'il soit envoyé dans les tranchées, le père Eugène a tiré sa substance vitale des mamelles de Bacchus. Habité par le dieu Gnôle du matin au soir, analphabète, inculte, ignare, le père Eugène passe cependant pour un héros sous prétexte qu'il a connu les tranchées. Pion de base imbibé en permanence de mauvais vin, Eugène aurait tout fait pendant sa jeunesse pourvu qu'on le lui ordonnât, pourvu qu'on le ravitaillât en pinard républicain : casser du Boche, envahir l'Espagne, coloniser les Nègres, conquérir le monde, pour lui aucune différence. Bien rigoler entre bidasses, voilà l'essentiel.

Il est jovial le père Eugène. Tout le monde l'aime bien.

Il faut quand même reconnaître qu'à cent-un an, cet ivrogne d'Eugène est un parfait, définitif, irréductible abruti.

32 - Les ordures du village

Nul n'appréciait l'étranger. Il avait une tête pas de chez nous, des regards de travers, des idées peu catholiques. Il habitait l'impasse, ne mangeait pas comme les autres, s'habillait comme un diable, priait un dieu lointain. Nous le toisions du regard. Fier, il ne baissait pas les yeux... Insupportable !

Il n'était pas chez lui et il osait. Chez nous, il osait... Il fallait agir.

L'intimidation n'ayant rien donné, certains -plus téméraires que d'autres- employèrent la force. Mais l'étranger avait de la pogne et en usa, laissant les assaillants meurtris dans leur honneur. Nous devions venger l'affront. Les humiliés attendirent une occasion. Une nuit ils essayèrent de le prendre par derrière. A plusieurs, c'était quand même plus prudent pensèrent-ils... Mais l'ennemi avait le dos solide. Et puis il était vif, un vrai serpent. Les nôtres essuyèrent un second revers. Plus cuisant que le précédent. Des enfants du pays, battus, rabaissés par ce métèque, cet intrus, ce criminel ! C'était le village entier qu'on humiliait. On était chez nous, et lui là, il osait...

Nous décidâmes d'en finir : le feu prit chez lui par une nuit sans lune ni témoin. Mais le vent se leva, et les flammes épargnant subitement le foyer du coupable allèrent lécher puis embraser la maison voisine, là où vivaient la veuve et ses trois enfants. Il les sauva du péril. La veuve qui s'était montrée la plus haineuse à son égard n'osa plus le regarder en face. Lui gardait la tête haute. Insupportable ! Nous tentâmes alors de l'accuser d'avoir mis le feu chez la veuve en espérant pouvoir enfin se débarrasser de lui... Les gendarmes l'emportèrent finalement.

Au soulagement de tous, le condamné finit sur l'échafaud.

Nous n'aimions pas l'étranger.

33 - La porteuse de cierge

Elle était si fière de porter le gros cierge ! Le seul honneur qui fût à sa portée. Son rêve de célibataire provinciale se réalisait tous les dimanches. En tête de procession, elle se sentait pousser des ailes. Ha ! Il fallait la voir parader dans la petite église de son village, la tête haute, le talon bas, solennelle et ridicule...

Dans sa cervelle étriquée de vieille fille, elle ne réalisait pas encore que ce cierge qu'elle hissait si haut dans son estime, étreignait si fort entre ses doigts, arborait avec femelle vanité devant les autres fidèles trahissait en fait ses désirs les plus chers, qui étaient aussi les moins avouables...

Le curé accoutumé aux fièvres suspectes de ses ouailles avait plus que les autres conscience que la processionnaire, à travers l'objet pieux, rendait confusément hommage à quelque vaillante virilité... Ce cierge, elle le pressait comiquement contre sa poitrine, le baisait sans pudeur, l'exhibait tel un sceptre magique.

Elle processionnait ainsi dans l'église chaque dimanche au son de l'harmonium, s'imaginant affermir sa réputation d'abstinente. Mais qui était encore dupe ?

La flamme du flambeau montant vers le ciel désignait tacitement son hymen clos : la prude montrait trop bien ce qu'elle voulait cacher, le masque de sa dévotion ayant pris définitivement les traits du vice. Elle était bien la seule à ignorer que l'éclair de son cierge ne symbolisait rien d'autre que le feu de sa chair inassouvie... Cécité de bigote.

Ainsi elle se donnait en spectacle à la messe devant les notables amusés, la misère de sa condition la rendant décidément sotte. L'image de piété qu'elle pensait transmettre le dimanche à l'assemblée se transformait à son insu en aveu éhonté : ses prières publiques étaient tout à la gloire de ses obsessions phalliques.

34 - Une vie sans histoire

Je suis un modeste comptable sans histoire : calvitie naissante, gentille bedaine, lunettes sages, costume sombre. Classique.

On me dit terne. Triste, voire sinistre ajoutent les mauvaises langues... Il est vrai que je vis seul, ne sors jamais, ne me chauffe pas par souci d'économie. Et alors ? Au moins je ne "fais pas la vie", moi ! Mon existence est rythmée simplement par les jours qui passent, tous semblables. J'ai des manies de petit retraité : vérifier que ma porte est bien fermée le soir en rentrant du travail, regarder l'heure après mon bol de tilleul, aligner mes pantoufles le long du lit avant d'aller me coucher. Plutôt rassurant, non ?

Nulle passion n'agite inutilement mon coeur. Le médecin a dit qu'il fallait me ménager : j'ai un peu d'embonpoint, ne faisant pas de sport. Mais avec l'âge que j'ai, hein... La cinquantaine tranquille. Dans la vie je ne fais pas de vagues. J'ai des habitudes assez ordinaires : me lever le matin, remplir des formulaires le jour au bureau, rentrer chez moi le soir, me coucher, me lever le matin suivant...

Mes idées politiques sont claires : il faut vivre avec son temps et ne pas s'opposer à la marche des choses, ça ne sert à rien. Mais surtout moi je dis qu'il vaut mieux être bien avec tout le monde. A quoi ça sert de se brouiller avec les gens qui nous entourent ? J'ai les idées de mes voisins et je vote donc comme la majorité. Ne pas faire de vagues, c'est ma devise.

Je suis croyant dans le Bon Dieu. Enfin s'il existe, hein... Moi je ne sais pas, je ne l'ai jamais vu. Sinon je ne suis pas contre le fait qu'il existe. Ca serait même bien pour moi, vu que je suis croyant. J'aime les femmes aussi, même si je ne me suis jamais marié. La vie de ce côté-là n'a pas voulu de moi. Quand j'étais jeune on disait que j'étais empoté avec les filles... Je sais pas, je ne les ai jamais abordées à cette époque. J'avais trop peur de faire des vagues.

Après une jeunesse de reposante solitude, j'ai invité ma première et seule conquête féminine au bar-tabac de ma rue. J'avais dans les quarante ans. C'était une employée de l'usine sise juste en face de chez moi. En partant à mon travail je la voyais arriver au sien. On se croisait presque tous les matins pour ainsi dire. J'ai mis ma cravate du dimanche et lui ai offert un café. En payant le cafetier, j'en ai profité pour me débarrasser de toutes mes petites pièces qui me restaient dans le fond de mes poches. Histoire de faire le malin devant la belle. Les femmes aiment les boute-en-train.

Comme je n'avais pas assez, je lui ai demandé de mettre au bout. J'ai récupéré les sucres qui n'avaient pas été consommés aussi : j'ai voulu montrer à ma future femme combien j'étais économe, avisé, sûr de mon droit. J'avais payé le café avec les morceaux de sucre servis en même temps, plus la TVA. Il était normal que j'emportasse les sucres restants... C'est le genre de détail qui pouvait jouer favorablement dans mon entreprise de séduction, pensais-je. Les femmes aiment les hommes forts.

Elle gagnait assez bien sa vie, vu qu'elle travaillait à un poste de sous-chef dans la chaîne d'assemblages de l'usine (qui fabriquait des appareils ménagers). J'avais des vues sur elle depuis un mois : elle était stable, ponctuelle au travail, propre sur elle, avait un air sérieux, une vie apparemment bien réglée. Une fille modeste avec des goûts simples, bonne couturière, honnête et pas dépensière. L'épouse idéale.

Je me voyais déjà filer le parfait bonheur conjugal avec elle : promenades vespérales du samedi dans la grande rue et pot-au-feu du dimanche. L'usine où elle travaillait étant juste en face de chez moi, je pensais que ce dernier argument aurait fini par la convaincre. Elle s'est finalement mariée avec un employé de la chaîne de montages de la même usine, sous-chef lui aussi. Depuis j'éprouve une certaine rancoeur envers les sous-chefs des chaînes de montages.

Mais bon je n'ai pas à me plaindre. J'ai une vie paisible, rangée, sans histoire. Tout comme j'ai toujours rêvé. Alors c'est pas à cinquante ans passés que je vais commencer à faire des histoires, hein ?

35 - L'effet cloches

Je passai près de l'église au moment où s'ébranlaient les cloches : j'assistai au concert, charmé par le chant de l'airain.

Je ne m'étais jamais rendu compte jusqu'à ce jour qu'une volée de cloches pût être si exquise... Au son du bourdon, des souvenirs surgirent, des images survinrent.

Grâce, puissance, majesté émanaient du métal. Peu à peu le carillonnement devint assourdissant. Une ivresse inconnue me gagna : je me sentais emporté par les clameurs argentines du clocher.

A cet instant je compris que les cloches au contact de l'homme avaient hérité d'une âme. Elles apparaissaient vivantes à son coeur enclin à leur attribuer chaleur, éclat, souffle. Ainsi la matière la plus dure pouvait lui inspirer les plus doux émois pourvu qu'elle fût travaillée avec art, patience, amour.

C'est alors que je vis sortir de l'église une longue créature ingrate, sorte de chèvre acariâtre au pas pressé, au regard hargneux. Chignon strict et silhouette étriquée caractéristiques... Je devinais à son aspect chagrin qu'elle était chantre de messe. Une méchante fille que l'habitude des cloches avait rendu sourde aux plaisirs de la chair, aux tendresses de l'amour.

Je compris autre chose : les vieilles filles au contact des cloches héritaient quant à elles d'une chasteté de fer. L'hymne du clocher faisait briller les beaux esprits, emplissait de joie les âmes généreuses, faisait battre les coeurs de braise.

Et rendait encore plus rigides les hymens clos.

36 - Les yeux clairs

Lorsque j'étais enfant il y avait dans mon village un vieil homme qui passait à vélo. On l'appelait "Saint-Denis". J'ignore si c'était là son véritable nom ou un simple sobriquet. Il vivait dans une vague cabane dans le village d'à côté. Dans une espèce de lieu informel, mi-terrain vague, mi-sous-bois, non loin du centre de son village. Une situation à la limite de la légalité. Ce "Saint-Denis" doit être mort depuis longtemps, maintenant.

Je portais sur cet homme mon regard puéril, et voyais en lui une sorte d'aimable vagabond aux allures d'étoile filante, juché sur son antique vélo et qui passait dans la rue, laissant sur son sillage un parfum mystérieux et exotique. Mon imagination impubère s'emportait et je me laissais vite séduire par ce vieux fou. Je le croyais prince de quelque royaume fantastique, sorcier magnifique ou compagnon de lutins. Je l'interrogeais, émerveillé par ses histoires de loups dans la nuit, de hérissons, de hiboux, par ses anecdotes pittoresques, ses aventures avec son vélo sur les petites routes de campagne... Cet homme fut un des rêves ayant nourri mon imaginaire infantile.

Puis je grandis. Alors mon regard sur les choses de ce monde changea. Le merveilleux personnage que je m'étais figuré était devenu un pauvre type analphabète, inculte, sans conversation, aux allures douteuses et ne s'intéressant qu'aux bistrots. Ce "Saint-Denis" n'était pour moi plus qu'un vieux garçon minable et sans intérêt qui vivait dans une cabane sordide.

Le jour où je pris conscience de cela, ce jour-là je devins adulte.

Mais le jour où je pris conscience, bien plus tard, que mon regard avait à ce point changé, ce jour-là je décidai de redevenir enfant. Et je ne voulus plus jamais être adulte.

37 - Une bière blonde

C'était un dimanche monotone. Dans la basilique la messe venait de finir. Le ciel était gris, les cloches sonnaient à toute volée pendant que les fidèles s'éparpillaient.

Imbécilement, les hommes ne disaient rien. Pieusement, les femmes se taisaient. Les passants étaient muets et les cloches redoublaient de fureur. Le rond-point plongé dans la torpeur n'était traversé que par quelque silhouette insignifiante. Le monument aux morts s'ennuyait à mourir sur la place désertée. Dans la rue les yeux étaient vides, dans les bars les verres étaient pleins.

Bref, les hommes passaient humblement le temps dans cette petite ville de province sans histoire. Avec ce regard méditatif et mélancolique propre aux âmes rêveuses, je m'attardais sur les choses les plus banales et les êtres les plus modestes qui entraient en scène sous mes yeux. Ce spectacle morne et dérisoire m'inspirait une nostalgie sans objet. Mon spleen était un délice, je le savourais en esthète.

Je voyais tout cela à travers la vitre du bar qui donnait sur la basilique. Plus précisément, je voyais tout cela à travers les vapeurs de la bière qui me montaient à la tête et qui me rendaient encore plus contemplatif qu'à l'accoutumée... Et le monde soudain dansait au-dessus de ma tête, et des fantômes joyeux tournaient autour de moi dans le fracas agréable des cloches... A mes pieds traînaient quelques vieux mégots écrasés. Tandis que dehors le concert d'airain berçait mon ivresse, à travers la vitre du bar je levai les yeux vers le sommet de la basilique où trônait la statue de la Vierge recouverte d'or.

Les vapeurs de la bière continuaient à m'enivrer progressivement. L'éther montant en moi, je vis les premiers sourires apparaître sur les visages. Les assoiffés accoudés au bar, tous marqués à divers degrés par des moeurs éthyliques héréditaires, étaient devenus mes frères de perdition. Je détournai cependant assez vite le regard de cette assemblée de nez pourpres et de casquettes épaisses.

A présent le son des cloches de la basilique s'espaçait tout en diminuant graduellement d'intensité. Bientôt un silence mortel régna dans la rue ainsi que dans le bar. En effet, les buveurs n'ayant brusquement plus rien à se dire, ils se turent stupidement. Mais leur silence me parut plein de discernement, de pénétration, de profondeur. Je levai une fois encore les yeux vers la statue mariale et en ressentis un délicieux vertige. Le démon de la bière m'emportait toujours plus haut sur ses ailes ambrées... Je n'étais plus seul. En moi un feu du diable brûlait, j'étais aux anges.

Tout autour de moi était devenu statique. Il ne se passait rien dans le bar, rien dans la rue, rien dans les têtes ni dans les coeurs. C'était la province un dimanche, ça respirait l'ennui, le petit blanc sec et la léthargie, et les gens n'avaient rien à faire. Tout n'était que mollesse et temps qui passe, monotonie et repli sur soi. Mais dans ma tête se concertaient avec finesse et éclat Bacchus et la Vierge dorée : un instant de grâce dans un monde de parfaits abrutis.

La ville était morte et s'appelait Albert.

38 - Debout les villageois !

Il a plu des obus certains jours autour de Warloy-Baillon. Aujourd'hui on s'ennuie à mourir dans cette petite cité. Pourtant la « soporifique couveuse » est riche de sites et d'événements. En effet, Warloy est entouré d'authentiques Blockhaus, de champs encore « minés, plombés », de quelques jolis bois et surtout de riants chemins de craie. Mais rien n'y fait. Plongé dans sa progressive torpeur, sa coutumière grisaille et ses provinciales habitudes, le village se meurt.

Le sifflement des obus est bien loin aujourd'hui. Les trépassés se reposent. Les survivants de la « 14 » sont partis. Il n'y a plus rien à dire à présent, puisque plus personne ne raconte, puisque les habitants de Warloy ne causent plus qu'avec leur télévision le soir, puisque le village est mort d'être éternel village.

A Warloy-Baillon aucun train ne passe, nul oiseau venu d'ailleurs ne vient se poser, rien ne vient distraire la morosité ambiante. Warloy-Baillon est une terre sans plus d'histoires. Dans cette modeste paroisse comme dans tant d'autres en cette fin de siècle, les vivants semblent dormir sous les toits d'ardoise d'un même sommeil que les morts du cimetière dans leur lit de marbre. Et à présent on ne voit plus que des fantômes dans les rues de Warloy-Baillon. Plus rien ne peut réveiller ses habitants.

L'ennemi n'est plus le traditionnel Allemand de la « 14 », mais le silence et la boue. On baille ferme à Warloy-Baillon.

Warloy s'enfonce, s'enlise, se fige : il ne s'y passe pas grand-chose. Les cloches de l'antique église semblent sonner les heures pour rien, pour personne : tout demeure pétrifié au son clair de l'airain. Hommes et bêtes. Même les anges s'ennuient là-bas, et le dimanche à l'heure de la messe l'église est désertée.

La commune est une tombe. Muette. Grise. Pesante. Mortelle.

Bienvenue à « Terminus-City » !

39 - Un retraité actif

Le père Eugène est un membre assidu du club des Aînés Ruraux de son village. Quatre-vingt-trois ans et une sénilité parfaitement assumée ! Le dimanche en compagnie de ses pairs, il faut le voir jouer aux cartes, et puis l'entendre chanter, ça n'est pas rien ! Un vrai boute-en-train le père Eugène... Avec son mégot éteint perpétuellement pendu à sa lèvre molle, son éternel béret vissé sur le front et sa démarche chancelante, il a bien l'air de ce qu'il est : un vieil abruti alcoolique.

Avec ses passions débiles, ses occupations ineptes et ses amours insignifiantes, le père Eugène symbolise à lui seul tous les bas-fonds des hospices de province. Une vie entière passée à boire, fumer, parler voitures, tondre son gazon le dimanche pour finir comme un détritus passant son temps à faire des parties de cartes avec d'autres "seniors" de son rang !

Rassurons-nous toutefois car le père Eugène a toujours été à l'abri de sa propre inanité derrière ses mégots. Ignorant la misère de sa condition, il vous postillonne chaleureusement à la face en racontant ses histoires sans intérêt, hilare. Sur le sort de son chien, il est intarissable. Sur la météorologie il est capable de débiter en une heure autant d'âneries qu'un plombier sur la philosophie kantienne en une vie entière ! Après ses interminables parties de cartes, en général il n'a plus rien à dire du tout : il cuve.

Il s'imagine toujours capable d'honorer les caissières de supermarchés le père Eugène ! Mieux encore : il aime dire "Hôtesses de caisses", ça lui plaît à l'Eugène. Ca lui donne l'impression de faire moderne. Notons qu'il est parfaitement conditionné par les émissions de TF1. Un spectateur modèle, irréprochable ! Il sait parler comme les jeunes le père Eugène. Il dit "Hôtesses de caisse" pour ajouter une touche de noblesse à ses mots d'amour...

Pitoyable du haut de son béret jusqu'au fond de ses charentaises... Longue vie dans le club des Aînés Ruraux Eugène !

40 - Jésus de Vire

Elle partit de Vire comme une andouille pour se rendre à Lourdes en quête de miracle. Ce dernier eut lieu : elle dépensa une petite fortune en objets de dévotion qu'elle se mit à chérir imbécilement, elle qui d'ordinaire était si avaricieuse.

De retour à Vire la sotte femme prit un amant de passage. Celui-ci l'engrossa en le faisant exprès, puis la quitta par inadvertance. Elle enfanta d'un mâle qui fut baptisé "Jésus".

Jésus grandit à Vire entre vierges en plastiques remplies d'eau de Lourdes et mère peu dévouée. Il devint sonneur de cloches à l'abri du besoin. Monsieur le curé -homme fier, austère, injuste, violemment antistatique- en fit un parfait paillard, alors qu'il prônait avec ardeur l'abstinence lors de ses sermons.

Au pays des pommes Jésus de Vire passait pour une poire. Maladroit, cruel, aliéné par la folle piété de sa génitrice -vraie bigote à l'opposé de la mère castratrice-, homosexuel peu refoulé, esprit tordu bien que faible, Jésus de Vire visita Lourdes vers sa vingtième année. Là, il reproduisit aussi fidèlement que possible le parcours de sa mère. De son union passagère avec une amante oublieuse, il hérita d'un fils, Joseph. Ce fut le nom presque involontaire que la mère donna à sa progéniture avant de l'abandonner à son géniteur.

A Vire désormais vivaient Jésus et Joseph, derniers d'une lignée détonante.

41 - L'incroyable Gertrude

Gertrude est une "femme à couilles". Cent-vingt kilos, des biceps d'acier, une pogne d'enfer. Et avec ça elle crache plus loin que le Diable, émet des ronflements d'ogre, crie aussi fort que son âne, jure comme un bougre.

Fermière "à l'ancienne", le sillon est son élément et elle défend ses droits à coups de poing. Gertrude, une femme de caractère diront certains... Une femme, une vraie. La terre est son enfant -celui qu'elle n'a jamais eu, le seul qu'elle aura autant aimé-, le facteur une poule mouillée qui roule en "autojône" et le bon Dieu une espèce de mauviette qui se cache derrière les nuages. Bref, voici une femme de marbre au destin taillé à sa mesure. La terreur locale.

Qui pénètre sur le territoire de la Gertrude s'expose aux fureurs d'une hôtesse prompte à la riposte. Fureur dans tous les sens du terme car Gertrude est aussi une femme qui à sa manière "aime" les hommes. Redoutables sont ses transports utérins et malheur à celui qui tombe dans ses filets ! Mais laissons-là les amusements. Côté politique, recettes de cuisine et autres subtilités de la langue ou de la pensée, ses arguments sont en général assez convaincants : quand Gertrude se met à causer, elle commence d'abord par remonter ses manches. Même les gendarmes n'osent pas enfreindre la loi de fer qui règne dans la ferme du tyran. Les plaintes portées contre elle n'ont jamais eu de suite. Franchir la barrière séparant le monde civilisé de l'exploitation agricole, c'est faire acte d'héroïsme. Ou d'inconscience : Gertrude manie avec autant d'aisance la fourche que le fusil. Celui qui lui rend visite le fait toujours à ses risques et périls.

Égorgeuse de porcs, rompant leur cou à mains nue, un couteau entre les dents, une flamme sauvage dans l'oeil, voilà la Gertrude. Arracheuse de souches, bûcheronne à la hache, buveuse de gnôle forte distillée par ses soins, telle est cette femme née sous le passage de Dieu sait quel météore...

Un jour la Terre trembla : le malingre Jean Duval, comptable de moins de cinquante kilos et de plus de quarante-huit ans -une petite nature-, alla demander la main au monstre. Parfois la folie s'empare subitement de certains êtres... Tous s'attendirent à ne pas voir le prétendant sortir indemne de la ferme.

L'impensable eut lieu.

Les chaumières firent leurs veillées autour de cette histoire d'amour contre-nature entre le moucheron et la tarentule. Le maire trembla le jour de l'union officielle, non d'émotion mais de crainte : l'épousée le toisait, le dépassant d'une tête. Le curé encore sous le choc d'une expédition à la ferme vingt ans auparavant pour une belle mais illusoire tentative de "conversion à la douceur christique" de son hôte, expédia la cérémonie sans demander son reste. La maréchaussée quant à elle se tint à carreau, préférant feindre une pacifique indifférence en ce jour sensible.

Les noces ne se prolongèrent guère à la mairie, au grand soulagement de tous. Le couple vit heureux depuis dix ans dans les hauteurs du hameau. La Gertrude manie toujours aussi habilement la bêche et le canon à gros gibier. Quant à l'heureux époux, c'est un permanent miraculé.

42 - Evénement dominical

Le village somnole sous le soleil de cet énième dimanche d'été. Rien ne bouge. Avec cette impression que l'inertie dure depuis des siècles... Les rues mortes semblent avoir été conçues pour des habitants morts. Leurs maisons sont des tombeaux d'où émanent parfois des senteurs de cuisine. Odeurs pesantes de pot-au-feu, de graille, de fritures douteuses...

Sous les toits, on parle de tout et de rien : de la météo, des dernières nouvelles potagères, des minuscules événements du village voisin... Parfois on ne parle pas du tout, les repas, les journées se passent dans un silence crétinisant. Les têtes, les paroles, les regards, tout est vide. Sauf les assiettes : préoccupation vitale qui donne une raison de végéter à ce peuple de légumes. Les repas forment le point d'orgue de leurs journées sans saveur. Même quand ils ne mangent pas, la plupart des habitants passent leurs journées assis, à attendre que le temps passe.

En arpentant la rue principale de ce cimetière d'éternels attablés, l'étranger égaré sent les petits yeux ridés qui épient. Derrière les carreaux, les fantômes du village s'en donnent à coeur joie. Un étranger ! Événement considérable. Pour ces éternels enterrés n'ayant rien à faire du matin au soir, ne connaissant que les limites de leur espace maraîcher, limitant leur cercle social aux voisins les plus proches et aux cousins, un visiteur est un ennemi, une bête curieuse, un parisien, un messie. Ou bien alors le Diable.

Quand passe l'ombre du flâneur, nécessairement hérétique, sorcier ou alchimiste, même le coq sur le clocher n'en revient pas ! La cloche de l'église se tait, le bedeau oubliant l'heure de son service devant la portée de l'affaire. Un passant que nul ne connaît, qui plus est dans la rue principale du village ! Le centre de l'Univers violé par le passage d'un inconnu. Les chiens aboient, les fichus se collent aux fenêtres, les casquettes se figent, tout est aux aguets dans la "rue-morte"...

État de choc dans le village.

Mais voici que le marcheur s'éloigne, prend la direction de la sortie du village. Dix paires d'yeux derrière des jumelles escortent l'étranger jusqu'à l'horizon. Un héros anonyme le suit même courageusement dans le viseur de son fusil. Sait-on jamais... La silhouette disparaît au loin. Tout est fini. Le village peut reprendre son souffle.

Un dimanche dont les habitants se souviendront longtemps !

TEXTES DE RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA





























http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra

Raphaël Zacharie de IZARRA









http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra

Raphaël Zacharie de IZARRA









http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra

Raphaël Zacharie de IZARRA























http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra

Raphaël Zacharie de IZARRA







http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon coeur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes oeuvres.

=======

Venez vous agiter salutairement les neurones en lisant les textes rafraîchissants et incendiaires de mon site : http://izarralune.blogspot.com

+++++++

COORDONNEES COMPLETES DE L'AUTEUR :

Raphaël Zacharie de IZARRA
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
02 43 80 42 98
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

http://izarralune.blogspot.com/

=======

Envoyé à un voyant qui me propose ses services

Bonjour,

Je viens de vous appeler au téléphone pour vous dire vertement ce que je pensais de votre "métier".

Je n'ai pas eu le temps de me présenter, vous avez raccroché avant que je ne vous rappelle la vérité censée vous remettre à votre place véritable : parmi les profiteurs de la faiblesse de leurs semblables.

Je conçois qu'il soit difficile de recevoir en pleine face ce genre de vérité. Votre réaction est humaine. Je comprends également que vous n'ayez pas de temps à perdre avec les détracteurs stériles de mon genre quand vous tarifez vos services 25 euros...

Malheureusement pour vous, moi j'ai du temps à consacrer au redressement du vice et de la bêtise humaine.

Certes vous avez en partie raison de vouloir frapper d'un impôt (à votre profit) la crédulité crasse de votre prochain. Et de dûment lui facturer son déplacement jusqu'à chez vous. Vous estimez d'ailleurs le prix de son indigence à 25 euros, c'est honnête.

Là où vous avez tort, c'est de faire payer 25 euros au gogo en le laissant à ses illusions au lieu de lui faire pédagogiquement regretter sa visite chez vous...

25 euros pour faire devenir les gens plus intelligents au lieu de les rendre encore plus bêtes, voilà qui serait une activité honorable !

Je m'explique : au lieu de promettre au pigeon ce pour quoi il est venu, ces sempiternelles fadaises qui éblouissent imbéciles et esprits faibles, promettez-lui ce qu'il ne veut surtout pas entendre. En agissant de la sorte vous lui diriez tout simplement la vérité.

LA VERITE.

A savoir, que ses problèmes ne pourront être résolus que par lui-même -s'ils ne sont pas définitivement sans remède- et qu'il n'a rien à espérer de la part des charlatans de votre espèce dont le seul intérêt est qu'il revienne encore et encore exposer ses problèmes...

Il en aurait toujours pour ses frais mais au moins il repartirait de chez vous miraculeusement guéri de sa sottise.

Certes il ne reviendrait pas vous revoir de sitôt.

Mais il serait définitivement dégoûté et de sa propre ânerie et des braiements des voyants...

Vous feriez votre beurre en donnant une fructueuse leçon d'intelligence à votre prochain. Et non en le maintenant dans son ineptie.

Il est vrai que si vous adoptiez ma méthode d'élévation des esprits, cela serait beaucoup moins lucratif pour vous. Abaisser les âmes avec votre méthode est un vrai filon sur le plan de la rémunération, je l'admets.

Mais vous seriez avantageusement consolé de la perte d'argent par un gain considérable d'auto considération.

Je vous engage vivement à opter pour cette méthode de voyance pédagogique très gratifiante en termes d'élévation des êtres. Et d'estime envers l'Humanité.

Cordialement.

Raphaël Zacharie de IZARRA

=======


POLLUEZ !

Pour contrer les adeptes de l'hérésie millénariste du "Veau d'Or vert" en proie à l'hystérie climatique qui annihile jusqu'aux plus critiques et érudits des esprits de ce monde aliéné à la vérité médiatique unilatérale, je propose l'électro-choc izarrien : la libération effrénée des particules vivifiantes de l'intelligence dans l'atmosphère de la pensée contemporaine polluée, enfumée, sclérosée par les versets écologiques.

Quoi qu'on fasse, quoi qu'on dise, tout le pétrole sera brûlé, d'une façon ou d'une autre. Nos lois anti-pollution et "moteurs propres" ne sont que décrets de fourmis et agitations de papillons au regard de leur impact réel sur la planète : insignifiant.

Plus vite on brûlera nos réserves d'hydrocarbures, plus vite le problème psychologique de la "pollution" sera réglé.

Car le problème de la pollution est plus dans les têtes que dans les faits.

Puisque de toute façon notre énergie fossile sera consumée (plus ou moins vite il est vrai, mais là encore à l'échelle géologique un an, un siècle ou mille ans reviennent au même), autant mener rondement l'affaire en profitant pleinement des bénéfices que cela nous apporte. Culpabiliser pour "la planète" comme disent les messies d'opérette et leurs disciples infantilisés, (tous persuadés de "rouler propre" avec leurs voitures thermiques), n'empêche pas les hydrocarbures de brûler. Ni ne fait qu'ils se consument plus légèrement...

Au passage il est intéressant de noter que les termes "pour la planète" sont en voie de devenir magiques : l'argument purement émotif se suffisant à lui-même. Vide mais efficace. De l'ordre du superstitieux.

Dans leur acception intrinsèque les voitures propres n'existent pas. Rappelons que "polluer moins", c'est comme "tuer moins", "empoisonner moins", "détruire moins".

Faire "moins sale" n'a jamais fait propre.

Ou plus exactement, parce que quand il s'agit de brûler les réserves de pétrole la notion de "polluer moins" n'a plus aucun sens, il serait plus juste, plus honnête de dire : POLLUER PLUS LENTEMENT A L'ECHELLE HUMAINE.

Ce qui revient à dire polluer à l'échelle de la psychologie collective. Mais non à l'échelle géologique. Ce qui dans les faits, et rien que dans les faits, est dérisoire. Encore une démonstration éclatante que la pollution de la planète est surtout dans les cerveaux !

Non l'humanité n'est pas folle au pont de se suicider, asphyxiée par ses propres exhalaisons ! C'est sous-estimer l'Homme et son génie que de lui prêter de si piètres instincts ! Les écologistes ne sont que les manifestations hystériques de l'humanité, une fausse alarme, non ses anticorps.

A l'échelle mondiale l'écologie est une fièvre passagère, une réaction épidermique, un frisson d'obscurantisme.

Une diarrhée bruyante mais peu virulente.

Les écologistes sont très actifs. Le monde malgré tout poursuit ses activités industrielles et économiques, les émanations carboniques de la Chine étant la preuve réconfortante de la bonne santé de l'humanité qui heureusement ne s'arrête pas de respirer pour une simple allergie locale.

De toute façon nous ne polluerons jamais plus que nos réserves ne nous le permettent. Or, à entendre les Verts, nos rejets nocifs sont comme des vannes de plus en plus larges ouvertes sur le ciel, toutes issues de puits intarissables... Fumée ! Hystérie ! Absurdités !

Ce n'est pas parce que les écologistes font plus de bruit que les cheminées des usines qu'ils ont raison. En général les malades se plaignent avec fracas : ils gémissent, crachent, pleurent, crient.

Tandis que les bien-portants restent discrets.

Polluons donc sans remords car la pollution n'existe pas, du moins ses effets concrets sur les éléments sont insignifiants. L'homme qui a plus d'un tour dans son sac et jamais ne dit son dernier mot trouvera toujours des solutions à ses problèmes. Plus vite nous épuiserons nos réserves d'énergie fossile, plus vite nous trouverons d'autres "sources de vie" pour faire tourner nos moulins.

Dans cette perspective, polluer c'est oeuvrer indirectement pour le progrès. Plus nous "polluerons", plus l'ingéniosité humaine brillera pour inventer des soleils, mettre de la lumière dans nos moteurs, de l'intelligence dans nos centrales électriques.

Polluez, polluez au lieu de vivre dans la peur et la culpabilité, polluez et vous serez sauvés de l'inanité des Verts -amis des bêtes et ennemis des hommes, laudateurs des oeuvres de la friche et détracteurs de la Civilisation- qui à force d'imaginer des noirceurs finissent par voir rouge quand -et c'est dans l'ordre réel des choses, la loi douce de l'évolution- l'avenir s'annonce définitivement rose.


Raphaël Zacharie de IZARRA

=======

SUITE

(réponse à un détracteur me reprochant ce présent discours)

Comme la plupart des irresponsables complices de l'hystérie collective, vous êtes simplement victime du discours médiatique qui vous sert son mets préparé favori. Les médias depuis des décennies ont proposé pleins d'autres plats plus ou moins racoleurs, plus ou moins dans l'air du temps et c'est la purée verte qui a eu le plus de succès : elle est donc devenue vérité officielle.

Infiniment plus urgent, plus vital et réel est le problème de la faim ou le problème de la malaria, fléaux REELS complètement tus par les médias.

La pollution est une hérésie médiatique reprise par certains politiques et répercutée sur les populations repues plus réceptives aux idéaux "modernes" (idéaux gratifiants en terme d'image socio-culturelle) qu'aux soumissions à des nécessités pesantes. "Sauver la planète" -qui n'a jamais été en péril- donne du lustre à l'ego, à la communauté.

Comme si 100 millions de bras pouvaient renverser les océans, abattre les montagnes, déplacer les continents...

Bref, les moutons écologistes bêlent en choeur dans leur pré vert pendant que leurs frères humains du sud souffrent dans un silence médiatiquement correct.

Chaque époque a cru à la fin du monde : comètes, sorcières, athéisme, an mille, avènement de la poudre à canon, de l'imprimerie source de diffusion de toutes les hérésies, etc... Les prétextes les plus absurdes faisaient entrevoir le pire.

A chaque siècle ses névroses.

Raphaël Zacharie de IZARRA



=======



RAPPEL POUR TOUS

JE NE SUPPORTE PAS LA MAUVAISE EDUCATION, LA DISCOURTOISIE, LA VULGARITE, L'IRRESPECT. Bien sûr il est permis de me critiquer, sauf que les injures sont superflues, stériles et dévalorisent surtout leurs auteurs. Evitez le style SMS. Soignez autant que possible l'orthographe et la grammaire : simple question d'égard envers votre interlocuteur.

Courtoisie, pertinence, hauteur de vue, orthographe congrue sont des signes de goût, d'éducation, d'élégance qui vous feront apprécier de l'esthète à qui vous vous adressez.

Se distinguer dans ce sens sera toujours préférable aux stériles et sottes injures (que l'orthographe indigente de leurs auteurs rendent encore plus vaines et indignes).

Lorsque vous déposez vos commentaires, merci de bien vouloir faire preuve d'élémentaire savoir-vivre, de respect, d'honnêteté. L'esprit chevaleresque est l'apanage des gens distingués, civilisés, aimables.

Cela dit, rien n'est obligatoire. Celui qui fait le choix de l'insulte, de la grossièreté, de la haine, du harcèlement, voire des menaces pourra s'adonner sans aucune restriction à ce genre d'abus, anonymement ou à visage découvert. Aucune censure ne sera pratiquée ici : les contributeurs, libres de s'exprimer, adultes et donc responsables de leurs écrits assumeront la portée de leurs propos. Ils feront pleinement usage de leur liberté d'expression avec tout ce que cela comporte de désagréments en cas d'outrances.

Je réponds en priorité aux gens courtois, respectueux, intelligents et me réserve le droit moral d'ignorer les autres.

Merci à tous pour votre attention.

Raphaël Zacharie de IZARRA



=======


VIVE LA POLLUTION !

La pollution est une réalité plus médiatique qu'effective, à mon sens.

Je ne nie pas la pollution, je prétends seulement qu'elle est insignifiante. Je ne crois pas que l'homme puisse faire fondre les pôles. Et quand bien même il le pourrait avec ses petites fumées, quelle importance ?

Depuis que l'homme est sur terre il n'a cessé de la transformer, de canaliser ses forces, de l'embellir, de la domestiquer à sa convenance.

Bref, de donner un visage humain à la friche originelle.

Agir sur notre globe originel, c'est nécessairement le défigurer.

Creuser le sillon n'a rien de naturel, certes. Mais justement, c'est cela que l'on appelle la CIVILISATION. Fondamentalement le geste est le même entre faire naître un sillon et faire sortir de terre des usines : l 'acte reste un acte de civilisation.

La seule différence est dans la profondeur de la plaie dans le sol occasionnée par le génie humain. Mais le principe est le même.

Pour réduire, voire éliminer radicalement la pollution, il faudrait tout simplement cesser de vivre. Absurde, non ?

Ne perdons pas le nord : vivre c'est polluer. Revoyons plutôt la notion de "pollution", puisque respirer c'est fatalement "polluer". Que ce soit le poumon humain ou le poumon industriel qui rejette du "gaz nocif", fondamentalement quelle différence ? Les deux sont au service de l'homme. La pollution fait partie intégrante de la vie comme la mort, la souffrance ou les morpions.

Excréter, uriner, suer, rire, aimer le beurre, les carottes, son chien, ses enfants, sa femme, sa maîtresse, n'est-ce pas contribuer activement à la "pollution" ? L'écologiste primaire voit les problèmes sans aucun recul, essentiellement à échelle sociale, psychologique et non dans sa globalité, sa complexité, ses nuances. Encore moins sous l'aspect philosophique.

Débarrassée des fumées émotionnelles, la "pollution" ne signifie plus grand chose. A la lumière de la pensée rationnelle cette "pollution" est à reconsidérer car elle n'a plus du tout le même sens vue sous l'angle de la subtile, durable et gigantesque machinerie géologique qui se moque des spéculations humaines...

Je suis persuadé que les fumées d'usine -tout comme les vomissements volcaniques- s'incluent dans la complexe, miraculeuse alchimie des éléments. Selon moi les fumées industrielles ne s'opposent pas à l'ordre : au contraire elles entrent dans la danse géologique. La planète réagit aux agressions comme notre corps face aux virus : elle tire profit des stimulations extérieures pour recombiner ses éléments et s'enrichir, trouver des parades, se complexifier à l'infini.

Elle se réinvente en permanence, se renforce pour mieux tourner, durer, briller avec ses soeurs dans la grande symphonie galactique. A l'image du corps humain qui s'adapte à son milieu et gagne des centimètres, des anticorps, des années de vie supplémentaires avec les siècles et, parallèlement, invente l'agriculture, l'Art, le chant grégorien, les réseaux d'égout, les médicaments, les fusées interplanétaires, INTERNET, etc.

Tout dans la nature nous montre que la vie est un principe auto-régénérateur, auto-réparateur d'une insoupçonnable ingéniosité triomphant de tout, s'imposant partout, émergeant de toutes part sans explication.

N'est-ce pas miraculeux ?

Bien sûr entre l'agression (ou plutôt la stimulation extérieure) et sa mise à profit il faut un laps de temps nécessaire. Plus la machine est imposante, plus elle a besoin de temps pour s'adapter à sa nouvelle condition. Entre la plaie et sa totale guérison il y a la cicatrice. Ce que nous vivons à notre échelle, ce sont les effets immédiats de ces stimulations. Pour faire simple, les plaies, les cicatrices. Pauvres fourmis naviguant sur le vaste paquebot planétaire, nous sommes trompés par notre manque de recul... Mais nos enfants naîtront dans un monde réparé et fortifié.

Le principal défaut des images spectaculaires que l'on nous montre au sujet de la pollution, c'est qu'elles sont spectaculaires précisément.

Le prodige de l'adaptation des éléments face aux activités humaines, volcaniques, telluriques ou cosmiques est, il est vrai, moins clinquant pour l'oeil blasé, moins retentissant en termes médiatiques. Cette merveille des merveilles est plus lente à constater (plus difficile à admettre psychologiquement tant les humains, habitués à les voir, ont tendance à les nier), elle n'en est pas moins réelle.

"Pollution" est un terme dont le sens a été perverti pour servir des causes politiques : sa forte connotation négative agit puissamment sur la psychologie des foules de la même manière que les termes "chrétien", "juif", "républicain", "hérétique" furent en d'autres temps lourds de conséquences pour qui y était sensible.

L'humanité des ânes a un grand défaut : elle réagit comme une girouette au vent médiatique. Il aurait suffit que depuis une ou deux décennies les médias insistent sur les dangers d'une éventuelle collision d'un astéroïde contre la planète (au lieu de focaliser l'humanité sur la pollution) pour qu'aujourd'hui la mode soit à l'hystérie cosmique...

Il se trouve que c'est la pollution qui a "marché" médiatiquement parlant, alors le monde (des nantis) s'est mit au vert. La prise de conscience écologique est purement artificielle, fabriquée de toute pièces par les médias et non pas spontanée, intuitive. La preuve qu'elle n'a rien d'universel, c'est qu'elle est active exclusivement dans les "pays snobs". L'écologie est la morale des nantis, la religion des repus, l'idéal des âmes bernées par les apparences.

A mes yeux le vrai problème de l'écologie c'est l'eau. Le reste n'est que divagations et fumée.

Quant aux fumées d'usines, elles prouvent la bonne santé de l'humanité. Les pays pauvres envient nos émanations industrielles. Que les écologistes aillent tenir leurs discours devant les miséreux des bidonvilles qui bavent d'envie devant nos villes propres et débordantes de richesses ! Ils passeront pour des fous. Pire : des criminels.

Jusqu'à aujourd'hui je n'ai jamais été malade en mangeant des produits issus de la terre, ni été intoxiqué par l'ingestion d'eau, encore moins eu la peau brûlée par la pluie... Au contraire je trouve l'air respirable (même en ville), la nourriture excellente, la campagne enchanteresse, les étoiles magnifiques au-dessus du monde. La civilisation a du bon, tandis que la misère, la sauvagerie, l'ignorance, la régression sont de vrais calamités.

Certes il y a quelques forêts détruites par des pluies acides en Allemagne dont on a fait tout un fromage... Les forêts allemandes ne sont pas les forêts du monde entier. Ce n'est pas parce qu'on montre des images sensationnelles d'un drame local que la planète est en feu pour autant. On ne cesse de nous montrer les parties blessées de notre monde tout en omettant de nous montrer ses vastes parties saines... Quand les Verts mettent le doigt sur les infimes furoncles de la terre, moi je vois les océans végétaux de l'Amazonie encore vierges, je vois les immensités intactes et sauvages de la planète, toutes ces beautés terrestres, cette santé géologique, ces espaces sains, ces réserves naturelles, ces richesses potentielles dont on ne parle JAMAIS.

Raphaël Zacharie de IZARRA

=======

MACHO

Les eunuques ont pris place dans notre société émasculée. Toute une génération qui se sent à l'aise dans ce monde de caniches. Il ont leur leur roi -couronné de dentelles- et ce roi s'appelle Dupont, leur olympe -le poulailler-, leurs lois -le code des pédés-, leurs grands centres de féminisation aussi, nommés "médias", "république", "publicité".

Leur pire ennemi : la virilité. Leur credo : la castration. Leurs opinions : celles de leur femme.

Poules d'eau vêtues de tutus mentaux, mauviettes mouillées dans les affaires de tata, héros du métro chaussés de pantoufles, ces roquets à la dent molle prônent le nivellement des sexes, l'édulcoration des genres, voire le total rabaissement phallique, confondant volontiers la morale du mâle avec le code du parfait châtré.

Ils ont une fierté de limace, des intentions de toutous, des revendications de soumis.

Persuadés de respecter la femme parce qu'ils la laissent démocratiquement piétiner leur épée de son talon-aiguille (ce fer-de-lance de la volaille en révolution), tordre leur marbre originel devenu bâton de guimauve, briser leur double vase solaire, ils sont devenus féministes, sodomites, avorteurs...

Et prennent leur dévirilisation pour de la galanterie.

Rasés de la tête aux pieds, annelés comme des bestiaux matés et adoptant les moeurs veules, plates, flasques des hôtes des potagers, ils ont fini par arborer la face placide des pantins poltrons, singer les allures ternes des mignons moineaux de mai...

Au nom de la parité Mars-Vénus ces jolis sont d'accord avec toute avancée de la cause pourvu que leur panache piteux de coquelets déplumés ne dépasse pas la permanente des porteuses de jupes qui les tiennent en laisse...

Après avoir lamentablement poussé les caddys de supermarchés, ces torcheurs de nourrissons s'attèlent aux landeaux... Ils donnent même le biberon ! A quand l'allaitement ?

Moi je suis un macho, un vrai. Sans chaîne.

Mâle immémorial, héritier sain de mes gamètes intacts, imperméable aux siècles, antipathique mais authentique, nulle femme ne saurait me dénaturer.

Je suis un dominant, un vainqueur, un lion.

Porteur du sceptre qui désigne l'astre masculin auquel je m'identifie, je sais où est la place de l'homme et où est celle de la femme.

J'ai avec moi l'autorité innée de ceux qui ont conscience d'être fils de Râ et s'en glorifient. Au lieu d'en rougir devant l'autel mensonger des féministes.

Un mâle est un seigneur, la femme son naturel laudateur.

C'est la loi.

La loi des sexes, non celle du siècle. Toute descendante d'Eve qui se révolte contre la souveraineté de son demi-dieu n'est pas digne de se faire ensemencer. La gloire de la femme est dans les germes d'humanité qu'elle porte en son sein, non dans le venin du féminisme qu'elle inocule à son maître.

Je suis un macho, un pur, un dur, sans artifice. Ma pensée est de fer, mon front est lumineux, mon flanc divin.

Mon regard choisit, ma main désigne, mon bras décide, la femme dit oui.

Borné, moi ?

Non, simplement burné.

Raphaël Zacharie de IZARRA
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

=======

Ici est l'espace dédié aux admirateurs-détracteurs de ma belle et noble personne (en fait mes détracteurs sont surtout des admirateurs qui s'ignorent - ou feignent de s'ignorer en tant que tels)...

Je suis très flatté que des "détracteurs" me consacrent tant de temps, d'énergie et d'espace afin que je puisse m'izarrifier chez eux en toute impunité.

C'est un grand honneur que vous me faite ici monsieur et je profite sans restriction de votre immense bêtise -et de votre involontaire générosité- pour augmenter mon score sur GOOGLE.

Peu importe que l'on parle de moi en mal ou en bien pourvu que l'on parle de moi.

Il n'y aura jamais trop de place pour moi sur la toile. Je souhaite être le premier.

(Tapez mon beau nom à rallonge sur GOOGLE : presque 1 million de réponses à ce jour !)

J'espère que vous n'effacerez pas les traces de mon passage en ces lieux car je compte enrichir et allonger cette page de mes textes les plus éclatants.

Pour ma gloire et pour le salut des ânes (car les leçons izarriennes sont hautement pédagogiques).

Raphaël Zacharie de IZARRA

=======

Modestement à travers quelques centaines de textes http://izarralune.blogspot.com/ j'ai embrassé de près ou de loin tous les aspects du monde -des choses comme des hommes- dans toutes les directions imaginables, du gouffre le plus bas au sommet le plus glorieux, de l'anodin au sublime, de la bête au divin, du simple caillou à qui j'ai donné la parole jusqu'aux feux galactiques que j'ai fait taire devant un battement d'aile.

Sur le plan du palpable je suis parti du microcosme pour me hisser jusqu'au macrocosme, sans omettre de poser mon regard à hauteur des boutons de chemise de mes semblables. Du point de vue des choses de l'esprit j'ai exploré les vices les plus baroques autant que les vertus les moins partagées, je suis allé sonder les petits ruisseaux mentaux de mes frères humains mais aussi les fleuves nocturnes de mes chats énigmatiques.Je suis allé chercher le feu olympien à droite et à gauche, m'attardant à l'occasion sur mes doigts de pied.

J'ai fait tout un fromage de vos mesquineries de mortels, une montagne de mots des fumées de ce monde, un pâté de sable de vos trésors.J'ai abordé de près ou de loin tous les thèmes : l'amour, la laideur, la solitude, la vie, la mort, les fraises des bois, les rêves, les cauchemars, l'excrément, la lumière, le houblon, la pourriture, l'encens, l'insignifiance, le grain de sable, les poubelles de mon voisin, les relents gastriques de Jules César, l'encre de Chine, le plaisir, le vinaigre, la douleur, la mer...

Tout, absolument tout ce que contient notre pauvre monde et même au-delà a été intégré à mes textes.J'ai embrassé l'Univers d'un regard à la fois grave et loufoque, limpide et fulgurant, lucide et léger, aérien et "enclumier" : celui de ma plume.A travers ce blog je vous invite à faire un tour relativement rapide de l'humanité et de l'Univers, de prendre la mesure de tout ce qui existe et n'existe pas en quelques centaines de textes futiles et mémorables, éloquents et sarcastiques, répugnants et délectables, pleins de grains de sel et de justesse.

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://izarralune.blogspot.com/

http://raphaelizarra.blogspot.com/


http://warloy.blogspot.com/

http://etoilizarra.blogspot.com/

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

http://lune-izarra.blogspot.com/

http://izarralunaire.blogspot.com/

http://izaralune.blogspot.com/

http://deizarralune.blogspot.com/

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

http://ecolizarra.blogspot.com/

http://rzdizarra.blogspot.com/

http://etoileizarra.blogspot.com/

http://izarraraphael.blogspot.com/

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

http://amether.blogspot.com/

http://photosizarra.blogspot.com/

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

http://puceau38.blogspot.com/

http://izarrarose.blogspot.com/

http://sideralizarra.blogspot.com/

http://izarravideo.blogspot.com/

http://lunaireizarra.blogspot.com/

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

http://izarraizarra.blogspot.com/

http://luneizarralune.blogspot.com/

http://deizarra.blogspot.com/

http://warloybaillon.blogspot.com/

http://warloy-baillon.blogspot.com/

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

http://warloy-b.blogspot.com/

http://hiboulunaire.blogspot.com/

http://luneizarra.blogspot.com/

http://izarra-lune.blogspot.com/

http://rzdi.blogspot.com/

http://lunizarra.blogspot.com/

http://silleleguillaume.blogspot.com/

http://cocoplage.blogspot.com/

http://sillemystere.blogspot.com/

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

http://izarramiens.blogspot.com/

http://izarralune.wordpress.com/
http://deizarra.wordpress.com/

http://izarralune.over-blog.com/

http://www.over-blog.com/

http://izarralune.centerblog.net/

http://izarra.centerblog.net/

http://izarralune.canalblog.com/


http://izarralune.skyrock.com/profil/

http://luneizarra.over-blog.com

http://izarra.blogg.org
http://saintriquier.over-blog.com/

http://saintriquier.over-blog.com/

http://saintriquier.wordpress.com/

http://izarralune.bloguez.com/

http://www.iblogyou.fr/izarra




http://izrraluneizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://saintriquier.over-blog.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/


Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra


Raphaël Zacharie de IZARRA


http://izarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA


http://warloy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoilizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lune-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izaralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://ecolizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://etoileizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraraphael.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://mysteres-chez-badoo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://amether.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://photosizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://puceau38.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarrarose.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sideralizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarravideo.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunaireizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarraizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarralune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloybaillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-baillon.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://warloy-b.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://hiboulunaire.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra-lune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://rzdi.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://lunizarra.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://silleleguillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://cocoplage.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sillemystere.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarramiens.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.wordpress.com/
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://deizarra.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.centerblog.net/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.canalblog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.skyrock.com/profil/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://luneizarra.over-blog.com

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarra.blogg.org
Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.over-blog.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://saintriquier.wordpress.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://izarralune.bloguez.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA

http://www.iblogyou.fr/izarra

Raphaël Zacharie de IZARRA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qui est Raphaël Zacharie de IZARRA ?